Accueil Article 5506-chapitre-3

5506-chapitre-3

Chapitre 3 

L’agitation du lever du soleil est passée comme un rêve et le matin silencieux est revenu à la résidence Takasu.

Il était déjà 5 heures du matin lorsque Ryuji retourna dans son lit après avoir été pris en embuscade par le Tigre de Poche. Pour un corps encore en pleine croissance, il pouvait être pénible de ne pas dormir suffisamment. Bâillant la bouche grande ouverte, il se réveilla à la même heure que d’habitude. Il y avait encore beaucoup de choses à faire…

Après être allé à la salle de bain, il devait nourrir Inko-chan. Comme toujours, il s’assura que le perroquet était bien réveillé avant d’enlever le tissu de la cage. Mais…

“Bonjour, Inko-ch… Whoa !”

Inko-chan était mort, le visage levé.

“M, mais tu n’as pas répondu tout à l’heure !? Inko-chan !”

“… Ugh… ugh… ugh…”

… Non, il était toujours en vie. Il était juste allongé au fond de la cage, on aurait pu penser qu’il était mort à première vue, mais on aurait dit qu’il était juste allongé là. Après que Ryuji ait crié, il se leva rapidement. Pour une raison quelconque, ses plumes semblaient ébouriffées, c’était comme s’il se sentait très mal à l’aise.

“Je ne sais pas à quoi tu penses !”

“Bonjour !”

Peut-être aurait-il mieux valu que je possède un chat ou un chien, ou quelque chose qui puisse communiquer par télépathie avec les humains. pensait Ryuji en replaçant le plateau de nourriture d’Inko-chan.

“…I..iii…I…In…In…In…”

Inko-chan regarda Ryuji droit dans les yeux, essayant de réfléchir à ce qu’il voulait dire. Serait-ce la chose que Ryuji lui avait enseignée pendant des années, mais qu’il avait toujours du mal à dire ?

“Serait-ce… que tu vas enfin dire “Inko-chan” ? Tu l’as enfin compris ?”

Ryuji regarda avec excitation dans la cage à oiseaux. Devant lui, Inko-chan ouvrait effrontément les plumes de sa queue, et puis…

“I… Idiot !”

“Merde !”

Flap ! Sans réfléchir, Ryuji recouvrit à nouveau la cage avec le tissu. Bien qu’il ait l’air intimidant, il était en réalité d’un tempérament plutôt calme. L’enfer se déchaînerait s’il s’énervait pour la moindre chose. Avec le tempérament calme d’un gentleman, il alla jeter un coup d’œil à Yasuko, qui aurait déjà dû s’endormir. Il ouvrit le fusuma…

Elle devrait être en train de dormir, non ? En entendant la porte s’ouvrir, Ryuji sut qu’elle était revenue.

“… Elle est revenue, mais c’est ridicule…”

Il marmonna et ferma les yeux.

Yasuko était tellement ivre que toute la maison empestait l’alcool lorsqu’elle s’endormit. Mais pourquoi devait-elle dormir comme si elle avait roulé en avant et atterri à l’envers ? Elle dormait maintenant les fesses vers le haut. Heureusement qu’elle avait mis son survêtement, même si elle était sa mère… Non, c’est parce qu’elle était sa mère qu’il devait être strict avec elle. Selon les critères de son fils, montrer ses sous-vêtements de façon inconsidérée était une chose à proscrire. On aurait dit qu’elle s’était endormie à mi-chemin de son démaquillage. Bien que la moitié de son visage soit maintenant propre, l’autre moitié était encore pleine de maquillage, ce qui la faisait ressembler exactement au Baron Ashura. Sans compter qu’elle avait l’air mal à l’aise.

D’après les déductions de Ryuji, Yasuko était à l’origine assise près de la petite table à côté de son futon et se démaquillait, mais elle s’est fatiguée et s’est endormie le visage à plat sur le futon.

“Je suis étonnée que tu ne te sois pas cassé le cou… Hé, dors correctement ! Tu vas mourir si tu continues à dormir comme ça !”

“…Ya…Yaya…Umm…umm…Ya…”

Elle parlait exactement de la même façon qu’Inko-chan.

