Accueil Article 5504-chapitre-1

5504-chapitre-1

Chapitre 1 

“Merde !”

Sept heures et demie du matin. Il faisait beau et il faisait sombre dans la maison. Il s’agissait d’un appartement de deux pièces plus une cuisine, exposé au sud, dans une maison de ville de deux étages, à environ dix minutes de marche de la gare. Le loyer s’élevait à environ 80 000 yens.

“J’abandonne ! Je n’y arrive pas !”

Une main frustrée essuya la buée sur le miroir. La salle de bain délabrée était embuée à cause de la douche matinale. Après l’avoir essuyé, le miroir est redevenu nuageux. Cela ne servait à rien de se défouler sur le miroir, même si l’on était très frustré…

“Ce produit n’est rien d’autre qu’une arnaque !”

Faites-vous beau avec une frange flottante – Ce slogan a été vu dans le dernier magazine de mode masculine. La frange de Takasu Ryuji était désormais “flottante”. Comme l’indique l’article, il a tiré sa frange au maximum, l’a séchée au sèche-cheveux jusqu’à ce qu’elle se redresse, puis l’a délicatement frottée sur le côté avec un peu de gel capillaire. Il s’est réveillé une demi-heure plus tôt pour que ses cheveux ressemblent à ceux du mannequin et que son vœu soit exaucé.

Néanmoins, “j’ai peut-être été trop naïf en essayant de me transformer juste avec ma frange”.

Ryuji, dépité, jetta à la poubelle le magazine à la mode qu’il a eu le courage d’acheter. Malheureusement, sa maladresse le fit rater complètement son coup, il s’ouvrit en atterrissant et éparpilla tous les déchets hors de la poubelle. Sur la page ouverte, on pouvait lire : “Vous pouvez encore arriver à temps pour la rentrée des classes. Douceur ou sauvagerie ? Notre voyage vers le mannequinat”.

Si cela ne tenait qu’à moi, je ne suis pas sûre que le mannequinat m’intéresserait. Pourtant, je voulais changer.

Mais j’ai échoué.

Se sentant vaincu, Ryuji s’est mouillé les mains avec de l’eau et a décoiffé ses cheveux qu’il avait passé tant de temps à maquiller. Il retrouva ses cheveux lisses habituels. Il s’agenouilla ensuite pour ramasser les déchets qui jonchaient le sol.

“Ah ! Qu’est-ce que c’est que ça…m… moisi… c’est moisi !”

Même s’il avait toujours essuyé la vapeur, même après avoir passé une journée entière la semaine dernière à nettoyer la moisissure dans la cuisine et la salle de bains… Tous ses efforts ont été réduits à néant dans cette pièce horriblement humide. Se mordant les lèvres à contrecœur, Ryuji essaya de voir s’il pouvait essuyer la moisissure avec des mouchoirs en papier. Bien sûr, cela n’allait jamais être aussi facile, et il finit par déchirer les mouchoirs en papier.

“Mince, je les ai tous utilisés il y a un moment. Il va falloir que j’achète à nouveau des produits de décapage“. Pour l’instant, je vais devoir les laisser de côté, mais je reviendrai certainement pour vous détruire ! Ryuji jeta un coup d’œil vers le bas à la zone moisie tout en ramassant les ordures. Il essuya ensuite le sol avec quelques serviettes en papier, éliminant les cheveux et la poussière et essuyant la vapeur sur le lavabo avant de relever la tête et de soupirer.

“Ah oui, de la nourriture pour animaux. Hey, In~ko-chan !” “Ah…”

Une voix aiguë répondit au cri féroce du lycéen.

Bien, il est réveillé. Se ressaisissant, Ryuji se rendit pieds nus dans la cuisine carrelée, prit de la nourriture préparée pour l’animal et des journaux de rechange, et se dirigea vers le coin du salon recouvert de tatamis. Retirant le tissu qui recouvrait la cage à oiseaux, Ryuji salua son adorable animal de compagnie qu’il n’avait pas vu de la nuit.

D’autres personnes peuvent élever leurs animaux différemment, mais c’est ainsi que les Takasus élevaient leur perroquet. Parce qu’il avait l’air plutôt horrible lorsqu’il dormait, chaque matin avant de se réveiller, il devait être recouvert d’un tissu.

“Bonjour, Inko-chan.”

Un perroquet jaune, c’était Inko-chan. Comme d’habitude, Ryuji ajoutait de la nourriture pour animaux tout en lui parlant.

“B, bon…matin”, ses yeux clignèrent vers le haut d’une manière plutôt désagréable et énigmatique, bien qu’il parvint tout de même à répondre en japonais. Même s’il venait de se réveiller, il semblait être de bonne humeur. C’est pour cela qu’il était mignon.

“Inko-chan, essaie de dire mangeons.”

“M, mangeons, e…mangeons ! Mangeons ! Mangeons ! Mangeons !”

“D’accord, ça suffit. Maintenant, voyons si tu peux dire ça ! Essaie de dire ton nom… Allez, dis Inko-chan.”

“I, I, In, I, In, Iiii…I…” Inko-chan semblait utiliser beaucoup d’énergie, car il secoua la tête et gonfla rapidement son corps, puis battit rapidement des ailes. “……iiiii……”

Les yeux plissés, on pouvait vaguement voir la langue grise qui sortait de son bec. Il y arrivera peut-être aujourd’hui, pensa son maître en serrant les poings. En fin de compte…

“Blegh !”

Argh… Pourquoi les oiseaux sont-ils si bêtes ? Comme on peut s’y attendre quand on a un cerveau qui ne pèse qu’un gramme, soupira Ryuji en emballant le journal souillé. Il le jetta dans un sac en plastique. Il s’apprêtait à le mettre avec les autres déchets dans la cuisine,

“…Où… tu… vas…”

L’idiote allongée derrière le fusuma semblait s’être réveillé lui aussi.

“Ry?-chan, c’est ton uniforme que tu portes ? Pourquoi ?” demanda-t-elle avec lassitude.

Ryuji emballa élégamment le sac poubelle et répondit à la voix, “Je vais à l’école. Ne t’ai-je pas déjà dit hier que l’école commençait aujourd’hui ?”

