Accueil Article 3756-chapitre-2-je-cherche-la-bagarre

3756-chapitre-2-je-cherche-la-bagarre

Vie.2

 

Je cherche la bagarre !

“Allez….., au lit, je serai prête dans un instant.” Rias m’a presque poussé à l’autre bout de la pièce en commençant à enlever son uniforme.

A-Attends ! Quoi ?! Mes pensées ne pouvaient tout simplement pas suivre ses actions !

Whoosh !

Elle a retiré sa jupe, révélant ses sous-vêtements. Sa culotte d’un blanc pur était éblouissante ! La forme de ses jambes était à couper le souffle ! Ses cuisses luxueuses ne demandent qu’à être caressées !

Ensuite, elle a attrapé son chemisier !

“P-Prez ! C-C’est… !” Je perdais la tête ! Comment ne pas l’être ?! N’importe qui, et encore moins un adolescent obsédé par le sexe comme moi, aurait été troublé si la Prez était soudainement apparu devant eux, en disant des choses comme Faisons l’amour et en enlevant ses vêtements !

Whoosh.

Elle a enlevé son chemisier ! J’ai pu voir son soutien-gorge envelopper délicatement ses seins ! Mes yeux étaient rivés sur sa poitrine bombée !

Ne portant plus que ses sous-vêtements, Rias prit une grande inspiration et s’avança vers moi.

“Issei. Est-ce que je ne suis pas bonne ? ” me demanda-t-elle.

” C-ce n’est pas vrai du tout ! Je ne pourrais pas rêver de quelqu’un de mieux !”. Je me suis empressé de répondre.

“J’y ai beaucoup réfléchi, mais je ne vois pas d’autre solution,” dit-elle.

Une autre façon de quoi ?! Je n’avais aucune idée de ce qu’elle voulait dire !

“Une fois que ce sera fait, personne ne pourra dire le contraire. Tu es la seule personne proche de moi avec qui je peux faire ça”.

Moi ? ! Je n’étais pas tout à fait sûre de ce qui se passait, mais Rias m’avait-elle vraiment choisi pour être sa première fois ? !

C’est un honneur ! Ou du moins, c’est ce que je voulais dire, mais je n’arrivais pas à formuler les mots !

“…Yuuto ne serait pas bon. C’est un Chevalier jusqu’au bout des ongles. Il refuserait. Je dois te choisir, Issei.”

J’ai battu Kiba ? ! Bwa-ha-ha ! Je ne savais peut-être pas ce qui se passait, mais il y avait de quoi être fier ! La victoire était à moi, espèce de beau gosse !

“…Tu as encore quelques lacunes, mais tu as un vrai potentiel.” Rias me caressa la joue du bout du doigt.

Ma peau picotait et mon cœur tremblait d’excitation. Une énergie inconnue parcourait mon corps.

“Tu es le seul qui accepterait de le faire immédiatement après que je te l’ai demandé.”

“P-Prez…”

Rias se rapprocha de moi et me poussa sur le lit. Elle a grimpé sur moi et s’est mise à califourchon sur ma taille. Ses fesses et ses cuisses se pressaient contre mon vous-savez-quoi !

Ses cheveux cramoisis traçaient des lignes douces sur mon corps. Le parfum de ces mèches brillantes était un pur bonheur.

Snap !

J’entendis le bruit de son soutien-gorge que l’on dégrafait. C’était la seconde venue de ses glorieux seins nus ! Leurs belles pointes roses se dressaient déjà.

À chaque mouvement de Rias, sa poitrine généreuse rebondissait et se balançait. Son pouvoir destructeur était tout simplement trop grand !

Ce n’était que la deuxième fois que je voyais des seins nus, et les deux fois, c’était dans ce même lit !

“Je… c’est ma première fois !” J’ai répondu nerveusement.

“C’est bien ce que je pensais. Moi aussi. Nous manquons peut-être tous les deux d’expérience, mais faisons en sorte d’aller jusqu’au bout. Ne t’inquiète pas, c’est très simple. Il suffit que tu la mettes ici.” Elle a tendu le bras pour toucher le bas de son abdomen.

J’étais tellement excité que j’avais l’impression que mon cerveau allait exploser d’un moment à l’autre ! Ensuite, elle a pris ma main droite et… !

Jiggle.

Ma main, guidée par celle de Rias, a pressé sa chair souple ! Une douce sensation de chaleur s’est infiltrée dans chacun de mes doigts ! Tous les nerfs de mon corps étaient concentrés sur cette main !

Gah ! Je sentais le sang jaillir de mon nez.

Il y avait longtemps que je rêvais de cette merveilleuse impression ! J’avais l’impression que ma tête allait éclater ! Si je devais décrire cette sensation, je dirais que c’est comme si je pétrissais un pudding de haute qualité qui garderait sa forme même après avoir été pressé ! Ou peut-être un marshmallow gourmet ! Non, non, même cette description ne rendait pas justice à la situation ! Les mots ne suffisent pas !

“Tu peux le sentir ?” Rias chantonne. “Moi aussi, je suis nerveuse. Tu sens mon cœur battre ?”

Maintenant qu’elle en parlait, je pouvais sentir son cœur s’emballer sous sa douce poitrine. En regardant attentivement, je pouvais voir que sa peau blanche et pâle commençait à devenir rose.

…R-Rias est nerveuse, elle aussi ? Elle était normalement si calme et élégante, mais je suppose que même elle se sentait anxieuse lors de sa première fois.

Sans attendre ma réponse, elle a commencé à me déshabiller. J’étais en train de me faire déshabiller par une fille !

” Tout de même ! Je n’ai pas vraiment confiance en moi !” J’étais si nerveux que ma voix n’était qu’un gémissement aigu. De toute façon, je n’aurais rien pu faire pour arranger les choses. Sérieusement, j’étais vierge !

Rias a rapproché son visage du mien. “Tu essaies de me mettre mal à l’aise ?” a-t-elle chuchoté.

Pop !

Ces mots ont suffi à faire un trou dans ma conscience. C’était le son de toute ma raison et de tout mon self-control qui me quittait.

J’ai saisi Rias par les épaules et l’ai poussée sur mon lit.

Penser qu’une fille entièrement nue était allongée sous moi était presque inconcevable. Elle m’avait pourtant dit que je pouvais le faire avec elle.

Prépare-toi, Issei Hyoudou ! pensai-je. Bien que tout cela ait été incroyablement soudain, mon heure était enfin arrivée !

Non… Je commençais à me poser des questions. Est-ce que c’est vraiment bien ? Pourtant, une jolie fille populaire plus âgée m’avait demandé de le faire ; il n’y avait aucune chance que je résiste !

J’ai repris mon souffle. Au moment où mon corps commençait à s’appuyer contre le sien…

Flash !

Le sol au centre de ma chambre s’illumine à nouveau. Qui est-ce encore ? pensai-je.

Rias jeta un coup d’œil vers la lumière et poussa un soupir. “…Je crois que j’ai été trop lente…”

Elle fixa le cercle magique d’un air renfrogné. L’insigne était, une fois de plus, celui de la maison Gremory.

Mais de qui pouvait-il s’agir ? Qu’il s’agisse de Kiba, d’Akeno ou de Koneko, c’était une bien mauvaise situation pour quelqu’un qui débarquait là !

Contre toute attente, la personne qui émergea du cercle magique était une femme inconnue aux cheveux argentés portant une tenue de servante.

Attends, une tenue de soubrette ? !

Elle a vu Rias et moi sur le lit. “Essayez-vous de rompre votre accord, Dame Rias ? ” demanda-t-elle froidement.

Rias haussa un sourcil. “C’est la seule façon pour que Père et Sirzechs m’écoutent.”

“Sa Seigneurie et Maître Sirzechs seront tous deux déçus d’apprendre que vous avez cédé votre chasteté à un humble serviteur comme celui-ci.”

“Sa Seigneurie” ? “S-Sirzechs” ? Qui diable sont-ils ? D’après ce que Rias venait de dire, la servante parlait peut-être de son père et d’un autre membre de sa famille ? Un frère aîné peut-être ? Cela signifiait-il que Rias avait des frères et sœurs ?

Attends, ” humble “… ? C’est bien de moi qu’elle parle, non ? Cette femme de chambre s’était-elle vraiment fait une si mauvaise opinion de moi aussi rapidement ?

L’expression de Rias devint aigre. “Ma chasteté est à moi, j’en fais ce que je veux. Qu’y a-t-il de mal à la donner à l’homme de mon choix ? Et ne traite pas mon joli petit serviteur de tous les noms. Je ne vous épargnerai pas ma colère, Grayfia.”

P-Prez… ! Je suis touché que vous preniez ma défense !

La femme, apparemment nommée Grayfia, ramasse le soutien-gorge de Rias. “Quoi qu’il en soit, vous êtes l’héritière de la maison Gremory, alors s’il vous plaît, ne vous exposez pas négligemment à des messieurs au hasard. Cela s’applique même dans les meilleures situations.” Sur ce, elle remit le soutien-gorge en place sur le corps de Rias.

La femme se tourna vers moi et inclina la tête. “Enchanté. Je m’appelle Grayfia. Je suis au service de la maison Gremory. Je suis ravie de faire votre connaissance.”

Elle s’est présentée avec une politesse formelle. J’avais été décontenancé lorsque je l’avais vue pour la première fois, après qu’elle m’ait insulté, mais maintenant que je l’avais bien vue, il était clair qu’elle aussi était une belle femme. Si elle avait été humaine, elle aurait probablement eu une vingtaine d’années.

Elle avait l’air d’une personne calme et posée, mais avec ses cheveux argentés tressés en trois nattes nouées ensemble et ses yeux argentés étincelants, elle faisait plaisir à voir. Grayfia, hein ? Peut-être que j’ai aussi un faible pour les femmes plus âgées… Owww !

Alors que je me délectais du spectacle de cette femme en tenue de soubrette, Rias m’a pincé la joue. J’espère que la Prez sait à quel point ça fait mal !

“Grayfia, es-tu venue ici de ton plein gré ? Ou est-ce que quelqu’un t’a envoyé… ? Mon frère peut-être ?” Rias fronça les sourcils d’un air ennuyé. Cette expression semblait convenir à une fille de son âge, mais je n’avais jamais vu cette facette d’elle auparavant.

“Tout ce qui précède “, répondit Grayfia.

Rias poussa un profond soupir résigné. “Je vois. Vous, la reine de mon frère, êtes venue en personne dans le royaume des humains. C’est donc ainsi. Je comprends.”

