Accueil Article 5507-chapitre-4

5507-chapitre-4

Chapitre 4 

Le plan était simple : ….

Un match de basket était prévu dans le cadre du cours de sport d’aujourd’hui. Les garçons et les filles seraient divisés en deux et joueraient entre eux, mais ils s’échaufferaient ensemble avant cela… Deux personnes sont jumelées pour l’échauffement, qui dure environ 10 minutes et comprend des étirements et des passes de balle.

Les élèves étaient libres de choisir leur partenaire d’échauffement comme ils le souhaitaient, le professeur d’éducation physique n’y voyant pas d’inconvénient tant qu’ils étaient tous jumelés.

“C’est pourquoi c’est une bonne occasion pour deux personnes qui se parlent rarement d’avoir une conversation. Je trouve ça génial ! Alors tu vas faire équipe avec Kitamura ! Fin de l’histoire.”

Ryuji expliqua sa stratégie tout en se dirigeant vers le gymnase, vêtu de son uniforme d’éducation physique. Aisaka marchait à ses côtés, jouant avec sa queue de cheval qu’elle avait attachée derrière elle en se morfondant,

“Faire équipe avec lui… Mais qui dans la classe irait faire équipe avec le sexe opposé ? Je fais toujours équipe avec Minorin, et Kitamura-kun est toujours avec toi. Et voilà que tu me demandes de faire équipe avec lui… Je ne peux pas le faire !”

Elle devint plus silencieuse en terminant sa phrase. Tut, tut, tut ! Ryuji agita le doigt tout en expliquant fièrement sa stratégie,

“C’est tout à fait ça. Écoute-moi bien ! Le but est de faire équipe avec lui de façon naturelle et décontractée, tout ce dont nous avons besoin, c’est d’un peu de préparation. D’abord, je vais faire équipe avec Aisaka…”

Aisaka regarde le visage de Ryuji avec méfiance,

“… Et ensuite ?”

“Une fois que ce sera fait, Kitamura n’aura pas d’autre choix que de faire équipe avec quelqu’un d’autre. En cours de route, le gars qui fera équipe avec Kitamura sera ‘accidentellement’ frappé par une balle que j’aurai lancée. Même s’il ne sera pas blessé, cela suffira à provoquer une certaine agitation, car je devrai l’emmener à la clinique de l’école. Dans ce cas, devines qui sera laissé derrière ?”

“… Moi, et Kitamura-kun ?”

” Pas vrai ? Comme ça, tu pourras dire ‘On dirait qu’on n’a pas d’autre choix que de faire équipe ensemble’…”

” Tu es vraiment un très mauvais acteur. Tu me prends pour une imbécile ? …Et les choses vont-elles vraiment se dérouler aussi facilement ?”

“Je ferai de mon mieux pour que tout se passe bien !”

Les deux se changèrent pour enfiler leurs baskets en s’asseyant épaule contre épaule, puis se rassemblèrent avec d’autres camarades de classe devant le professeur d’éducation physique.

“Aujourd’hui, nous allons nous entraîner à passer le ballon dans un match.” Le professeur expliqua.

“Commençons par l’échauffement ! Tout le monde se met par deux !”

“Hé, Aisaka !”

“Je suis là ! On se met en équipe, Takasu-kun !”

“D’accord ! Allons-y !”

“… Parfait, séparez-vous ! On dirait qu’il y a des esprits enflammés aujourd’hui !”

Ryuji et Aisaka s’éloignèrent rapidement du rassemblement en direction du coin du gymnase après avoir rapidement fait équipe l’un avec l’autre. “Incroyable… Ce Takasu ne tient vraiment plus à sa vie…” “C’est comme s’il était désormais l’animal de compagnie du Tigre de Poche…” Bien que tout le monde commençât à marmonner entre eux avec crainte, cela n’atteignit pas les oreilles de ces deux-là. Face à face, ils se consultèrent discrètement,

“Nous avons passé la première étape sans problème.”

” Ouais “.

Tous deux acquiescèrent et échangèrent un regard.

Cependant, le mouvement soudain de Ryuji et Aisaka conduisit la classe vers une direction intrigante. À part les plus timides, les autres camarades de classe commencèrent également à bouger…

“Hmm… c’est donc aujourd’hui que ça commence, hein ? D’accord, je vais faire équipe avec une fille aujourd’hui ! Qui veut être avec moi ?”

En commençant par cette voix de dragueur.

“Moi aussi ! Je veux faire équipe avec un mec !”

“Tu as raison, je pense que c’est bien comme ça aussi.”

“Qui sait ? Ça pourrait être amusant !”

L’ambiance devint excitée, à part ceux qui s’en tenaient à leur serment de faire équipe avec leurs amis, les autres moins intègres commencèrent à faire équipe avec le sexe opposé.

Finalement…

“Maru~o-kun ! Oups, je veux dire Kitamura-kun ! Fais équipe avec moi !”

“Huh ? Ahh, bien sûr, puisque je me suis fait larguer par Takasu…”

AH ! Ryuji entendit un cri alors qu’il se faisait frapper dans le dos par Aisaka.

“A, attends, qu’est-ce qui se passe ? Kitamura-kun fait maintenant équipe avec cette fille bizarre !”

Celle que l’on qualifiait de bizarre était l’une des filles les plus populaires de la classe, Kihara Maya – Un corps plutôt élastique pour une jeune fille de 17 ans – Elle avait des extensions appliquées à ses longs cils, tandis que ses lèvres étaient couvertes d’une fine couche de rouge à lèvres rose semi-translucide. Avec un maquillage léger qui a tout juste passé le règlement de l’école, elle est plutôt mignonne… C’est en tout cas ce que pensait Ryuji.

“Qu’est-ce que tu veux dire par cette fille bizarre ? C’est Kihara-san. N’appelle pas tes camarades de classe comme ça ! Bien que les choses ne se soient pas passées comme prévu… QU-!?”

Cette fois, c’était au tour de Ryuji de crier.

“Kushieda, faisons équipe.”

Celui qui parlait d’une manière timide était Noto Hisamitsu, un ancien camarade de classe 1-A avec qui Ryuji s’entendait bien – Un jeune homme frais de 17 ans – bien que les lunettes noires à monture qu’il portait depuis peu ne lui allaient pas du tout. Qu’est-ce qu’il fait, cet enfoiré ? Alors que Ryuji le fixait de ses yeux énervés…

“D’accord ! Allons-y !”

Minori bondit joyeusement vers Noto.

“Quo-!? Toi !? Ehh !? Kushieda-san ! Tu fais équipe avec ce type bizarre !? E, ensemble ! ?”

“Je croyais que c’était ton ami ? Vraiment, c’est pour ça que j’ai dit que tu étais un chien inutile ! Comment peux-tu ne pas avoir prévu une telle chose ?”

“Ce n’est pas toi qui as accepté !?”

Au moment où les deux essayaient de se rejeter la faute l’un sur l’autre, le sifflet du professeur d’éducation physique retentit dans le gymnase. Tout le monde s’aligna en conséquence et commença à s’échauffer.

Debout devant Ryuji, Aisaka commença à bouger son corps, secouant sa queue de cheval au passage. Les gars qui se trouvaient à proximité d’elle furent repoussés par son regard fixe et ses claquements de langue, forçant les pauvres âmes à s’excuser rapidement et à lui laisser un chemin à traverser.

Peu importe qui c’était (à part Minorin), quiconque se mettait en travers de son chemin se faisait mordre. D’où son surnom de Tigre de Poche, qui était dérivé de son nom.

Ryuji se souvint de ce qu’un de ses nouveaux camarades de classe avait dit lorsqu’il s’était renseigné sur le pseudonyme d’Aisaka. Ce n’était pas pour rien qu’on l’appelait la tigresse, et contrairement à d’autres filles, elle ne semblait pas trop préoccupée par ce que Kitamura pouvait penser d’elle.

Pourtant, en regardant la fille se réchauffer à la musique de la radio, sa silhouette petite et mince, elle ne semblait pas être une fille à associer au mot “sauvagerie”. Les non-initiés la verraient plutôt comme une jolie fille à l’allure fragile. D’ailleurs, lorsqu’elle est entrée dans cette école, beaucoup la considéraient comme l’une des plus jolies parmi les nouveaux élèves, et l’on disait qu’ils faisaient la queue juste pour se confesser à elle… Ryuji pouvait certainement comprendre ce qu’ils ressentaient.

Par rapport aux autres filles, elle faisait une taille de moins. Un uniforme d’éducation physique qui conviendrait à d’autres paraîtrait beaucoup plus grand sur elle, et c’est pour cette raison qu’elle devait retrousser le bas de l’uniforme. Même ses fesses étaient aussi petites que celles d’un enfant. Dans l’ensemble, elle appartenait à la catégorie des personnes de petite taille.

Franchement, même s’il avait été tourmenté par elle jusqu’à présent, Ryuji trouvait Aisaka “plutôt mignonne”, même si cela ne se limitait qu’à son apparence. C’était parce que son cœur ne pouvait pas mentir ; il commençait à battre plus vite quand il la regardait de temps en temps… et la sueur qui coulait de son visage non plus.

Ce serait bien si ce n’était pas un tigre à l’intérieur de ce corps… Non, qu’est-ce que je dis !?… Juste au moment où il pensait à ces choses inutiles…

“Pourquoi tu rêvasses, espèce de tas de ferraille ? Ahhh, se pourrait-il que tu sois déjà cassé ?”

“… D… Dis ce que tu veux. Mon cerveau n’a pas besoin de perdre de l’espace en trouvant des mots pour répondre à tes insultes soudaines…”

L’échauffement radio est maintenant terminé.