S’interrogeant sur le lien caché entre Yasuko et Inko-chan (principalement leur intelligence), Ryuji plaça soigneusement Yasuko dans une position de sommeil correcte sur son futon. Yasuko voulait avoir son propre lit. Mais avec un visage aussi horrible, je ne t’en achèterai jamais un !

Il prit deux bâtonnets de glace fondante dans le sac du supermarché qui se trouvait dans le coin de la pièce et quitta tranquillement la pièce, fermant le fusuma derrière lui. Tout d’abord, il devait rapidement placer ces glaces fondantes dans le réfrigérateur.

Ensuite, il devait préparer les bentos du petit-déjeuner et du déjeuner. En regardant à l’intérieur du réfrigérateur…

“Ah, oui, je me souviens…”

Ryuji plissa ses yeux féroces, non pas de colère, mais de déception.

Le Festival du Riz Frit avait épuisé tous les œufs et le bacon, et le petit-déjeuner à base d’œufs et de bacon avait donc disparu. Le riz réfrigéré avait également été consommé.

“… On dirait que le lait suffira pour le petit-déjeuner ; quant aux bentos… ils devront être simples aujourd’hui. Pour les accompagnements, il ne nous reste que des pommes de terre.”

Le riz étant essentiel, Ryuji décida de préparer un simple riz créole et des pommes de terre salées.

Après avoir lavé le riz, il s’assura d’ajouter suffisamment de vin de riz, de sirop et de mirin, de kombu coupé en morceaux, de pousses de bambou bouillies et d’enokitakes dans la marmite à riz. Après avoir ajouté une quantité suffisante d’eau, il a allumé le cuiseur de riz et c’est tout, il ne restait plus qu’à faire cuire le riz.

Ensuite, Ryuji éplucha habilement les pommes de terre à une vitesse incroyable, les plaça dans une marmite et les fit mijoter jusqu’à ce qu’il ne reste plus beaucoup d’eau. Pendant ce temps, il lava la planche à découper et le couteau de cuisine, et débarrassa la table de cuisine en marbre du désordre qui y régnait. Une fois que l’eau bouillante dans la marmite a diminué et que les pommes de terre commencent à émerger, il ajouta du sucre raffiné, du mirin, du vin de riz, du sirop, de la soupe en poudre et de la sauce pour nouilles. Il n’y a plus qu’à attendre que tout cuise et c’est tout. Ensuite, il fallait passer à une flamme plus petite pour éviter la surcuisson et laisser mijoter jusqu’à l’heure du départ. Enfin, il relevait le tout d’un peu de sauce soja. Ryuji n’avait jamais vraiment vérifié comment cela se préparait, mais jusqu’à présent, la cuisson avec cette méthode était déjà assez savoureuse pour lui.

Cela faisait un peu plus d’une demi-heure qu’il s’était réveillé, il restait donc encore beaucoup de temps. Ryuji versa tout le lait dans un verre, puis alluma la télévision et s’assit sur le canapé.

Regardant les programmes de potins du matin pour tuer le temps du petit déjeuner, il écouta attentivement les nouvelles du football de la veille tout en essuyant la table. Sans le savoir, Ryuji avait essuyé la petite table d’une propreté étincelante.

Après avoir entendu que son équipe avait gagné, sans tenir compte du fait qu’il n’avait eu que du lait au petit déjeuner, Ryuji pensait que c’était un bon début de matinée. Cependant, ce serait encore mieux si le soleil brillait à travers la fenêtre comme l’année dernière. Regardant par la fenêtre, Ryuji soupira à l’intérieur de sa chambre sombre. À ce moment-là…

“…Whoa !”

Le téléphone sonna soudainement. Un appel à un moment pareil, serait-ce un membre de sa famille ? Décidant de ne pas laisser Yasuko être dérangée dans son sommeil (puisqu’elle était toujours la maîtresse de maison, après tout), Ryuji se précipita pour décrocher le téléphone.

“Bonjour, c’est Takasu à l’appareil…”

“Tu es en retard ! Qu’est-ce que tu faisais ?”

“…”

Il raccrocha sans même réfléchir.