Elle commença à rassembler ses vêtements. Enfilant ses bras dans ses manches,

Rias enfouit sa merveilleuse nudité…

“Je suis désolée, Issei. S’il te plaît, fais comme si rien ne s’était passé. Je n’avais pas les idées claires ce soir. Laissons tout cela derrière nous. ”

Juste comme ça, c’était fini. Je suppose que je n’ai jamais vraiment eu la moindre idée de ce qui se passait… D’une certaine manière, je savais que j’allais le regretter plus tard.

“Issei ? Ne me dis pas que c’est lui ?”

Hein ?

Grayfia m’a regardé avec une expression effrayée. C’était une véritable révélation de savoir que même les femmes à la tête froide comme elle pouvait être prises par surprise.

“Oui, Issei Hyoudou, dis-je. “Je suis un pion. Et l’utilisateur du Boosted Gear,” dis-je.

“… Le Boosted Gear… Vous êtes celui qui est possédé par l’Empereur Dragon Rouge ?”

Quelque chose a changé ? Tout à coup, la servante me regardait comme si j’étais une rareté.

“Grayfia, que dirais-tu d’aller dans ma forteresse ?” proposa Rias. “Nous pourrons y parler. Cela ne te dérange pas qu’Akeno se joigne à nous, j’espère ?”

“La Vestale du Tonnerre ? Je n’y vois pas d’inconvénient. Il n’y a rien d’anormal à ce qu’un démon de haut rang ait sa reine à ses côtés.”

“C’est bien. Issei ?” appela Rias en s’approchant. Elle a approché son visage de ma joue et…

Peck.

Le contact de ses lèvres contre ma peau…

Whoa. Whhhhhooooaaaaa ! Un baiser sur la joue ? !

“S’il te plaît, pardonne-moi pour ce soir. Je suis désolé de t’avoir dérangé. Je te verrai demain dans la salle du club.”

Sur ces mots d’adieu, Grayfia et elle disparurent dans la lumière d’un autre cercle magique.

Désormais seul dans ma chambre, je restais hébété. Je portai une main à ma joue, le doux contact du baiser de Rias étant encore présent.

” Issei !” La voix d’Asia se fit entendre un peu plus tard : “Tu peux utiliser la douche maintenant !”

Le lendemain matin, Asia et moi nous sommes rendues à l’école à l’heure habituelle.

Je me frotte les yeux. Je n’avais pas du tout réussi à dormir.

Putain. Putain de merde.

Je savais que j’allais regretter ce qui s’était passé avec Rias ! J’avais passé toute la nuit à me tordre de douleur dans mon lit !

La sensation chaude et douce du sein de Rias était restée sur ma main, et la vue de son corps nu était gravée dans ma vision. Tout mon être avait été accaparé par ces souvenirs !

Évidemment, cela ne me laissait pas d’autre choix que de faire toutes ces choses perverses tout seul pendant toute la nuit ! Toute la nuit ! Il fallait bien que je fasse quelque chose pour maîtriser mon désir brûlant, vu la façon dont tout cela s’était terminé quelques instants avant l’événement principal ! Malheureusement, cela m’avait complètement découragé !

“Tu vas bien ?” me demanda Asia avec inquiétude.

La façon dont ses yeux purs et innocents me fixent me fait me sentir encore plus sale.

Je suis désolé, Asia, me suis-je dit. J’ai essayé de faire quelque chose pendant ton absence et je ne peux pas t’en parler. Il était hors de question que j’admette que la Prez était apparu dans ma chambre en voulant coucher avec moi.

“Tu n’as pas fait d’entraînement aujourd’hui. Tu n’es pas blessé, n’est-ce pas ?” Elle avait vraiment l’air très inquiète.

Je suis vraiment désolé, Asia…

Ma séance habituelle avait été annulée. J’avais reçu un message de Rias plus tôt dans la matinée, disant que l’entraînement régulier avait été annulé pour la journée.

De toute façon, je n’étais pas en état de le faire, surtout pas avec Rias… Mes jambes m’ont porté de façon instable jusqu’à la porte et de là jusqu’à ma salle de classe, quand…

“Issei !”

Matsuda descendait le couloir en trombe vers moi, l’expression de sa rage et de son indignation.

Oh mince, c’est vrai !

“Meuuuuuuurt !”

Motohama s’approchait à grande vitesse de l’autre côté.

Ils s’apprêtaient à me frapper avec un lariat venant des deux directions. Je ne pouvais courir nulle part !

Boum !

Ugh ! Ils m’ont attrapé avec un double lariat, les deux enroulant un bras autour de mon cou et me traînant au sol. Maudits soient ces deux-là !

Je portai les mains à mon cou, haletant. “C’est quoi ce bordel ?!” Matsuda hurla.

“Issei ! Espèce de salaud !” Motohama me saisit par le col, ses yeux brûlant d’intentions meurtrières.

“Allez, la ! C’est quoi votre problème ?” J’essayai de faire comme si je ne savais pas de quoi ils parlaient.

Mais ce n’était pas suffisant pour calmer leur colère.

” Arrête de te foutre de nous ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Il ressemblait à l’un des goons d’un manga de combat ! Et il portait une robe de Lolita gothique ! C’était son arme ultime ou quoi ?!” Matsuda s’écrie en braillant tout en pleurant à chaudes larmes.

On aurait dit que les deux avaient suivi le numéro que je leur avais donné.

Oui, le choc de la rencontre avec Mil a dû être trop fort pour eux.

Mil était une cliente régulière de mon travail sur les démons. C’était une fille de cœur enfermée dans le corps d’un légendaire homme fort. Qui rêvait de devenir une magical girl. Ses caractéristiques les plus charmantes étaient ses tenues gothiques de Lolita et les oreilles de chat qu’elle portait toujours.

Vous pensez peut-être que cette explication n’a pas beaucoup de sens, mais c’est la vérité.

Tout ce que je pouvais dire, c’est qu’elle avait sans aucun doute le cœur d’une jeune fille et le corps machiste d’un lutteur professionnel.

“Ce n’est pas tout ! Il a amené quelques amis ! Je ne sais pas quel genre de réunion c’était, mais ils ressemblaient à Mil ! J’étais terrifié ! J’ai cru qu’ils allaient me tuer !”

Oh ? Alors il y en a plus d’un… ? Le simple fait d’imaginer une telle scène me donne des frissons. Ont-ils été produits en série quelque part ou quelque chose comme ça ? La série Mil ? J’ai pris note de ne pas m’en approcher.

“Ils n’arrêtaient pas de parler de magie et d’autres choses ! Qu’est-ce que c’est que le monde magique de Selavinia ? Qu’est-ce qui leur fait croire que j’y connais quelque chose ?!” Matsuda laisse échapper plainte sur plainte en secouant mon corps.

“Ils ont essayé de m’apprendre comment faire face à ces choses appelées ‘Créatures Obscures’. Apparemment, on peut les vaincre avec une poudre rare faite en mélangeant du sel extrait de la Mer Morte avec une fleur de clair de lune qui ne fleurit que la nuit… J’aurais pensé qu’un bon vieux coup de poing de Mil aurait suffi à tuer n’importe quoi… !” Motohama, lui aussi, continuait de grogner en me maintenant la tête baissée.

On peut dire que mes amis venaient de sortir d’un cauchemar. “Quel est le problème ? Au moins, tu sais comment t’occuper d’une créature des ténèbres maintenant”, plaisantai-je.

Sur ce, ils m’ont tous les deux asséné un double brainbuster.

“Peut-être que la présidente a été préoccupée par des questions familiales ?” suggéra Kiba alors que nous nous dirigions vers le vieux bâtiment de l’école.

Asia et moi avions rencontré le beau gosse sur le chemin de la salle de sport, et j’avais décidé d’essayer de l’interroger sur l’état de distraction constant de Rias, mais il semblait qu’il n’en savait pas plus que moi.

“Akeno saurait-elle ce qui la préoccupe ?” demandai-je.

Kiba a acquiescé. “Elle est le bras droit du président, donc si quelqu’un peut savoir, c’est elle.

Hmm… Je savais qu’il n’était pas très poli de se renseigner sur la préz dans son dos, mais vu ce qui s’était passé la nuit dernière, j’étais inquiet.

Cela dit, je ne pouvais en parler à personne d’autre. Si les autres l’apprenaient, il risquait d’y avoir du grabuge.

De toute façon, cela n’avait pas d’importance pour l’instant. Pour l’instant, je devais faire tout ce que je pouvais pour aider.

Lorsque nous sommes arrivés à la porte à l’extérieur de la pièce, Kiba a froncé sérieusement les sourcils. “…Comment ai-je pu ne pas reconnaître sa présence jusqu’à maintenant… ?” Il plissa les yeux.

Qu’est-ce qu’il y a ? me demandai-je. Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?

J’ai poussé la porte sans vraiment réfléchir à l’expression de Kiba. À l’intérieur se trouvaient la Prez, Akeno, Koneko et la servante aux cheveux argentés Grayfia !

Elle avait l’air aussi calme qu’hier soir.

La préz était manifestement d’humeur maussade. Akeno arborait son sourire habituel, mais une sorte d’aura froide émanait d’elle.

Koneko était tranquillement assise sur le canapé dans le coin de la pièce. Il était clair qu’elle ne voulait pas se mêler de ce qui se passait.

La tension était palpable, même si la pièce était vide de toute conversation. “Uh-oh” J’entendis Kiba murmurer derrière moi.

Lui, Asia et moi sommes entrés dans la pièce, mais personne ne nous a salués.

Asia, sentant sans doute aussi l’atmosphère tendue, agrippa le bord de ma manche d’un air inquiet. Je lui ai tapoté la tête pour la rassurer en silence.

Rias nous a regardés tour à tour. “Je vois que nous sommes tous là. Avant de commencer, il y a quelque chose dont nous devons discuter.”

“Peut-être devrais-je expliquer la situation, Dame Rias ?” suggéra Grayfia. Rias leva la main pour l’en empêcher. “La vérité est que…”

Mais à peine a-t-elle commencé à parler que le cercle magique au centre de la pièce émet un éclair de lumière.

Hein… ? Quelqu’un saute dans la pièce ? Mais tous les membres de la Familia de Rias sont déjà présents. Peut-être est-ce quelqu’un d’autre qui sert la maison Gremory, comme Grayfia ?