Aisaka tourna froidement la tête et s’assit en tournant le dos à Ryuji. Ensuite, il y eut des exercices d’étirement.

“… Pourquoi dois-je faire mes exercices d’étirement avec toi ? En y réfléchissant, l’échauffement ne serait-il pas terminé au moment où nous manipulons les balles ?”

Aisaka marmonnait tout en se plaignant du plan raté de Ryuji, tendant ses petits doigts vers l’avant, elle touchait le bout de ses chaussures de sport sans trop d’effort. Pour pouvoir pousser sur son dos, je vais devoir toucher son T-shirt et son corps… Ryuji hésita un moment, essayant de rester calme et dit,

“Hé, tu es très délicate ! Ce serait bien si tu pouvais parler à Kitamura comme ça.”

“Oui.”

Alors que la conversation vide se poursuivait, Ryuji commença à se sentir plutôt déstabilisé, probablement parce qu’il pensait à l’apparence d’Aisaka il y a un moment, maintenant il ne pouvait pas s’empêcher de commencer à remarquer son corps.

Sous les omoplates d’Aisaka, son dos était un peu chaud à cause de l’échauffement. Bien que ce ne soit qu’un tout petit peu, Ryuji pouvait encore distinguer le contour de ses sous-vêtements à l’intérieur.

Ryuji se disait Je viens d’offrir un cadeau génial à tous les garçons de la classe.

“Ummph… Hé, tu deviens lourd, arrête de presser si fort !”

D’un autre côté, Ryuji s’inquiétait pour Kushieda Minori. Noto était-il en train de regarder les sous-vêtements de Minori sous sa chemise ?

“… Ryuji, je… suffoque ! Hé ! Tu es lourd ! Ow, Lou…rd… !”

Alors que Ryuji continuait de penser, sa vision se déplaça du cou d’Aisaka à la raie de ses cheveux. Comme le soleil ne brillait que rarement à cet endroit, la nuque d’Aisaka était aussi blanche que la neige. La peau derrière ses oreilles jusqu’aux artères du cou était aussi lisse que du marbre poli, comme si on y laissait des traces de doigts si on la touchait… Il suffisait de la regarder pour que le cœur s’emballe et que la respiration s’accélère…

“…! …! …!”

“… Hein ? Pourquoi tu as l’air de souffrir ?”

Alors qu’il lâchait prise, Aisaka se releva et inspira profondément, comme un plongeur sortant de la mer,

“T… tu le découvriras dans un moment… Viens, échangeons…”

Aisaka sourit à Ryuji pour la première fois. Que s’est-il passé ? Ryuji ne comprenait pas. Quelque chose de bien s’est-il produit ?

Environ une minute plus tard, ce fut au tour de Ryuji de tourner le dos à Aisaka en s’asseyant. “N’oublie pas de ne pas pousser trop fort !” dit Ryuji en se retournant.

C’est alors qu’il le sentit.

Il était à une certaine distance lorsqu’il se mit à bondir et à sauter en hauteur….

“Idi… Sto… Whoa… !”

Avec son poids et son élan, ce tigre tentait de briser le dos de Ryuji en s’abattant durement sur lui. Sa taille semblait sur le point de céder.

“Bon sang… ça fait mal… !”

“J’ai aussi eu très mal tout à l’heure, alors maintenant on est quittes !”

Cela n’a fait que gaspiller toute leur énergie. Enfin, il était temps de s’entraîner à passer la balle. Après avoir été touché par le coup de pied volant d’Aisaka, les jambes de Ryuji semblaient sur le point de craquer. Ce sera un miracle si je peux continuer le reste de la leçon d’éducation physique comme ça !

“Dépêchons-nous de mettre au point notre plan, d’accord ?”

Aisaka déclara en se plaçant à environ 5 mètres de lui. Les autres camarades de classe commencèrent également à se passer les balles, le son des balles qui rebondissent résonnait dans le gymnase.

Leur plan était de faire en sorte que Ryuji lance doucement la balle vers le partenaire de Kitamura à mi-chemin de l’exercice de passe – c’était bien sûr le plan original, mais il y avait maintenant un problème…

En diagonale derrière Aisaka et en diagonale devant Ryuji, la personne faisant actuellement équipe avec Kitamura était Kihara-san – une fille.

Peu importe la légèreté de son lancer, Ryuji hésitait encore à blesser délibérément une fille. Quoi qu’il en soit, je vais d’abord passer la balle à Aisaka !

“… Comment se fait-il que tu passes la balle à la place… ?”

Ses grands yeux reflétaient la lumière comme une lame tranchante, visant directement Ryuji.

“… J’attends une bonne occasion. Allez, passe-moi la balle !”

“…”

Avec un air renfrogné, Aisaka renvoya la balle vers Ryuji avec force. Alors que Ryuji rattrapait la balle, Aisaka fit un geste rapide du menton.

Fais-le !

“… D’accord, d’accord…”

Après avoir fait rebondir la balle pendant un moment, il la lance à nouveau. Après avoir reçu la balle, la bouche d’Aisaka prit la forme d’un V inversé,

“Hé ! C’est quoi ce bordel ? Dépêche-toi !”

Aisaka manipula le ballon comme un joueur de basket-ball expérimenté. Après quelques rebonds…

“Ici !”

“Whoa ! Le ballon de basket se dirigea vers son visage comme une balle.

“P, pourquoi tu…”

Ryuji réussit à rattraper rapidement le ballon après que la moitié de son visage ait été égratignée par celui-ci. Au fait, Ryuji ne se sentait pas en colère, ok, peut-être qu’il se sentait un peu en colère, mais il se sentait un peu plus effrayé.

“Hé Ryuji ! Allez ! Passe-le-moi !”

Aisaka de son côté, faisait les cent pas à droite et à gauche comme si de rien n’était, ses baskets grinçant sur le sol lorsqu’elle se déplaçait. Bien sûr, elle n’avait pas l’intention d’attraper vraiment la balle, puisqu’elle se contentait d’agiter les bras. Autant tenter une passe virile ! Cependant, alors que Ryuji était sur le point d’accumuler sa force pour le lancer…

“Ah…”

Aisaka regarda soudainement ailleurs, obligeant Ryuji à s’arrêter rapidement.

“Mais qu’est-ce que tu regardes ?!”

Devant la vision d’Aisaka après qu’elle se soit retournée… “Sheesh~ Kitamura-kun, où penses-tu lancer la balle ?” “C’est ma faute !” Kihara Maya se lance à la poursuite de la balle qui a roulé et qui a atterri juste devant les pieds d’Aisaka.

“…”

Un air renfrogné.

En parlant de cela, même Aisaka n’était pas sûre de l’expression à adopter à part cela alors qu’elle ramassait la balle.

“Wah ! Aisaka-san ! Je suis désolé, tu es en colère ? Je suis vraiment désolée, nous ne voulions pas faire ça !”

Serait-ce parce qu’elle est aussi une fille qu’il est plus facile de communiquer avec elle ? Le sourire de Kihara ne laissait transparaître aucune des expressions terrifiées que les gars auraient pu avoir en temps normal. ” Peux-tu me le passer, s’il te plaît ! ” Kihara agita le bras, puis, réalisant que son lacet était défait, se pencha rapidement pour l’attacher.

Au lieu de répondre à son appel, Aisaka était…

“Hé… Aisaka ! Désolé, tu peux me le passer s’il te plaît ?”

Ce n’était autre que le Monsieur Gentil aux lunettes flashy – Kitamura Y?saku. Comme on pouvait s’y attendre de Kitamura, il traitait toutes les filles de la même façon, c’est ce qu’on appelle être “innocent”.

Crac ! Aisaka s’arrêta soudainement de fonctionner comme si son moteur était tombé en panne d’essence. Ryuji ne pouvait pas voir son expression depuis sa position, mais il pouvait dire très clairement que son corps était maintenant aussi rigide qu’un tremplin.

“Cr~ac…” Aisaka commença à bouger d’une manière apparemment dommageable avec tout ce bruit de craquement. Elle fit quelques pas – bras droit et jambe droite ensemble, puis bras gauche et jambe gauche ensemble – en direction de la balle. Sans même dire “Attention !” ou “C’est parti !”, elle a silencieusement jeté la balle par-dessus. Pardon, elle a lancé le ballon, et d’une manière assez pathétiquement rigide.

Après avoir rebondi plusieurs fois, la balle a roulé droit et…

“Merci !”

Elle est allée directement dans la main de Kitamura, qui a fait un signe en V très ringard sur son front. Au fait, son T-shirt était complètement rentré dans son pantalon, tandis que les parties libres de son pantalon étaient étroitement enroulées autour de ses jambes.

“Ai, Aisaka… ?”

“…”

Aisaka, qui semblait aimer ce genre de personne, avait cessé de donner des signes de vie… Du moins, c’est ce qu’il semblait. Elle ne répondait même pas aux appels de Ryuji en restant immobile, sans se soucier du fait qu’elle se tenait à un endroit qui empêchait les autres personnes de passer leurs balles.

Ryuji décida d’abandonner après l’avoir appelée plusieurs fois. Il s’approcha prudemment d’Aisaka, et sans l’exciter ou la provoquer…

“… Aisaka !”

“…”

Il tira doucement sur la manche de son T-shirt, et la fit reculer petit à petit. Contre toute attente, Aisaka suivit docilement. Ainsi, il réussit à la ramener à l’endroit où ils s’étaient échauffés. Il jeta un coup d’oeil à son visage silencieux…

“Whoa !”