Qu’est-ce que je faisais ? Je vivais une vie normale, bien sûr. Cette réprimande soudaine fit perdre ses pensées a Ryuji pendant un moment. Le téléphone sonna à nouveau, Ryuji répondit poliment,

“Bonjour, c’est Takasu à l’appareil…”

“Tu viens de me raccrocher au nez, n’est-ce pas ? Tu veux que je vienne tout de suite chez toi et que je foute le bordel ?”

Ce serait ennuyeux. Ryuji réfléchit rapidement à la réponse. Bien que la propriétaire ne soit pas venue se plaindre, Ryuji pouvait l’entendre balayer bruyamment le sol à l’extérieur depuis un moment déjà. Elle attendait sans doute que Ryuji sorte pour lui dire ce qu’elle en pensait. Il semblerait que les Takasus aient été mis sur liste noire.

Pour pouvoir parler comme un gangster, il n’y avait qu’une seule personne à laquelle il pouvait penser…

“Aisaka… Taiga…”

Elle possédait un pseudonyme digne d’un gangster, le Tigre de Poche.

“Si tu trouves ça gênant, alors dépêche-toi de venir ! Qu’est-ce que tu faisais ? Ne me dis pas que tu as déjà rompu ta promesse ? Sais-tu au moins ce qui se passe ?”

“Promesse ? Tu n’es pas sérieuse ?”

“Tu n’as pas dit que tu ferais n’importe quoi comme un chien ? Tu l’as juré, n’est-ce pas ? Alors dépêche-toi de venir ! Maintenant ! Tous les jours avant l’école à partir de maintenant !”

“…A, attends ! Ce dont nous avons parlé hier soir, tu le penses vraiment ? Quand j’ai dit que je t’aiderai, je voulais dire que je t’aiderai à te rapprocher de Kitamura pour que tu puisses lui parler davantage… C’est ce que j’ai juré !”

“Tch !”

Le téléphone a émis un claquement de langue très agacé et irrité.

“C’est toi qui as dit que tu ferais n’importe quoi ! Je m’en fiche, dépêche-toi de venir ! Tu sais que je suis sérieuse quand je dis que je vais faire ça… quant à ce que ‘ça’ veut dire, tu devrais déjà le savoir.”

Aisaka semblait vraiment de mauvaise humeur. Sa voix ressemblait à des gémissements de démons de l’enfer, ce qui faisait vibrer le récepteur du téléphone d’une manière sinistre et faisait trembler les oreilles de Ryuji. Il ne servait à rien de continuer à discuter avec elle au téléphone si elle en était arrivée là.

“… D, de toute façon, quoi qu’il arrive… Je viendrai… mais… Je ne sais même pas où tu habites.”

“Il suffit de regarder par la fenêtre.”

“Hein ? Devant ma fenêtre ? Il n’y a rien dehors à part… WHOA !?”

Transportant le combiné téléphonique au-delà du salon ridiculement étroit et regardant par la fenêtre obscure, Ryuji pouvait apercevoir l’immeuble de style bourgeois. Pourtant, au deuxième étage de ce bâtiment… en regardant directement par la fenêtre d’en face…

“Qu’est-ce que c’est que ce pyjama ridicule ?”

Aisaka Taiga se tenait là, un téléphone dernier cri à la main, l’air mécontent.

“Ah ! A, arrête de me regarder !”

Portant la “chemise en laine douillette” de Yasuko (avec des formes de cœur partout) puisqu’il avait froid, Ryuji couvrit rapidement sa chemise avec ses mains tout en ayant l’air féroce. Il n’était pas en colère, mais embarrassé.

Aisaka s’indigna en tirant ses rideaux coûteux.

“Je ne veux surtout pas te regarder ! Dépêche-toi de ramener tes fesses, espèce de chien stupide !”

Aisaka termina sur cette phrase, mais Ryuji se souvint qu’il avait encore des choses à faire,

“Attends ! Donne-moi juste dix minutes de plus !”

“… Pourquoi ?”

“Parce que le bento de riz créole n’est pas encore cuit.”

“…”

Dans le silence qui régnait à l’autre bout du fil, Ryuji pouvait faiblement entendre un grognement tonitruant de l’estomac. C’était trop fort pour être ignoré.

