Accueil Article 3506-chapitre-4-je-sauve-mon-ami

3506-chapitre-4-je-sauve-mon-ami

Vie 4
Je sauve mon ami !

Pan !

Le son sec de la gifle de Rias sur ma joue avec le plat de sa main a résonné dans toute la salle. Son expression était mortellement sérieuse. “Combien de fois dois-je me répéter ? Non, c’est non. Je ne le permettrai pas.”

Incapable d’aider Asia seule, je suis retournée à l’école et j’ai raconté à Rias ce qui s’était passé. Puis, après avoir expliqué la situation, j’ai proposé que nous allions à l’église. Mon but était de sauver Asia, bien sûr.

Mais Rias a refusé catégoriquement que l’on s’en mêle. Incapable d’accepter sa décision, j’ai continué à insister. C’est alors qu’elle m’a frappé. C’était la première fois de ma vie que quelqu’un me giflait, mais mon cœur me faisait plus mal que mon visage. Il semblait que j’étais destiné à continuer à trahir les attentes de Rias à mon égard, mais je n’allais pas abandonner Asia.

“Je vais y aller moi-même, alors. Cette histoire de rituel m’inquiète. Si les anges déchus sont impliqués, ça ne peut pas être bon. Il n’y a aucune garantie qu’ils ne feront pas de mal à Asia.”

“Ne sois pas stupide”, gronda Rias. “Si tu y vas, ils te tueront. Tu réalises qu’il n’y aura pas de retour possible la prochaine fois, n’est-ce pas ?” La présidente a manifestement du mal à garder son sang-froid. ” Tes actes ont des conséquences pour moi et pour chacun d’entre nous ici. Tu es un membre de la famille Gremory ! Ne l’oublie pas !”

“Dans ce cas, libère-moi de ton service ! J’irai tout seul !”

“Impossible ! Pourquoi ne comprends-tu pas ? !” Je n’avais jamais vu Rias aussi en colère.

Ouais, tout ce que je fais, c’est lui causer des problèmes… Je suis désolé, Prez. Mais je ne peux pas abandonner.

Après tout…

“Asia Argento est mon amie. Elle est importante pour moi. Je ne peux pas l’abandonner !”

“…Un sentiment noble. Je suis impressionnée que tu te sentes assez confiant pour me dire ça en face, mais ce n’est pas le sujet. Les relations entre démons et anges déchus ne sont pas si simples. Nos deux camps sont mortellement opposés depuis des centaines, des milliers d’années. Si nous montrons la moindre faiblesse, ils nous massacreront. Ce sont nos ennemis.”

“Je croyais que la Familia Gremory détruisait ses ennemis ?”

“……”

Rias et moi avons échangé des regards furieux. Je refusais de me détourner, gardant mon regard fixé sur le sien.

” Cette fille était à l’origine affiliée à Dieu et au Ciel. Elle ne peut pas coexister avec nous. Même si elle a rejoint les anges déchus, cela ne change rien au fait qu’elle est notre adversaire naturelle.”

“Asia n’est pas notre ennemie !” J’ai insisté. Après tout, comment quelqu’un d’aussi gentil pourrait-il nous haïr ?

“Même si tu avais raison, elle n’a rien à voir avec nous. Issei, oublie-la.”

Peu importe ce que disait Rias, il était hors de question que j’oublie Asia aussi facilement. Akeno s’est alors avancée et a chuchoté quelque chose à l’oreille de Rias.

Je me suis demandé ce que c’était. S’était-il passé quelque chose ? L’expression d’Akeno était sérieuse, mais cela ne semblait pas avoir de rapport avec notre discussion actuelle. Le visage de Rias s’assombrit en écoutant le rapport d’Akeno. Oui, il se passe quelque chose.

“J’ai une affaire urgente à régler. Akeno et moi allons devoir nous absenter quelques instants.”

“P-Prez, nous n’avons pas fini…”

Elle leva un doigt vers ses lèvres, me faisant taire. “Issei, il y a certaines choses que tu dois savoir. Tout d’abord, tu as l’impression que le pion est la pièce d’échecs la plus faible, n’est-ce pas ?”

J’ai hoché la tête en silence pour répondre à la question.

” Tu te trompes. Les pions ont une capacité unique qu’aucune autre pièce ne possède : la promotion.”

La promotion ? Qu’est-ce que c’est que ça ?

“Comme dans le jeu d’échecs, un pion peut se transformer en n’importe quelle autre classe une fois qu’il s’est suffisamment enfoncé dans le territoire de l’adversaire. Issei, une fois que tu auras atteint ce que j’ai déterminé comme étant les lignes ennemies, tu pourras te transformer en n’importe quelle autre classe. À l’exception du roi.”

Je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais ! Je pourrais être promu Chevalier comme Kiba, Tour comme Koneko, ou même Reine comme Akeno !

“Tu n’es pas encore un démon depuis très longtemps, il y a donc des limites. Tu ne pourras sans doute pas encore accéder à la classe la plus forte, celle des Reines. Mais tu peux devenir n’importe quelle autre classe. Si tu te dévoues, tu devrais pouvoir acquérir les capacités de n’importe quelle autre classe.”

Incroyable ! Les choses allaient enfin évoluer dans mon sens ! Je me suis dit que si je trouvais une méthode pour combiner cette capacité avec mon équipement sacré, même ce prêtre psychopathe ne pourrait pas me battre !

“Autre chose. En ce qui concerne ton Sacred Gear. Issei, garde ceci à l’esprit lorsque tu l’utiliseras…” Rias commença à me caresser la joue avec son doigt. “Il suffit de sentir. Les Sacred Gears sont guidés par tes sentiments. Il en va de même pour leur puissance globale. Les émotions sont précieuses, même pour les démons. Plus elles sont fortes, plus ton Sacred Gear sera puissant.”

Mes sentiments… sont le moteur de mon Sacred Gear… ? Dans ce cas, si je veux quelque chose assez fort, il devrait s’activer pour moi, n’est-ce pas ?

“Un dernier conseil, Issei : même un pion peut capturer un roi. Comme aux échecs, cela s’applique aussi à nous. Tu es plus fort que tu ne le penses.” Sur ce, Rias et Akeno sautèrent à travers le cercle magique. Il ne restait plus que Kiba, Koneko et moi. Je poussai un profond soupir, rassemblant ma détermination.

“Hyoudou”, appela Kiba alors que je me retournais pour quitter la pièce. “Tu y vas toujours ?”

“Oui, je dois le faire. Asia est mon amie. Je dois la sauver.”