Ryuji recula rapidement. Aisaka Taiga souriait vraiment ! Ce n’était pas facile à dire, mais en y regardant de plus près, on pouvait voir qu’elle souriait.

Ses yeux étaient plissés comme ceux d’un chaton qui vient de manger, son visage gonflé était caressé par ses mains et sa bouche révélait la forme d’un triangle équilatéral. Elle resta ainsi jusqu’à ce que son cou devienne rouge cerise et ses oreilles rouge vif. Si l’on écoutait attentivement, on entendait les faibles bouffées qui s’échappaient des profondeurs de son abdomen…

“Heh, heh, heh, heh, heh…”

… Elle gloussait.

“H, hey… Aisaka, qu’est-ce qui ne va pas ?”

“Heh… quoi encore ?! C’est toi qui as l’air mal en point ! Pourquoi as-tu l’air si stupéfait ? Tu devrais être heureux pour moi, comme un chien.”

“… Heureux ? Pour toi ?”

Après avoir entendu cette déclaration inattendue, ce fut au tour de Ryuji de devenir silencieux. Heureux de quoi ? Bien qu’Aisaka fasse la moue, elle semblait toujours de très bonne humeur… Ses mains agrippaient maintenant sa queue de cheval et commençaient à tourner lentement… Est-elle… en train de danser… ?

Mais pourquoi ? Comment en est-on arrivé là ? D’une certaine manière, il était difficile de poser cette question dans une telle situation… Ryuji, dont le bras était fouetté par sa queue de cheval, fronça les sourcils et demanda,

“Hé… Hey ! Pourquoi devrais-je être heureux ?”

Aisaka s’arrêta en entendant la question très directe, elle se renfrogna et s’exclama, “Quoi ?!”

“De quoi te plains-tu ? As-tu oublié ce pour quoi nous nous sommes battus ? C’est vrai, je vois… puisque tu n’es qu’un idiot fini. A quel point ton cerveau est-il petit ? Hein ? Arrête de faire l’imbécile ! Je n’ai pas de temps à perdre avec toi ! Je vais te le dire puisque je suis de bonne humeur en ce moment ! Tu veux l’entendre, n’est-ce pas ? C’est ça ? Ki, Kitamura-kun vient de s’entraîner à passer la balle avec moi ! Heh heh…”

Elle se remit à glousser. “Heh, heh, heh, heh, heh” … Après avoir réfléchi un moment, Ryuji finit par prendre la parole,

“… Qu’est-ce que ça veut dire ?”

“Hein ? ! Sérieusement, un chien n’a pas le droit de se plaindre…”

“… Je ne me plains pas… c’est la façon dont tu es heureuse de… Désolé d’être brutal, mais n’es-tu pas heureuse pour toutes les mauvaises raisons ? Quand tu as dit que tu t’entraînais à passer la balle… n’as-tu pas simplement passé la balle une seule fois ? D’ailleurs, ton but était-il de t’entraîner à lui faire des passes ? N’es-tu pas censée profiter de cette occasion pour entamer une conversation avec lui et faire plus ample connaissance ?”

Ah…

Le sourire d’Aisaka fut rapidement remplacé par son expression habituelle. “Pas vrai ?” Ryuji poursuivit,

“De plus, de quoi s’agit-il au juste ? Lui as-tu seulement parlé ? N’as-tu pas gardé le silence pendant tout ce temps ? Tout ce que tu as fait, c’est lancer la balle avec raideur et il t’a simplement remercié, et tu appelles ça une conversation ?”

Il ramassa la balle tout en imitant le signe en V de Kitamura. Résultat…

“Hmph !”

Aisaka se retourna rapidement et frappa de sa main la balle qu’il tenait.

Sous l’effet de la force exercée, la balle rebondit très haut, touchant presque le plafond.

WHACK !

Elle atterrit ensuite directement sur la tête de Ryuji. Aisaka attrapa la balle alors qu’elle rebondissait et dit,

“Tu as raison… Hmm, tu peux donc dire quelque chose d’utile de temps en temps ! Alors, continuons notre plan !”

Avec une expression hautaine, Aisaka donna un coup de pied à Ryuji, qui se tordait toujours de douleur, et retourna à sa position d’échauffement.

“Hé, Ryuji !”

“Whoa !”

Elle fit immédiatement une passe à grande vitesse. Ryuji n’était même pas préparé lorsqu’il attrapa la balle… ou plutôt, la balle frappa directement la poitrine de Ryuji.

“… Hé, ça fait mal !” cria Ryuji.

Pourtant, les yeux d’Aisaka brillaient dangereusement, elle était préparée au point de devenir folle. La force de la projection était beaucoup plus forte qu’auparavant et il semblait qu’Aisaka était maintenant engloutie dans les flammes. Il semblait que les bavardages et la joie avaient attisé les flammes de l’amour en Aisaka. Soudain, elle fit à nouveau une demande délicate,

“Hé, dépêche-toi de suivre le plan. Cette fois, nous devons réussir.”

“… Eh bien, tu sais… ce plan…”

“Qu’est-ce que tu racontes ? Ce n’est pas toi qui as eu l’idée de ce plan ? Le temps de l’entraînement est presque écoulé !”

Elle a tout à fait raison, mais…

Ryuji se tourna légèrement et jeta un coup d’œil au partenaire de Kitamura… Je ne peux pas faire ça !  Il secoua la tête en pensant Peu importe la douceur avec laquelle je lance la balle, cette personne est toujours une fille. Je ne peux vraiment pas le faire ! Je devrais peut-être rester comme ça jusqu’à la fin de l’entraînement, mais…

C’est ça !

Ryuji a soudainement écarquillé les yeux. D’accord, je vais le faire, je vais rester dans cette position jusqu’à la fin. Aisaka va péter les plombs, mais on ne peut rien y faire… Il va falloir que je trouve quelque chose à lui dire…

“Qu’est-ce que tu attends, espèce d’ordure… Ah, zut ! Pourquoi mon nez me démange-t-il maintenant…”

C’est l’occasion ou jamais ! Ryuji tira à la vitesse d’une mitrailleuse sur Aisaka qui se grattait le nez.

“Comment as-tu fait ? Tu as une mine épouvantable ! D’ailleurs, tu as beaucoup éternué hier soir, as-tu attrapé une infection au nez ? Ou as-tu attrapé un rhume ? Ou bien ton nez est-il trop sensible ? Serait-ce que ton nez a été endommagé par la puanteur de ton horrible cuisine ? Quand as-tu nettoyé cet endroit pour la dernière fois ? Peut-être même que tu n’as jamais fait le ménage chez toi, n’est-ce pas ? Quel gâchis d’une belle moquette… Ah oui, où as-tu trouvé cette moquette ? Elle est superbe, mais elle n’est pas fabriquée au Japon, n’est-ce pas ? J’aimerais bien m’en procurer une…”

“Quelle moquette ?! Tais-toi ! Qu’est-ce que tu racontes ? Comment pourrais-je savoir… Ugh… mon nez… ugh… Ahhh, tu es ennuyeux ! Ce n’est pas important, dépêche-toi avec le plan… ugh…~ !”

Aisaka se gratta frénétiquement le nez tout en se sentant très énervée. On dirait qu’elle est sur le point d’exploser !

“Hé, passe-moi ça ! Eeennnvvv——oooiiisssss!!!”

Aisaka s’exclama bruyamment en agitant les bras comme Spider-Woman. Dans ses yeux, on pouvait lire “Si tu lances ça vers moi, tu es mort !”.

Mais il n’y a assez de temps que pour une dernière passe… Ryuji fit une estimation approximative dans sa tête, Je suppose que je vais juste faire une autre passe régulière ! Le nez d’Aisaka la démange encore ? Son visage a l’air vraiment tordu…

“… Ugh… aaah…”

“D’accord ! Je vais faire la passe, Aisaka !”

Cette fois-ci, Ryuji utilisa beaucoup de force dans son lancer.

Cependant, Aisaka s’est soudainement penché en arrière,

Et au même moment…

“AH-CHOO !”

“AHHH !!!!!

Oh, merde !

Les deux sons qui résonnèrent dans le gymnase étaient l’éternuement d’Aisaka et le cri de terreur de Ryuji… Je ne l’ai pas fait exprès ! Je le jure ! Ce n’était pas délibéré !

Pourtant, le malheur est arrivé… La balle se dirigea directement vers le visage d’Aisaka qui éternuait ; c’était un coup direct. Aisaka s’effondra alors raide, et il ne restait plus que la balle qui s’éloignait lentement en roulant. Ryuji était trop abasourdi pour faire quoi que ce soit car tout s’était passé si vite, ce n’est que quelques secondes plus tard qu’il put reprendre ses esprits,

“Je, je suis désolé ! Tu vas bien… whoa !?”

Alors que Ryuji se précipitait pour aider Aisaka à se relever, il fut soudainement surpris. Ce n’est pas bon. E, elle s’est évanouie, et son nez saigne… Pour une raison quelconque, les images d’Inko-chan et de Yasuko ce matin défilèrent devant lui.

Ils étaient tous les deux allongés sur le sol dans des poses maladroites, et maintenant Aisaka était dans la même situation. La scène de ce matin pourrait-elle être un présage de ce qui se passe aujourd’hui… Et pourquoi est-ce que je pense à toutes ces choses insignifiantes dans un moment comme celui-ci ?

“Qu’est-ce qui ne va pas, Takasu ? Qui est blessé ? C’est Aisaka ?”