Je me suis vite rendu compte que ma supposition ne pouvait pas être plus éloignée de la réalité et que j’avais encore beaucoup à apprendre en tant que démon.

Le cercle magique quitta sa forme habituelle pour se transformer en un motif inconnu. C’était un écusson qui n’appartenait pas à la Familia de Rias !

“Un phénix”, chuchota Kiba à mes côtés.

Cela signifiait qu’il n’appartenait à aucun membre de la famille Gremory !

La lumière a envahi la pièce et une silhouette s’est formée à l’intérieur du cercle.

Burst !

Des flammes jaillirent de l’insigne, emplissant la pièce d’une chaleur torride.

Bon sang, c’était chaud ! Ma peau produisait presque des étincelles !

La silhouette d’un homme apparut dans les flammes. Il a ramené son bras sur le côté et la conflagration s’est calmée.

“Heh, Cela fait un moment que je n’ai pas visité le royaume humain.”

Cet homme était vêtu d’un costume rouge. Il ne portait pas de cravate et les boutons supérieurs de sa chemise étaient défaits, dévoilant son torse. À en juger par son apparence, il avait l’air d’avoir une vingtaine d’années.

Bien que ses traits soient bien dessinés, il avait l’aura d’un réprouvé.

Immédiatement, l’homme a enfoui ses mains dans ses poches.

Pour moi, il n’était rien d’autre qu’un membre d’un club d’accueil. Cela faisait-il de lui un démon de l’hôte ? Pour couronner le tout, il avait ce genre de visage de beau gosse qui m’énervait toujours. Si Kiba était l’incarnation du gentil, ce nouvel arrivant était le type sauvage.

Il promena son regard dans la pièce, puis esquissa un sourire en coin lorsqu’il se posa sur Rias.

“Ma chère Rias. Je suis venu te voir.”

… “C-chère” ? pensai-je. Quel genre de relation entretenait-il avec la présidente ?

Rias l’a regardé fixement, ses yeux se sont rétrécis en signe de suspicion. Elle n’avait pas l’air heureuse de le voir.

Mais le beau gosse n’en a que faire et continue de s’approcher d’elle. “Maintenant, Rias. Allons jeter un coup d’œil à la salle. La date est fixée, alors plus vite nous en finirons, mieux ce sera.”

Quel crétin inconsidéré… A qui diable appartenait ce type ? Kiba a parlé d’un phénix, mais ce n’est pas…

Puis il a attrapé le bras de Rias, le salaud !

“…Lâche-moi, Riser.” La voix de Rias était inhabituellement basse. Elle a repoussé sa main d’un coup sec.

Whoa, quelle réaction terrifiante… ! Je n’avais jamais vu la Prez autant en colère !

Le type, Riser, n’avait pas l’air de s’inquiéter d’être bousculé.

Pour une raison que j’ignore, chacun de ses mouvements semblait m’agiter. Avant même de m’en rendre compte, je me suis retrouvé à lui crier dessus. “Hé, toi ! C’est quoi cette attitude ? On ne parle pas comme ça à une dame !” Je l’ai averti brusquement.

Il tourna son regard vers moi, m’examinant comme si j’étais un déchet sur le bord de la route. Il commençait vraiment à m’énerver.

“Hein ? Et qui es-tu censé être ?” Il était clair que Riser était de mauvaise humeur. Sa voix n’avait plus la douceur maladive avec laquelle il s’était adressé a la Prez. Il était impossible qu’il ne me regarde pas de haut. Sa haine était palpable. Malgré tout, j’allais dire ce que j’avais à dire.

“J’appartiens à la Familia de Rias Gremory ! Je suis Issei Hyoudou, son Pion !”

Voilà, je l’ai dit ! Je me suis nommé ! Qu’est-ce que tu vas faire, espèce d’hôte démoniaque ? !

“Hmm ? D’accord alors,” répondit-il.

… Hein ?

Une réaction aussi indifférente m’a complètement surpris. Ça m’a fait un peu mal. Cela signifiait-il que Riser ne s’intéressait pas du tout à moi ? Très bien.

“De toute façon, qui es-tu ?” Je réplique.

Pour la première fois, il a semblé vraiment surpris. “…Oh ? Rias, tu n’as pas parlé de moi à tes serviteurs ? Moi qui pensais qu’il n’y avait pas un seul démon en vie qui ne connaissait pas mon nom. Tu es né en tant que démon, n’est-ce pas ? Et pourtant…”

“Il n’y avait pas besoin de leur dire”, dit Rias d’un ton acide.

“Ah, tu es toujours aussi amer. Heh…” Le sourire du type se transforma en un petit rire.

Grayfia s’interposa alors. “Issei Hyoudou.”

“O-Oui ?”

“Voici Riser Phenex. C’est un démon de sang pur de grande classe et le troisième fils de la distinguée Maison Phenex.”

Ah, un démon de haut rang de la maison Phenex. Je suppose que cela signifie qu’il avait un titre de noblesse. Le nom Phenex avait une ressemblance évidente avec un oiseau mythique et immortel qui avait quelque chose à voir avec le feu. Je me suis demandé si cela signifiait que les phénix étaient aussi réels que les démons.

La question la plus importante était de savoir ce qu’il avait à voir avec la présidente.

Était-ce un ami ? Une connaissance d’enfance ?

Malheureusement, la vérité a dépassé mes espérances les plus folles.

“Il est également le fiancé du prochain chef de la maison Gremory”, ajouta Grayfia.

… Hein ? “F–f-fiancé” ? Du prochain chef de la maison Gremory… Ça veut dire la présidente, non ?

“Il est fiancé à Dame Rias.”

Hein ? “E-e-e-e-engagé” ?! ” Quoooooooooooooooooooi ?! ”

Mes cris ont envahi la pièce. Ce bâtard était le fiancé de Rias ? !

“Ah, le thé de votre reine est délicieux”, complimenta Riser.

“Avec plaisir.” Akeno lui rendit son sourire, mais ne répondit pas par son habituel ” Alalala ” ou par un petit rire. Quelque chose dans cette réaction me remplit d’effroi…

La Présidente était assise sur le canapé. Riser s’est étalé à côté d’elle, le bras autour de son épaule. Rias essayait de le repousser, mais ce salaud continuait à lui toucher le bras, la main ou les cheveux. Malgré l’inconfort de la présidente, Riser s’obstinait à se montrer très familier. Sérieusement, est-ce qu’il pourrait être encore plus con ?!

Nous, les serviteurs de Rias, avions été placés à l’écart des deux démons de haut rang, réduits à les observer depuis les coulisses.

Ugh… Il suffisait de le regarder pour que je m’énerve ! Il n’arrêtait pas de poser ses mains sur elle ! Si ses doigts s’approchaient de ses jambes, j’allais le frapper ! ne savait-il pas à quel point j’avais envie de les toucher ?!

Pour être honnête, j’avais déjà touché les seins de Rias. C’était déjà un exploit en soi. J’avais connu ce plaisir merveilleux avant même son fiancé.

Heh-heh, c’est vrai. Oui. J’ai vu son corps nu aussi, deux fois. Heh-heh. C’est moi le vrai vainqueur ! Bwa-ha-ha !

“E-er, Issei.” Asia, assise à côté de moi, affichait un air confus. “Il s’est passé quelque chose de bien ?”

Il est clair que ma joie de ma victoire sur Riser se lisait sur mon visage.

“…Aucun fantasme obscène n’est autorisé”, murmure Koneko d’un ton cinglant. Je me demandais si cette fille ne lisait pas dans les pensées ou quelque chose comme ça.

“Issei, tu devrais au moins essuyer la bave de ton visage”, fit remarquer Kiba avec son habituel sourire rafraîchissant en me donnant un mouchoir.

“M-Mêle-toi de tes affaires !”

Avant que je ne puisse nettoyer mon visage avec ma manche, Asia l’essuya avec son propre mouchoir.

“Tu dois avoir hâte de goûter et de prendre le thé de l’après-midi. C’est bientôt l’heure”, dit-elle.

Son sourire insouciant m’a fait mal au cœur. Elle n’avait probablement même pas soupçonné que j’avais des pensées cochonnes.

“Merci, Asia”, ai-je dit, mais au fond de moi, je me suis excusé auprès d’elle de toute mon âme.

Au même moment…

” Arrête ! ” La voix furieuse de Rias a résonné dans la pièce.

Lorsque j’ai jeté un coup d’œil en arrière, elle s’était levée et jetait un regard sévère à Riser.

Son sourire était toujours aussi suffisant.

“Combien de fois dois-je le répéter, Riser ! Je ne me marierai pas avec toi !”

“Bien sûr, tu l’as déjà dit, mais ce n’est pas comme ça que ça marche, Rias. Tu le sais très bien. Je pense que tu comprends à quel point la situation de ta famille est grave, n’est-ce pas ?”

“Votre inquiétude est notée ! Mais en tant qu’héritière de la maison Gremory, c’est à moi de décider qui je vais épouser ! Mon père, mon frère et tous les autres sont trop impatients ! D’ailleurs, ils ont accepté que je sois libre de passer mon temps comme je l’entends dans ce monde jusqu’à ce que je sois diplômé d’une université humaine !”

“Bien sûr, tu es essentiellement libre. Tu peux aller à l’université et faire ce que tu veux de tes serviteurs. Mais cela n’empêchera pas votre père et votre cher frère, Sirzechs, de s’inquiéter. Ils craignent que votre maison et votre lignée ne soient en voie d’extinction. Tu sais combien de démons au sang pur sont morts lors de la dernière guerre. Même maintenant qu’elle est terminée, nous sommes toujours en conflit avec les anges déchus et les forces de Dieu. Il n’est pas rare que les héritiers de grandes familles soient éliminés lors d’escarmouches inutiles avec nos ennemis, et quand cela arrivera, la lignée des Gremory n’existera plus. Sachant cela, n’est-il pas naturel que deux démons de sang pur et de haut rang s’unissent ? Même toi, tu dois te rendre compte de l’importance des enfants issus d’une telle union.”

La conversation entre Rias et Riser avait pris une tournure qui dépassait mon entendement. Aussi stupide que j’aie pu être, même moi, j’ai compris qu’il s’agissait d’un sujet important lié au royaume des démons.

Rias s’est tue devant le sérieux de l’explication de Riser. Ses yeux, cependant, restaient sévères.