“…Ah.”

Ouvrant ses jambes sur le futon, elle marmonna plusieurs fois, comme si elle était sur le point de pleurer, “Alors, alors…”.

“Alors, qu’en est-il du…déjeuner de Ya-chan ? Je n’ai pas senti de nourriture…tu n’en as pas préparé pour moi ?”

“Non.”

“Ehhh~… Alors…qu’est-ce que Ya-chan va faire…quand elle se réveillera… ? Il n’y a rien de bon à manger…”

“Je serai à la maison quand tu te réveilleras ! Je vais juste à la cérémonie d’ouverture de la période.”

“Quoi…c’est juste ça…”

Hee hee hee hee, elle souria en refermant ses jambes ouvertes et en commençant à taper des mains …pardon, des pieds.

“Cérémonie d’ouverture, hein ? Félicitations~ ! Cela signifie que Ry?-chan sera un deuxième année à partir d’aujourd’hui ?”

“Mettons ça de côté. Ne t’ai-je pas déjà dit que, même si tu es très occupée, tu dois toujours te démaquiller avant de dormir ? Puisque tu t’es plaint de la gêne occasionnée, n’ai-je pas spécifiquement acheté des mouchoirs spéciaux pour le démaquillage ?” Ryuji inspecta un peu mieux son environnement, “…Ah…AH ! Tu as mis de la poudre de maquillage sur l’oreiller ! Je ne peux pas l’enlever ! Tu devrais mieux prendre soin de ta peau, tu n’es plus toute jeune !”

“Désolée.”

Sa culotte tachetée de léopard était complètement exposée. En se levant, ses gros seins tremblent et ses cheveux blonds en désordre se coincent dans son décolleté. Qu’il s’agisse de l’ondulation de ses cheveux ou des longs ongles de ses doigts, elle dégageait une impression très féminine. Mais tout de même, “J’ai dû trop boire, je suis rentrée il y a une heure. Ah~ J’ai sommeil,” elle bailla, “Ah oui…j’ai ramené du pudding à la maison.”

En expirant et en frottant ses cils épais, elle se dirigea lentement vers le sac de la supérette au coin de la pièce. Cette apparence – ses lèvres de cerise marmonnant “pudding”, ses joues rebondies et ses yeux ronds – ces traits enfantins ne semblaient pas lui convenir. Bien qu’elle soit un peu bizarre, on pouvait peut-être l’appeler une jolie femme.

“Huh…Ry?-chan, je ne trouve pas la cuillère.”

“Peut-être que la vendeuse a oublié de la mettre ?”

“C’est impossible ! Je l’ai vu la mettre à l’intérieur. C’est étrange…”

C’était la mère de Takasu Ryuji, Takasu Yasuko : nom de scène “Mirano”. Âgée de trente-trois ans (elle prétendait toujours en avoir vingt-trois), elle travaillait comme hôtesse dans le seul bar de la ville, le “Bishamonten Kuni”.

Yasuko versa le contenu du sac de la supérette et le fouilla sur le coin de son futon. Elle fronça les sourcils : “Il fait si sombre ici… Je ne peux pas trouver la cuillère comme ça ! Ry?-chan, peux-tu ouvrir les rideaux ?”

“Ils sont ouverts.”

“Eh~… ? Ahh, c’est vrai… comme je ne me réveille pas toujours à cette heure-ci, j’ai dû oublier…” Dans une pièce sombre, le couple mère-fils, plutôt étrange, soupirait ensemble.

C’était la fenêtre orientée vers le sud.

Cela faisait six ans qu’ils avaient emménagé ici. Dans cette petite maison où ils vivaient tous les deux, toute la lumière naturelle provenait de la fenêtre du côté sud. Comme l’entrée se trouvait au nord et qu’ils étaient entourés à l’est et à l’ouest par les maisons de leurs voisins, seul le côté sud avait des fenêtres. Malgré cela, la lumière du soleil était abondante, surtout le matin. Il n’était pas nécessaire d’allumer les lumières du lever au coucher du soleil, sauf en cas de pluie. La lumière du soleil éclairait toujours abondamment Ryuji qui, dans son uniforme, préparait le petit-déjeuner pour eux deux, et Yasuko qui dormait profondément.

Cependant, tout cela a pris fin l’année dernière.

“Maudit soit cet immeuble.”

“Quel genre de personnes y vivent, d’ailleurs ? Et allumez les lumières !”

L’année dernière, à quelques mètres du côté sud de cette maison, un immeuble de luxe de dix étages a été construit. En conséquence, le soleil ne passe plus. Cette situation avait déjà poussé Ryuji au bord de la folie et de la frustration un nombre incalculable de fois : le linge ne pouvait plus sécher, les tatamis se dilataient à cause de l’humidité, se recroquevillaient dans les coins et se couvraient de moisissures, et il arrivait même que les fenêtres se couvrent d’une terrible condensation. Le papier peint commençait à se décoller, ce qui devait également être lié à l’humidité. Ce n’est pas grave puisque ce n’est qu’un appartement loué, voulait se dire Ryuji. Pourtant, extrêmement sensible à la propreté et à l’ordre, Ryuji ne pouvait se résoudre à tolérer une telle chose et à faire des compromis. Levant les yeux vers l’appartement de luxe aux carreaux blancs, ces deux pauvres gens ne pouvaient rien faire d’autre que de se tenir côte à côte, la bouche ouverte.

“Hmm, ça ne m’affecte pas beaucoup, puisque Ya-chan dort le matin de toute façon !”

“Ça ne sert à rien de se plaindre. En plus, le loyer a baissé de 5 000 yens.”

Prenant une cuillère dans la cuisine et la tendant à Yasuko, Ryuji se gratta la tête et dit : “Bon, je vais y aller.” Ce n’était pas le moment de resserrer les liens familiaux, il était temps de partir.

Vêtu de sa veste de gakuran, Ryuji plia son corps qui ne cessait de grandir et remonta ses chaussettes. Alors qu’il s’assurait d’avoir tout apporté, il réalisa soudain le faible appel de son cœur.