Le professeur d’éducation physique et le délégué de classe Kitamura se sont précipités. C’est l’occasion de laisser Kitamura s’occuper d’Aisaka ! Ryuji eut soudain une telle idée, et se tourna pour regarder Aisaka au niveau de sa poitrine…

“… NON !”

Il y a quelque chose qui ne va pas avec ce visage. Je ne peux pas laisser Kitamura voir ce visage ! Instantanément, son sentiment de culpabilité le poussa à prendre Aisaka dans ses bras,

“C, c’est mauvais ! Je l’emmène tout de suite à la clinique de l’école !”

Alors que la foule murmurait, Ryuji cacha le visage d’Aisaka contre sa poitrine et se précipita vers la clinique. Les gars excités derrière se mirent à crier : “Le Tigre de Poche s’est réellement fait mettre hors d’état de nuire par cet amateur de Takasu !”. “Voilà un développement intéressant !”

A part la direction générale du plan, rien ne se passait comme prévu.

Takasu Ryuji commença à devenir sérieux, principalement à cause de ce qui s’était passé plus tôt.

Je ne l’ai pas fait exprès, mais… Même si elle est le Tigre de Poche, quand même… Je l’ai fait s’évanouir et saigner du nez… S’il craignait la vengeance d’Aisaka, il craignait encore plus sa conscience.

Alors, quand Aisaka est revenue dans la salle de classe à l’heure du déjeuner…

“Aisaka ! Je sais que c’est un peu soudain, mais tu veux qu’on déjeune ensemble ? Je veux me rattraper pour ce qui s’est passé pendant l’EPS, c’est d’accord ? Kitamura, Kushieda, pourquoi ne pas vous joindre à nous aussi ?”

C’est ainsi que Ryuji commença son opération “Déjeuner ensemble”. En invitant Aisaka, qui mangeait habituellement avec Minori, à déjeuner avec lui, qui mangeait habituellement avec Kitamura, elle pourrait joyeusement déjeuner avec Kitamura, et lui pourrait joyeusement déjeuner avec Minori. C’était un plan impeccable !

Ignorant ses plans, Kitamura leva la main sans hésitation et dit,

“Ça a l’air bien ! C’est une excellente combinaison ! Alors déplaçons nos tables ensemble, d’accord ? Kushieda, Aisaka ?”

“Oui, bien sûr ! Mangeons ensemble ! Hé, Taiga, viens, Takasu-kun dit qu’il veut manger avec nous ! Il dit qu’il veut se racheter pour ce qui s’est passé en sport… Hé ! Arrête de te tenir dans un coin !”

Minori se dirigea vers Ryuji tout en tirant Aisaka, qui portait le bento fait à la main que Ryuji lui avait préparé et qui restait silencieuse pour une raison quelconque. Ryuji pouvait presque voir le mot “nerveux” imprimé sur son visage rigide. Va-t-elle vraiment bien ? Un moment de doute traversa son esprit. D’un autre côté,

“Nous n’avons pas vraiment besoin de quatre tables, deux personnes peuvent partager une table chacune.”

Kitamura suggéra audacieusement tout en déplaçant les tables. “Oui, tu as raison”, approuva Minori avant de dire,

“Je vais m’asseoir ici !”

Minori se posa rapidement sur l’une des chaises. “Alors je vais m’asseoir ici !” Alors que Ryuji la regardait, Kitamura avait déjà pris une autre chaise.

Juste à côté de Minori…

Juste à côté de Kitamura…

Inutile de dire que Ryuji n’avait qu’une envie, c’était de s’asseoir à côté de Minori. La table était assez large pour qu’ils puissent s’asseoir tous les deux très près l’un de l’autre, c’était donc une excellente place. Cependant, Minori tapotait déjà la chaise à côté d’elle et commençait à ouvrir la bouche. Probablement pour dire “Taiga ! Par ici ! ”

Je ne peux pas la laisser faire ça ! Les yeux de Ryuji s’illuminèrent, mais Ryuji n’avait toujours pas le courage de se précipiter vers la chaise à côté de Minori, alors il décida plutôt de…

“Oups, j’ai trébuché !”

Ryuji fit semblant de trébucher et heurta discrètement le dos d’Aisaka.

“Umph !”

Aisaka saisit rapidement l’intention de Ryuji, et décida de faire dériver lentement son petit corps vers le siège à côté de Kitamura. Elle voulait atterrir élégamment juste au-dessus de la chaise dans une trajectoire délicatement équilibrée. C’est bien. C’est bien ça ! Ryuji serra les poings. Cependant, il semblait que la force de la collision était trop grande et que le bon travail d’Aisaka allait être gâché car elle tombait maintenant vers le sol, loin de la chaise…

“Whoa là !”

Je ne peux pas la laisser tomber par terre comme ça ! Ryuji saisit rapidement la main d’Aisaka et s’avança, il fit tourner son corps comme s’il s’agissait d’un couple de danseurs dans une compétition, et la fit atterrir sur le siège à côté de Kitamura avec précision. Cependant, il a appliqué trop de force et la chaise d’Aisaka a failli se renverser…

“Hmph !”

Aisaka élargit ses pieds et les ancra au sol tout en s’agrippant au bureau avec ses mains. La chaise vacillante commença à se stabiliser…

“… Ouf…”

Ryuji poussa naturellement un soupir de soulagement, et s’assit avec lassitude à côté de Minori. Je me demande si ce n’était pas trop exagéré ? pensa Ryuji en relevant la tête.

“Qu’est-ce qui ne va pas, Aisaka ? Ta nourriture va se renverser si tu secoues trop le bureau. Tu as l’air bien énergique !”

“Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ~ Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ~ Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ~ Aha ! On mange des nuggets frits ! Allez, tous ensemble ! ‘Nuggets frits’…”

Kitamura et Minori sont restés joyeux chacun à leur manière. Ce sont plutôt les camarades de classe environnants qui ont commencé à murmurer entre eux. “Ça, c’était une sacrée danse du Tigre de Poche et de Takasu !” “Incroyable en effet !”

Mais les ragots ne parvinrent pas aux oreilles d’Aisaka, qui était plutôt très…

“………”

… Préparée. Elle n’avait pas l’intention d’ouvrir sa boîte à bento, mais son visage inexpressif était rigide et strié. Elle plaça ses mains près de la boîte et ses yeux brillèrent d’un éclat dangereux. Aisaka ne peut même pas lui parler correctement, peut-être était-il trop tôt pour la faire déjeuner avec Kitamura ?

Mais c’est Kitamura, qui était assis le plus près d’elle, qui prit la parole en premier,

“Hmm, Aisaka a aussi apporté un bento. C’est ta mère qui l’a préparé ? Ou tu l’as fait toi-même ?”

Kitamura demanda innocemment sans trop réfléchir. Ryuji saisit ses baguettes et regarda attentivement. Allez, Aisaka. Tu as déjà fait tout ce chemin, alors arrête de t’enfuir ! Profite de cette occasion pour discuter avec lui et te familiariser avec lui ! Et puis…

“… Hein ? Moi ?” Se sentant encore indulgente, Aisaka pointa sans hésiter la réponse à la question avec ses baguettes, c’est-à-dire vers le visage de Ryuji. Ah oui… Les yeux de Ryuji commencèrent à s’écarquiller, Maintenant que j’y pense… celui qui a fait ce bento… c’est moi…

“Eh ? Takasu ? C’est Takasu qui a fait ton bento ?”

Mais… Il vaut mieux que je ne le dise pas, n’est-ce pas ? … Non, ce n’est pas le problème…

“ARRGGHH !!!”

Ryuji ne peut s’empêcher de crier. “Qu’est-ce qui ne va pas ?” Kitamura le regarda, tandis que Minori fixait intensément ses nuggets. Ryuji était figé, abasourdi par sa propre stupidité. Ne suis-je pas celui qui a aidé à préparer le bento d’Aisaka ? Sans compter que le contenu de nos bentos est exactement le même. Si Kitamura et Minori voient ça, que vont-ils penser ?

Ses mains tremblantes s’accrochèrent fermement au couvercle de sa boîte à bento. Qu’est-ce que je vais faire ? Ryuji jeta un coup d’œil rapide à Aisaka…

Ce n’est pas bon. Elle est complètement éblouie par Kitamura, comme un cerf dans la lumière des phares. Dois-je vraiment leur montrer le simple déjeuner composé des mêmes ingrédients que nous prenons ensemble ? Les yeux d’Aisaka roulèrent dans tous les sens.

“Takasu, qu’est-ce qui ne va pas ? Tu as l’air très mal en point.”

“A, Ah bon ?”

C’est ça ! Je vais faire semblant de ne pas me sentir bien et m’enfuir avec le bento… Les voix des dieux ont traversé sa tête aussi rapidement que l’éclair. Au moment où il allait se lever…

“Hein ? Quelqu’un me cherche ?”

Kitamura regarda derrière Ryuji, ce qui poussa ce dernier à se retourner à son tour. À l’endroit où Aisaka pointait ses baguettes, c’est-à-dire juste derrière la tête de Ryuji, se tenait un étudiant de première année qui criait “Kitamura-senpai ! Kushieda-senpai !”

“Ce n’est pas notre responsable de première année ?”

Minori le remarqua également et se leva, poussant Kitamura à se lever également. Après être restés un moment à lui parler, ils retournèrent s’asseoir et dirent,

“Désolé les gars ! Il s’avère que nous avons des choses à faire.”

“Je suis vraiment désolé, il semble qu’il y ait une réunion d’urgence du club, alors notre camarade plus jeune est venu nous dire que nous devions apporter nos bentos et nous précipiter dans la salle du club tout de suite. Taiga, Takasu-kun, nous sommes les premiers à partir ! La prochaine fois, nous mangerons ensemble !”

