Accueil Article 3880-chapitre-1174

3880-chapitre-1174

Chapitre 1174 – Boîte Laquée

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Voilà qui est intéressant.

Sunny se dirigeait furtivement vers la cour intérieure isolée de la forteresse portuaire. Ses ombres se déplaçaient également…

Celle qui observait la bataille contre la horde de Créatures du Cauchemar volait sur la surface abîmée du mur, sans prêter attention aux flashs des tirs. Celle qui se cachait parmi les réfugiés les avait laissés derrière elle, s’approchant de la cour par l’autre côté.

Celle qui espionnait Morgan se cachait dans l’ombre de Cassie, et celle qui suivait Nephis restait tapie dans la sienne.

Actuellement, toutes convergeaient vers un seul point.

Au milieu de la cour, entourée d’un large anneau d’espace vide, une longue silhouette se tenait debout tandis que de nombreux soldats et Éveillés braquaient leurs armes sur elle.

Une armure complexe d’acier noir, un beau visage encadré par des boucles de cheveux noir corbeau… et des yeux vermillon vifs et vibrants.

C’était… Morgan.

Ne me dis pas…

Lorsque la vraie Morgan sortit des portes de la forteresse en compagnie de Madoc et de Cassie, les soldats qui visaient l’envahisseur la regardèrent avec des yeux écarquillés.

Ils devaient avoir compris que la créature qui se tenait devant eux n’était pas la véritable Princesse de la Guerre… et pourtant, voir les deux jeunes femmes identiques se fixer l’une l’autre était une expérience étrange.

La vraie Morgan grinça des dents de mépris.

…Le reflet reproduisait parfaitement son expression.

Et c’était bien ce qu’était cette silhouette solitaire — une créature créée par Mordret à partir d’un morceau de son âme, de la même manière qu’il avait créé la Bête Miroir.

La main de la vraie Morgan reposait sur la poignée de son épée, mais le reflet tenait une boîte laquée noire à la place.

Malgré les centaines de fusils et d’armes enchantées braqués sur la créature miroir, celle-ci semblait parfaitement calme.

Nephis entra dans la cour et s’arrêta, regardant la scène insolite avec une expression réservée. Sunny était également sorti de l’ombre, se tenant à l’écart tout en observant la situation.

Qu’est-ce qu’il a fait, ce taré ?

Son regard glissa sur les visages de tous ceux qui étaient rassemblés dans la cour — les soldats ordinaires et les serviteurs Éveillés de Valor, quelques Chevaliers, Nephis, Cassie, Madoc…

Mordret était-il parmi eux en ce moment même, quelque part, en train de se réjouir de leurs réactions ?

Alors que le reflet penchait un peu la tête, la vraie Morgan grogna :

“Comment oses-tu porter ce visage, ignoble chose ?”

Son visage était un masque de dégoût et de fureur.

Cette fois, la créature miroir ne refléta pas son expression. Au lieu de cela, elle sourit agréablement, s’inclina et déposa délicatement la boîte laquée sur le sol.

Ensuite, le reflet ouvrit la bouche et parla, sa voix ne se distinguant pas de celle de Morgan.

“Un… cadeau… pour ma chère sœur.”

Puis, son sourire s’élargit un peu.

“Viens… vite. Tu m’as beaucoup… manqué.”

Avant que Madoc ne puisse arrêter Morgan, celle-ci disparut soudainement de l’endroit où elle se trouvait. Sa vitesse était démesurée pour que les soldats ordinaires et les guerriers Éveillés puissent la suivre à l’œil nu, mais Sunny la vit — un flou noir et rouge qui traversait la cour, s’approchant du reflet à la vitesse d’une balle.

Il savait mieux que quiconque à quel point ces créatures étaient dangereuses, et Sunny s’attendait donc à un combat extrêmement destructeur. Il se prépara même à battre en retraite… mais, à sa grande surprise, la terrible bataille n’eut jamais lieu.

Ce n’était pas parce que Morgan avait révélé l’un de ses atouts cachés, ni parce que Madoc était intervenu. C’est tout simplement parce que le reflet ne chercha même pas à se défendre.

Il resta là, souriant agréablement, tandis que l’épée de Morgan transperçait le plastron de l’armure noire avant de ressortir dans son dos.

Lentement, un réseau de fines fissures apparut sur la peau du reflet. Les yeux de Morgan s’écarquillèrent légèrement lorsqu’elle vit la copie parfaite de son visage s’effondrer lentement en une pluie d’éclats de verre, qui disparurent ensuite sans laisser de trace dans un éclair de lumière argentée.

Ainsi, l’un des Reflets de Mordret avait été détruit.

Néanmoins, le froncement de sourcils de Sunny ne fit que s’accentuer.

“Il voulait donc délivrer un message. De quel message s’agit-il ?”

Sans aucun doute, la capacité du Reflet à apparaître au cœur même de l’une des forteresses de Valor sans que personne ne s’en aperçoive était un message en soi. C’était comme si Mordret se moquait de sa famille, lui montrant qu’aucun garde ni aucune protection ne pourrait les sauver de son courroux.

Forcer Morgan à se voir détruite était également un message. Mordret laissait entendre que c’était son avenir inévitable.

…Et bien sûr, le véritable message était la boîte laquée noire et les mots prononcés par le reflet.

Un cadeau pour ma chère sœur. Viens vite, tu m’as beaucoup manqué.

Tout cela n’était qu’une provocation immaculée.

Mais…

Qu’y avait-il à l’intérieur de la boîte ?

Sous les yeux de Sunny, Morgan rengaina son épée d’un air sombre et baissa les yeux. Madoc s’approcha lentement, regardant la boîte avec méfiance. Cassie et Nephis s’approchèrent également.

“Pourrait-il y avoir quelque chose de dangereux à l’intérieur ?

La voix de Cassie était tendue.

Morgan la regarda en silence, puis se pencha en avant pour ramasser la boîte. C’était comme si elle essayait de montrer que rien de ce que Mordret pouvait faire ne pouvait l’effrayer.

Sans hésiter, elle ouvrit la boîte et regarda à l’intérieur.

L’expression de Morgan changea subtilement.

L’intérieur de la boîte était tapissé de soie rouge, et sur cette soie reposait un crâne humain.

Le crâne était recouvert de suie pour paraître noir, et il y avait un trou grossier dans son front, comme pour ressembler à un troisième œil.

Il y eut un long moment de silence, puis Lame Chuchotante plongea soudain ses mains dans la boîte et ramassa le cadeau morbide que Mordret avait laissé derrière lui. Son visage était étrangement sinistre.

Alors que Madoc étudiait le crâne, Morgan le regarda en posant une question silencieuse.

“Qu’est-ce que c’est ?”

Le Saint serra les dents.

Après quoi, il replaça délicatement le crâne sur la soie rouge et dit :

“…C’est Shtad. C’est la tête de Shtad.”

error: Contenue protégé - World-Novel