C’était vrai, aujourd’hui, c’était le début d’un nouveau trimestre scolaire. Après la cérémonie d’ouverture, il y avait le changement de classe. Même s’il avait échoué dans sa tentative de changer son image, cela ne suffisait pas à le déprimer, car un peu d’espoir subsistait dans le cœur de Ryuji. Ou n’était-ce qu’une attente ? Quoi qu’il en soit, c’était ce genre de sentiment ténu, bien qu’il ne trouvât pas approprié de l’exprimer.

“J’y vais. N’oublie pas de fermer la porte à clé et de te mettre en pyjama !”

“Ok~ay ! Ah, hey Ry?-chan,” Yasuko s’allongea sur le futon et mordit la cuillère avec ses molaires. Elle se mit à sourire comme une enfant. “Ry?-chan a l’air plus énergique que d’habitude aujourd’hui ! Bats-toi bien ! Tu es un deuxième année maintenant ! C’est une partie que Ya-chan n’a jamais foulé auparavant, tu sais.”

Pour donner naissance à Ryuji, Yasuko avait abandonné le lycée alors qu’elle était encore en première année, et ne savait donc pas à quoi ressemblait la vie d’une deuxième année. Ryuji ressentit un sentiment de tristesse pendant un moment.

“…oui.”

Il sourit un peu et leva la main. Il voulait ainsi remercier sa mère. Cependant, cet acte bien intentionné mena à un résultat inattendu. “KYAA !” Yasuko cria et se mit à rouler de droite à gauche, et dit enfin cette phrase. Elle avait enfin prononcé cette phrase !

“Ry?-chan est tellement cool ! Tu ressembles de plus en plus à ton père maintenant !”

” !!!”

…elle l’a dit.

Ryuji ferma silencieusement la porte d’entrée et regarda vers le ciel. Il tourna les yeux en sentant qu’il était aspiré dans un tourbillon au-dessous de lui. NON ! Je ne veux pas de ça ! Je ne veux pas de ça ! Ferme-la !

Ça ! C’est la seule chose que je ne veux pas entendre. Surtout aujourd’hui.

Tu ressembles à ton père – il semblait que Yasuko ne comprenait pas que cette phrase causait beaucoup de tourments à Ryuji. C’était aussi la raison pour laquelle il achetait ce genre de magazine et essayait de faire flotter sa frange en toute légèreté.

En quittant la maison, Ryuji se dirigea vers l’école qui se trouvait à quelques pas. Son visage crispé semblait tordu. Malgré cela, il marchait à grandes enjambées, comme s’il chevauchait le vent. Soupirant, il plaça ses doigts sur sa frange afin de se couvrir les yeux. C’était une habitude de Ryuji. En effet, la source de l’agonie de Ryuji n’était autre que ses yeux.

Ils étaient mauvais ! Cela n’avait rien à voir avec sa vue parfaite. C’était leur apparence ; ils avaient tout simplement l’air féroce.

L’année dernière, Ryuji avait grandi à toute vitesse, il avait maintenant un air viril. Bien qu’il ne soit pas le type super beau, il n’était pas non plus le geek distant… Ahem. Quoi qu’il en soit, il n’avait pas l’air mal, même si personne d’autre ne l’avait dit, du moins c’est ce que Ryuji pensait.

Pourtant, ses yeux étaient inhabituellement féroces, ils étaient si mauvais que ce n’était pas une blague. Ses yeux étaient inclinés vers le haut et les parties blanches occupaient la plus grande partie de ses yeux tandis que les pupilles n’en occupaient qu’une petite partie. Bien sûr, ce n’était que l’essentiel, et ce n’était pas le pire. Comme ses yeux étaient grands, le blanc de ses yeux reflétait constamment un éclat très fort et cinglant, tandis que ses petites pupilles bougeaient brusquement comme si elles étaient sur le point de trancher l’adversaire devant lui, quelles que soient les intentions de Ryuji. C’était ces yeux qui faisaient généralement fuir une personne à toute vitesse lorsqu’elle entrait en contact avec eux. Il ne le savait que trop bien. En fait, lorsqu’il voyait une photo de groupe avec lui, même lui était perdu après s’être demandé : “Bon sang, pourquoi a-t-il l’air si énervé… Ah, c’est moi ?”

D’un autre côté, cela peut être attribué en partie à sa personnalité rude. Il parlait d’une manière peu raffinée, ce qui avait quelque chose à voir avec son extrême sensibilité. C’est pourquoi il ne plaisantait que rarement et ne disait jamais de bêtises. Peut-être était-ce à cause de cela, ou peut-être était-ce parce qu’il vivait avec quelqu’un comme Yasuko, ce qui lui avait fait perdre toute virtuosité et toute fiabilité. Par-dessus tout, Ryuji s’enorgueillissait d’être pragmatiquement protecteur envers lui-même.

Mais, en conséquence…

“Ta-Takasu-kun… ! Essaies-tu de défier un professeur ? Q, quelqu’un ! Apportez-moi une matraque !”

Non, je n’essayais pas ! J’essayais juste de m’excuser d’avoir oublié de rendre mes devoirs.

“Je, je, je, je, je suis vraiment désolée… Je ne voulais pas te rentrer dedans ! C’est ce type qui m’a poussé vers toi !”

Qui va s’énerver parce qu’on lui a tapé sur l’épaule ?

“J’ai entendu dire que Takasu-kun s’était introduit dans une cérémonie de remise des diplômes d’une autre école alors qu’il était au collège, il a même pris le contrôle de leur salle de diffusion !”

Arrête de me faire passer pour un mauvais délinquant !

” – Est-ce que je vais encore le droit avoir tous ces malentendus ? ” En repensant à tous ces souvenirs douloureux, Ryuji ne pouvait s’empêcher de soupirer.

Ses notes n’étaient pas mauvaises, et il n’avait jamais été en retard ou absent. Il ne s’était même pas disputé avec des gens, et encore moins battu. En d’autres termes, Takasu Ryuji était un jeune homme normal. Malgré cela, à cause de ses yeux féroces, et c’est uniquement à cause de cela que tout le monde était arrivé à la conclusion qu’il était une sorte de délinquant vicieux – sa seule parente étant une hôtesse de nuit a également contribué indirectement à cette conclusion.