“…T, tu en veux un peu ?”

Après un long silence, les rideaux de la fenêtre de cet appartement de style bourgeois s’ouvrirent sur une dizaine de centimètres. Aisaka reste silencieuse tout en faisant un signe de tête à Ryuji.

Yasuko, Inko-chan, et maintenant Aisaka.

On dirait qu’ils étaient maintenant trois au lieu de deux à attendre d’être nourris par Ryuji..

 

* * *

 

C’était la première fois qu’il voyait une porte automatique.

L’atmosphère qui régnait dans l’entrée de marbre était plus froide que l’air extérieur. Les alentours étaient étrangement silencieux, comme s’ils surveillaient Ryuji. Face à une telle ambiance, les yeux de Ryuji ne pouvaient s’empêcher d’être plus féroces en fixant l’appareil qui se trouvait devant lui. Au niveau de sa taille se trouvait un panneau de marbre avec un bouton, un trou de serrure et quelque chose comme un interphone. À l’autre extrémité se trouvait la porte automatique qui menait à l’intérieur de l’immeuble. Mais le portail ne s’ouvrait pas automatiquement. À sa droite se trouvait la cabine de sécurité, mais il y avait un panneau à l’extérieur indiquant “Nettoyage en cours”, ce qui donnait l’impression qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Comment utilise-t-on cet appareil ? Comment puis-je entrer dans la cage du Tigre de Poche ? Ryuji resta silencieux, ne sachant que faire lorsque…

“Bonjour… bonjour… ?”

Une jeune femme sortit de la porte et salua Ryuji, mais lui jeta rapidement un regard suspicieux, se demandant Qui diable est cette personne ?

“B, bonjour.”

Baissant la tête avec embarras, Ryuji se faufila à travers le portail avant qu’il ne se referme. Ai-je vraiment le droit d’entrer comme ça ? se demanda-t-il, tout en pensant que cela ne lui causerait pas trop d’ennuis.

Il entra dans l’ascenseur et appuya sur le bouton du deuxième étage. Lorsque les portes se rouvrirent, il se retrouva face à un couloir recouvert de moquette qu’il avait déjà vu dans l’hôtel de l’une de ses précédentes excursions.

Ryuji se demanda alors à combien s’élevait le loyer ici…Zut, j’ai oublié de lui demander le numéro de sa chambre. Mais ce problème fut rapidement résolu…

Car il n’y avait qu’une seule porte au bout du couloir… En d’autres termes, tout le deuxième étage de cet immeuble bourgeois était la résidence d’Aisaka.

“Elle est vraiment riche… La rumeur selon laquelle son père est un gangster pourrait-elle être vraie ?”

Alors qu’il était plongé dans ses pensées, Ryuji se dirigea nerveusement vers la porte (car même s’il s’agissait d’Aisaka, il se rendait tout de même chez une fille), et appuya sur la sonnette. Cependant, il n’y eut aucune réponse, même après avoir appuyé plusieurs fois.

Il reste encore un peu de temps avant l’entrée en classe, mais mon temps n’est pas illimité ! Il tenta timidement de pousser la porte.

Il retint son souffle et puis… la porte s’ouvrit.

“… B, bonjour ! … Aisaka ! … C’est moi, Takasu… Bonjour ?”

Il a jeté un coup d’œil et crié, mais il n’y avait toujours pas de réponse. Bonjour~ ! Bonjour~ ! Ryuji entra dans l’entrée de l’appartement tout en continuant à crier.

“… Désolé de déranger… P, puis-je entrer ? C’est d’accord ?”

Elle a des couilles, elle m’interpelle de façon menaçante et me laisse ensuite tout seul ! Qu’est-ce que je suis censée faire si sa famille me voit ? Surtout son père ! Ryuji enleva ses chaussures avec anxiété et marcha dans le couloir en bois en chaussettes.