Après avoir emballé frénétiquement leurs bentos et s’être excusés, ils quittèrent rapidement la salle de classe.

Tout cela s’est passé trop rapidement. Ryuji n’eut même pas le temps de réagir et ne put que les regarder disparaître avant de reprendre ses esprits,

“Ah ! Ils sont partis…”

Il se tourna vers Aisaka,

“Whoa !”

Ryuji s’affola encore plus. Aisaka Taiga était maintenant très déprimée et reposait son visage sur la boîte à bento. Elle se couvrit le visage de ses mains et baissa la tête avec lassitude – Ses épaules étaient déjà petites au départ, elles paraissaient encore plus petites maintenant qu’elle s’enveloppait comme une boule de poils.

“Ai, Aisaka…”

Remarquant qu’elle semblait marmonner quelque chose, Ryuji l’écouta attentivement, et il entendit ce qui semblait être des mantras psalmodiés : “Pourquoi ? C’était une si bonne chance ! Je n’ai pas eu de chance ! Pourquoi ? Je ne comprends pas, à ce rythme…” Ainsi que tout un tas de malédictions qui se succédaient à un rythme effréné. Elle devait être vraiment nerveuse et espérait encore que quelque chose de bien se produise….  Ryuji ne savait plus où donner de la tête.

Mais il ne pouvait pas la laisser comme ça.

“… N, nous l’inviterons à nouveau à déjeuner demain, d’accord ? … Quoi qu’il en soit, mangeons d’abord, d’accord ?”

Ryuji fit de son mieux pour remonter le moral d’Aisaka, mais,

“… Demain ?”

Agitant ses cheveux, Aisaka leva son regard meurtrier et demanda,

“Est-ce que ça veut dire que tu vas encore me frapper avec une balle ?”

“Je n’ai jamais dit ça !”

Ryuji nia catégoriquement. Ugh ! Ryuji recula alors, car il vit que le visage d’Aisaka se remplissait de larmes. Non ! Ne pleure pas ! Ryuji commença à paniquer, mais Aisaka lui dit,

“Tu ne m’as pas utilisé comme excuse pour inviter Minorin et Kitamura-kun ? Tu ne peux pas les inviter sans raison, n’est-ce pas ? Ou as-tu un autre plan ? Je ne veux absolument pas quelque chose d’aussi direct ! Absolument pas ! Absolument… !”

“D, d’accord, d’accord ! Tiens ! Mangeons !”

Les cils d’Aisaka commençaient à se mouiller pendant qu’elle parlait, alors Ryuji lui fourra rapidement une pomme de terre dans la bouche avec ses baguettes.

Les pommes de terre étaient coupées juste pour la bouche d’Aisaka. Comme elle n’avait aucune raison de la recracher, elle commença à la croquer. Voyant la force avec laquelle elle mâchait, Ryuji demanda mal à l’aise : “C’est trop gros ?”. Un peu plus tard, Aisaka finit par avaler la pomme de terre, suivie par ,

“… Sniff !”

“Tu es en train d’éternuer ? Ne t’inquiète pas, j’ai plein de mouchoirs !”

“Non, idiot ! J’étais juste en train de penser que j’étais sur le point de mourir là-bas !”

Aisaka a goulûment avalé la brique de lait posée sur la table. Gulp, Gulp, Gulp… Lorsqu’elle posa la boîte, ses larmes avaient déjà séché.

Poussant un soupir de soulagement, Ryuji commença à manger son propre bento. Heureusement que Kitamura avait dû partir, sinon il se serait vraiment enfui et aurait laissé Aisaka seule et derrière lui. Dieu sait alors ce qu’elle aurait fait. En y pensant, Ryuji avait l’impression que c’était un mal pour un bien.

“Ah ! … Ryuji…”

Aisaka, qui était à l’origine de mauvaise humeur et était restée silencieuse, releva maintenant la tête et fixa Ryuji.

“Et maintenant ?”

“… Il n’y a pas de viande…”

” Qu’est-ce qu’on peut y faire ? Ma maison n’est pas le genre d’endroit où l’on trouve facilement de la viande dans le réfrigérateur. Si tu veux de la viande, va vivre dans ce genre de famille !”

C’est ainsi qu’ils mangèrent tous les deux en silence.

Tout en observant le spectacle, les autres camarades de classe se sont interrogés : “Qu’est-ce qui se passe ?” “Comment est-ce arrivé ?” Le duo dynamique était tout simplement trop étonnant, mais personne n’osait s’approcher pour leur poser personnellement la question.

Un air de surréalité avait envahi toute la classe 2-C… La journée s’achevait enfin.

Ni Ryuji ni Aisaka n’avaient remarqué cette surréalité. Tous deux avaient connu des échecs douloureux pendant la leçon d’éducation physique et le déjeuner. C’était leur dernière chance pour aujourd’hui ! Peu importe le résultat, ils devaient au moins laisser une impression dans la tête de Kitamura.

C’est pourquoi…

“… Es-tu prêt, Aisaka ?”

“…”

“Ai, Aisaka, respire profondément ! Rappelle-toi de respirer profondément !”

“… Aaaah, pfiouuuu…”

C’était juste avant le début de la leçon…

Dans un coin bruyant de la classe, Aisaka arborait une expression sérieuse. Même Ryuji en arborait une, surtout par culpabilité, qui liait tout son corps comme une chaîne.

“Je commence déjà à être nerveux… Ce ne sera pas trop ennuyeux de faire quelque chose comme ça ?”

” Pourquoi dis-tu de telles choses maintenant que nous sommes arrivés si loin ? Détends-toi ! Il est rare qu’un homme se sente malheureux de recevoir des biscuits faits à la main par une fille. De plus, Kitamura aime les choses sucrées, et il n’est pas du genre à refuser des choses faites à la main. De plus, il n’a pas l’air de te détester…”

“C’est vrai ?”

Oh que oui ! Ryuji hocha la tête, permettant à Aisaka de relâcher un peu son expression rigide. Dans ses petites mains se trouvaient les biscuits qu’elle avait soigneusement préparés pendant le cours d’économie domestique.

Comme ce cours était mixte, personne n’aurait pensé à donner de la nourriture faite à la main au sexe opposé. En effet, il y avait des garçons qui espéraient recevoir les restes de biscuits des filles, et des filles qui faisaient elles-mêmes des biscuits supplémentaires pour en donner à leurs petits amis.

Sans que personne ne la voie, Aisaka a secrètement (surtout en utilisant le corps de Ryuji comme bouclier) consacré beaucoup d’efforts à la préparation de toutes sortes de biscuits colorés. C’est ainsi qu’ils ont mis au point un plan pour donner ces biscuits à Kitamura, sous le nom de code “Opération J’en Ai Trop Faits, Tu En Veux ?“. Kitamura aurait ainsi une bonne impression d’Aisaka. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Sur les dix biscuits supplémentaires préparés en secret, six ont été transformés en charbon de bois… Tout cela à cause de ce tigre irrécupérable qui s’est trompé dans la température du four ! De plus, afin de détruire les preuves, les six biscuits grillés ont fini dans l’estomac de Ryuji.

Seuls quatre morceaux ont survécu sans encombre. Aisaka Taiga, ton succès dépend de ces quatre biscuits ! Aisaka serra le poing tout en tenant nerveusement l’emballage des biscuits contre sa poitrine. En regardant son expression anxieuse depuis 30 cm de haut, un sentiment inquiétant grandit dans le cœur de Ryuji, Je me demande si cette expression nerveuse va mener à un désastre ?  “Quoi qu’il en soit, écoute bien ! Ne va pas trop loin, essaie de faire comme si de rien n’était ! Et ne sois pas nerveuse tout d’un coup…”

“Oui, je sais. Relax, c’est ça ? Relaxe… relaxe…”

Aisaka desserra ses mains… puis ses fesses… et son petit corps aussi…

“Très bien ! Tout le monde retourne à sa place ! La classe va commencer !”

Aisaka est surprise par la voix du professeur. Au milieu des élèves qui se précipitaient vers leurs sièges, la créature de 145 cm de haut s’avança lentement dans l’allée.

Une fois que tout le monde aurait salué le professeur à la fin du cours, elle devrait rapidement appeler Kitamura… C’est l’ordre que lui a donné Ryuji. Kitamura étant généralement très occupé, il se rendra probablement au conseil des élèves à la première heure après les cours. Une fois qu’il aura terminé, il aura encore des activités à faire dans son club. Si tu restes là à rêvasser, il sortira de la classe avant même que tu t’en rendes compte !

Elle doit donc l’appeler le plus rapidement possible une fois la séance de classe terminée, mais…

“… Bonjour ? Bonjour~… ?”

Ryuji jeta un coup d’œil rapide au dos d’Aisaka et soupira.

Il savait qu’Aisaka serait nerveuse, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle le soit autant. Aisaka s’agrippa à son bureau, son dos se cambra comme si elle avait mal à l’estomac, ses pieds tremblèrent violemment, et son visage devint blanc pâle alors qu’elle ressemblait à un démon.

“Oh là là~… Il y a une bonne odeur dans la salle de classe aujourd’hui ! Voyons voir… de la farine, du sucre, du beurre… Ah, c’est vrai ! Tu préparais des biscuits pour le cours d’économie domestique d’aujourd’hui, n’est-ce pas ? J’adore les biscuits ! Hee hee hee, quelle nostalgie… Je me souviens encore avoir préparé des biscuits avec ma famille d’accueil lorsque j’étudiais à l’étranger, en Angleterre…”

“Tch !”