Après avoir passé un an avec ses camarades de classe, la plupart des malentendus avaient été résolus. Une année, ce n’est pas court, surtout pour un lycéen. Le problème était que tout recommençait aujourd’hui, sans compter que ses efforts pour changer son image s’étaient soldés par un échec.

Il y avait tout de même de quoi se réjouir de changer de classe, puisque Ryuji voulait être dans la même classe qu’une certaine personne. Mais lorsque ses pensées se portèrent sur les tourments qu’il aurait à affronter par la suite, ses attentes naïves se réduisirent instantanément de moitié. Sans parler de la grande gueule de Yasuko. Non, ce n’était pas bien ! Tout le blâme devait aller aux gènes encombrants de son père !

“Ton père, hein ? Il est au paradis maintenant. Il était plutôt cool, il avait l’habitude de balayer calmement ses cheveux vers l’arrière, ses chaussures pointues étaient toujours brillantes, et il accrochait toujours une si longue chaîne en or autour de son cou lorsqu’il portait un costume décontracté avec sa Rolex. À l’intérieur, il y glissait toujours un magazine épais.”

“Pourquoi ?” Quand Ya-chan lui a demandé ça, il a répondu ‘Pour que je n’aie pas à m’inquiéter d’être poignardé’. Ahhh~ J’étais si ému~ !”

Ryuji ne pensait qu’à la façon dont Yasuko se délectait en parlant de lui, et puis il y avait la seule photo de son père qui avait été laissée derrière lui. La pose de son père était exactement comme Yasuko l’avait décrit. Debout, les pieds ouverts, l’air fier, il portait une petite mallette sous l’aisselle. Il était vêtu d’un costume blanc et d’une chemise flamboyante à col ouvert. Les deux bagues en or qu’il porte à ses doigts brillent et il a même une boucle d’oreille en diamant. Et puis il y avait son visage où l’on pouvait lire “C’est à moi qu’tu parles ?”, le menton pointé vers le bas en direction de la caméra. L’une de ses mains tripotait la poitrine de sa mère, qui paraissait beaucoup plus jeune qu’elle ne l’était aujourd’hui. Sa mère, qui portait un ventre de femme enceinte, souriait joyeusement. Son père avait même une dent en or lorsqu’il souriait.

Il était en fait assez doux et sérieux, et ne ferait jamais de mal à une personne normale, ou du moins c’est ce que disait Yasuko, mais pourquoi diable une personne douce et sérieuse deviendrait-elle un gangster ? Et qui diable laisserait une si jeune lycéenne tomber enceinte ? Et surtout, ces yeux… Si quelqu’un était fixé par ces yeux aiguisés, il donnerait rapidement son portefeuille et espérerait que rien d’autre ne se produise. Ces yeux ne servaient qu’à cela : l’extorsion violente. Et pourtant, ces objets étaient maintenant fixés sur son visage. Ryuji frissonna soudain. Si même lui pensait à son père de cette façon, il n’était pas étonnant que tout le monde le comprenne mal !

D’ailleurs, il était possible que son père soit encore en vie. Selon Yasuko, alors qu’il aidait un sous-fifre à s’enfuir, il a été réduit en bouillie et jeté au fond du port de Yokohama. Cependant, il n’y avait pas de tombe, pas d’autel, pas d’artefact, pas d’épitaphe, pas même un corps ; il n’y avait aucune trace d’un tel événement. Parfois, Yasuko, ivre, disait sans raison “Je me demande à quoi ressemblerait Ry?-chan si ton père revenait soudainement ? Hohohoho, je plaisante !”

Papa est probablement en train de méditer dans une chambre glaciale ! En tant que son fils, j’ai l’impression que…

“Hé, Takasu ! Bonjour ! C’est une belle matinée, n’est-ce pas ?”

Entendant quelqu’un l’appeler par derrière, Ryuji se retourne rapidement et lève la main, “Oh, Kitamura. Bonjour !”

C’est plus fort que moi, si je m’arrête et que j’attends que mon ami me rattrape, les gens vont penser que je vais l’étrangler à mort, alors que ce n’est pas le cas. Ryuji y réfléchissait silencieusement. L’incompréhension était inévitable, et dans ce cas, il devait s’expliquer le plus gentiment possible. S’il y consacre du temps, les gens finiront par comprendre. Mais c’était assez pénible. C’était la seule chose qu’il pouvait faire, alors c’était la seule chose qu’il devait faire !

Levant les yeux vers le ciel bleu, Ryuji plissa les yeux sous l’effet de la lumière du soleil. Il faisait beau aujourd’hui, il n’y avait pas de vent. Les fleurs de cerisier se flétrissaient silencieusement à cette époque de l’année et tombaient doucement sur la tête de Ryuji.

Ryuji continua à porter son tourment et avança dans ses chaussures noires et brillantes. Le temps était magnifique pour la cérémonie d’ouverture d’aujourd’hui.

* * *

“Whoa ! On est dans la même classe que Takasu, c’est une blague !”

“Il a l’air intimidant, c’est effrayant !”

“Alors qui va aller lui parler ?”

“Non, pas moi.”

“Pourquoi tu n’y vas pas ? Hé ! Ne poussez pas… !”

Dites ce que vous voulez, je ne suis plus affecté par rien.

Ryuji entra dans la salle de classe de la manière la plus imperturbable possible, ignorant les regards de ses camarades, et s’assit sur son bureau en leur tournant le dos tout en fixant au loin de ses yeux vifs. Se léchant les lèvres, ses jambes se mirent à trembler d’elles-mêmes. Pour un spectateur, il ressemblait à un carnivore vicieux à l’affût d’une proie faible.

“Comme d’habitude, hein ? On dirait qu’il y aura des gens qui ne te comprendront pas ici aussi. Mais bon, ça va s’arranger au bout d’un moment, de toute façon ! D’ailleurs, je suis avec toi, sans compter qu’il y a pas mal de nos camarades de classe A ici.”