Ryuji soupira en marchant et regarda autour de lui. Qu’il s’agisse du papier peint blanc, des carreaux de bois de qualité supérieure ou de l’éclairage, tout reflétait un goût raffiné, contrairement aux autres appartements loués dans le quartier. En fait, pour quelqu’un qui s’intéresse beaucoup à la décoration d’intérieur, Ryuji regarda avec beaucoup d’intérêt la porte en verre stratifié lorsqu’il l’ouvrit. Et puis…

“Wow ! … Whoa !!!”

Il fut d’abord stupéfait, puis frappé par une odeur très nauséabonde.

Ce qui l’étonna, ce fut la salle de séjour, qui avait au moins la taille de 20 tatamis. Il était recouvert d’une moquette d’un blanc pur et comprenait un canapé gris clair, ainsi qu’une table à manger d’un blanc pur et des chaises de designer… Face au sud, une fenêtre permettait de voir la vue que les Takasus avaient l’habitude de voir il y a un an – les arbres du parc voisin. Les couleurs profondes des ustensiles de cuisine n’affectent en rien l’impression de largeur du salon et le design personnalisé donnait une impression de luxe. À cela s’ajoutait le magnifique lustre en cristal, très tendance, qui trônait au-dessus de la pièce. Ce qui semblait étrange, c’est qu’il n’y avait que suffisamment de canapés et de chaises pour une personne.

Normalement, il ne serait pas étrange de voir cinq ou six chaises dans un salon aussi spacieux.

Et puis il y avait cette odeur nauséabonde…

“Ça vient d’ici… ?”

Elle provenait de la magnifique cuisine de style européen.

La cuisine était équipée d’un grand évier en acier inoxydable, mais il était encombré d’une pile d’assiettes sales depuis un temps indéterminé. Alors, à quoi ressemblerait le siphon ? Le simple fait d’y penser suffit à donner la chair de poule. Sans compter qu’une partie de l’acier inoxydable avait l’air brumeux, car il était plein de…

“AAARRRGGGHHH !!!”

De la moisissure noire, assez pour tourmenter une personne jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Comme s’il était attiré par elle, Ryuji tituba vers la surface et frotta son doigt tremblant dessus. Inutile de dire qu’elle était glissante et épaisse…

C’est inacceptable !!!

Je ne peux pas permettre cela ! C’est une profanation de la cuisine ! Une profanation de la vie ! Même si la cuisine de mon petit appartement est étroite et sombre, elle est au moins assez propre pour qu’on puisse la lécher sans être malade. Il y a des gens qui se tuent à la tâche pour garder leur cuisine propre, et puis il y a des gens qui ont une cuisine si belle et si bien équipée, et, et, et, et, qui la transforment en… CELA !!!

“AISAKA~ !!!”

Ryuji se précipita hors de la cuisine. J’en ai assez vu ! Comment ose-t-elle me laisser voir une telle chose !

“Quoi qu’il en soit, laisse-moi… laisse-moi nettoyer ta cuisine !!!”

Quelque chose s’était déclenché dans le cœur de Ryuji.

Les nerfs à vif, il courut dans le salon comme une balle, mais ne trouva toujours pas Aisaka. Ses yeux, brillants d’excitation, remarquèrent une porte coulissante.

“C’est celle-là ?”

Il l’ouvrit alors avec force…

“…Ah.”

… Bingo. Mais d’une manière ou d’une autre, il avait l’impression d’avoir mal deviné.

Aisaka Taiga était là.

Face à un tel spectacle, Ryuji ne put s’empêcher de se couvrir la bouche, il cessa même de respirer.

Les rideaux étaient suspendus à la fenêtre orientée au nord, dans la pièce silencieuse au plafond élevé, des robes une pièce molletonnées, jetées au hasard après avoir été enlevées, traînaient partout sur le tapis blanc pur. Dans le coin se trouvaient une table et une chaise d’étude blanches assorties, tandis qu’au milieu de la pièce se trouvait un lit de taille princesse avec des rideaux blancs en dentelle suspendus au-dessus.

C’était la chambre d’Aisaka.

Au centre du lit, entourée des rideaux en dentelle, se trouvait Aisaka Taiga. Ses longs cheveux étaient éparpillés sur le couvre-lit, et elle dormait silencieusement en se blottissant les bras et les jambes.