Sans se décourager, Riser but une nouvelle gorgée de son thé avant de poursuivre. “Cette nouvelle vague de démons – des démons réincarnés nés d’humains, comme vos serviteurs – est peut-être en plein essor, mais qu’en est-il de nous, démons de haut rang, de la vieille garde ? Bien sûr, il y a ces familles de longue date qui lient leur destin à de puissants démons réincarnés, et c’est très bien ainsi. Nous avons besoin de sang neuf pour survivre, après tout. Mais qu’arrive-t-il à ceux d’entre nous qui ont un sang pur ? Nous ne pouvons pas nous permettre de nous éteindre, n’est-ce pas ? C’est pour cela que nous avons été choisis, toi et moi. J’ai deux frères plus âgés, donc ma lignée se portera bien, mais tu n’as qu’un seul frère, et ton frère a déjà quitté la maison. Il ne reste donc que toi, Rias, pour hériter du nom de Gremory. Si tu ne te maries pas, ton sang va se tarir en une génération. Est-ce ainsi que tu veux que l’histoire de ta famille se termine ? À cause de la guerre, plus de la moitié des soixante-douze piliers sont déjà tombés en poussière. Cette union concerne l’avenir de l’humanité démoniaque.”

La conversation était vraiment devenue sérieuse.

Je me suis souvenu que Kiba avait déjà mentionné les soixante-douze piliers.

Dans un passé lointain, il y avait soixante-douze clans de nobles démons, chacun possédant des dizaines de vastes armées. La plupart d’entre eux avaient cependant trouvé la mort au cours de la guerre. Celui de Rias était l’un de ces clans de sang pur qui avait survécu.

Toute cette discussion sur le mariage avait vraiment soulevé mon ire, mais la situation semblait plus compliquée que je ne l’avais d’abord supposé.

Les démons de sang pur, en d’autres termes, étaient ceux comme Rias et Riser. Leurs parents, et les parents de leurs parents, étaient tous des démons purs. Ce qui fait d’Asia et de moi des démons réincarnés.

Cela semblait être une tradition assez ancienne, ce qui signifiait probablement que mon opinion ne compterait pas pour grand-chose.

Mais ce n’était pas grave. Je me contenterais de suivre la décision de Rias, mais seulement après avoir découvert ce qu’elle voulait vraiment, bien sûr.

“Je n’ai pas l’intention de détruire ma famille. Et je prendrai un mari “, déclara Rias.

Riser esquissa un large sourire à cette déclaration. “Ah, je savais que tu prendrais la bonne décision, Rias ! Alors…”

“Mais je ne veux pas t’épouser, Riser”, interrompit Rias. “Je me marierai avec la personne que je jugerai la plus appropriée. Même l’unique héritier d’une vieille lignée en déclin a ce droit.”

L’humeur de Riser s’est soudain assombrie, ses yeux se sont rétrécis et il a claqué la langue en signe de colère. “…Tu te rends compte, Rias, que je porte le nom de la Maison de Phenex sur mes épaules, n’est-ce pas ? Je ne laisserai personne traîner ce nom dans la boue. Tu crois que je voulais visiter ce coin exigu et miteux du monde des humains ? Sachez que je méprise ce royaume. Le feu et le vent y sont répugnants. Pour un démon comme moi, qui commande ces deux éléments, c’est intolérable.”

Whoosh !

Un entonnoir de flammes se forma autour du corps de Riser. Des braises dansèrent dans la pièce.

“Je réduirai tes serviteurs en cendres et te ramènerai au royaume des démons par la force s’il le faut.”

Son hostilité et sa malveillance se répandirent dans la salle. D’un seul coup, une puissante pression s’exerça sur moi, sur nous tous.

Un frisson glacial me parcourut l’échine, et mes cheveux se hérissèrent. C’était l’intention de tuer d’un démon de haut rang. C’était horrible ! Mon corps entier tremblait !

Asia m’agrippa le bras. Elle aussi tremblait, sans doute sous l’emprise de la peur. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit capable de résister à cette atmosphère soudaine et effrayante. C’était le même sentiment de malaise qui avait plané dans l’air lorsque j’avais affronté les anges déchus. Non, c’était pire.

Kiba et Koneko ne tremblaient pas, mais il était clair qu’ils étaient prêts à se battre à tout moment.

La Prez se leva pour rencontrer Riser, une aura rouge émanant d’elle.

Le corps entier de Riser était en feu, imprégnant toute la pièce d’une chaleur intense. À une telle température, nous aurions été réduits en cendres si nous les avions ne serait-ce que les laissés nous toucher ! Les flammes de Riser étaient aussi puissantes que le pouvoir de Rias !

La Prez était plus forte que l’ange déchu que j’avais vaincu… Mais si ce Riser était aussi puissant qu’elle, alors il devait être redoutable, non ?

Les flammes qui entouraient Riser s’étendaient de part et d’autre de lui et ressemblaient à des ailes d’oiseau.

Malgré cette tension bouillonnante, il y avait une personne qui restait d’une sérénité à toute épreuve : Grayfia.

“Dame Rias, Seigneur Riser, calmez-vous. Je ne pourrai pas rester les bras croisés si vous continuez ainsi. Pour le bien du nom et de l’honneur de Lord Sirzechs, je ne me retiendrai pas.” La voix de Grayfia était calme mais intense.

Les expressions de Rias et de Riser se raidirent. Grayfia semblait être une personne dont il fallait se méfier.

Les flammes enveloppant le corps de Riser s’atténuèrent, et il poussa un profond soupir, secouant la tête. “…Je ne veux pas me mettre à dos celle qui est considérée comme la reine la plus forte du monde. Et je ne veux surtout pas me disputer avec ces monstres que Sirzechs a dans sa Familia.”

Le frère de Rias avait l’air d’un personnage puissant. Je n’avais jamais imaginé que Grayfia puisse être aussi forte. Elle ne semblait pas du tout menaçante.

Rias, elle aussi, fit taire son aura rouge et relâcha sa posture de combat. À en juger par son apparence, le pire était passé.

Voyant que Riser et le prez ne se préparaient plus à combattre, Grayfia poursuivit. “Sa Seigneurie Lord Sirzechs et les membres de la maison Phenex savaient pertinemment que la situation pourrait en arriver là. Pour vous dire la vérité à tous les deux, ces discussions étaient censées être les dernières. Cependant, tout le monde soupçonnait que nous ne pourrions pas résoudre le problème ici, alors ils ont imaginé une solution pour sortir de l’impasse.”

“…Que voulez-vous dire exactement, Grayfia ?” demanda Rias.

“Dame Rias, si vous êtes déterminée à faire ce que vous voulez, puis-je vous suggérer de résoudre ce problème en battant Lord Riser au Jeu de Classement ?”

“- ?!” Rias resta sans voix face à cette suggestion. Elle avait l’air vraiment déconcertée.

“Le jeu du classement” ? Je savais que j’avais déjà entendu ce nom quelque part… Kiba, remarquant peut-être ma consternation, expliqua. “C’est un jeu auquel participent les nobles démons qui font combattre leurs serviteurs les uns contre les autres”, me dit-il à voix basse.

Ahhh, je me souviens, me dis-je. Il s’agissait essentiellement d’un concours entre deux Familias de démons, par l’intermédiaire de leurs Pions, Cavaliers, Tours, Fous et Reines.

Apparemment, l’habileté d’un démon à ce jeu avait une influence majeure sur sa position dans la société.

Je me suis souvenu que les démons n’avaient pas le droit d’y jouer avant d’avoir atteint l’âge adulte, ce qui aurait dû empêcher la présidente d’y participer.

Grayfia ne tarda pas à répondre à ma question. “Comme vous le savez, Dame Rias, seuls les démons ayant atteint l’âge de la maturité sont autorisés à participer aux jeux de classement officiels. Cependant, dans les cas où les participants sont mineurs, les matchs non officiels sont autorisés entre deux démons de sang pur. Seulement, bien sûr, lorsque…”

“Lorsqu’il s’agit d’un litige entre les deux familles concernées”, conclut Rias avec un soupir. “En d’autres termes, tu dis que mon père et les autres ont décidé de régler cela par un match au cas où je refuserais les fiançailles… Jusqu’à quel point ont-ils l’intention de se mêler de ma vie ? !” Elle était clairement exaspérée.

Je pouvais sentir son tempérament bouillonner juste sous la surface. Ce côté d’elle était vraiment terrifiant…

“Refusez-vous de trancher cette question par un match, Dame Rias ?” demanda Grayfia.

“Non. Je ne m’attendais pas à une telle opportunité. Très bien. Réglons cette question sur le champ de bataille, Riser”, dit Rias en lançant son défi.

Riser lui adressa un sourire amusé. “Oh ? Tu vas mordre, alors ? Cela ne me pose aucun problème. Mais pour que les choses soient claires, je suis déjà assez âgée pour avoir joué à ce jeu correctement. Plus de fois que je ne peux le compter, en fait. J’ai clairement l’avantage. Tu es d’accord avec ça, Rias ?” La réponse de Riser est tout aussi provocante.

La présidente, elle, lui adresse un sourire audacieux. “Je suis d’accord. Je vais t’écraser, Riser.”

” Bien. Si tu gagnes, j’accepterai tout ce que tu diras. Et si je gagne, tu m’épouseras sur-le-champ.”

Ils se sont échangé des regards brûlants et cinglants. Je savais qu’il ne fallait pas s’immiscer dans un tel échange.

“Très bien. Moi, Grayfia, je prends acte de votre décision. En tant que témoin des deux familles, je serai responsable du déroulement du match. Êtes-vous tous les deux d’accord ?”

“Oui.

“Ouais.”

Rias et Riser ont tous deux répondu par l’affirmative.

“Très bien. Je vais informer les deux familles”, dit Grayfia en inclinant la tête.

En quelques instants, la situation s’est vraiment aggravée ! J’allais participer à un jeu de classement !

Riser a jeté un coup d’œil dans ma direction et m’a fixé avec un sourire en coin. Son air suffisant et satisfait me mettait vraiment sur les nerfs.

“Hé, Rias. Ne me dis pas que ce sont tes serviteurs ?”

La Prez a haussé un sourcil. “Et si c’est le cas ?”

Riser laisse échapper un petit rire, comme s’il trouvait ce fait amusant. “Alors cela ne prendra pas longtemps. Seule ta Reine, ta Vestale du Tonnerre, s’approche du niveau de mes serviteurs.” Sur ce, il claqua des doigts et le cercle magique au centre de la pièce se mit à briller.