“Oh, ne t’inquiète pas pour ça, ça ne me dérange pas vraiment.”

Ryuji répondit avec un doux sourire à son bon ami Kitamura Y?saku, qui était dans sa classe encore cette année. Honnêtement, Ryuji était actuellement de très bonne humeur, mais pas au point de se lécher cruellement les babines juste avant de se jeter sur sa proie. Si c’était le cas, il ne serait pas en train de sourire jusqu’aux oreilles et prêt à décoller comme une fusée. La raison pour laquelle il était heureux n’était pas due à sa relation avec Kitamura. À un ami comme lui, Ryuji aurait simplement souri gentiment et dit, “On dirait qu’on est de nouveau dans la même classe, Kitamura !” Non, la raison pour laquelle il avait envie de décoller comme une fusée, c’était à cause de –

“Oh ! Kitamura-kun ! Nous sommes dans la même classe cette année !”

– elle.

“Hein ? Ah ! Kushieda, tu es aussi dans la classe C ?”

“Eh !? Tu veux dire que tu viens juste de l’apprendre ? Quelle froideur, vérifie au moins la liste des élèves le jour de la rentrée !”

“C’est ma faute. Quelle coïncidence ! Cela signifie que nous aurons plus de temps pour organiser les réunions de nos clubs !”

“Ahaha, c’est vrai ! Oh, Takasu-kun… n’est-ce pas ? Tu te souviens encore de moi ? J’apparais devant Kitamura-kun de temps en temps”, dit-elle en s’interrompant.

“…”

“Ah, hum, est-ce que je peux t’appeler Takasu-kun ?”

“…Ah…er…”

A ce moment-là, un ange se révéla. Devant les yeux de Ryuji se trouvait un sourire qui brillait aussi fort que le soleil, aussi chaud que la lumière du soleil qui se trouvait sur la fenêtre sud de sa maison, illuminant tout ce qu’il voyait. Les rayons de lumière s’intensifiaient au point que Ryuji ne pouvait plus garder les yeux ouverts.

“Kushieda Minori, c’est ça ? ”

AHH ! Bon sang ! J’ai bien prononcé les mots ! Mais ! Sa voix était trop froide. Ryuji avait envie de crier. Pourquoi n’ai-je trouvé qu’une réponse comme celle-là ? Pourquoi n’ai-je pas pu trouver quelque chose de mieux ?

“Wow ! Tu t’es souvenu de mon nom complet, je suis si contente !” Elle s’est arrêtée un peu, “Oh là là ! Quelqu’un m’appelle de là-bas ! Je dois y aller, Kitamura-kun. On se voit à la première réunion du club du trimestre en tant que deuxième année ! Alors n’oublie pas ! Takasu-kun, on se reparlera un jour !”

La voyant se retourner, Ryuji leva lentement et maladroitement le bras, mais il était trop tard. Elle avait déjà disparu.

Elle a dit qu’elle était contente. Elle a dit qu’on se reparlerait un jour.

Kushieda Minori.

Elle a dit qu’elle était contente. Elle a dit qu’on se reparlerait un jour.

Il a enfin réalisé son souhait d’être dans la même classe que Kushieda Minori.

Elle a dit qu’elle était contente. Elle a dit qu’on en reparlera un jour.

Elle a dit qu’elle était contente…

“Takasu ?”

“-Whoa !?” Kitamura apparut soudainement devant son visage, le faisant tomber sur sa chaise.

“Qu’est-ce qui te fait sourire ?”

“Non, ce n’est rien.”

“Oh vraiment ?” Kitamura poussa la monture de ses lunettes avec son majeur. Ryuji se sentit très reconnaissant du fond du cœur, car Kitamura était peut-être la seule personne au monde à pouvoir dire s’il souriait ou non. Il y avait une autre chose pour laquelle il était reconnaissant à Kitamura.

“…Kitamura, tu…” Ryuji ne parvenait pas à s’exprimer. “Comment dire. Tu as toujours l’air détendu quand tu parles aux filles,” Ryuji chuchota, “comme Kushieda-san !”

“Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ?”

Les yeux derrière les lunettes de Kitamura s’écarquillèrent. Il n’était pas humble. Au contraire, il était surpris. On dirait qu’il ne s’en rend pas compte lui-même. Ryuji décida de retenir ce qu’il s’apprêtait à dire à cette personne plutôt confuse.

Sa conversation tranquille avec Kushieda tout à l’heure semblait si “naturelle”. Non, ce n’était pas seulement récemment. Depuis l’année dernière, Kitamura avait toujours été capable de lui parler naturellement. De plus, ils étaient tous les deux dans le club de softball ! Ryuji était toujours là, essayant constamment de lui faire un doux sourire ou de recevoir un salut de sa part ; c’était un effort qui pouvait émouvoir jusqu’aux larmes.

Pour utiliser le football comme métaphore, Ryuji serait un défenseur central qui n’aurait presque jamais eu l’occasion de participer à l’attaque. C’est aussi parce qu’il était constamment à côté de Kitamura et qu’il observait ses conversations joyeuses avec Kushieda que Ryuji a commencé à se rendre compte qu’elle était vraiment mignonne, qu’il l’aimait bien et qu’il voulait devenir ami avec elle.

Ses différentes expressions joyeuses.

Son corps délicat et ses mouvements exagérés.

Ses sourires innocents et sa voix claire.

Malgré son apparence intimidante, elle réussit à garder sa bonne humeur habituelle en sa présence, même aujourd’hui.

C’est ce qu’est Kushieda Minori.

Pour Ry Ici, c’est Take Yuyu, dont le poids ne cesse d’augmenter. Chaque fois que je baisse la tête pour regarder mon corps inquiétant, je me demande toujours : “Ce n’est plus un estomac, c’est un anneau flottant !” Cette constatation s’actualise chaque jour. Les anneaux flottants pourraient-ils représenter l’espoir, un rêve ou même le bonheur ? Si c’est le cas, c’est peut-être une bonne chose que l’estomac devienne plus gros ! Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, je serai sans pitié ! (Elle disait cela en regardant le sac de nouilles instantanées qui se trouvait à proximité).