“…Ils vont te tuer. Même avec ton Sacred Gear, même si tu utilises une promotion, tu ne peux pas combattre seul tous ces exorcistes et l’ange déchu.”

C’est évident. J’en étais parfaitement conscient. “J’y vais quand même. Même si cela me coûte la vie, je sauverai Asia.”

“Je loue ton courage, mais c’est quand même une chose stupide à faire.” ” Quelle autre option me reste-t-il ? ! ” J’ai crié en retour.

Kiba, lui, s’est contenté de répondre : “Je viens avec toi.”

“Qu… ?” Je déglutis, décontenancé par l’annonce inattendue de Kiba. Qui n’aurait pas été surpris ? Je ne l’avais pas vu venir.

“Je ne connais rien à propos d’Asia, mais tu es l’un des nôtres. Quoi qu’en dise la Présidente, il y a une partie de moi qui respecte ta détermination. Personnellement, je n’aime pas beaucoup les anges déchus ni leurs prêtres. Je les méprise, en fait.” Les paroles de Kiba suggéraient une sorte d’histoire avec les anges déchus, et l’entendre dire qu’il me considérait comme son allié…

” Tu as entendu ce que la présidente a dit sur les anges déchus et sur ce dont tu es capable une fois que tu as atteint les lignes ennemies. En gros, elle a dit que si tu entrais dans cette église, tu étais promu.”

“Ah…” Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai réalisé que c’était ce que Rias avait voulu dire. C’est pour cela qu’elle m’avait dit comment utiliser ma capacité de promotion.

“Elle te donnait indirectement la permission de partir. Bien sûr, elle a aussi dit que tu n’y arriverais pas tout seul. Je suis sûr qu’elle voulait que je t’aide. Sinon, elle t’aurait enfermé quelque part pour t’en empêcher,” expliqua Kiba avec un sourire en coin.

Merci, Prez ! Une fois de plus, je fus touché par sa générosité. Quand nous aurions fini de sauver Asia, je m’investirais à fond dans mon travail de démon ! Une petite silhouette s’approcha de moi alors que je remerciais mentalement mon patron.

“…Moi aussi.” “Qu’est-ce que… ?! Koneko ? !” “…Deux, ce n’est pas assez.”

Koneko ! Je n’avais aucune idée de ce qui se passait derrière son visage inexpressif, mais à ce moment-là, j’ai eu l’impression d’avoir touché son doux cœur !

“Merci ! Je suis touché, Koneko !” Je me suis surpris à devenir émotif. “H-huh ? J’y vais aussi, mais…” Kiba boudait.

J’étais aussi reconnaissant envers Kiba, bien sûr. Il était peut-être un beau garçon populaire, mais il pouvait être mignon de temps en temps.

D’accord ! On peut y arriver ! “Sauvons Asia, tous les trois !” Notre mission étant claire, nous nous sommes dirigés ensemble vers l’église.

Il faisait de plus en plus sombre à l’extérieur, et l’heure à laquelle les lampadaires s’allument habituellement approchait. Kiba, Koneko et moi-même observions tous les trois l’église de loin. Il n’y avait aucun signe d’entrée ou de sortie. Néanmoins, plus nous nous approchions de l’endroit, plus mon malaise grandissait. J’étais presque trempé de sueur nerveuse. D’après Kiba, cette sensation était la preuve qu’il y avait un ange déchu dans les parages.

C’est vrai, le chef ennemi doit être à l’intérieur, me suis-je dit.

“Regardez”, dit Kiba en étalant ce qui semblait être un ensemble de plans de l’église.

Où diable a-t-il pu se procurer ces plans… ?

“J’ai pensé que connaître le plan serait utile lorsque nous devrions attaquer la base ennemie”, dit-il avec un sourire charmeur.

Quelle suite parfaite ! J’avais prévu de débarquer sans la moindre préparation. Cela m’a rappelé une fois de plus à quel point j’étais naïf.

“En plus de la salle principale, il y a aussi un dortoir. C’est de la nef qu’il faut s’inquiéter.” Kiba a pointé du doigt une zone sur la carte.

“On peut donc ignorer le dortoir ?”

“Probablement. Les groupes d’exorcistes égarés finissent toujours par modifier la nef, surtout lorsqu’ils veulent accomplir des rituels arcaniques. Généralement sous la forme d’un sous-sol ou d’une chambre souterraine.”

“Pourquoi ?” demandai-je.

Kiba me lance un sourire forcé. “Pour se venger en commettant des actes de blasphème dans ce qui était un lieu saint. Ils se sentent abandonnés par le Dieu qu’ils adoraient, alors ils choisissent de souiller la partie la plus sacrée du bâtiment.”

Ils sont vraiment dérangés, ces exorcistes égarés. Ou peut-être que c’est Dieu qui est en cause pour avoir abandonné des disciples aussi dévoués, me dis-je. Ce même Dieu avait abandonné Asia, alors je ne pouvais pas m’empêcher de le haïr moi-même.

“La salle principale se trouve juste après l’entrée. Nous devrions la prendre d’assaut ensemble. Le plus dur sera de trouver la trappe menant au sous-sol et d’affronter les assassins qui nous guettent.”

Assassins… Ce seul mot me fit dresser les cheveux sur la tête.

Nous avons échangé un regard dans le faible clair de lune à l’extérieur de l’église et avons hoché la tête comme un seul homme. Nous étions prêts ! Il ne nous restait plus qu’à faire irruption ! Tiens bon, Asia ! me suis-je dit.

Bang !

Nous avons plongé par l’entrée et nous nous sommes précipités dans la salle principale. Il ne faisait aucun doute que les anges déchus nous auraient déjà repérés. Ils sauraient que nous étions entrés sur leur territoire. En d’autres termes, il n’y avait pas de retour en arrière possible. Nous devions aller de l’avant ! Je poussai les grandes portes à double battant et m’engageai dans la nef.

À l’intérieur, il y avait un autel et plusieurs rangées de longs bancs. L’église ressemblait à n’importe quelle autre. Les bougies et les lampes électriques le long des murs diffusaient une faible lumière jaune. Mais il y avait quelque chose d’étrange dans cet endroit. C’était le crucifix derrière l’autel. Quelqu’un lui avait cassé la tête.

Quel cadre effrayant…

Clap, clap, clap. Soudain, une silhouette émergea de derrière un pilier, joignant les mains avec une joie exagérée. A peine ai-je distingué son visage qu’un dégoût brutal s’est emparé de moi.

“Bienvenue ! Quelles joyeuses retrouvailles !” C’était ce prêtre psychopathe aux cheveux blancs, Freed ou je ne sais quel autre nom ! C’était celui qu’ils avaient laissé à l’affût pour nous. Il arborait le même sourire bizarre que la dernière fois.