Le combiné du téléphone portable était posé à côté de l’oreiller et au-delà des rideaux, on pouvait apercevoir la résidence des Takasu.

“… Alors elle s’est rendormie…”

Zzzzz… Seule la respiration silencieuse et rythmée pouvait être entendue.

Incapable de s’approcher d’elle, Ryuji gardait cette distance en regardant Aisaka endormie… Ce n’est pas comme s’il voulait vraiment regarder, c’est juste qu’il ne pouvait pas la sortir de son champ de vision.

Enveloppée dans un pyjama ample, ses bras et ses jambes minuscules semblaient encore plus petits. Ce n’est qu’à ce moment-là que son visage calme semble aussi clair qu’une sculpture de glace, comme s’il était sur le point de fondre. Son petit nez, sa petite bouche légèrement ouverte et ses cils qui s’étendent vers le bas… si ce n’était sa respiration, on ne pourrait pas dire si elle est vivante ou non… Et Aisaka dormait tranquillement sur son lit.

Ce n’était pas parce qu’il regardait sa camarade dormir, c’était juste que ce décor semblait tout droit sorti d’un conte de fées.

Ryuji pensait qu’elle ressemblait à la Belle au Bois Dormant, comme n’importe quelle autre fille. Mais il rejeta rapidement ce genre de pensée….

Ce n’est pas une princesse.

Non… c’est juste une poupée qui a été oubliée par une princesse. Ses yeux s’ouvraient quand on la prenait, mais comme elle avait été oubliée, elle ne pouvait que rester couchée et continuer à dormir.

La poupée dormait dans ce lit, dans cette chambre, dans cet appartement, et pourtant ils appartenaient à la princesse et non à la poupée. Cela expliquait pourquoi tout semblait si grand par rapport à la taille de la poupée.

Pourtant, Aisaka est une humaine et c’est sa maison… D’ailleurs, où est sa famille ?

Après avoir fait le tour de la pièce, Ryuji plissa les yeux. Une chaise, un canapé… Il n’y a personne d’autre ici qu’Aisaka, et c’est là que dort Aisaka, qui se limite à secouer la tête lorsqu’on lui demande ce qu’il en est de sa famille.

Ryuji regarde sa montre, il restait encore du temps avant que l’école ne commence.

Sentant qu’il serait difficile de la réveiller, Ryuji quitta silencieusement la chambre et ferma la porte sans faire de bruit. Je l’appellerai si elle n’est toujours pas levée juste avant de partir.

Après être revenu de la dimension alternative de la chambre silencieuse, Ryuji enleva lentement sa veste de gakuran et retroussa ses manches.

“… Allons-y !”

Devant ses yeux brillants se trouvait la cuisine utilitaire extrêmement glissante, le temps imparti était de 15 minutes. La bataille entre l’homme et l’acier inoxydable sale a commencé.

Quand Aisaka Taiga se réveillera, elle n’en croira probablement pas ses yeux.

Bien que son travail ne soit pas encore terminé… Je finirai le reste demain ! Ryuji se le jurait, les ustensiles de cuisine et l’armoire en acier inoxydable derrière lui, laissés à l’abandon pendant près de six mois, étaient désormais étincelants de propreté.

Il ne restait plus que le riz créole et la soupe miso instantanée du petit-déjeuner.

Le contenu était le même. Mais j’en ai apporté en supplément. Ryuji remarqua que les bento étaient lourds et bien emballés.

Tout cela était destiné à Aisaka Taiga, qui dormait encore dans ses doux rêves.
 

* * *

 

 

“Je t’ai expressément appelé pour que tu viennes me chercher, parce que je ne voulais pas être en retard, pourquoi as-tu attendu jusqu’à cette heure ? Qu’est-ce que tu as fait ?”

“Qu’est-ce que tu as fait ? Je ne t’ai pas dit de manger plus vite plusieurs fois ? Qui était-ce qui demandait des rations supplémentaires et refusait de poser le bol ?”

“Je ne t’ai jamais demandé de m’aider, c’est toi qui as joyeusement préparé le petit déjeuner tout seul. J’ai pensé que ce serait du gâchis si je ne le mangeais pas, alors je t’ai aidé ! Tu devrais être reconnaissant de ma générosité !”