Bref, tout le monde a fini de lire Toradora! Volume 1 maintenant ? J’aimerais remercier chaque lecteur d’avoir acheté ce livre, et je suis heureuse que vous l’ayez aimé.

Q : Pourquoi n’y a-t-il pas de scènes de combat, de descriptions du monde intérieur des personnages, ou de personnages qui s’enflamment ?

R : C’est simplement la façon dont j’ai choisi de concevoir l’histoire.

… Le monde de Toradora! est une tranche de vie. Une histoire romantique tout à fait normale, avec un peu de comédie. J’ai l’intention d’écrire ce genre d’histoires à partir de maintenant, alors si vous l’aimez, continuez à soutenir Toradora!

Au fait, j’aimerais remercier les lecteurs de mon autre roman Watashitachi no Tamura-kun de m’avoir envoyé des lettres. Merci beaucoup ! Vos pensées ont toutes été lues dans leur intégralité. Je traite chaque lettre avec sérieux, au point de vouloir les serrer dans mes bras pendant mon sommeil. Pour remercier ces voix de soutien, je vais travailler dur pour trouver de nouveaux développements à la série Tamura-kun.

Quoi qu’il en soit, je pense que ce livre arrivera dans les mains de tout le monde d’ici mars (2006)… (Je dis bien “je pense”, c’est plutôt “je m’y attends”…) Nous sommes le 3 janvier au moment où j’écris cette note d’auteur, alors autant souhaiter à tout le monde une bonne année ! Sous la pression des résolutions, j’ai fait la déclaration suivante : Je n’ai qu’un seul objectif pour cette année, c’est de travailler plus dur.

La raison pour laquelle je me suis fixé un tel objectif est une remarque involontaire de mon rédacteur en chef,

“… Takemiya-san, que faites-vous normalement ?”

Il l’a probablement oublié, mais j’ai vraiment paniqué lorsque j’ai entendu une telle question. Qu’est-ce que je fais normalement ? Je suis écrivaine professionnel… Normalement, je ne travaille pas…

Alors que je réfléchissais attentivement à la raison pour laquelle il posait une telle question, j’ai finalement compris le véritable sens de ce que mon rédacteur en chef essayait de dire :

“(En tant qu’écrivaine prometteuse et professionnelle, vous ne sortez que deux volumes par an. Bien qu’il y ait maintenant plus de chapitres dans les livres, on n’a pas vraiment l’impression que vous avez travaillée…) Takemiya-san, (en tant que personne qui devrait travailler) que faites-vous normalement (en dehors du travail) ? (Au fait, vous n’avez pas grossi ces derniers temps ?)”

Alors que je reprenais mes esprits…

Qu’est-ce que je fais d’habitude ? Je travaille en effet ! Bien que je passe plus de temps à manger des snacks, à préparer des spaghettis, à ajouter du lait chaud, à mélanger les spaghettis avec de la morue, à cuire des pommes de terre à la vapeur, à saupoudrer de nori les spaghettis à la morue, à cuire du jambon et à ajouter du natto sur les spaghettis à la morue… des choses comme ça… pour être plus précis… Je ne mange pas trop de morue ces derniers temps ?

C’est vrai, il faut que j’arrête de faire des spaghettis à la morue et que je me remette au travail de manière responsable ! Ce n’est pas le moment de manger deux fois des spaghettis de morue (200g chacun) par jour ! Alors pour le bien de cet anneau flottant… ! Ce serait bien si je pouvais me débarrasser de ce morceau de viande… !

C’est pourquoi, cette année, je dois travailler dur et réduire au minimum ma consommation de spaghettis à la morue. Pour que les lecteurs apprécient mon travail, je dois me concentrer de toutes mes forces, quoi qu’il arrive, et travailler dur, quitte à casser mon clavier.

Ensuite, mon vœu pour la nouvelle année est de “Maigrir naturellement en travaillant dur” ! J’espère aussi que lors de ma visite chez l’éditeur, je ne répéterai pas la tragédie de m’être fait mal au dos en m’asseyant sur le canapé moelleux, ce qui m’a obligé à m’asseoir ailleurs…

Enfin, je vous remercie d’avoir lu jusqu’ici. Comme pour mon autre roman, Yasu-sensei est à nouveau en charge de l’illustration de ce roman. À Yasu-sensei et aux éditeurs, j’ai hâte de continuer à travailler avec vous. Je vous donne rendez-vous dans le prochain volume de Toradora! Bon, il est temps pour moi d’aller ramasser les touches du clavier que j’ai accidentellement écrasées en tapant trop fort.

 

Yuyuko Takemiya ji, tous les éléments qui la composaient semblaient aussi étincelants que les rayons du soleil. Elle était saine et douce, et pour lui, sa posture correspondait à ce qu’une fille devrait être. Mais quand même…

“Qu’est-ce que tu racontes ? Comment puis-je parler naturellement aux filles ? Tu devrais très bien savoir comment elles aiment m’appeler !”

Ryuji ne put s’empêcher de soupirer. Comme c’est enviable ! Le simple fait de regarder la façon dont Kitamura parlait suffisait à lui faire saigner les yeux. Pourtant, Kitamura continua : “Je ne suis pas doué avec les filles. Je pense que je ne trouverai probablement jamais de petite amie pour le reste de ma vie.”

Même s’il voulait répondre par “Je ne pense pas…”, en levant les yeux vers le noble au rayonnement aveuglant devant lui, Ryuji ravala ce qu’il s’apprêtait à dire. Quoi qu’il dise, ce type ne comprendrait probablement jamais. Ryuji se sentit soudain déprimé.

Il était vrai que les filles appelaient Kitamura “Maruo”, d’après le “Monsieur Gentil” typique de Chibi Maruko-chan. Il y a peut-être une certaine ressemblance, ce qui explique pourquoi il a reçu ce surnom. En plus de cela, il a beaucoup d’autres traits de caractère : des lunettes avec une prescription très élevée, une personnalité directe, d’excellentes notes, il ne suit pas la tendance à flirter, et il a des valeurs assez traditionnelles. Dans la bonne situation, il dirait “c’est exact” ; c’est le genre de personne capable de créer une atmosphère joyeuse dans la salle de classe. D’ailleurs, il est l’ancien délégué de classe, l’actuel vice-président du conseil des élèves et le favori pour devenir le nouveau président de l’équipe de softball. Il est normal que tout le monde se moque de lui.