“Voilà ce qui se passe” commença-t-il “je mets un point d’honneur à ne jamais rencontrer deux fois les mêmes démons. Vous voyez, avec une force comme la mienne, je suis fier de massacrer n’importe lequel d’entre vous sur le champ ! Ensuite, j’embrasse leurs corps sans vie pour leur dire au revoir ! C’est mon but dans la vie ! Mais il a fallu que vous alliez gâcher mon style ! Non, je ne tolérerai pas que vous gâchiez le travail de ma vie ! Vous m’énervez vraiment ! Vous allez mourir aujourd’hui, vous m’entendez ? ! Démons à larves !” Le prêtre avait pratiquement parcouru toute la gamme des émotions humaines avant de s’arrêter sur une rage primitive et incontrôlable.

Le prêtre fouilla dans ses poches et sortit son pistolet et son épée sans lame. Une vibration électrique résonna dans l’air lorsqu’il activa sa lame. Je ne pouvais pas me permettre d’être touché par cette lame ou par son arme. Cette fois-ci, c’était trois contre un.

“Vous êtes ici pour sauver Asia, bande de démons pathétiques, non ? Ha ha ! Comme vous avez bon cœur de vous en prendre à cette sale sœur qui aime le diable ! Elle aurait mieux fait de mettre fin à ses jours à la seconde où elle est tombée amoureuse de l’un d’entre vous !”

Qu’est-ce que ça veut dire ? ! “Où est-elle ?” J’ai demandé.

“Oh, tout ce que tu as à faire, c’est de prendre les escaliers sous l’autel jusqu’au sous-sol. C’est là qu’ils accompliront le rituel.” Freed fit un geste vers l’autel avec sa lame, révélant avec désinvolture l’emplacement de l’entrée secrète.

Attends, il n’est pas censé nous arrêter ? Ou bien est-il tellement sûr de pouvoir nous vaincre tous qu’il se moque de révéler où elle se trouve ?

“Sacred Gear !” J’ai crié en activant le gantelet rouge. Mon Sacred Gear avait été équipé avec succès ! Je l’avais ! Kiba sortit son épée de son fourreau, tout comme Koneko- Whoa ! J’ai été tellement choqué par ce que j’ai vu que j’ai cru que mes yeux allaient sortir.

Koneko avait soulevé un des bancs, qui était plusieurs fois plus long que sa taille, dans les airs.

“…Ici.”

Whoosh ! D’un élan puissant, elle lança le banc directement sur le prêtre ! Il est impossible qu’il ait vu venir cette attaque surhumaine !

“Heh ! Tu es plutôt forte pour un avorton !” Freed tourna sur le côté, tranchant le banc en l’air d’un seul coup de lame. Les deux moitiés tombèrent inoffensivement au sol.

“A mon tour. À peine Kiba est-il entré dans le coin de ma vision qu’il a disparu. En fait, il aurait mieux valu dire qu’il se déplaçait plus vite que mes yeux ne pouvaient le suivre !

Clang ! Des étincelles jaillirent lorsqu’il abattit son épée sur la lame du prêtre. L’arme de Freed était donc solide, même si elle semblait faite de pure lumière. Chaque fois qu’elle s’entrechoquait avec celle de Kiba, un son métallique et strident retentissait.

“Urgh ! Argh ! C’est tout ce que tu as ? Montre-moi quelque chose d’intéressant ! Gardons les derniers mots jusqu’à ce que tu sois mort !”

Kiba spiralait dans les airs, esquivant les projectiles sans sons qui volaient vers lui, maintenant toujours la pression de ses propres attaques. En fait, il a évité chacun des tirs du prêtre. J’étais stupéfait. Freed n’était pas en reste et évitait les assauts de Kiba avec la même précision. Ils s’affrontaient encore et encore.

Je n’aurais peut-être pas pu capter les mouvements de Kiba, mais à en juger par l’apparence, le prêtre le pouvait. Oui, je n’aurais eu aucune chance contre Freed tout seul. Kiba et le prêtre échangèrent un regard noir tandis que leurs épées s’entrechoquaient.

“Tu es fort, je te l’accorde.”

“Ha-ha ! Impressionnant ! Et tu es un Chevalier ! Quels mouvements parfaits ! Merveilleux ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu un bon combat ! Je commençais à m’ennuyer ! Ha-ha, oui ! Je vais prendre plaisir à te tuer !”

“D’accord. Si tu veux être sérieux, je peux l’être aussi.”

Attends, ils ne sont pas déjà sérieux ?!

” Bouffe ça. ” Je n’ai presque pas reconnu cette voix intense et presque inaudible comme étant celle de Kiba. Au moment où il a parlé, une vague noire a jailli de son épée, l’enveloppant d’un brouillard profond et tordu.

Ténèbres. C’était le seul mot qui me venait à l’esprit. L’ombre avait complètement enveloppé l’arme de Kiba – ou plutôt, elle était devenue son arme. Lorsqu’elle entra en collision avec l’épée de lumière du prêtre, elle commença à la consumer.

“Qu’est-ce que c’est que ça ?” s’écria Freed, alarmé. “L’Effaceur sacré, une arme qui dévore la lumière.

” Tu as aussi un Sacred Gear ? ! ”

Un Sacred Gear ? ! Kiba ? ! Bon sang, cette lame des ténèbres est impressionnante !

Attends, les beaux garçons populaires ont aussi toutes les armes les plus cool !

Il ne fallut pas longtemps avant que l’épée de Kiba n’éteigne complètement la lame de Freed, la laissant incapable de maintenir sa forme. C’était ma chance. J’ai foncé droit sur ce psychopathe.

“Sacred Gear ! Activation !”

“Boost !” Une voix puissante sortit du joyau incrusté dans mon gantelet, et tout mon corps se chargea d’énergie. Mon attaque visait le prêtre, mais il m’avait vu venir vers lui.

“Combien de fois vais-je devoir le répéter ?! Tu me fais vraiment chier !” Il braqua son arme sur moi, m’envoyant un autre projectile inaudible.

Ça y est ! “Promotion : Tour !” criai-je. La balle a ricoché sur moi, disparaissant.

“Promotion ? ! Tu es un Pion ? !” Freed était clairement décontenancé.

Oui, je suis un Pion ! Et ce Pion va t’écraser ! “Les principaux attributs d’une Tour sont une incroyable défense…”, commençai-je en levant mon poing devant son visage. J’avais une étrange sensation de raideur dans la main, mais cela ne m’a pas empêché de me lâcher. Freed a été envoyé en arrière à travers la pièce. “- et une force inégalée !”