Il semblait que l’enseignante (Koigakubo Yuri, célibataire, 29 ans) se sente toute guillerette en tentant de poursuivre son bavardage inutile. Se sentant à la fois nerveuse et agitée, Aisaka fit cruellement claquer sa langue. Surprise, l’enseignante (Koigakubo Yuri, célibataire, 30 ans dans deux mois) tressaillit en regardant Aisaka la tête baissée…

“… T, tu ne dois pas faire un tel bruit devant un professeur…”

Les camarades de classe assis autour d’Aisaka tremblaient déjà de peur, la professeure décida de continuer à parler sans crainte, mais…

“Tch !”

“… U, umm… Ce n’est pas bien pour une fille de faire un tel bruit…”

“Tch !”

“… Ahhh, mes mots ne peuvent pas atteindre le coeur de mes élèves…”

Finalement, elle se couvrit le visage de ses mains et se mit à sangloter. Sachant qu’elle en arriverait là, n’aurait-il pas mieux valu qu’elle se taise ? Elle a simplement dû s’attaquer à quelque chose qui était au-dessus de ses forces. Il n’est pas étonnant qu’elle soit toujours célibataire.

“Sensei !”

Grincement. Le son de quelqu’un se levant, c’était Kitamura.

“Il semble qu’il reste encore un peu de temps avant la fin de la séance de classe, que diriez-vous de me laisser m’occuper du reste en tant que délégué de classe ? De plus, beaucoup d’entre nous ont des activités de club après, donc je pense qu’il serait préférable de discuter de cela demain matin !”

Ce qu’il essayait vraiment de faire comprendre, c’est : Nous sommes très occupés, alors pourrions-nous mettre fin à cette séance de classe tout de suite ? Pourtant, la célibataire (Koigakubo Yuri, professeur principal, 7 ans d’expérience sans petit ami) sanglota et dit,

“… Je ne comprends pas ce que Kitamura-kun essaie de dire…”

On ne peut pas communiquer avec elle, hein ? Même Ryuji se sentait exaspéré. Mais Kitamura n’était pas appelé “Maruo” pour rien. Il se tint debout, les jambes fermement écartées, et annonça à toute la classe,

“… Nous avons un cours d’art et d’artisanat demain, alors n’oubliez pas d’apporter vos affaires ! Tout le monde debout ! Saluez ! Au revoir~ Sensei~ !”

“Au revoir~ Sensei~ !” Tout le monde répéta. Ok, rentrons à la maison ! La séance de classe a donc été interrompue unilatéralement par les élèves. La célibataire (ne le répétons pas) renifla et dit : “Je ne suis vraiment pas faite pour ce travail.” Et elle est partie sans rien dire d’autre.

“Ai, Aisaka !”

Ryuji se leva, essayant de chercher Aisaka, qui se leva également rapidement. À ce moment-là…

“Uwaa !”

Elle laissa tomber son sac sur le sol, elle commençait déjà à paniquer. Quelle maladresse ! Et maintenant, où est Kitamura ? Ryuji se retourna pour regarder autour de lui.

“Mon Dieu, il est déjà si tard… Je vais me faire gronder par le président.”

Kitamura ramassa rapidement son sac et courut vers la porte de la salle de classe. Oh non ! Si elle ne peut pas l’arrêter avant qu’il n’arrive à la salle du Conseil des Élèves, elle n’aura aucune chance d’être seule avec Kitamura. Ryuji se précipita rapidement aux côtés d’Aisaka,

“Oublie ton sac, appelle-le immédiatement !”

“Ah, hum… Ki, Ki… Ki…”

C’est quoi ce bordel, mec ? Ryuji se gratta la tête de frustration. Aisaka s’était levée et avait tendu le bras vers le sac de Kitamura, mais son nom ne voulait tout simplement pas sortir de sa bouche. Comme si elle avait été frappée par un sort qui lui avait fait oublier comment prononcer “Kitamura-kun”, elle était maintenant au bord des larmes alors qu’elle ouvrait et fermait continuellement la bouche.

“Bon sang ! Il est déjà parti ! Dépêche-toi d’aller le chercher !”

“Ah… oui !”

Alors qu’il donnait un coup de coude à son petit corps, elle s’élança rapidement et commença à courir. Ryuji se lança également à sa poursuite à grandes enjambées. Si je laisse cette idiote maladroite courir toute seule, qui sait dans quel pétrin elle va se fourrer.

Serrant le paquet de biscuits contre sa poitrine, Aisaka et Ryuji quittèrent la salle de classe à la poursuite de Kitamura. Au bout du couloir, ils aperçurent leur cible qui tournait à l’angle.

“Par-là ! Vas-y !”

En arrivant à l’escalier, ils se retrouvèrent face à une marée d’élèves qui descendaient. Aisaka essaya d’accélérer, mais il était difficile de passer cette foule d’étudiants qui rentraient chez eux après les cours, mais…

“Hors de mon chemin ! Dégagez !”

Aisaka prononça cette simple phrase. “Whoa ! C’est le Tigre de Poche !” “Tout le monde bouge ! C’est dangereux !” Les élèves devant elle se séparèrent rapidement comme la Mer Rouge et laissèrent passer Moïse. Une fois qu’elle les eut dépassés, ils fusionnèrent à nouveau rapidement…

“Désolé ! Pourriez-vous me laisser passer, s’il vous plaît ?”

demanda simplement Ryuji. “Whoa ! C’est Takasu !” “Les deux boss s’en prennent l’un à l’autre !” … Une fois de plus, la Mer Rouge se sépara. Il semblerait que Ryuji soit toujours considéré comme un délinquant en dehors de la classe 2-C, ce qui le plongea dans la dépression. Ce n’est pas le moment de s’inquiéter à ce sujet ! Ryuji se ressaisit rapidement et se remit à courir après les autres.

Pourtant, ce moment d’hésitation signifiait qu’il avait perdu de vue Kitamura et qu’il pouvait tout juste apercevoir les longs cheveux d’Aisaka qui grimpaient en haut des escaliers. Kitamura et Aisaka pouvaient courir, mais Ryuji devait reprendre son souffle en grimpant deux marches à la fois…

Puis il réalisa soudain que cela n’avait pas vraiment d’importance s’il ne les rattrapait pas. Tout ira bien tant qu’Aisaka pourra appeler Kitamura, et tout ce que j’ai à faire, c’est de m’assurer qu’elle le fasse.

“… Hah… hah…”

Ryuji prit quelques respirations profondes en s’arrêtant, puis leva les yeux… Simultanément, il se mit à hurler,

“WHOOOOAAAAA !!!!!”

Alors qu’Aisaka arrivait à la dernière marche, elle trébucha et commença à tomber en arrière, juste au moment où Ryuji avait tourné son regard vers le haut.

Après le cri, une force incroyable que l’on ne voit que lors d’un désastre se réveilla.

Ryuji “vola” à une vitesse incroyable.

“…… !”

Aussi élégant qu’un joueur de baseball, il sauta sur la plateforme à mi-chemin et attrapa miraculeusement Aisaka dans ses bras. Cependant, l’impact étant trop important, le dos de Ryuji s’écrasa contre le mur derrière lui alors qu’il emportait cette petite silhouette avec lui. Umph ! Ryuji grogna de façon comique, ses yeux s’écarquillant à cause de la douleur soudaine. Dans sa vision, il vit un paquet familier s’envoler des mains d’Aisaka en arc de cercle, par la fenêtre.

C’était le troisième étage…

Ce qui était tombé, c’était les quatre biscuits qu’ils avaient mis tant d’efforts à préparer.

“AH !” Aisaka poussa un cri et passa son bras par la fenêtre. Mais il était déjà trop tard, car ils étaient tombés depuis longtemps à l’extérieur.

“Ai… ”

Aisaka… Ryuji remarqua qu’il avait voulu parler mais qu’il n’y parvenait pas, la douleur dans son dos l’empêchant de reprendre son souffle correctement.

“Ryuji !”

Bien que sa voix soit faible, Aisaka pouvait encore l’entendre. Elle se serra contre Ryuji, incapable de dire quoi que ce soit, son expression se figea comme si elle venait de manger quelque chose de toxique.

Je vais bien… Il semblait pouvoir respirer un peu, alors Ryuji fit un signe de la main vers elle pour lui signifier qu’il allait bien et qu’il n’était pas nécessaire qu’elle ait l’air si inquiète.

Ce qui était important, c’étaient les biscuits et Kitamura. Ryuji pointa du doigt la fenêtre et les escaliers…

“… V… Vite… Récupères… les biscuits…”

Ryuji pouvait à peine faire un peu de bruit, puis il a lentement poussé Aisaka. Tu as travaillé si dur pour faire ces biscuits, même si je t’ai aidé en cours de route. Moi aussi, je souhaite qu’ils soient donnés à Kitamura.

Il voulait que la détermination et le travail acharné d’Aisaka soient bien transmis à Kitamura.

Pourtant, Aisaka ne regardait même pas où Ryuji pointait du doigt,

“Ryuji, ça va ?! … Ahh, comment est-ce arrivé…”

Elle toucha frénétiquement le cou et les chevilles de Ryuji pour s’assurer qu’aucun os n’était cassé. Voir le Tigre de Poche, normalement violent, se préoccuper de lui parce qu’il s’était blessé en essayant de la protéger, Ryuji se dit, si possible, j’aimerais que ça continue, mais….

“Je vais bien. Alors… Voilà, tu vois ? Je ne suis pas blessé du tout.”