Ce n’est pas son physique qui pose problème. Pour être précis, en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il est étonnamment beau. Combiné à sa personnalité cohérente à l’intérieur comme à l’extérieur, ainsi qu’à sa capacité à se moquer de lui-même, il n’y a absolument rien d’antipathique en lui. Ainsi, même s’il prétendait être constamment taquiné par les filles, ce n’était pas parce qu’elles le détestaient.

Ah, voilà pourquoi, Ryuji compris enfin. En y réfléchissant, Kitamura était très populaire auprès des filles, et pas seulement auprès de Kushieda ; il était capable de leur parler à toutes naturellement. Chaque fois que les filles le voyaient, elles se disaient “Ah~ Je suis encore dans la même classe que Maruo !”, ce à quoi Kitamura répondait nonchalamment “Oh ? Ça pose un problème ?”.

Et pourtant, il prétend qu’il n’est pas doué avec les filles. Ce n’est pas comme si elles le craignaient comme moi. Alors que Ryuji était plongé dans ses pensées, il a entendu quelqu’un dire “Whoa, effrayant”.

Tu vois ? C’est reparti ! Ryuji s’allongea sur son bureau et ignora les voix qu’il entendait de temps en temps. Il y a encore peu de temps, il était aux anges d’être dans la même classe que Kushieda Minori, alors il ne se souciait pas des autres et de ce qu’ils pensaient de lui.

“Il a l’air redoutable. Je t’avais dit que ce type n’était pas une personne normale.”

“Whoa, regarde ces yeux. Si tu énerves le détenteur de ces yeux, tu risques d’être tué !”

Le sort semble avoir été rompu. Ryuji commença à remarquer que les chuchotements non malveillants commençaient à augmenter.

Il vaudrait peut-être mieux se cacher dans les toilettes jusqu’à l’arrivée du nouveau professeur principal, pensa Ryuji avec espoir. Cela lui permettrait de s’aérer un peu l’esprit.

Il se leva donc, et alors qu’il s’apprêtait à franchir la porte, il sentit quelque chose se heurter à son estomac. “Hmm… ?”

Ryuji pensait avoir heurté quelque chose, mais il n’y avait rien devant ses yeux. C’est étrange. Ryuji bougea les yeux, mais tout ce qu’il voyait, c’était…

Les élèves se sont mis à crier,

“Mince ! Comme on s’y attendait de la part de Takasu-kun, va-t-il agir le premier ?”

“Le match à mort a-t-il déjà commencé ? Quand j’ai vu la liste des élèves, j’ai su que cette classe allait être terrible.”

Tout ce que Ryuji pouvait voir, c’était les nouveaux camarades de classe qui chuchotaient entre eux. Ils parlent de moi ? Mais quand même, pourquoi ?

L’un des membres de la classe trouva un titre : “Le Choc des Titans. Hmm ?”

“Nous sommes déjà dans l’affrontement final.”

Tout le monde parlait bizarrement. Le Choc des Titans ? L’épreuve finale ? Qu’est-ce qu’ils racontent ? Ryuji pencha la tête pour essayer de comprendre ce qui se passait.

“Tu ne vas même pas t’excuser après avoir heurté quelqu’un ?” Il entendit une voix très froide émaner de quelque part. Le ton étrange et calme de la voix donnait l’impression de réprimer et de retenir une émotion sur le point d’exploser. Pourtant, il ne pouvait pas dire d’où venait cette voix.

“Hein ?”

L’ambiance devint sombre. Ryuji jeta un coup d’œil à droite, il n’y avait personne ; il jeta un coup d’œil à gauche, il n’y avait personne non plus ; avec appréhension, il regarda vers le haut. Heureusement, il n’y avait personne non plus.

“Cela signifie que…”

Cela venait donc bien d’en bas. En bas, juste sous ses yeux, à un endroit bien plus bas que la poitrine de Ryuji, se trouvait une chevelure. La première chose qu’il pensa fut qu’elle ressemblait à une poupée.

En tout cas, elle était très petite. Ses longs cheveux raides flottaient doucement et couvraient le petit corps du Tigre de Poche. “Tigre de Poche ?”

Cette terminologie mystérieuse apparut soudainement dans les pensées de Ryuji, le poussant à la prononcer à voix haute sans réfléchir. Il semblerait qu’il ait entendu quelqu’un murmurer cela à proximité.

Tigre de Poche !?

Cela signifie donc…

“Qui…”

C’est ainsi que s’appelle cette petite poupée ? Bien qu’elle soit assez petite pour tenir dans une paume, en quoi ressemble-t-elle à un tigre ?

“Qui c’est que t’appelles un Tigre de Poche ?” Ce n’était pas une occasion où l’on pouvait réfléchir longtemps, car peu importe ce que c’était elle commença à lever le menton, et avec ses yeux…

 

“WHOA !!”

 

Il a fallu trois secondes. Tout devint silencieux, même si ce n’était peut-être que l’imagination de Ryuji. Pendant un instant, on aurait dit un vide créé par une onde de choc juste après une explosion. Le bruit de fond revint lentement aux oreilles de tous. Le temps qu’il s’en rende compte, Ryuji s’aperçut qu’il était tombé à la renverse sur le sol. Il n’était pas le seul, les quelques camarades de classe à proximité avaient également été touchés et gémissaient, tandis que d’autres s’apprêtaient déjà à s’enfuir.

Que s’est-il passé ? Je le sais déjà. Il ne s’est rien passé. C’est juste que cette fille devant ses yeux…

“Une personne si désespérante.”

Tout ce qu’elle a fait, c’est fixer Ryuji avec ses deux grands yeux, rien de plus.

Et c’est tout. En quelques secondes, Ryuji avait déjà été frappé de stupeur. Son esprit était vide, son corps paralysé par la pression qu’elle exerçait. Ryuji fut repoussé par son regard, ou plus précisément, il fut repoussé par l’aura qui émanait de ses yeux, ce qui le fit tomber par terre.