Le sigil qui se forma était le même en forme de phénix que lorsqu’il en était sorti. Mais cette fois-ci, de nouvelles silhouettes sortirent de la lumière les unes après les autres.

Un, deux, trois… U-uhhh…

Les mots me manquaient devant le nombre de nouveaux visages qui entraient dans la pièce.

“Eh bien, voici ma jolie petite troupe”, a dit Riser avec une confiance décontractée. Une Familia d’une quinzaine de membres se rassembla autour de lui.

Parmi eux se trouvaient ce qui ressemblait à un Chevalier en armure complète et une autre qui ressemblait à un mage avec son visage recouvert d’une capuche.

Riser disposait d’un jeu de pièces complet. Comme dans un jeu d’échecs, un démon peut avoir un maximum de quinze pièces, à l’exception de son propre roi, bien sûr.

D’après ce que j’ai compris, les démons de haut rang recevaient chacun quinze pions maléfiques de la part du roi des démons. En accordant ces pièces à des individus qu’ils voulaient recruter comme serviteurs, un démon pouvait en faire entrer d’autres dans sa Familia.

Cependant, si le potentiel latent d’une personne est particulièrement élevé, il faudra plus de pièces pour la recruter. C’est pourquoi certaines Familia ne comptaient qu’un seul Chevalier ou une seule Tour, par exemple.

Il y avait d’ailleurs un cas similaire dans la Familia de Rias : moi. Un démon pouvait recruter, au maximum, huit Pions, mais en raison de la nature particulière de mon Sacred Gear, la Prez avait fini par utiliser chacune de ces pièces pour me ressusciter.

C’est pourquoi il n’était pas rare que les démons de haut rang aient moins de quinze serviteurs. Dans le cas de Riser, il avait complètement rempli ses rangs.

C’était un spectacle magnifique, cette Familia démoniaque de seize membres.

De notre côté, nous n’avions que notre Roi, notre Reine, une Tour, un Cavalier, un Fou, et un Pion – un de chaque pièce.

Autrement dit, c’est six contre seize ! Ce n’est pas juste !

En fait, il y a autre chose qui a attiré mon attention dans le groupe de Riser. Oui, vous l’avez deviné, il n’y avait que des filles !

Le chevalier et l’évêque que j’avais regardés tout à l’heure étaient tous deux des femmes ! Et il y en avait une qui portait une robe chinoise ! Et deux avec des oreilles d’animaux ! Et deux filles identiques qui auraient pu être des jumelles ! Et une petite Lolita ! Et deux femmes plus âgées aux formes arrondies ! Et une beauté japonaise classique vêtue d’un kimono ! Et une autre portant une robe élégante, qui aurait pu être une princesse européenne ! Et une femme âgée à l’allure sauvage avec un sabre dans le dos ! Et une autre habillée comme une danseuse ! Et une femme à l’allure suspecte portant un masque qui couvrait la moitié de son visage !

Ce sont toutes des femmes, et elles sont toutes incroyables à voir !

Qu’est-ce que c’est que ça ? me suis-je dit. Une sorte de troupe de beauté ? !

Une sorte d’impulsion électrique m’a traversé tout le corps. Ce salaud de Riser avait vraiment fait un sacré boulot ! C’était mon rêve qui devenait réalité : un harem ! Un démon de haut niveau avait réalisé mon rêve !

Quel type… Qu’il soit maudit…

“H-hey, Rias… ? On dirait que ton serviteur est sur le point de se mettre à pleurer”, dit Riser en me regardant. Il avait l’air vraiment surpris.

Rias a jeté un coup d’œil dans ma direction avant de se passer la main sur le front, consternée. “C’est son rêve d’avoir un harem. Je suis sûre que vos serviteurs l’ont ému aux larmes.”

Oui, c’est ça. Je n’aurais pas pu mieux dire. La vue de mon rêve de toujours devant moi a suffi à faire gonfler mes canaux lacrymaux. C’était vraiment une chose de toute beauté. C’étaient toutes des femmes.

“Dégoûtant.”

“Maître Riser, ce type est dégoûtant !”

Les filles m’ont toutes jeté des regards de répulsion.

Soyez maudits ! Soyez tous maudits ! jurai-je en silence.

Riser a essayé de les consoler, tout en caressant leurs corps. “Ce n’est pas la peine, mes chéries. Il est tout à fait naturel qu’une créature de basse classe comme lui regarde ses supérieurs avec envie. Montrons-lui à quel point nous sommes tous passionnés.” Sur ce, il commença à embrasser l’une de ses servantes avec la langue, sous mes yeux.

Qu’est-ce q… ? ! Je pouvais entendre leurs langues bouger d’ici !

La présidente est manifestement consternée.

“Mm… Ah…” La jeune fille pousse des gémissements sensuels et érotiques en enroulant sa jambe autour de la taille de Riser.

Bon sang, mon entrejambe réagissait involontairement à ce spectacle !

“Quoooooo………. ? A côté de moi, le visage d’Asia était devenu écarlate, et de la vapeur s’échappait de ses oreilles. Cette scène était sans doute très difficile à digérer pour elle.

Riser s’est éloigné de la fille, de la salive coulant de sa bouche, et il a commencé à embrasser un autre de ses compagnons avec la même ferveur ! C’en était trop. Il était déjà en train de passer au deuxième round !

Est-ce que c’est vraiment normal de faire ce genre de choses avec ses serviteurs ? ! Vraiment ? ! Putain de merde ! Ma jalousie montait, mais je savais que si je travaillais pour atteindre le sommet, ce serait moi un jour.

Après avoir fini avec la deuxième fille, Riser me regarda avec un sourire méprisant.

Tu ne seras jamais capable de faire ça. C’est ce que j’avais l’impression que ce salaud me disait !

“Tu ne seras jamais capable de faire ça, mon ami de bas étage.”

“Ne dis pas tout haut ce que je pense tout bas ! Et merde ! Boosted Gear !” J’ai hurlé de rage et d’envie en levant ma main gauche en l’air.

Dans un éclat de lumière cramoisie, le Sacred Gear dans mon bras gauche s’était matérialisé en un gantelet rouge gravé de l’insigne d’un Dragon. C’était le Boosted Gear, le Gantelet de l’Empereur Dragon Rouge, un objet légendaire et immensément puissant.

J’ai pointé mon doigt vers Riser. “Un play-boy comme toi ne mérite pas la Présidente !”

“Hein ? Ne souhaitais-tu pas être comme moi ?”

Merde, il n’a pas tort…

“T-Tais-toi ! C’est différent quand il s’agit de la Prez ! Avec une telle attitude, tu vas continuer à fréquenter d’autres femmes même si tu l’as épousée !”

“Les grands hommes sont connus pour avoir un grand penchant pour les plaisirs sensuels. N’est-ce pas un dicton dans le monde humain ? Des paroles à vivre, en ce qui me concerne. De toute façon, je suis proche de mes serviteurs, c’est tout. Rias ne vous aime-t-elle pas aussi ?”

Je ne pouvais pas le contester, mais je n’aimais pas non plus l’idée de laisser ce type s’en sortir ! C’était peut-être ça, mépriser quelqu’un de trop semblable à soi. L’idée que Riser m’énervait autant parce que j’étais une version plus jeune et moins expérimentée de lui me déplaisait.

“Grand homme, mon cul ! Tu n’es qu’un drôle d’oiseau ! Un phénix ardent ? Ha ! Plutôt un poulet rôti !”

Le visage de Riser s’enflamme de fureur face à ma provocation. “Un poulet rôti ? ! Espèce d’ordure de bas-étage ! Tu as une sacrée gueule ! Comment oses-tu me parler ainsi ? Rias, c’est comme ça que tu as formé tes serviteurs ? !”

Rias se détourna simplement de lui. “Comme si je m’en souciais.”

“Saloperie de poulet rôti ! Je vais utiliser mon Boosted Gear pour te réduire en bouillie !”

J’avais mon super Sacred Gear ! Avec la façon dont il doublait ma puissance toutes les dix secondes, je pouvais soi-disant le charger au point d’être capable de vaincre Dieu ! Du moins, si on me laisse assez de temps pour le faire.

” Oublie le jeu de classement ! Je vais t’abattre ici et maintenant !”

Boost ! Une voix grave sortit de la pierre précieuse incrustée à l’arrière du gantelet. Sur ce, mon corps se gonfla d’énergie !

C’est la puissance qui a fait tomber un ange déchu, espèce de crétin !

Riser ne fit qu’émettre un soupir résigné. “Milla. Occupe-toi de lui.”

“Oui, Maître Riser.” La fille qui parlait était aussi petite que Koneko avec un petit visage enfantin.

Elle portait un long et fin bâton. C’était le genre de bâton qu’utilisent les artistes martiaux, et elle le faisait tourner au-dessus de sa tête en se préparant.

Faire du mal à une petite fille n’était vraiment pas ce pour quoi je m’étais engagé. Je pensais que si je la désarmais simplement, elle…

Tout à coup, mon corps s’est senti en apesanteur. C’était comme si je flottais dans l’air.

L’instant d’après, le sol arrivait à en direction…

Crash !

Un rugissement assourdissant remplit mes oreilles.

…Ugh… La douleur traversait mon corps, et je n’avais aucune idée de ce qui venait de se passer.

“Gah !” J’ai reculé alors qu’une vague d’agonie soudaine frappait mon abdomen.

Ow… Mon estomac ? Quand est-ce qu’elle m’a donné un coup sur l’estomac… ?

“Issei !” Asia se précipita vers moi, plaçant une main sur mon ventre. A ce moment, une légère lumière verte m’enveloppa. La douce chaleur d’Asia a effacé la douleur.

C’était sa capacité de guérison qui était à l’œuvre. Le pouvoir de son Sacred Gear permettait à Asia de guérir les maux de ceux qui avaient été abandonnés par Dieu, comme les démons. Cependant, c’est à cause de cette capacité qu’Asia a été poursuivie par les anges déchus…

Plus important encore, je me demandais ce qui m’était arrivé. Il était clair que j’étais tombé par terre. En regardant autour de moi, j’ai vu que le bureau sur lequel je m’étais écrasé était à moitié détruit, avec tous ses objets et décorations éparpillés sur le sol.

Lorsque je me retournai vers Riser et son groupe, la fille au long bâton était déjà en train de ranger son arme.

M’avait-elle frappé ? Je ne crois pas l’avoir vue bouger. Cela signifiait-il que j’avais été frappé sans m’en rendre compte ? M’avait-elle jeté dans le bureau ?