” Rends-moi… ! Rends-moi ce bento !”

” Tais-toi déjà ! Et ne t’approche pas de moi, espèce de chien pervers !”

“Pourquoi tu… Rends-moi ça ! Je te le revaudrai ! En plus de ma gentillesse !”

“Tais-toi, ordure !”

“Je n’ai pas de riz créole en réserve pour les gens qui me traitent d’ordure !”

Courant épaule contre épaule sur le chemin de l’école, Ryuji et Aisaka avaient entamé une dangereuse guerre acharnée. Sous les feuilles vertes des arbres plantés à côté, il n’y avait personne d’autre que ces deux-là qui se battaient sur la route pour créer plus d’ennuis aux autres.

Ryuji attaqua par le haut, essayant d’arracher le sac bento qu’Aisaka portait dans ses petites mains, mais Aisaka l’esquiva habilement en utilisant son petit corps et se déplaça comme un serpent, gardant ses distances avec Ryuji. Quelques passants innocents, ne voulant pas avoir affaire à un lycéen à l’air maléfique et au regard terrifiant et à une jolie fille au visage innocent, évitèrent tous de les regarder dans les yeux.

“Comment une fille aussi ingrate que toi peut-elle exister… C’est incroyable ! Et après avoir nettoyé ta cuisine pour toi, même si elle n’est pas encore tout à fait propre…”

“J’ai déjà dit que je ne t’avais jamais demandé de le faire !”

“Toi ! Laisse-moi te dire que tu es complètement ridicule ! L’eau stagnante bouchée dans l’évier empestait déjà… Il n’y avait que de la crasse et de la moisissure dans le siphon, et les restes pourris étaient une image tout droit sortie de l’enfer… Combien de temps as-tu laissé l’évier sans entretien ? L’appartement puait comme l’enfer !”

“Depuis environ six mois.”

“Tu n’as vraiment pas le droit de t’appeler un être humain…”

Ryuji la pointa du doigt, tandis qu’Aisaka se contenta de répondre sans la moindre expression, “Qu’est-ce que ça a à voir avec moi ?” et passa rapidement devant. Il ne nettoyait pas la cuisine parce qu’il voulait obéir à ses ordres. Ryuji ne supportait tout simplement pas de voir une cuisine laissée dans un tel état de désordre. Il voulait la rendre propre, la rendre belle, la rendre utilisable… Ces pensées grandissaient lentement dans son esprit et devenaient irrépressibles.

“Suis-je… pathétique ?”

Ryuji se marmonnait à lui-même tout en poursuivant Aisaka. Ou plus exactement, parce qu’il devait lui aussi aller à l’école, il n’avait pas d’autre choix que de marcher derrière elle. Aisaka tourna légèrement la tête pour regarder Ryuji,

“Ne t’occupe pas des petites choses. N’oublie pas que tu devras m’aider à l’école, alors n’essaie pas de t’enfuir !”

Aisaka s’exclama, regardant Ryuji avec ses yeux complètement éveillés tout en reniflant silencieusement avec son petit nez. C’est ce qu’on appelle un avertissement ? Ryuji pressa le pas et répondit,

“Je dois dire que je n’ai pas l’intention d’aider quelqu’un qui me parle de cette façon !”

Sans crier gare, Ryuji heurta de plein fouet Aisaka, qui s’était arrêté brusquement, et lui donna un coup de coude dans l’estomac.

“E, espèce d’idiote ! Ne t’arrête pas tout d’un coup !”

Enervé, Ryuji déplorait ce mépris flagrant pour sa propre vie, mais les yeux d’Aisaka ne regardaient pas du tout Ryuji.

“Minorin ! Tu m’attendais encore ?”

“Tu es en retard, Taiga ! Tu as fait un détour aujourd’hui aussi ?”

“…Euh !”

Juste avant de trébucher, Ryuji se rattrapa. Devant Aisaka, au coin d’un grand carrefour, se tenait Kushieda Minori.