Leur différence était bien trop grande, ils étaient à des niveaux complètement différents. Pour une personne dont les yeux n’étaient pas moins intimidants, Ryuji avait été complètement vaincu.

C’était la première fois que Ryuji comprenait ce que signifiait avoir des yeux féroces. Cela incluait l’aura nécessaire que chacun porte en soi, ainsi qu’une férocité à la hauteur ; ou pour être plus exact, une “intention de tuer”.

“Hmph.” Après quelques secondes qui lui parurent une éternité, ses yeux féroces qui lui transperçaient profondément le cœur se calmèrent enfin un peu, et passèrent à ce qui avait été méprisé.

“Un dragon… ? C’est nul.” Elle ouvrit ses lèvres de cerise et lança des mots comme des balles qui portaient en eux une certaine qualité enfantine. Ses mains incroyablement petites balayèrent grossièrement ses cheveux flottants, tandis que ses paupières douces cachaient ses intentions meurtrières. Ces yeux étaient maintenant aussi transparents que les yeux de verre d’une poupée et fixaient froidement Ryuji.

Ce qui est terrible, c’est qu’elle est mignonne. Elle avait un visage blanc et pâle, des cheveux bruns incroyablement longs, des membres et des épaules minuscules, tandis que ses pupilles brillantes étaient entourées de doux cils. Elle était aussi adorable qu’un bonbon contenant des toxines mortelles, aussi adorable qu’une fleur qui pourrait tuer rien que par son parfum.

Pourtant, lorsqu’elle le fixait, Ryuji pouvait sentir la carnivore jaillir de ses yeux. Bien sûr, tout ceci n’était qu’une illusion, mais elle semblait plus réelle que la réalité. Le poids de la carnivore avait renversé Ryuji sur le sol et elle rugit d’un son qui le secoua jusqu’au plus profond de son sang. Le son qu’elle produisait semblait dire : ” Je peux me débarrasser d’un type comme toi quand je veux. ” Les griffes acérées et les crocs s’approchèrent lentement de lui, dégageant un sentiment de soif de sang et l’odeur d’une bête. Comparée à sa petite silhouette, l’illusion bien plus grande qui se profilait devant lui était… un tigre.

“Ah, ahh-ah, ah, ahhh… c’est ça.” Sans s’en rendre compte, Ryuji commença à hocher la tête et à frapper dans ses mains. C’est donc pour cela qu’on l’appelle le Tigre de Poche ! Je me demande qui lui a donné ce nom, mais…

” – N’est-ce pas un nom merveilleux ? ”

Et un nom si approprié, je suis impressionné. La fille jeta un coup d’œil à Ryuji, prononça silencieusement “dragon”, puis le regarda avec dédain.

Il n’était pas difficile de comprendre pourquoi. Que ce soit à cause de la chute ou de la déchirure causée par le tigre fantôme, la veste de gakuran de Ryuji était maintenant ouverte. Sous sa veste, il portait un T-shirt coloré “Sory? (Dragon Ascendant)” que Yasuko lui avait joyeusement acheté. Ce n’était pas comme si Ryuji avait voulu porter un T-shirt qui causerait de tels malentendus, c’était juste que tous ses autres vêtements avaient été emportés à la blanchisserie pour ce jour-là et il ne s’attendait pas à ce que quelqu’un puisse voir ce qu’il portait à l’intérieur avec sa veste.

Se sentant gêné pour une raison quelconque, Ryuji se couvrit rapidement la poitrine, comme une fille qui vient de se faire agresser par un ruffian. C’est à ce moment-là qu’il vit quelqu’un s’approcher en tapant du bout des doigts.

“Tu es en retard, Taiga ! Tu n’as pas assisté à la cérémonie d’ouverture, n’est-ce pas ?”

“Je ne me suis pas réveillé. En tout cas, je suis contente d’être dans la même classe que Minorin cette année.”

“Oui ! Moi aussi !”

Ce n’était autre que Kushieda Minori. Elle appela directement le Tigre de Poche “Taiga”, et lui sourit même en lui caressant doucement les cheveux, tandis que le Tigre de Poche l’appelait aussi intimement “Minorin”. En regardant tout cela, Ryuji commença à entendre les murmures autour de lui.

“Le premier round est donc remporté par le Tigre de Poche Aisaka ?”

“On dirait que Takasu n’est effrayant qu’en apparence, ce n’est pas un délinquant !”

“Hein ? Vraiment ?”

“C’est pour ça qu’il a perdu contre le Tigre de Poche. En plus, elle est vraiment féroce !”

Les malentendus furent résolus bien plus tôt que Ryuji ne l’avait prévu, cependant….

* * *

Le Tigre de Poche portait un nom étonnant : Aisaka Taiga. Elle mesurait 145 cm. Aisaka Taiga et Kushieda Minori étaient ce qu’on appelle de bons amis. D’après les divers chuchotements que Ryuji avait entendus, on disait que son père travaillait comme réparateur dans le monde clandestin. Une autre histoire disait que son père était en fait un maître de karaté qui régnait sur la pègre américaine. Une autre encore disait qu’elle était elle-même experte en karaté, mais qu’elle avait été expulsée de son dojo pour avoir attaqué son maître.

Lorsqu’elle est entrée pour la première fois dans cette école, beaucoup de gens ont été trompés par sa beauté, et de nombreux hommes ont fait la queue pour se confesser à elle. Bien sûr, leurs rêves ont tous été impitoyablement brisés, car ils ont été intimidés, mordus, déchiquetés… Certains d’entre eux ne se sont jamais remis de leurs émotions après avoir été rabaissés sans pitié par elle. Partout où Aisaka allait, son chemin était trempé dans le sang d’innombrables cadavres d’élèves masculins.

Aisaka Taiga faisait l’objet de nombreuses rumeurs. Que les rumeurs soient fondées ou non, il ne faisait aucun doute qu’elle était l’être le plus dangereux de cette école. C’est plusieurs jours après la cérémonie d’ouverture que Ryuji apprit ces choses.

error: Contenue protégé - World-Novel