Riser se dirigea vers moi et se pencha sur moi alors que j’étais encore étalée sur le sol. “Tu es faible,” me chuchota-t-il à l’oreille.

– !

Ces mots ont creusé une profonde blessure dans mon cœur.

“C’est mon pion Milla que tu viens de combattre. Elle est peut-être la plus faible de mes servantes, mais elle a bien plus d’expérience que toi au combat. C’est aussi un meilleur démon. Un Booster Gear ? Ha.” Riser tapota mon Sacred Gear du doigt, laissant échapper un grognement dérisoire. “Bien sûr, c’est un Sacred Gear redoutable et inégalé. Utilisé correctement, il pourrait probablement me battre moi, le Roi Démon, ou même Dieu lui-même. Mais il a eu d’innombrables utilisateurs avant toi, et aucun d’entre eux n’a jamais été capable de faire tomber le Roi Démon ou de vaincre Dieu. Comprends-tu ce que cela signifie ?” Riser ricana d’un air amusé. “Cela signifie que ton Sacred Gear est incomplet, et que ses utilisateurs sont des faibles sans valeur qui ne peuvent pas le manipuler correctement ! Tu n’es pas différent ! Qu’est-ce que les humains aiment dire dans de tels moments ? C’est ça, jeter des perles devant les porcs. Ha ! C’est ce que tu es ! Un trésor sans valeur ! Rias a gaspillé son pion en faisant de toi un démon !” Riser rit aux éclats en me tapotant la tête d’un air condescendant.

…Bon sang ! Je serrai les dents de mortification. Je voulais lui répondre par un cri, mais aucun mot ne vint. Riser avait raison. J’étais faible. J’avais été battu à plate couture par une petite fille. Je n’avais même pas pu voir son attaque. Jamais je ne m’étais senti aussi honteux.

“Pourtant, notre match serait plus intéressant si tu apprenais à t’en servir un tant soit peu.” Riser se prit la main dans le menton, comme s’il avait une idée en tête. “Rias, et si nous organisions notre match dans dix jours ? Je veux bien le faire tout de suite, mais ce ne serait pas très amusant.”

“… Tu me donnes un handicap ?” demanda Rias.

“Cela te dérange ? La colère et la passion, c’est bien, mais ce n’est pas ça qui te fera gagner le Jeu de classement. Si tu ne peux pas exploiter les capacités de tes serviteurs, tu as déjà perdu. Il n’y a rien d’étrange à les entraîner avant un premier match. Quel que soit leur potentiel, quelle que soit leur force, j’ai vu plus de démons que je ne peux en compter perdre leur premier match parce qu’ils ne savaient pas utiliser leurs outils correctement.”

Rias écouta sans répondre.

Lorsqu’il eut terminé, Riser pointa sa main vers le sol, et le cercle magique s’illumina à nouveau.

“Dix jours. Te connaissant, cela devrait suffire pour former tes serviteurs.” Son regard se porta sur moi. “Ne déshonore pas Rias, Pion. Ta force est sa force.”

– !

J’ai tout de suite su que ces mots étaient destinés à la présidente.

“On se voit à notre match”, dit Riser en guise d’adieu avant de disparaître avec son groupe dans un éclair de lumière.

“…Qu’il soit maudit.”

Allongé dans mon lit, j’essayais désespérément de maîtriser ma colère et ma frustration.

Après la rencontre avec Riser, Rias avait mis fin à nos activités au sein du club, à notre travail de démon, pour la journée. Elle s’était retirée dans une pièce plus profonde de l’ancienne école avec Akeno.

Ils étaient sûrement en train de tenir une réunion stratégique. Ils devaient mettre au point une tactique qui nous assurerait la victoire au Jeu du Classement. Après tout, c’était le premier match de la présidente, alors bien sûr, elle voulait passer du temps à élaborer un plan.

Dix jours…

C’était si peu de temps. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si nous serions en mesure de nous préparer et de trouver un moyen de vaincre Riser et son groupe d’ici là.

N’étant qu’un pion, je ne pouvais pas dire grand-chose qui puisse aider maintenant. Il fallait que j’aille m’exhiber devant la présidente et que je provoque Riser. et tout ce que j’avais à montrer, c’était un coup de pied aux fesses par un avorton.

Arghhhhh ! Rien que d’y repenser, j’ai envie de me recroqueviller sur moi-même et de mourir d’embarras ! J’étais vraiment faible.

Mes yeux se sont portés sur mon bras gauche. Il y avait une puissance absolue, potentiellement illimitée, cachée là-dedans, dans ce Boosted Gear.

Même avec une telle force, il avait une faiblesse considérable. Moi, son utilisateur.

” Les perles avant les porcs “, en effet. Riser avait raison. Je me maudissais d’être aussi pathétique.

Mon rêve était de devenir un roi du harem. Puis est arrivé Riser, un démon qui avait déjà réalisé ce rêve.

Qu’a-t-il de plus que je n’ai pas ? me suis-je demandé. La réponse était évidente. Le pouvoir. Non, c’était peut-être plus que ça. Il y avait aussi son statut et ses compétences à prendre en compte. Je n’avais rien de tout cela.

“Ah, merde !” Je me suis redressée dans mon lit, me griffant le cuir chevelu de frustration.

Rias avait dit qu’elle ne voulait pas se marier tout de suite et qu’elle était spécifiquement opposée au mariage avec Riser. Elle avait décidé de se battre avec lui s’il le fallait pour rompre les fiançailles.

Je ne connaissais peut-être pas grand-chose aux démons de haut rang ni à la situation compliquée entre leurs familles, mais j’étais déterminée à me battre pour le bien de Rias !

Je devais beaucoup à cette beauté aux cheveux cramoisis. C’est ce qui m’a poussé à agir. Je voulais être là pour la soutenir !

C’est ainsi que j’ai décidé de reprendre l’entraînement demain matin.

Mais non ! me suis-je dit. Je vais y consacrer toute la journée !

J’étais sûr de pouvoir obtenir un jour de congé pour l’école si je disais au Prez ce que je prévoyais. Les dix prochains jours seraient consacrés à une préparation aussi poussée que possible.

L’idée m’est venue de demander à Kiba comment se servir d’une épée. Je pourrais aussi demander à Akeno de m’apprendre à utiliser la magie démoniaque. Koneko pourrait même être mon partenaire d’entraînement pour travailler le combat rapproché !

Oui, j’avais fixé mon objectif ! Dix jours entiers d’entraînement !

Faire des plans précis me rassurait un peu. Il ne restait plus qu’à prendre un bain pour la journée.

Je me suis préparé et j’ai traversé le hall. Toujours aussi gonflé à bloc, je suis entré dans la salle de bains et je me suis déshabillé. Il me vint à l’esprit que je devrais parler de mon idée à Asia une fois que j’aurais fini de me nettoyer.

J’ai poussé la porte quand… “Ah…”

“Qu’est-ce que… ?”

Asia et moi nous sommes retrouvés face à face dans la salle de bains. J’étais complètement nu…

Et elle aussi !

Une beauté blonde et nue se tenait devant moi ! Quel glorieux retournement de situation ! Non, c’était un accident !

Était-elle là depuis le début ? !

J’étais tellement préoccupé que j’avais complètement oublié de vérifier si quelqu’un était déjà dans la salle de bains !

Le corps d’Asia dégoulinait d’eau. Elle a dû prendre une douche.

Ses cheveux blonds étaient collés à sa peau blanche, douce et magnifique. C’est incroyable.

Ses proportions étaient parfaites… Une taille serrée et des fesses pudiques et rebondies. Les cuisses d’Asia n’étaient ni trop fines ni trop épaisses, la taille parfaite à mon goût ! Si je devais un jour apercevoir ces cuisses à travers la fente d’une jupe, je me mettrais à genoux en signe de supplication !

Et puis il y avait ses seins. Normalement, il est difficile de les distinguer lorsqu’elle est habillée. Ils n’étaient certainement pas petits… pas mal du tout, en fait !

Asia… Tu es incroyable… Ugh, non ! me suis-je dit. Ce n’est pas le moment de s’émouvoir ! Pourquoi la regardais-je encore ? !

Bon sang ! Si seulement j’avais eu la capacité d’éclaireur à trois tailles de Motohama ! C’était la deuxième fois que je souhaitais avoir ce pouvoir !

La prochaine fois que je le verrai, je déciderai de lui demander de m’apprendre à mesurer la taille d’une fille rien qu’en la voyant ! C’était vraiment un talent formidable. Son utilité aurait même pu éclipser ma tenue sacrée !

Non ! grondai-je. Il faut que j’arrête de regarder !

J’étais censé protéger Asia ! C’était un endroit où elle était censée être en sécurité ! J’avais fait un vœu ! Alors pourquoi devais-je continuer à regarder, à m’exciter… ?

…… Uh-oh !

Je voyais le regard d’Asia se déplacer lentement vers mon entrejambe.

Non, Asia ! Ne regarde pas ! C’est trop tôt !

“…”

J’ai été trop lent pour me couvrir.

“Eeeeeek !” C’est moi qui ai poussé ce cri aigu.

Qu’est-ce que j’ai fait ? Je venais littéralement de crier ! Bien sûr, le fait qu’une fille voie mes parties intimes était embarrassant, mais c’était un peu humiliant.

“-Ah.” Tout le corps d’Asia est devenu rouge et elle s’est détournée.

Hé, hé, couvre-toi, Asia ! Je peux encore tout voir ! Est-ce que le fait d’apercevoir mon vous-savez-quoi l’a tellement bouleversée qu’elle a oublié de se couvrir !

En y réfléchissant, je me suis rendu compte que c’était peut-être la première fois qu’Asia, une ancienne nonne, voyait les parties intimes d’un homme. Cela a dû être un choc pour elle.

Cela a dû la traumatiser ! Qu’est-ce que j’ai fait ?!

“Je suis désolé ! Je m’en vais !” Je me suis retourné pour aller vers la porte, mais Asia m’a attrapé la main pour m’en empêcher.

Qu’est-ce que ça veut dire, Asia ?! La pensée hurlait dans mon esprit. “Je suis désolée. Je n’ai jamais vu la partie d’un homme… avant… Je suis vraiment désolée…”, marmonna-t-elle, incapable de dire les mots.

Elle n’avait pas besoin de se forcer à dire des choses aussi indécentes.