Je me mis à glousser faiblement en reprenant mon souffle. “C’était pour avoir frappé Asia… Heh, ça m’a fait du bien, en fait.”

Freed s’est relevé du sol, crachant une gorgée de sang. Sa joue droite était très enflée.

C’est tout ? Il semblerait que me transformer en Tour n’ait pas suffi à rivaliser avec la puissance de Koneko.

Attends… En regardant de plus près, j’ai vu que la poignée de l’épée de Freed avait été avait été complètement brisée. S’en est-il servi pour se protéger ? me demandai-je. C’était sûrement la sensation que j’avais ressentie. Il était rapide, c’était certain.

“…Urgh… Non seulement je me suis fait écraser par un démon, mais en plus il est en train de se la raconter…” Freed poussa un hurlement strident. “Espèce de salaud ! Ne fais pas le malin avec moi, misérable petit démon ! Je vais te tuer ! Je vais te découper en mille morceaux, sale larve ! Meurs !” hurla-t-il en tirant une deuxième poignée de sa robe.

Une autre ? Combien en a-t-il ? ! Quoi qu’il en soit, Kiba, Koneko et moi l’avions complètement encerclé.

Réalisant que nous l’avions coincé, le prêtre égaré se mit à sourire d’un air affligé. “Urgh… Je serais damné si une bande de démons allait avoir le meilleur de Freed Sellzen ! Vous avez peut-être gagné la bataille, mais pas la guerre ! Je vais regretter de ne pas avoir pu exorciser cette racaille, mais reculer, c’est mieux que mourir !” Il sortit de sa poche un petit orbe ronde qu’il fit claquer au sol. Soudain, une lumière intense et aveuglante en jaillit, nous aveuglant un instant.

Un écran de fumée ?! Le temps que je puisse distinguer mon environnement, Freed s’était déjà échappé.

C’est à ce moment-là que la voix du psychopathe a surgi des ténèbres : “Hé, l’avorton ! Issei, c’est ça ? Je crois que je suis tombé amoureux de toi. Tu ne pensais pas pouvoir t’en sortir en me frappant et en parlant comme ça, n’est-ce pas ? Je vais te massacrer, tu m’entends ? Attendez, je reviens. D’ici là, bande d’idiots !”

J’ai balayé la pièce du regard, mais il n’y avait aucune trace de lui. Il s’était enfui et était même parti avec un coup de feu. Peu importe. Je n’avais pas de temps à perdre à penser à lui. J’ai échangé des hochements de tête silencieux avec Kiba et Koneko. Ensemble, nous nous sommes dirigés vers l’entrée cachée sous l’autel.

Nous descendons tous les trois l’escalier en colimaçon qui mène au sous-sol. À en juger par les lumières qui bordaient le couloir, l’électricité s’étendait jusqu’ici. Kiba prit la tête de la marche, nous avons d’abord descendu l’escalier, puis nous avons traversé un long couloir qui menait au sous-sol.

Plusieurs portes bordaient le couloir, mais notre destination était tout droit. “Par ici, je crois… Je peux la sentir…” Koneko pointa du doigt le couloir. le couloir.

Asia est donc ici ? Voilà qui suffit à me redonner le moral. Tiens bon, Asia. Je viens te chercher !

Au bout du couloir se trouvait une grande porte. “C’est ça ?” demandai-je. “Probablement. Je pense que nous trouverons pas mal d’exorcistes à l’intérieur. Peut-être même un un ange déchu. Êtes-vous prêts ?” Kiba s’est tourné vers nous deux. Koneko et moi avons acquiescé. “D’accord. Alors, ouvrons cette porte…”

Au moment où Kiba et moi avons voulu la forcer, la porte s’est ouverte d’elle-même. Un son lourd et grinçant gronda dans le couloir tandis que le site du rituel apparaissait peu à peu.

“Bienvenue, démons,” dit Raynare, l’ange déchu, depuis la partie la plus profonde de la pièce. La chambre était remplie de prêtres, chacun tenant la poignée d’une épée de lumière.

“Asia ! criai-je en apercevant la silhouette enchaînée à la croix près de Raynare.

Elle a levé la tête. “…Issei ?”

“Nous sommes là pour te sauver !” dis-je avec un sourire chaleureux. “Issei…” Les larmes commencent à couler sur les joues d’Asia.

“Quelles retrouvailles touchantes, mais je crains qu’il ne soit trop tard. Le rituel est presque terminé.”

Presque terminé ? Qu’est-ce que… ?

Tout à coup, le corps d’Asia s’est mis à briller. “…Argh, ahhhhhhhhh !” Ses cris de douleur emplissent la pièce.

“Asia !” Je me suis approché d’elle, mais avant d’y arriver, je me suis retrouvé entouré de prêtres.

“Non, tu ne peux pas !”

“Démons ! Nous allons vous détruire !

“Dégagez de mon chemin, maudits prêtres ! Je n’ai pas le temps de m’occuper de vous !”

Bang ! Il y eut un bruit sourd lorsque Koneko donna un coup de poing à l’un des acolytes. “…Ne me touchez pas”, murmura-t-elle.

Kiba avait dégainé sa lame. “On dirait que je vais devoir y aller à fond. Je déteste vraiment les prêtres, vous savez. Permettez-moi de dévorer votre lumière.” Ses yeux brillaient d’un éclat assez vif pour me faire frissonner. Son épée des ténèbres était manifestement assoiffée de sang. Cela allait sans doute être une guerre totale.

“Noooooooo… !” Une grande radiance émergea du corps d’Asia et flotta lentement dans la main de Raynare.

“Enfin ! Depuis le temps que je convoite ce pouvoir ! Le Sacred Gear ! Ces cœurs misérables sont dans la paume de ma main !” Raynare embrassa cette lumière, son visage se tordant d’extase. Elle devint de plus en plus brillante, illuminant toute la pièce. Peu après, elle s’éteignit, enveloppant l’ange déchu d’une vive lueur verte.

“Hee-hee-hee, ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha ! Le pouvoir absolu ! Avec ça, je serai l’ange déchu le plus fort qui soit ! Tous les imbéciles qui m’ont berné regretteront le jour où ils ont décidé de m’affronter !” Raynare se mit à rire à gorge déployée.

Je ne l’ai pas écoutée et j’ai foncé droit sur Asia. Les prêtres se déplacèrent pour me barrer la route, mais Kiba et Koneko s’élancèrent pour les écarter de mon chemin. L’épée de Kiba consuma les lames de lumière des prêtres tandis que Koneko se mit à écraser ses ennemis désormais sans défense. Les deux combattants se sont battus à l’unisson, complétant les forces et les faiblesses de chacun avec une précision qui témoigne de leur longue expérience et de leur entraînement.