Ryuji se força à faire semblant d’aller bien et commença à se lever et à faire des exercices d’étirement pour Aisaka. A part son dos, qui ne lui faisait pas mal au point d’être paralysé, il semblait n’être blessé nulle part ailleurs. En le voyant ainsi, Aisaka poussa enfin un soupir de soulagement,

“Ryuji… je… je…”

Elle tendit les mains vers Ryuji, avec une expression que Ryuji n’avait jamais vu auparavant, comme si elle essayait de dire quelque chose…

“Hé ! Qui jette des trucs par la fenêtre ? Montrez-vous maintenant !”

Ugh ! Ils gémirent tous les deux. C’était le très méchant doyen de l’école. Comme il en étaient arrivés là, il n’y avait plus de temps à perdre pour apporter les biscuits à Kitamura.

“… Quel timing parfait. On dirait qu’il n’y a rien à faire, dépêche-toi d’aller te faire gronder par lui puis reviens vite, je t’attendrai dans la salle de classe.”

“… Mais… Alors je vais d’abord te porter jusqu’à la salle de classe !”

“Ne t’inquiète pas, je peux encore marcher. Alors dépêche-toi, on ne veut pas que ça devienne plus compliqué.”

Dépêche-toi, vas-y. Ryuji lui fit signe de partir en la poussant dans le dos, tandis qu’Aisaka fronçait les sourcils et tournait plusieurs fois la tête vers Ryuji avant de finalement descendre les escaliers.

Pendant ce temps, la voix du professeur devenait de plus en plus féroce. Aisaka doit se dépêcher… À ce propos, y a-t-il déjà eu quelqu’un capable de gronder l’indétrônable Tigre de Poche ? Je n’en ai pas la moindre idée.

“… Ouf… On dirait que j’ai tout utilisé…”

Maintenant qu’il était seul, Ryuji marchait lentement en se parlant à lui-même.

Il se souvenait de ce que Yasuko lui avait dit lorsqu’il était à l’école primaire. Yasuko lui avait dit qu’elle était une “mi~ni esper”, c’est-à-dire qu’elle avait eu le pouvoir de se téléporter au hasard trois fois au cours de sa vie. Elle l’a utilisé la première fois alors qu’elle était encore enfant, lors d’un accident de la route où elle a été projetée à vingt mètres, mais elle a réussi à se téléporter en lieu sûr avant de toucher le sol et de se blesser. La seconde fois, c’est lorsqu’elle a quitté sa maison pour donner naissance à Ryuji, lors de son voyage pour rencontrer l’homme aimé qui aimait se coller un magazine sur l’abdomen. Yasuko n’entra pas dans les détails, tout ce qu’il savait c’est que c’était grâce à sa capacité de téléportation qu’elle avait réussi à arriver sans encombre aux côtés de cet homme.

Et pour la troisième et dernière fois, elle déclara : “Je vais le laisser à Ry?-chan ! Ya-chan n’a plus besoin d’utiliser ce pouvoir.” Elle posa alors sa main sur le petit Ryuji et lui transféra son pouvoir. Yasuko ajouta : “Si tu rencontres quelque chose de dangereux, alors utilise ce pouvoir, et retourne sain et sauf auprès de Ya-chan !”

En fin de compte, Ryuji n’utilisa ce pouvoir que pour aider Aisaka. Il était tenté de l’utiliser à chaque fois qu’il était en retard à l’école, ou à bien d’autres occasions… Heureusement que je ne l’ai jamais utilisé jusqu’à présent !

Même s’il se sentait mal pour Yasuko de l’utiliser ainsi, c’était ce que Ryuji pensait sincèrement.
* * *
“Tu es sûre que tu vas vraiment bien ?”

“Je te l’ai déjà dit un million de fois, je vais bien !”

“C’est bien. Même si tu es mon chien, je perdrais le sommeil si tu étais blessé…”

Aisaka dit doucement en appuyant son front contre la vitre. Je n’arrive pas à croire que tu aies le courage de dire ça après avoir essayé de t’introduire dans ma maison et de me tuer avec une lame de bois... Ryuji avait envie de dire cela, mais pour une raison ou une autre, il resta silencieux.

Après avoir récupéré les biscuits et être retournée dans la classe, la voix d’Aisaka était devenue très faible, on aurait dit qu’elle était tombée en dépression.

La salle de classe silencieuse après l’école était vide, avec seulement Aisaka et Ryuji à l’intérieur. À part Ryuji, personne d’autre n’avait vu ce côté du Tigre de Poche auparavant.

“… Je suis toujours un échec, rien ne se passe jamais bien…”

Ses propos n’avaient plus l’enthousiasme qu’elle avait plus tôt dans la journée.

“Ce n’est que le premier jour de notre effort, il n’est donc pas surprenant que nous n’ayons pas encore réussi.”

“… Vraiment ? Mais si je n’étais pas si maladroite, si seulement j’étais un peu plus intelligente… Même toi, tu as été blessé. Rien ne va plus, n’est-ce pas ? … J’en ai assez…”

Aisaka s’appuya sur la fenêtre et se laissa glisser. S’asseyant à côté des jambes de Ryuji, elle enveloppa ses petites jambes.

Tournant ses longs cheveux, elle tenta d’enfouir son expression dans ses cheveux et dit,

“Pendant les dix-sept dernières années, je ne m’en suis jamais rendu compte… mais maintenant je sais à quel point je suis maladroite…”

“Hum, je suppose…”

“Si tu veux le dire, alors dis-le clairement !”

Ses petites mains tirèrent sur le pantalon de Ryuji,

“Toi aussi… même toi Ryuji tu penses comme ça, hein ? Tu dois penser que je suis désespérément maladroite au point de ne plus pouvoir être aidée, n’est-ce pas ?”

En baissant la tête, il se retrouva à échanger un regard avec Aisaka, qui levait les yeux. Elle posa sa joue sur ses genoux et ses yeux tremblèrent de tristesse.

Son mode d’attaque habituel avait disparu, remplacé par un désarroi dans ses yeux – principalement causé par son auto-lamentation.

“… Eh bien, c’était en fait ma faute pendant le cours d’éducation physique, sans compter que le plan lui-même était trop incomplet…”

“Ce n’est pas tout, il y a aussi ma maladresse…”

Aisaka ferme les yeux, comme si elle se remémorait tous les événements chaotiques de la journée.

Le cours d’éducation physique de la troisième heure, la pause déjeuner malchanceuse, et l’énorme déception de tout à l’heure…

Lorsqu’il comprit que c’était Aisaka qui avait jeté le paquet de biscuits, le doyen comprit qu’il était impossible de la réprimander, et il la laissa rapidement retourner en classe.

Heureusement qu’il n’y avait rien de grave, mais…

“… Autant d’efforts pour préparer ces biscuits… et… soupir…”

Alors qu’Aisaka se murmurait à elle-même, elle remarqua une petite égratignure sous son menton. Elle avait été causée par le frottement de son menton contre les boutons de sa chemise lorsque Ryuji l’avait sauvée de la blessure. Elle caressa doucement l’égratignure tout en sortant le paquet de biscuits de sa poche – il ne restait que les quelques miettes qui ne s’étaient pas envolées.

“Écrire une lettre d’amour, mais la mettre dans le mauvais sac ; essayer de battre quelqu’un, mais au lieu de cela s’évanouir de faim ; se faire frapper par la balle pendant l’entraînement ; trouver des gens pour le déjeuner, mais ils ont dû partir ; griller accidentellement les biscuits, trébucher, tomber et les laisser tomber par la fenêtre ; et… tous ces… c’est juste…”

“Oh, et tu en as oublié un autre… oublier de mettre ta lettre dans l’enveloppe !”

“Oui, tu as raison…”

Ryuji essayait de plaisanter pour lui remonter le moral, mais la façon dont il l’exprimait ne lui semblait pas correcte. Sombrant dans la tristesse, Aisaka enfouit sa tête dans ses genoux et devint silencieuse.

“Ai, Aisaka… ”

Pas de réponse.

S’accroupissant dans une posture maladroite, elle s’enveloppa étroitement et resta immobile, comme un escargot qui s’enfonce dans sa coquille ; on ne voyait que ses petits doigts qui tremblaient. Ses cheveux doux qui pendaient sur ses épaules bougeaient légèrement au rythme de sa respiration.

Ce n’était pas le moment, et pourtant Ryuji le sentait…

Les femmes sont si sournoises.

Peu importe leur arrogance ou les problèmes qu’elles peuvent causer aux autres, tant qu’elles ont cette expression, elles font rapidement fondre le cœur de n’importe quel homme.

Il était impossible d’ignorer cette expression.

Vraiment impossible à ignorer.

Ryuji se gratta donc la tête et intensifia son regard. Il se dirigea d’abord vers son bureau, puis revint vers Aisaka, et s’assit à côté d’elle.

“… Aisaka, échangeons !”

“… ?”

Ryuji lui tapota l’épaule afin qu’elle lève les yeux, tout en faisant semblant de ne pas voir les larmes au coin de ses yeux. Il déposa ses biscuits cuits et enveloppés dans un papier aluminium très masculin sur ses genoux, puis il prit son emballage de biscuit en échange.

Ryuji ouvrit délicatement l’emballage très abîmé ; il n’y avait que quelques miettes à l’intérieur, bien qu’il y en ait encore une bonne quantité.

“Eh… attends… Ryuji, ces miettes ont été ramassées sur le sol, et elles sont…”

“Puisque je n’ai mangé que tes biscuits grillés auparavant, je suis vraiment curieux de connaître le goût de ceux-ci !”

Après avoir répondu avec raideur, il ignora les protestations d’Aisaka et fourra les miettes dans sa bouche. Ensuite…

“…”

Silence.