“N-non, c’était ma faute… J’aurais dû vérifier d’abord… Ma faute, Asia… Je ne voulais pas te fixer…” J’ai fait de mon mieux pour présenter des excuses sincères. La faute m’incombait, après tout. C’est moi qui avais fait irruption sans même prendre la peine de vérifier si quelqu’un était déjà à l’intérieur.

Même si la porte n’était pas fermée à clé, j’aurais dû frapper d’abord. Nous avions un nouveau membre de la famille qui vivait avec nous, après tout.

Mais quelle que soit la manière dont cela s’était passé, l’image du corps nu d’Asia était restée à jamais gravée dans ma mémoire.

Pardonnez-moi si je l’évoque de temps en temps.

“Non, je comprends… Tout le monde m’a parlé des coutumes japonaises en matière de bain, et je suis… je suis d’accord avec ça…” Asia s’agite nerveusement.

Hein ? me demandai-je. On lui a parlé de ces coutumes ? Quelles sont ces coutumes, exactement ? Des “coutumes de bain” ?

“Au Japon, j’ai entendu dire qu’il était normal de se baigner ensemble n-nus… Qu’on pouvait approfondir sa relation avec quelqu’un en se baignant ensemble…”

– !

Qui a bien pu lui faire part d’une idée aussi merveilleuse, non, aussi perverse !

Asia avait manifestement mal compris. Les bains communs existent au Japon, mais seulement entre personnes du même sexe !

Les joues d’Asia continuèrent à rougir. “…Je…On m’a dit que…si je voulais approfondir ma relation…avec quelqu’un que j’aime… Si c’est Issei… Non, je veux approfondir notre relation… Alors ne veux-tu pas te baigner avec moi… ?”

Bah ! Du sang a commencé à couler de mon nez. Les saignements de nez étaient en train de devenir une habitude pour moi.

… Attends. Nous entrons dans un territoire dangereux, Asia.

J’étais un homme. Entendre une fille prononcer ces mots magiques faisait monter ma libido en flèche ! Je n’étais pas sûr de ce que je ferais si nous allions vraiment jusqu’au bout.

Mais Asia me faisait confiance du fond du cœur. Si je devais montrer mon vrai visage…

Aaaaarrrrrggggghhhhh ! Je ne pourrais pas ! Je veux dire, je le voulais ! Mais si je le faisais… Asia était le genre de personne qui pourrait me pardonner même si je m’imposais à elle !

Non ! me suis-je dit. Je ne pouvais pas faire du mal à une âme aussi pure et innocente.

C’était la situation que j’attendais depuis longtemps ! J’avais été si près de marquer avec la présidente, et maintenant le destin se moquait de moi. Même en sachant cela, je ne pouvais pas aller jusqu’au bout. Pas avec Asia. Je finirais par me sentir coupable !

La prendre dans mes bras et m’abandonner à mes sentiments aurait été facile, et j’aurais été récompensé par une extase absolue.

Mais ces actes auraient des conséquences. Je savais que si je faisais une telle erreur, je le regretterais pour le reste de ma vie.

Cela aurait pu être acceptable si Asia et moi avions atteint ce niveau plus naturellement, mais ce n’était pas le cas.

Quand j’étais avec Rias, je me laissais aller à ses avances, mais cette fois, je devais me retenir !

Une relation purement physique nous ferait souffrir tous les deux ! De plus, il était de mon devoir de protéger Asia. Je ne pouvais pas laisser libre cours à ma libido, je devais la contenir.

Ayant pris ma décision, je me suis retourné pour lui faire face. Je posai mes mains sur ses épaules et ouvris la bouche pour la raisonner.

Bon sang, mais sa peau était si douce !

“Asie ! Écoute-moi ! Il y a quelque chose que tu dois savoir sur les bains collectifs ! Je veux dire, tu es une fille, alors si un homme entre dans la salle de bain, tu dois être prête à te défendre…”

Malgré mon désarroi mental, je luttais désespérément pour contenir mon agitation intérieure. Je devais dire à Asia comment prendre soin d’elle si un type comme moi s’approchait d’elle.

Clic.

À ce moment-là, la porte s’est brusquement ouverte.

“Asia. Je t’ai apporté une nouvelle serviette.” Ma mère était apparue dans l’embrasure de la porte.

On aurait dit qu’elle était venue laisser quelque chose de propre pour se sécher sur la machine à laver, mais elle s’est figée en nous voyant, Asia et moi, nus près de la baignoire.

Ce n’était pas bon. Aucune excuse n’aurait pu expliquer cela ! Quoi qu’il en soit, qu’aurait-elle pu voir d’autre qu’un jeune couple sur le point de faire l’amour !

Maman, se déplaçant maladroitement comme un robot, ferma la porte. D’une voix forte, elle s’écrie : “C-Chérie ! Nous allons être grands-parents !”

J’ai fui vers ma chambre, toujours complètement nue et enfouissant mon visage dans mes mains à cause de la honte.

Si j’étais tombé raide mort sur place, j’aurais été heureux de pouvoir m’échapper.

Le lendemain matin, j’ai appelé Asia dans ma chambre. Nous devions avoir une discussion sérieuse et nous nous sommes donc assis l’un en face de l’autre, en position seiza, la manière formelle japonaise de s’asseoir.

“Tu comprends maintenant, Asia ?” demandai-je après avoir expliqué.

“Oui, Issei”, a-t-elle répondu.

“Les hommes sont des loups. Ils te dévoreront si tu t’approches trop près d’eux.”

“…C’est vrai ? C’est terrifiant… Je vais devoir m’assurer de ne pas sortir pendant la pleine lune…”

Asia semblait vraiment effrayée par mon analogie. Je me suis pris la tête dans les mains. Tout cela commençait à me donner un peu trop mal à la tête.

Après l’incident de la salle de bain la nuit précédente, j’avais dû avertir Asia du danger que représentaient les types comme moi. Elle était tout simplement trop sans défense. Étant donné qu’elle n’avait pas qu’elle n’avait pas eu une vie normale, il n’était pas surprenant d’apprendre qu’elle ne savait pas comment le monde fonctionnait vraiment.

Sans connaître les dangers des garçons de mon âge, sans savoir comment ils s’attaquent à des filles comme elle, elle n’aurait pas été en mesure de mener une vie normale au lycée.

Si quelqu’un comme ça s’approchait d’elle, je le tabassais, mais ce n’était pas suffisant. Asia devait avoir la force de protéger elle-même sa pureté.

Mais c’était peut-être le genre de choses qu’Asia ferait mieux d’apprendre auprès d’autres filles.

Après ce qui s’était passé la nuit dernière, mes parents, fous de joie, étaient allés acheter des vêtements et des jouets pour bébé dans un magasin discount. J’ai eu beau leur dire, ils n’ont pas voulu m’écouter.

“Ne vous inquiétez pas, nous comprenons”, m’a assuré ma mère. “Beaucoup de gens ne se marient pas avant d’avoir un enfant en route. Tout ira bien pour toi. Ah, j’aimerais bien avoir une petite-fille…”

Mon père n’a pas été d’une grande aide non plus, ajoutant des choses comme “Alors je vais être grand-père… Si c’est un garçon, il faudra que je lui achète une bandrole de carpe. Je suppose que nous sommes une famille internationale maintenant. Je vais devoir apprendre l’anglais.”

Je ne pouvais rien faire. Ma famille ne pouvait plus être sauvée.

En tout cas, je devais m’assurer qu’Asia ne se méprenait pas sur les adolescents.

“Pas exactement, Asia. Les garçons comme moi… les adolescents, nous sommes vraiment intéressés par les filles comme toi. Je ne pense pas qu’il soit exagéré de dire que nous pensons à vous tous les jours. Nous avons probablement tous des fantasmes indécents toutes les quelques secondes. Si nous parvenons à voir la culotte d’une fille ne serait-ce qu’un bref instant, nous nous en réjouissons.”

“Toi aussi, tu as des fantasmes indécents, Issei ?”

“Ah, oui. Je suis un peu pervers. Tu le savais, n’est-ce pas ?”

“Oui”, répondit Asia avec un large sourire.

Ce regard insouciant me déchira le cœur.

C’est vrai, elle savait déjà que j’étais un pervers…

“Oui, oui. C’est bien moi. Les gars comme moi sont effrayants, d’accord ? Ils pourraient convaincre une fille innocente comme toi de les suivre dans un endroit sombre quelque part et ensuite faire quelque chose de vraiment mauvais.”

“‘Quelque chose de mauvais’ ?” Asia pencha la tête d’un air adorable. Sérieusement, chacun de ses mouvements était trop mignon.

“Ils pourraient te toucher, te toucher et te toucher encore ! Ils pourraient te faire subir des choses assez indécentes ! C’est dangereux, d’accord ? Tu devrais avoir peur d’eux !”

“Oui, j’en ai peur. Mais si jamais je suis en danger, je suis sûre que tu viendras me sauver, Issei”, répondit-elle avec un sourire radieux, comme si elle avait la plus grande confiance en moi.

Je sentis mes yeux s’échauffer. Oui, elle me faisait vraiment confiance. Je n’en revenais pas.

Mais ce n’était pas le moment de s’égarer, ni de s’émouvoir. Je m’éclaircis la gorge. “Il n’empêche que tu es une fille, Asia, et que tu dois avoir un meilleur sens du danger et savoir comment y faire face. Je m’inquiète vraiment pour toi parfois, vu la confiance que tu accordes à tout le monde.”

“Tu t’inquiètes pour moi ?”

“Oui, je suis terrifié. Si quelqu’un te faisait quelque chose pendant que je ne regarde pas, je pourrais finir par le tuer. Voilà à quel point je m’inquiète pour toi”, répondis-je avec la plus grande sincérité.

Peut-être parce que j’avais un peu haussé le ton, l’expression d’Asia était devenue plus sérieuse qu’auparavant, et elle m’écouta en silence.

Voilà ce que je pensais sincèrement. Si quelqu’un devait faire du mal à Asia, je ne pense vraiment pas que je pourrais me retenir, même si l’agresseur n’était qu’un humain normal. Le fait que je sois un démon et que je possède un Sacred Gear signifiait qu’une personne normale n’avait aucune chance contre moi, mais je ne pensais pas hésiter à déchaîner ma fureur sur quiconque aurait fait du mal à Asia. Même si la Prez me tuait pour cela, je le détruirais quand même. C’était dire à quel point Asia était importante pour moi.

Mais pourquoi ? Est-ce parce que c’était une fille ? C’était une partie de la réponse. Peut-être aussi parce que je l’aimais bien ? Je ne pouvais pas nier que c’était aussi un élément.