“Merci à vous deux !” Je me suis finalement dirigé vers Asia, qui était attachée au crucifix.

Elle va bien, non ? Il faut qu’elle aille bien ! J’ai détaché ses bras et ses jambes et j’ai enlacé son corps mou.

“…Je-Issei…”

“Asia, je suis revenu pour toi.”

“…Merci…” Sa voix était petite et faible, presque vidée de sa vie. Hé, tiens bon ! Elle va s’en sortir, n’est-ce pas ? Allez, ne me dis pas… “Il est trop tard.” Raynare s’est fendu d’un rictus froid en voyant l’inquiétude dans mes yeux. “Maintenant que son Sacred Gear lui a été arraché, elle va mourir.”

“Alors rendez-le moi !” J’ai hurlé, mais son sourire cruel n’a fait que s’élargir.

“Je ne pense pas que ce soit le cas. Tu te rends compte que j’ai dû tromper mes propres supérieurs pour mettre la main dessus ? Il ne me reste plus qu’à détruire les preuves, en commençant par toi”.

“Maudit sois-tu… Tu n’as rien à voir avec la Yuuma dont je me souviens.”

Raynare éclata d’un rire strident. “Ah-ha-ha-ha ! C’était amusant de sortir avec toi.”

“…Tu étais ma première petite amie…”

“Heh, et tu étais si humide derrière les oreilles. Je dois admettre qu’il n’y a rien de tel qu’un garçon inexpérimenté comme toi.”

“…J’étais sérieux à ton sujet.”

“Heh-heh-heh, et tu me traitais si bien. Chaque fois que j’avais un problème, tu étais là pour arranger les choses. Mais tu te rends compte que c’est moi qui ai tout orchestré, n’est-ce pas ? Tu peux être très amusant quand tu t’énerves.”

“…J’ai mis tout mon cœur et toute mon âme dans notre premier rendez-vous. Je voulais en faire un merveilleux souvenir pour nous deux.”

“Ah-ha-ha-ha ! Oh ? Mais c’était si ordinaire ! Tu ne peux pas imaginer à quel point je me suis ennuyé !”

“…Yuuma.”

“Heh-heh-heh… Sais-tu pourquoi j’ai choisi ce nom ? Yuuma, c’est écrit avec les caractères pour soir et chanvre. Parce que j’avais l’intention, dès le début, de te tuer au crépuscule. C’est beau, tu ne trouves pas, Issei ?”

À présent, ma rage avait atteint son paroxysme. “Raynaaaaare !”

“Ah-ha-ha-ha ! Un enfant gâté comme toi n’a pas le droit de prononcer mon vrai nom”, ricana-t-elle.

Mes entrailles bouillonnaient de haine. Je n’avais jamais rencontré une personne aussi méprisable de toute ma vie. C’était elle la vraie démone !

“Hyoudou !” cria Kiba. “Nous ne pouvons pas nous défendre ici ! Replions-nous à l’étage ! Koneko et moi allons t’ouvrir un chemin ! Vite !” Il commença à faucher le groupe d’acolytes le plus proche.

Il avait raison. Il restait encore beaucoup de prêtres, et en plus, je ne serais pas capable de protéger Asia et de combattre l’ange déchu en même temps. Je fixai Raynare d’un regard noir, pris Asia dans mes bras et me précipitai vers l’entrée.

“Koneko, dégageons le chemin pour Hyoudou !” cria Kiba. “…Compris.”

Tous deux s’efforcèrent d’éliminer les laquais qui tentaient de me barrer la route. Avec leur aide, j’ai réussi à retourner dans le couloir d’entrée.

“Kiba ! Koneko !

” Vas-y ! Nous allons les occuper ici !”

“… Vas-y.”

“Mais…”

” Dépêche-toi ! ”

Bon sang, Kiba, Koneko ! Arrêtez de vous la péter ! Je n’avais pas d’autre choix que de me reposer sur sur eux. Ils étaient mes supérieurs en matière de vie de démon, après tout. J’avais confiance en eux, ils n’étaient pas assez fous pour se laisser tuer !

“Kiba ! Koneko ! Quand tout sera fini, je veux que vous m’appeliez Issei ! Nous sommes amis !” J’avais l’impression de les sentir sourire derrière moi. Sur ce, je me suis dépêché de retourner dans le tunnel qui menait à la surface.

Serrant Asia dans mes bras, je sortis de l’escalier caché et retournai dans le hall.

Il y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas chez elle. Le visage d’Asia était d’une pâleur mortelle. Je l’ai allongée sur un banc à proximité. “Tiens bon, Asia ! Une fois que nous serons sortis d’ici, tu seras libre ! Reste avec moi ! Nous avons encore tant de choses à découvrir !”. Elle m’a adressé un faible sourire et m’a pris la main. Il n’y avait plus de force, de chaleur dans sa main. “…Je sais que ça n’a pas été très long.…mais je suis tellement chanceuse…de m’être fait un ami comme toi…” Elle élargit ses lèvres en un sourire douloureux. “…Si je renais un jour…sois mon ami…à nouveau…”

“Qu’est-ce que tu dis ?! Ce n’est pas fini, d’accord ? ! Je vais t’emmener dans toutes sortes d’endroits amusants ! Des karaokés ! Des salles de jeux ! Au bowling ! Et bien d’autres encore ! Tiens bon !” Des larmes ont coulé sur mon visage. J’essayais tant bien que mal de la faire sourire, mais je ne pouvais même pas m’empêcher de pleurer. Je savais ce qui se passait. Asia était en train de mourir. J’avais beau essayer, je ne pouvais pas le nier.

Ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible.

“Nous sommes amis ! Toujours ! C’est vrai ! Je dois encore te présenter Matsuda et Motohama ! Ils peuvent passer pour des pervers, mais ils sont plutôt sympas ! Je suis sûr qu’ils aimeraient être tes amis aussi ! On va tellement s’amuser ensemble que tu n’y croiras même pas !”

“…J’aurais aimé…être né dans ce pays… Alors j’aurais pu aller à l’école avec toi…Issei…”

“Tu peux ! Dès que tu le voudras !”

Asia effleura faiblement ma joue de sa main. “…Tu pleures…pour moi…Maintenant…je n’en ai plus…” Sa main retomba lentement sur son côté. “… Merci…”

Ce sont les derniers mots qu’elle m’a adressés. Avec un sourire joyeux, l’esprit d’Asia l’a quittée. J’ai senti mes forces diminuer. Tout ce que je pouvais faire, c’était rester assis là, à regarder son visage immobile. Mes larmes n’arrêtaient pas de couler.