Seule une petite partie de son visage était bronzée par le soleil, couplée à ses grands yeux lisses, elle souriait innocemment tout en faisant un signe de la main dans leur direction. Ses cheveux étaient illuminés par l’éclat du soleil matinal, tandis que sa jupe flottait dans le vent… Pourtant, son bras cessa soudainement de s’agiter et son sourire disparut, au lieu de quoi elle écarquilla ses grands yeux…

“EEEHHH~… !!!??? Quo… !? C’est pas possible ! C’est possible !?”

“Qu’est-ce qu’il y a, Minorin ?”

“M, mes oreilles…”

Minori cria d’une voix très aiguë, tout en tournant rapidement son regard vers Ryuji et Taiga qui allaient tous deux à l’école ensemble.

“Et tu me demandes ce que c’est !? Eh, eh… Je, je vois… Je ne savais même pas que Taiga et Takasu-kun s’entendraient si bien qu’ils viendraient à l’école comme un couple…”

“Tu te trompes, Minorin. D’ailleurs, que veux-tu dire par ‘ un couple ‘ ?”

“Hmm… ! C, comment ça s’appelle déjà ? Hum, dans ce genre de situation… Argh ! Je n’arrive pas à trouver le bon mot pour la décrire ! Ah oui, vous avez juré de ne jamais vous séparer ?!”

“Non, non, non ! On n’a pas juré de marcher ensemble jusqu’à l’école ! C’est juste qu’on s’est rencontrés là-bas !”

Ryuji trouva instinctivement une excuse de ce genre, il se retourna alors et dit doucement,

” J’ai raison, Aisaka ? ”

En tournant la tête, elle révéla un sourire doux tout à fait effroyable.

” Quoi, vous vous êtes donc rencontrés par hasard, hein ? ”

“Oui, nous vivons très près l’un de l’autre.”

Aisaka commença à marcher côte à côte avec sa bonne amie Minori. Comment ai-je pu laisser passer une telle chance ? Ryuji la rattrapa rapidement par derrière tout en commençant à réfléchir.

Se pourrait-il que le fait qu’Aisaka sache que j’aime Minori, elle m’ait appelé afin de créer une chance pour que j’aille à l’école avec elle ?

“Eh bien, à plus tard, Takasu-kun… Je voulais te proposer d’aller à la salle de classe ensemble ! Mais on dirait que tu ne veux pas marcher avec nous, n’est-ce pas ? Puisque nous nous sommes rencontrés par hasard, n’est-ce pas ?”

En moins de 3 secondes, l’imagination de Ryuji fut rapidement écrasée par Aisaka, qui tourna la tête.

“… Ah… Non, Ai, Aisaka…”

“Alors, je te verrai plus tard, Takasu-kun ! Hé Taiga, tu as vu la télé d’hier soir…”

Qu’est-ce qui s’est passé ? Mais j’ai aussi regardé la télé hier soir… … Essayant péniblement de les rappeler avec son bras tendu, Ryuji reçut son dernier avertissement :

Ne t’avise jamais d’essayer de me devancer ! Arrête d’être arrogant, stupide chien !

“… Ugh…”

Aisaka semblait dire cela en tournant la tête une fois de plus et en jetant un regard sombre et lourd.

Ryuji était pétrifié par les yeux de cette bête assez petite pour être placée sur la paume de n’importe qui. Elle semblait déclarer À moins que tu n’arrives à me faire m’entendre avec Kitamura-kun, je ferai tout pour t’empêcher de t’approcher de Minorin !  Même sans elle en travers de son chemin, ce n’était encore qu’un rêve pour lui de sortir avec Minori… Pourquoi est-ce que je pense à des choses aussi tristes tout d’un coup ?

Non ! À ce rythme, je finirai comme le chien d’Aisaka pour le reste de ma vie. C’était le pire résultat qu’il pouvait imaginer…

Observant les silhouettes des deux filles qui disparaissaient lentement, Ryuji plissa les yeux avec sérieux. C’est parti ! Ne me sous-estime pas ! Pour la première fois, le mépris et la dégradation avaient stimulé l’esprit combatif de Ryuji.

En faisant en sorte qu’Aisaka s’entende avec Kitamura, ne vais-je pas pouvoir réduire la distance qui me sépare de Minori ?

error: Contenue protégé - World-Novel