Mais surtout, c’était parce que j’avais changé sa vie pour toujours. C’était ma faute si Asia, qui aurait pu passer sa vie comme nonne, était maintenant un démon. Si elle avait fini ainsi, c’était à cause de mon sens de la justice. Ou peut-être était-ce mon égoïsme. À l’époque, j’avais pensé que la transformer en démon était le meilleur moyen de l’aider, mais tout de même…

La présidente ne m’en a probablement pas voulu. Elle aurait probablement dit quelque chose comme : c’est moi qui en ai fait ma servante, tu n’as donc rien à te reprocher. Des mots comme ça ne changerait rien à ce que je ressentais.

J’avais décidé de veiller sur Asia, de la protéger, afin qu’elle puisse vivre une vie heureuse. Moi, Issei Hyoudou, je protégerais Asia Argento jusqu’à la fin de mes jours. Bien sûr, j’avais aussi le devoir de protéger Rias, mais c’était un peu différent.

C’était quelque chose que je ne pouvais pas oublier non plus.

Protéger la présidente. Non seulement j’aimais bien Rias en tant que fille, mais je la respectais aussi. C’est pourquoi je voulais veiller sur elle, un peu comme un guerrier aurait défendu son général. On pourrait dire que j’étais comme un subordonné au service d’un maître dont l’objectif était de conquérir le monde.

Protéger Asia. J’avais des sentiments pour elle, mais ils étaient plus proches de la volonté de s’occuper d’une petite sœur mignonne.

C’est pourquoi je devais repousser toute personne mal intentionnée qui s’approchait trop près d’elle. Mais comme je n’avais pas de sœur, je ne pouvais pas savoir si c’était vraiment ce que ressentaient les grands frères.

Cela dit, je voulais aussi qu’Asia devienne plus forte. Ainsi, notre avenir serait fait de rires et de sourires.

“Je comprends. Je ne ferai rien qui puisse t’inquiéter, Issei. Je te le promets. Alors, s’il te plaît, apprends-moi ce que je dois faire.”

“Oui, je sais. Mais je pense que tu obtiendras de meilleurs conseils en demandant à une fille plutôt qu’à moi. Parlons-en à Akeno et à la présidente et voyons ce que nous pouvons faire.”

“D’accord.”

“Ouf.” J’ai poussé un profond soupir.

On dirait que les choses vont s’arranger. En tout cas, je pourrais en parler aux autres filles du club de recherche occulte une fois arrivée à l’école.

Cela ne voulait pas dire que j’allais mentionner l’incident dans la salle de bain, cependant.

“U-um… Issei, il y a quelque chose que je voulais te demander”, dit soudain Asia. Ses joues devinrent rouges et elle s’agita nerveusement.

Qu’est-ce qu’il y a encore ? me demandai-je.

“A propos de ce qui s’est passé hier soir… Si c’était la présidente au lieu de moi… est-ce que tu te serais baigné avec elle… ?”

Qu’est-ce que… ?

Je me retrouve désemparé face à cette question inattendue. Je ne m’attendais pas à ce qu’Asia me demande une chose pareille. Bien qu’elle ait viré au rouge, son expression est restée sérieuse.

Hein ? Hein ? Pourquoi demander cela maintenant ? La question d’Asia m’avait complètement déstabilisé.

Qu’est-ce que la présidente a à voir avec ce qui s’est passé hier ? J’ai réfléchi.

Si c’était elle au lieu d’Asia…

Issei, viens ici. Je vais te laver le dos. Tu es nerveux ? C’est bon, mon joli petit serviteur, laisse-moi faire.

Le bout de ses doigts blancs et fins glissait le long de mon dos. Je me sens déjà excitée.

Ici, tourne-toi. Oh ? Qu’avons-nous là ? Tu es peut-être nerveux, mais ce type trahit tes vrais sentiments. Ça te ressemble beaucoup, Issei.

Sa main se glissait entre mes cuisses, et puis…

Soudain, je suis sorti de ma fantaisie obscène et j’ai constaté que du sang coulait de mon nez !

Si Rias m’avait vraiment dit quelque chose comme ça, je n’avais aucune idée de ce qui se serait passé !

J’aurais peut-être demandé quelque chose comme ” Prez, est-ce que je peux te laver les seins ?

Je l’aurais imaginée me laissant faire ce que je voulais avec un sourire magnanime. Un fantasme aussi puissant, c’était vraiment trop pour moi !

J’ai jeté un coup d’œil vers Asia, mais ses yeux brillaient de larmes.

“J’avais raison, n’est-ce pas ? Cela aurait été parfait si c’était la présidente, n’est-ce pas ? Oh… Ce n’est pas grave. Je le savais depuis le début. Je le savais. C’est vrai. Mais quand même…”

……

Elle pleure ! Asia pleure ? ! Pourquoi ? ! Pourquoi ? ! Je commence à paniquer.

” Et vous, qu’est-ce que vous faites toutes les deux ? ” a soudain fait entendre une nouvelle voix.

Je me suis retournée et j’ai vu Rias pousser un soupir en ramenant ses cheveux cramoisis vers l’arrière.

“P-Prez.”

“Une querelle d’amoureux si tôt le matin ? Vous êtes vraiment très proches tous les deux.”

“N-non, ce n’est pas… !”

” Venez maintenant, nous partons. Assurez-vous d’être prêt à passer quelques nuits loin de chez vous.”

Partir ? Où ça ? Et pour quelques nuits ? !

Rias, voyant ma confusion, m’adressa un sourire. “Nous allons nous entraîner dans les montagnes.”

“Argh…”

J’ai repris mon souffle en tirant un énorme sac à dos rempli de bagages.

“Yo-ho !”

“Yo-ho !”

La voix de quelqu’un résonne au loin.

Maudit sois-tu, randonneur frimeur ! J’ai maudit. Va t’amuser !

Nous étions dans les montagnes. La présidente nous avait tous emmenés là pour nous préparer au match à venir.

Après s’être présenté chez moi ce matin-là, Rias nous avait fait faire nos valises à Asia et à moi pour nous préparer à un long voyage. Les autres avaient déjà utilisé le cercle magique pour se rassembler au pied de la montagne.

La journée était claire et ensoleillée. Nous étions entourés d’arbres et de nature. Des oiseaux chantaient dans toutes les directions. Le paysage de la montagne était magnifique.

Le problème, c’était la pente. Chaque pas que je faisais mettait mes forces à rude épreuve. Je transpirais à grosses gouttes.

“Allez, Issei ! Accélère le rythme ! ” Rias m’appelait de beaucoup plus loin sur la pente.

Asia se tenait à côté d’elle et me regardait d’un œil inquiet. “….Je vais aller l’aider,” dit-elle.

“Ne le fais pas. S’il ne peut pas le faire lui-même, il ne deviendra pas plus fort.” Je les ai entendues parler toutes les deux.

Merci, Asia, ai-je pensé. Et Prez, tu as parfois un cœur de pierre.

Sérieusement, ce sac me faisait souffrir. Il était trop lourd…

J’avais un énorme sac à dos en bandoulière. J’avais aussi un tas d’autres sacs accrochés à mes bras. Non seulement je portais mes propres affaires, mais aussi celles de Rias et d’Akeno.

C’était censé faire partie de mon entraînement, mais j’étais sûr que j’allais mourir avant d’arriver à destination.

Qu’est-ce qu’il y a dans ces sacs ?

” Présidente, j’ai ramassé des légumes de montagne. Nous pourrons les utiliser pour préparer le dîner de ce soir “, dit Kiba en passant à côté de moi avec son air trop cool.

Il portait lui aussi un énorme sac à dos, mais je suis resté bouche bée lorsque j’ai vu qu’il n’avait aucune difficulté à suivre le chemin escarpé de la montagne.

Kiba s’était même arrêté pour cueillir quelques plantes ; il était clairement plus en forme qu’il n’en avait l’air.

“…Excusez-moi.”

L’instant d’après, Koneko, qui transportait des bagages encore plus volumineux, est passée à côté de moi ! Qu’est-ce que ?! D’où lui vient cette force herculéenne ?! Bon sang, je ne pouvais pas me permettre de perdre contre ces deux-là !

” Anghhhh ! ” J’ai mis toute ma force à pousser la montagne ! J’allais m’en mordre les doigts ! Sérieusement, mon cœur allait lâcher d’une minute à l’autre !

Les choses continuèrent ainsi pendant un bon moment, jusqu’à ce que nous atteignions enfin le chalet qui était notre destination.

D’après ce que j’avais compris, la cabane en bois appartenait à la famille Gremory.

Elle était normalement cachée aux yeux des humains, se fondant dans le paysage environnant grâce à une sorte d’enchantement. Néanmoins, maintenant que nous étions arrivés pour l’utiliser, elle était devenue visible. Une odeur de bois s’échappait de quelque part à l’intérieur.

Je suis entré dans le salon pour poser les bagages de tout le monde, j’ai bu une gorgée d’eau et je me suis rapidement effondré sur le sol.

Les filles sont montées au deuxième étage pour mettre des vêtements plus amples. “Je vais aussi me changer”, dit Kiba en se dirigeant vers la salle de bains du premier étage, un pull bleu à la main. “N’essaie pas de les espionner”, a-t-il ajouté en plaisantant à moitié.

J’avais envie de répondre quelque chose comme, Ne m’oblige pas à te frapper ! mais j’étais trop épuisé pour faire quoi que ce soit d’autre chose qu’un regard noir.

Sérieusement, si les filles de l’école nous avaient vus, elles auraient été en colère. Récemment, elles ont répandu des rumeurs sur le fait que nous étions un couple gay. Issei/Kiba ou Kiba/Issei était un sujet très débattu.

Ces rumeurs se sont répandues comme une traînée de poudre dans toutes les classes, à cause de leur côté Belle et Bête. Je n’avais pas vraiment compris, mais cela signifiait que j’étais la bête. Je maudissais tous ceux qui avaient répandu de tels mensonges.

Après avoir repris mon souffle, j’ai enfilé une nouvelle paire de vêtements dans l’une des chambres vides. L’espace était meublé d’un lit et de tout le nécessaire habituel, mais pas de télévision.

Le temps que je me prépare, tout le monde a déjà regagné le salon.

Vêtue de son survêtement rouge, Rias me lance un sourire. “Alors, commençons.”

error: Contenue protégé - World-Novel