Pourquoi ? ! Pourquoi doit-elle mourir comme ça ? ! C’était une bonne personne ! Une personne gentille et douce qui ne voulait rien d’autre que guérir ceux qui en avaient besoin ! Pourquoi personne n’a voulu être son ami ? Pourquoi m’a-t-il fallu attendre jusqu’à aujourd’hui pour arriver à ses côtés ? !

“Dieu ? ! Je sais que tu es là !” J’ai crié à tue-tête vers le plafond de l’église. “Si les démons et les anges existent, alors tu dois aussi exister ! Tu regardes ça, n’est-ce pas ? Tu as regardé pendant tout ce temps, n’est-ce pas ?” Je ne savais pas qui je m’attendais à voir répondre, mais j’ai quand même hurlé à pleins poumons. “Ne I’emmène pas ! Je t’en prie ! Ramène-la ! Je t’en supplie ! Elle n’a rien fait de mal ! Tout ce qu’elle voulait, c’était se faire des amis ! Je serai toujours là pour elle ! Alors, s’il te plaît ! Laisse-la sourire à nouveau ! S’il te plaît, mon Dieu !” Malgré mes supplications, il n’y avait pas de réponse.

“Est-ce ma faute ? L’as-tu abandonnée à cause de moi ? ! Parce que je suis un démon ?” Je grinçais des dents de frustration. Je n’avais rien pu faire. J’étais impuissant.

Si j’avais été plus fort, si j’avais eu plus de compétences et d’aptitudes en tant que démon… Si j’avais pu la sauver… J’avais beau le regretter, je me disais que je ne reverrais plus jamais le beau sourire d’Asia.

“Alors, alors, un démon qui demande pardon à Dieu ? Ou était-ce un souhait ?” La voix de Raynare me nargue depuis l’arrière. Je me retournai pour voir l’ange déchu me sourire avec mépris.

“Regarde-moi ça ! Ce chevalier a réussi à me blesser en venant ici “, dit-elle en posant une main sur sa blessure. Une lumière vert pâle jaillit, scellant la profonde entaille.

“Merveilleux, n’est-ce pas ? Quelle que soit la blessure, je guéris instantanément. Un cadeau parfait pour ceux d’entre nous qui ne bénéficient plus de la protection divine, n’est-ce pas ?”

Maudit soit-elle. Cette lumière appartenait à Asia. Qu’est-ce qui lui donnait le droit de l’utiliser ?

Et qu’est-il arrivé à Kiba et Koneko ? Est-ce qu’ils vont bien ?

“Un ange déchu avec le pouvoir de guérir d’autres anges déchus. Maintenant, je ne perdrai jamais mon rang dans le monde souterrain. Azazel et Shemhazai tout-puissants, je suis prêt à faire votre travail ! Il n’y a rien de plus merveilleux que cela ! Ah, Azazel… Je te dédie mon pouvoir, ce pouvoir, à toi !”

“Qu’est-ce que ça peut faire ?” demandai-je en lui jetant un coup d’œil vicieux. “Qu’est-ce que cela peut bien faire ? Les anges déchus, Dieu, les démons… Qu’est-ce qu’ils ont à voir avec Asia ? !”

“Oh, mais ils ont tout à voir avec elle. Elle a été spécifiquement choisie pour porter cet équipement sacré.”

“…Vous auriez pu la laisser vivre une vie tranquille. Une vie normale.”

Je crains bien que non. Ceux qui possèdent des Sacred Gears exceptionnels sont toujours mis au ban de la société. Leurs pouvoirs les distinguent des autres. Tu sais à quel point les humains détestent ceux qui sont différents, même si cette différence les rend merveilleux.”

“…Je l’aurais protégée ! En tant qu’ami !”

“Ah-ha-ha-ha ! C’est impossible ! Elle est morte, n’est-ce pas ? Morte comme une pierre ! Tu n’as pas pu la sauver ce soir-là, et tu ne peux pas la sauver maintenant ! Tu es bien drôle ! Très amusant !”

“…Je sais que je l’ai déçue. Je ne te le pardonnerai jamais… ni à moi-même.” C’est moi qui n’ai pas pu la sauver, même si c’est Raynare qui a porté le coup fatal.

Soudain, les mots de Rias m’ont traversé l’esprit…

” – Ressens simplement. Les Sacred Gears sont guidés par tes sentiments. Il en va de même pour leur puissance globale.”

” Rends-la moi. ”

“Les émotions sont précieuses, même pour les démons. Plus elles sont fortes, plus ton Sacred Gear sera puissant.”

” Rends-la-moi ! ”

“Dragon Booster !” Le Sacred Gear qui enveloppait mon bras s’activa en réponse à mon cri, le joyau au centre du gantelet rayonnant d’une lumière éblouissante. Un étrange symbole était apparu au dos du gantelet. Au même moment, une bouffée d’énergie me traversa, passant de l’équipement sacré à mon propre corps.

Revigoré, je m’élançai vers l’avant et frappai du poing mon adversaire au sourire narquois.

Raynare esquivait mes coups sans effort, comme s’il exécutait une danse complexe. ” Laisse-moi te présenter les choses de manière à ce que même un idiot comme toi puisse les comprendre : Nos niveaux de puissance respectifs sont tout simplement trop différents. Si je suis au niveau mille, tu es coincé au niveau un. Tu ne peux pas espérer m’égaler. Même en utilisant ton Sacred Gear, le doublement de ta puissance ne t’amène qu’au niveau deux. C’est inutile ! Tu ne peux pas me battre ! Ah-ha-ha-ha !”

“Boost !” Le joyau à l’arrière du gantelet sonna une fois de plus, le symbole lumineux à l’intérieur du joyau passant de I à II.

Quelque chose d’autre avait changé, au plus profond de mon corps. La puissance en moi – la force de vaincre l’ennemi devant moi – se multipliait rapidement.

“Rrraaaaah !” J’ai foncé sur Raynare, concentrant cette énergie dans mon poing. Le fait que j’avais été promu en Tour plus tôt avait probablement fait une différence, aussi.

“Heh ! Tu rassembles tes forces ? Ce n’est pas suffisant !” L’ange déchu esquiva à nouveau mes attaques. En un instant, Raynare rassembla une boule de lumière dans chaque main, étirant les orbes pour leur donner une forme familière. “Voyons comment tu t’en sors !”

Ngh ! Les lances de lumière me transpercèrent les jambes, m’entaillant profondément les cuisses. Même avec les défenses accrues d’une Tour, je n’avais pas pu y résister.