Lorsqu’il avait mangé ses biscuits grillés il y a quelques temps, la chaleur récente du four, le goût amer du charbon de bois, ainsi que le fait qu’Aisaka l’ait forcé à les avaler d’un seul coup, avaient fait que Ryuji les avait rapidement recrachés… C’était donc la première fois que Ryuji essayait la cuisine d’Aisaka… C’était juste qu’elle avait probablement… Mélanger le sucre et le sel…

“L, les biscuits sont-ils… délicieux ?”

“… Ahhh ! Ils sont délicieux !”

Aisaka écarquille les yeux avec inquiétude.

“Oui, ils sont délicieux ! Ah… Dommage que tu ne puisses pas les donner à Kitamura. Tu auras plus de chance la prochaine fois, hein ?”

Ryuji réussit à s’en sortir grâce à son visage impassible hérité de son patrimoine génétique et incita Aisaka à goûter ses biscuits. Aisaka ouvrit soigneusement l’emballage, puis regarda Ryuji avec étonnement,

“Uwah… C’est incroyable ! Ils ont l’air parfaits. Je peux vraiment les manger ?”

“Je voulais les ramener pour ma mère, mais je suppose que ça n’a pas d’importance, ils sont tout à toi.”

Les biscuits étaient cuits très légèrement, cette édition spéciale était saupoudrée de sucre sur le dessus avec un supplément de beurre. Aisaka regarda les biscuits pendant un moment…

“… Ils sont savoureux ! Vraiment !”

Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’elle les porta à sa bouche.

“… C’est la première fois que je t’entends dire le mot ‘savoureux’.”

“C’est incroyable, c’est tellement meilleur que ceux vendus à la boulangerie !”

“D’après mon expérience, pour les pâtisseries, il est toujours plus savoureux de les faire soi-même plutôt que de les acheter. Bien sûr, c’est une question de préférence personnelle, mais pour ceux qui aiment que leurs biscuits soient bien moelleux à la sortie du four, je préférerais les faire moi-même.”

“Je vois… hum… Je… j’aime ça, vraiment !”

Aisaka avait l’air d’une fille normale et se concentrait sur ses biscuits. “Délicieux !” Elle lécha le sucre autour de ses lèvres et ajouta doucement : “Ce serait super si c’était servi avec du thé rouge !”

… Qui reconnaîtrait cela ?

À part moi, qui reconnaîtrait cette facette d’Aisaka Taiga ?

Un sentiment incroyable. Jusqu’à hier, comme beaucoup d’autres camarades de classe, il avait lui aussi craint le ” Tigre de Poche “. Il ne craignait pas seulement d’être mordu, il craignait aussi d’avoir affaire à son monde. Aisaka Taiga est donc ce genre de personne… À l’époque, il ne s’intéressait même pas à ce genre de choses.

Cette fille… la fille d’un gangster infâme ou d’un maître de karaté, une fille cruelle qui traitait les gens comme des chiens, qui devenait si nerveuse en voyant son béguin qu’elle en oubliait de parler, une fille incroyablement maladroite, qui devenait ensuite déprimée au bord des larmes parce qu’elle avait honte de sa maladresse… Elle avait toujours faim et adorait les plats savoureux et les en-cas.

C’était une fille très particulière… qui causait toujours des ennuis aux gens et leur donnait des maux de tête.

Mais Ryuji réalisa soudain qu’il ne détestait pas sa particularité. Il se dit même “Je suis heureux d’avoir rencontré ce genre de personne”. À cet instant, il se sentit heureux pour une raison ou une autre.

Oui. Même si elle est agaçante, même si elle me dérange, quand elle est blessée, je veux juste la réconforter… Si je pense ainsi, alors Aisaka est pour moi…

“… Hé, Ryuji ! Je crois que je sais maintenant !”

… Il a sursauté.

Reprenant ses esprits, il vit Aisaka Taiga le fixer de très près. Bien que son visage soit petit, son teint était clair, ses grands yeux presque transparents scintillaient d’étoiles à chaque fois qu’elle clignait des yeux, c’étaient vraiment de beaux yeux. Même si elle était petite, son visage n’avait rien d’enfantin… Ryuji réalisa soudain tout cela, et quelque chose qui ressemblait à un frisson froid remonta le long de sa colonne vertébrale.

Ahem ! Ryuji se racla la gorge,

“…T, tu sais quoi ?”

Il demanda avec hésitation, et puis…

“C’est parce que tu ne m’as pas aidé correctement ! Tu es un chien stupide ! Un chien désespérément stupide !”

“…”

Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Aisaka haussa les épaules et regarda Ryuji avec mépris. Comment dire… On dirait qu’elle est à nouveau elle-même… Mais quand même, c’est quoi ce bordel !?

Ryuji s’énervait vraiment, pensant, Comment une telle personne peut-elle exister !? Pourtant, il vit Aisaka sourire doucement… Oublions cela. Je vais la laisser s’en tirer cette fois-ci !

Considère cela comme une offre spéciale de ma part !

* * *

Sur le chemin du retour, ils gardèrent une certaine distance l’un par rapport à l’autre, bien qu’ils allaient dans la même direction.

À l’approche du portail de l’école, Aisaka, qui marchait devant, s’arrêta dans ses pas. De sa position, on pouvait voir le terrain d’athlétisme au-delà des arbres.

“Qu’est-ce que c’est ?”

“… Le club de softball. Minorin est là.”

Aisaka pointa devant elle, courant énergiquement sous le soleil couchant, ce n’était autre que Minori. Comme si elle portait un prisme, en un instant, seule Minori resta dans le champ de vision de Ryuji.

Mais Ryuji comprit qu’Aisaka ne regardait pas là où son doigt pointait. Ses yeux étaient fixés sur l’un des joueurs aux cheveux bruns à l’autre bout du terrain, en train de faire des exercices d’échauffement. C’était Kitamura.

S’arrêtant dans ses pas, Aisaka resta immobile, sa joue était teintée de caramel par le coucher de soleil orange. Une douce brise soufflait, mais Aisaka restait immobile.

Elle doit vraiment, vraiment aimer Kitamura Y?saku.

“… Hé, je peux te demander… pourquoi Kitamura ?”

Elle tourna la tête suite à la question de Ryuji, mais ne répondit pas, et se contenta de cligner des yeux. Elle fixa Ryuji de ses yeux clairs et dit,

“Je vais d’abord passer en première. Pourquoi ne resterais-tu pas ici un peu plus longtemps ?”

Elle semblait vouloir changer de sujet. Cependant, il importait peu qu’elle réponde à sa question ou non, puisque même Ryuji ne savait pas pourquoi il avait posé cette question.

“… Tu passes en première ? Qu’est-ce que tu veux dire ?”

“Je suis sûr que tu veux fixer Minorin avec tes yeux excités pour un peu plus longtemps. Tu peux oublier que je t’aide à organiser votre rencontre, mais je peux au moins te laisser la regarder un peu plus longtemps ! Elle est belle, n’est-ce pas ? Je comprends donc pourquoi tu l’as choisie… Je ne suis pas si déraisonnable que ça, tu sais ! Viens chez moi pour préparer le dîner à huit heures ce soir, c’est tout !”

Qu’est-ce que tu veux dire par “c’est tout” ?! Non, qu’est-ce que tu veux dire par “viens chez moi pour faire le dîner”… Non, qu’est-ce que tu veux dire par “c’est tout” ?!  N’attendant pas que Ryuji pose d’autres questions, Aisaka se retourna et s’éloigna à grandes enjambées, et puis…

“…Uwaa !”

Sa maladresse reprit le dessus et elle trébucha sur le revêtement du sol… Son sac lui échappa des mains et elle tomba sans crier gare, comme une petite fille.

“Ah ! Ah… ! Qu’est-ce que tu fais ?!”

Ryuji soupira profondément et se précipita vers Aisaka et la ramassa tandis qu’elle marmonnait, “Tais-toi ! Laisse-moi tranquille !” Après avoir ramassé son sac et tapoté la poussière sur sa jupe, Ryuji remarqua que les genoux d’Aisaka étaient pleins de bleus…. Elle a dû trébucher un nombre incalculable de fois quand personne ne regardait.

Comment puis-je laisser une personne aussi négligente tranquille ? Ryuji soupira à nouveau. Il regarde ensuite Aisaka en face,

“Qu’est-ce que tu veux manger ? Tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je mange avec toi, n’est-ce pas ? Je vais préparer la part de ma mère et l’emporter à la maison, d’accord ? Tu paieras les ingrédients, n’est-ce pas ? Oh, je me souviens que ton réfrigérateur est vide. Dans ce cas, on ne peut rien faire sans aller au supermarché d’abord… Ah oui, il faut acheter du liquide anti-moisissure et du détergent pour la vaisselle !”

On ne peut pas faire autrement, je suppose… pensa Ryuji.

“Qu’il en soit ainsi !” s’exclama Aisaka. C’était parce qu’elle n’avait aucun moyen de refuser. Après hier et aujourd’hui, il savait que cette fille était têtue, déraisonnable, qu’elle se lamentait sur son sort, mais aussi qu’elle était odieuse. La menacer ne servait à rien, quand elle décidait de faire quelque chose, elle le faisait. Sans compter qu’il y avait tant de choses qui l’inquiétaient à son sujet.

C’est pourquoi… Je ne peux pas la laisser seule comme ça. Il n’y a rien à faire.

De plus, il y avait encore beaucoup de traces de saleté dans la cuisine européenne d’Aisaka qui le dérangeaient.

error: Contenue protégé - World-Novel