Accueil Article 5502-chapitre-1674

5502-chapitre-1674

Chapitre 1674 – En Tandem

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Une Bête Supérieure…

Tuer une Bête Supérieure pouvait ne poser aucun problème, ou tous les problèmes du monde. Les êtres de ce Rang étaient plus que de simples créatures — chacun d’entre eux possédait un pouvoir mythique, la réalité elle-même se défaisant sous la pression de leur existence.

Lorsque Nephis était un Maître, une seule abomination Supérieure était comme un cataclysme…

Aujourd’hui, Nephis était elle-même un cataclysme.

Allumant les flammes de son âme, elle brilla d’un éclat pur et rencontra le golem sinistre avec toute la force d’un Titan Transcendant. La douleur la submergea et lui fit prendre conscience du monde. Tout était clair et net dans le monde de la douleur, prêt à se soumettre à sa volonté.

Sauf le Seigneur des Ombres.

La lame noire de son épée rencontra la masse de diamant de la Créature du Cauchemar, la déviant et dissipant sa force. L’impact qui aurait produit une onde de choc dévastatrice fut étouffé, son potentiel destructeur disparaissant sans laisser de trace.

Le golem était rapide, plus rapide que Nephis. Mais elle connaissait bien ses mouvements. Ils manquaient de perspicacité et d’intention, presque entièrement dépourvus de raffinement. Pour cette raison, la créature perdait de précieux moments, alors qu’elle n’en perdait aucun.

Une fraction de seconde plus tard, la pointe de sa lame s’enfonça dans la mousse rouge, visant à détruire l’une des articulations de l’épaule du golem.

L’épée que le Seigneur des Ombres lui avait donnée était censée être l’équivalent d’une arme Transcendante — et une arme puissante, de surcroît. Couper la chair d’une abomination Supérieure aurait été difficile, mais pas impossible. Néanmoins, Nephis n’espérait pas briser la carapace de pierre du golem, et visait plutôt un point faible.

Elle savait déjà que la créature ne pourrait pas éviter son coup.

C’était là le pouvoir de Nephis. Elle ne pouvait pas prédire l’avenir, comme Cassie, et ne possédait pas d’Aspect lui permettant de lire dans l’esprit de l’ennemi. Cependant, elle connaissait les lois du combat — elle les connaissait intimement, instinctivement et de manière exhaustive. De la philosophie du combat à la façon dont les atomes interagissent entre eux pour former une lame d’acier, elle savait tout.

Elle n’avait donc pas besoin de voir l’avenir. Connaissant les lois du combat, elle pouvait simplement dire quels mouvements son ennemi pouvait exécuter, était le plus susceptible d’exécuter et exécuterait dans n’importe quelle situation donnée.

C’était la partie la plus facile de la maîtrise du combat. La partie la plus difficile… était de dicter la situation pour que l’ennemi bouge comme elle le voulait.

Bien sûr, pour y parvenir, elle devait aussi connaître l’ennemi.

L’articulation de l’épaule du golem sinistre s’était révélée bien plus résistante qu’elle ne l’avait imaginé. Sa lame contourna la carapace de pierre, mais la chair desséchée qui se trouvait en dessous était tout aussi résistante. Son épée la mordit sans réussir à l’entailler profondément, ne laissant qu’une égratignure insignifiante.

Nephis fronça les sourcils, sachant qu’elle était désormais exposée aux représailles de la créature.

La masse de diamant s’éleva, volant vers sa tête à une vitesse terrible… et fut repoussée par l’odachi du Seigneur des Ombres. Non seulement il avait protégé Nephis, mais il avait aussi créé une ouverture pour qu’elle puisse porter un autre coup.

Cette fois, elle visait les yeux du golem.

Se battre côte à côte avec le Saint de l’Ombre était… confortable.

Nephis savait qu’il était un épéiste de haut niveau, comme l’avait montré leur duel. Cependant, ce qui l’avait le plus étonnée, c’était l’excellence avec laquelle il soutenait un partenaire dans une bataille, et était soutenu par un partenaire à son tour.

Trop excellent, peut-être.

Elle se serait attendue à ce qu’une personne aussi solitaire et recluse ait du mal à coopérer avec les autres. Mais en fait, c’était tout le contraire.