“Gwaaaaaaaaaargh !” Je hurlai d’agonie tandis que la douleur traversait mon corps, mais avec les deux lances toujours enfoncées dans mes jambes, je ne pouvais même pas tomber à genoux. Je les ai saisies à mains nues et j’ai tiré.

“Gwaaaaaaaaaargh !” Je pouvais sentir ma chair brûler. Putain, ces trucs étaient chauds ! C’était sûrement parce qu’elles étaient faites de lumière. Mes paumes étaient déjà brûlées. De la fumée s’échappait de mes mains et des blessures de mes jambes. La douleur était insupportable.

Raynare éclata d’un rire moqueur en me voyant tenter de retirer les lances. “Ah-ha-ha-ha ! A quel point es-tu stupide ? La lumière est un poison pour les démons. Il suffit de la toucher pour se brûler la chair. Pour les démons de ton espèce, il n’y a pas de plus grand supplice ! Pour un démon de bas étage comme toi…”

“Grrraaaaah !” Avec un hurlement primitif, je serrai les lances plus fort et les arrachai, centimètre par centimètre, de ma chair. Mes jambes hurlaient d’agonie. La douleur intense me transperçait impitoyablement. J’avais l’impression que j’allais m’évanouir, que j’allais tomber raide mort si je ne serais les dents assez forts, mais je continuais.

“Ce n’est rien comparé à ce que tu as fait subir à Asia !” Les larmes et la sueur dégoulinant sur mon visage, je continuais à arracher les lances. Mes jambes hurlaient de douleur. Pourtant, je savais que je pouvais le faire ! Il le fallait !

Splosh. Dans un bruit écœurant et une éclaboussure de sang, j’avais enfin réussi à me libérer.

A la seconde où j’ai relâché ma prise sur ces projectiles, ils se sont dissipés dans l’air avant même de toucher le sol. N’étant plus étouffé par les lances, mon sang commença à s’accumuler rapidement à mes pieds. Retirer les armes de l’ange déchu n’avait pas empêché la douleur de se faire sentir.

“Boost !” Ma dernière attaque avait peut-être échoué, mais le gantelet que j’avais à la main poussa un rugissement profond. Malgré ma puissance accrue, la douleur était atroce. Des larmes continuaient de couler sur mon visage, et de la bave s’écoulait de mon menton.

Qu’est-ce que– ?! Mes forces m’abandonnèrent et je glissai brutalement sur le sol. Je n’ai même pas réussi à rassembler l’énergie nécessaire pour me relever. Putain de merde ! Mes jambes, mon corps tout entier, avaient été complètement vidés de leur énergie. Dire que j’étais en mauvaise posture était un euphémisme.

“… Tu sais, je suis vraiment impressionné. Un démon de classe inférieure qui élimine non pas une, mais deux lances de lumière ? Mais tu te bats contre l’inévitable. Ma lumière n’est peut-être pas très brillante, mais à cette densité, elle est incroyablement efficace pour tuer les démons. Elle est si efficace que j’en ai fait don à mes prêtres pour qu’ils l’utilisent dans leurs propres armes. Même un démon de classe moyenne aurait du mal à se remettre d’un seul coup. Et pour un démon de ton rang ? Heh-heh-heh, ne sous-estime pas le pouvoir de la lumière. Surtout le mien.” Raynare semblait apprécier le son de sa propre voix.

” Elle circule déjà dans ton corps, te rongeant morceau par morceau. Si tu n’es pas bientôt guéri, ce sera fini. Heh. Franchement, je m’attendais à ce que tu aies déjà rendu l’âme à l’heure qu’il est. Tu es plus fort que tu n’en as l’air.”

Ah… Alors pour un démon débutant comme moi, ce sont des blessures mortelles… Je m’en doutais. Mon corps tout entier hurlait d’une agonie qui dépassait la douleur normale. J’avais l’impression que mes os, ma chair, tout ce qui était en moi était réduit en cendres. Et bien sûr, mes nerfs étaient également en feu, à tel point que j’ai cru que j’allais devenir fou. Oui, si je n’arrivais pas à réparer ça rapidement, j’étais foutu. Et pourtant…

Il était hors de question que je reste assis là, mais mes jambes refusaient de bouger. Est-ce la fin ? J’ai jeté un coup d’œil vers Asia. Elle semblait dormir tranquillement.

Désolée d’avoir fait tant de bruit, lui ai-je dit. Je m’en sortirai. Je suis plus fort que j’en ai l’air. Vraiment, ça va aller. Tu vois ? Au moins, je ne voulais pas qu’Asia s’inquiète pour moi.

“Je suppose que c’est dans des moments comme celui-ci que les gens se tournent vers Dieu pour être sauvés…” Les mots sont sortis de ma bouche sans que je m’en rende compte.

“… ?” Raynare a haussé un sourcil en signe d’incompréhension, mais j’ai continué à parler. “Mais Il ne va pas m’aider. Il ne m’a pas répondu avant, et Il n’a jamais levé le petit doigt pour aider Asia. Ha. Quelle divinité il est.”

“Qu’est-ce que tu racontes ? Ne me dis pas que tu as enfin perdu la tête ?”

“Qu’est-ce que je pensais ? C’est Satan que je devrais prier. Tu m’écoutes, n’est-ce pas ? Je suis un démon maintenant, alors qu’est-ce que tu en dis ? J’ai besoin d’un peu d’aide.”

“…Tu as vraiment perdu la tête. Se raconter des histoires ne te fera pas du bien.”

“Donne-moi la force de pulvériser cet ange déchu ! Je n’ai pas besoin que tu l’abattes pour moi. Je n’ai pas besoin de renfort. Je peux le faire. Tu vois, je peux me lever tout seul. Donne-moi juste un bon coup. Ma rage est si forte que je peux supporter la douleur. Un seul coup suffira… Laissez-moi l’écraser !”

Guh… Mes jambes ont commencé à bouger. J’avais déjà perdu toute sensation, et la moindre secousse provoquait une vague d’agonie dans tout mon corps. Pourtant, je pouvais bouger. Je me suis soulevé du sol. Mon corps entier ne cessait de trembler, mais je me suis quand même levé. Même si c’était insupportable, je pouvais bouger. J’ai bougé. Tout ce dont j’avais besoin, c’était d’assez de force pour porter un coup.

“- ! Impossible ! Comment peux-tu tenir debout ? Cette lumière devrait être…” Raynare s’est figée, en état de choc, alors que je m’approchais lentement d’elle.