C’était comme si son ombre avait vraiment pris vie, combattant à ses côtés avec une facilité déconcertante. Le Seigneur des Ombres semblait anticiper ses moindres mouvements, et était toujours exactement là où elle avait besoin qu’il soit, jouant son rôle à la fois sans faille et avec la plus grande efficacité.

Plus surprenant encore… Nephis était elle-même étrangement en phase avec son style de combat. Elle n’avait pas besoin de faire d’effort pour agir à l’unisson avec lui, comme si c’était quelque chose de naturel.

Les guerriers de Valor étaient très disciplinés et prônaient l’unité, s’entraînant et combattant souvent ensemble. Et pourtant, elle se sentait plus à l’aise en compagnie de ce parfait inconnu.

Peut-être s’agissait-il là d’une compétence unique d’un Transcendant ayant une grande affinité avec les ombres — après tout, les ombres n’existaient jamais par elles-mêmes. C’était leur nature d’être projetées par quelqu’un.

Son épée plongea dans l’œil du golem, s’enfonçant profondément. Cela ne tua pas la Bête Supérieure, mais sembla la ralentir un peu. Pour s’en assurer, Nephis coupa également la fleur qui poussait dans l’autre orbite, se demandant si la créature n’était pas en fait une plante prédatrice.

Mais ce n’était pas le cas. Les fleurs, semble-t-il, n’étaient que de simples décorations.

[Brise l’armure.]

La voix de Cassie lui fit comprendre où se situait la faiblesse de la créature. Les êtres vivants étaient relativement faciles à tuer, car ils partageaient les mêmes faiblesses — cœur, cerveau, système vasculaire. Mais les constructions et les morts-vivants étaient délicats, car les détruire était toujours un jeu de devinettes. En particulier s’ils étaient suffisamment puissants pour qu’il ne soit pas envisageable de les anéantir instantanément.

“Visez le plastron !”

Nephis et le Seigneur des Ombres abandonnèrent leurs tentatives d’endommager la chair coriace de l’abomination, se concentrant plutôt sur l’armure fissurée du golem de pierre. Elle sacrifia même une partie de son augmentation physique pour améliorer l’épée noire à la place — heureusement, la lame manifestée accepta facilement la flamme de l’âme, s’enflammant avec une étrange sorte d’éclat sombre.

La bataille dura une douzaine de secondes, et à la fin, une partie entière de la jungle était complètement bouleversée. Nephis et son guide distant faisaient pleuvoir un barrage de coups sur le plastron de la Bête Supérieure, évitant aisément ses attaques dévastatrices, mais simplistes et prévisibles.

Chacun d’entre eux aurait pu avoir du mal à combattre la créature seul, mais ensemble, ils la maîtrisèrent sans trop d’efforts.

Rapidement, la pierre ancienne se fissura encore plus, puis explosa en une pluie d’éclats. Le golem chancela et tomba au sol.

Le Sortilège lui chuchota à l’oreille, d’une voix moqueuse et insidieuse :

[Vous avez tué une Bête Supérieure, Asura de Condamnation.]

[Votre âme brille plus fort.]

Nephis respira bruyamment et retira son casque, des mèches de cheveux s’accrochant à son visage pâle. Elle étudia le golem effondré avec circonspection, sachant que ce n’était que le début d’une terrible bataille.

Selon le Seigneur des Ombres, il y avait beaucoup de ces abominations dans les ruines.

Son guide, quant à lui, s’approcha de la créature de pierre, la fixa un moment, puis lui donna un coup de pied.

C’est alors qu’il dit, avec un soupçon d’émotion sombre dans sa voix habituellement froide :

“…C’est un MWP.”

Nephis fut surprise. Elle s’attarda un instant, et haussa les sourcils.

“Quoi ?”

Il pointa le golem mort du bout de son odachi :

“Cette créature, c’est un MWP. Une plate-forme de guerre mobile. Enfin… je suppose qu’il s’agit plutôt d’une armure motorisée. Les soldats ordinaires s’en servaient en Antarctique.”

Le Seigneur des Ombres resta silencieux un moment, puis soupira.

“Le corps momifié à l’intérieur était un guerrier Éveillé, et ce golem est la combinaison qu’il portait. Bien sûr, elle était alimentée par la sorcellerie, et non par la technologie.”

Sa voix reprit lentement sa nonchalance indifférente habituelle :

“Ils étaient les défenseurs de cette cité, je suppose.”

error: Contenue protégé - World-Novel