Puis, alors que mes pieds tremblaient et que le sang jaillissait encore de mes blessures, je me tins directement en face d’elle. “Hey, ex-petite amie. Je pense que je devrais te remercier.”

“…Je n’y crois pas ! Un démon de bas étage ne devrait même pas être capable de tenir debout avec tes blessures ! Cette lumière doit te brûler de l’intérieur ! Tu ne devrais pas être capable de la supporter !”

“Ne te méprends pas, ce n’est pas comme si ça me chatouillait ou quoi que ce soit d’autre. J’ai l’impression que je vais m’évanouir. Mais je m’en fiche ! La haine que j’éprouve pour toi surmonte tout !” J’ai fixé Raynare avec un regard inébranlable et inflexible. J’étais sûre que mon prochain mouvement serait le dernier. Je n’allais pas pouvoir tenir plus longtemps que ça. Je devais en finir en un seul coup. Je devais faire en sorte que ça compte.

“Qu’en dis-tu, Sacred Gear ? Nous avons encore assez de force pour faire voler cet ange déchu, hein ? Finissons-en.”

“Explosion !” La voix puissante était chargée d’une immense énergie. Le joyau incrusté dans le gantelet libéra une lumière aveuglante. Contrairement à celle de l’ange déchu, cette lumière ne m’emplit pas d’une douleur insupportable, mais d’un sentiment de paix. Elle me rappelait la lueur vert pâle de la guérison d’Asia. Je sentais mes forces remonter en moi.

Il y a donc des types de lumière que les démons apprécient. J’ai fait un pas en avant. Le sang a jailli des blessures de mes jambes. Je pouvais aussi le sentir au fond de ma gorge. J’étais dans un sale état, c’était certain. Il n’y avait pas de limite à l’agonie pure et simple que j’éprouvais. Ma tête résonnait dans la tourmente, mais ça allait. Je pouvais encore bouger.

Même dans cet état lamentable, une puissance brute s’écoulait du gantelet dans mon corps. Lorsque j’avais rencontré Raynare plus tôt dans la soirée, le fossé entre nos niveaux avait été terrifiant. Mes instincts s’étaient recroquevillés devant sa présence écrasante, et mon corps s’était complètement figé. J’étais persuadé de n’avoir aucune chance.

Ce n’était plus le cas maintenant.

L’énergie qui sortait de mon gantelet était incroyable. Néanmoins, en tant que porteur de ce Sacred Gear, je savais que cela ne durerait pas éternellement. Ce regain d’énergie ne pouvait être utilisé qu’une seule fois. À la seconde où je la libérais sur mon ennemi, elle disparaîtrait à jamais. C’est ce que m’avait dit mon Sacred Gear. Pas verbalement, bien sûr, mais physiquement.

Je me suis préparé à donner mon dernier coup de poing. Je n’avais aucune expérience du combat, mais c’était bien ainsi. Tout ce qu’il fallait, c’était un coup. Ma cible était cet ange déchu devant moi. Je n’allais pas le rater.

“…Impossible. Qu’est-ce que tu fais ? Ton Sacred Gear ne devrait pas être aussi puissant… ! C’est… c’est juste un Double Critique… ! Ce n’est pas possible. Comment peux-tu me surpasser… ? Cette vague d’énergie est au moins de classe moyenne… non, de classe supérieure… ?!”

Cette puissance est égale à celle d’un démon de haut niveau ? C’est grâce au Sacred Gear ?

Hé, allez, je croyais que tu devais juste doubler ma puissance ? Le seul démon de haut niveau que j’avais rencontré était Rias. Est-ce que ça veut dire que je suis aussi fort qu’elle maintenant ?

“C’est impossible ! J’ai le pouvoir de guérison suprême ! Maintenant que je détiens la Guérison du crépuscule, j’ai atteint le niveau ultime ! J’ai gagné l’amour d’Azazel et de Shemhazai ! Je ne peux pas perdre face à un démon comme toi !” Raynare invoqua de nouvelles lances de lumière dans ses deux mains et les lança de toutes ses forces.

J’écartai les projectiles avec mon poing, et les deux se dissipèrent dans l’air.

En me voyant dévier son attaque frénétique avec une telle facilité, Raynare pâlit. “N-non !”

Flap ! Ses ailes noires battent bruyamment d’avant en arrière alors qu’elle s’apprête à bondir dans les airs.

Après toutes ces belles paroles, elle essaie de s’enfuir maintenant ? Est-elle du genre à s’enfuir dès que le vent tourne en sa défaveur ? Quel que soit son genre, je n’allais pas laisser Raynare s’enfuir. Pas question de la laisser s’enfuir !

Je bondis sur elle à la seconde où elle quitta le sol, lui attrapant le bras. Je n’arrivais pas à croire à la vitesse à laquelle j’avais bougé. C’était si rapide que même Raynare n’avait pas pu réagir à temps.

Son bras était fin et maigre. Je l’ai tirée vers moi, refusant de la lâcher. “Tu ne t’échapperas pas !”

“Non ! J’ai le pouvoir suprême !”

“Va au diable, maudit ange !”

“Espèce de sale démon !”

“Hraaaaah !” D’un seul coup, j’ai libéré l’énergie qui s’était accumulée dans le gantelet, concentrant tout mon être sur ce dernier coup de poing. J’ai dirigé le coup directement vers le visage de mon ennemi détesté.

Crac ! Mon poing s’enfonça dans le crâne de Raynare dans un bruit de rupture cruel, puis continua à appuyer encore plus fort. La force de l’impact l’envoya voler en arrière à travers la pièce.

Crash ! L’ange déchu s’est écrasé contre le mur du fond, creusant un trou béant dans l’édifice de pierre et projetant de la poussière dans l’air. Lorsque le nuage s’est enfin dissipé, je l’ai vue étendue sur le sol à l’extérieur. Raynare ne bougeait pas. Je ne pouvais pas dire si elle était morte ou non, mais quoi qu’il en soit, elle n’était clairement pas prête à se relever.

“C’est bien fait pour toi.” Je frisai mes lèvres en un léger sourire. Vraiment, ça m’avait fait du bien.

Mais il n’a pas fallu longtemps pour que mon exultation se transforme en angoisse.

“…Asia.”

Je ne la verrais plus jamais sourire.

Ayant dépensé toute mon énergie pour vaincre l’ange déchu, je m’affaissai faiblement sur le sol. Soudain, quelqu’un m’a attrapé par l’épaule. C’était Kiba.

“Regarde-toi, tu as vaincu un ange déchu tout seul”, dit-il en m’aidant à rester debout. À ma grande surprise, il n’avait pas l’air très en forme lui-même.

“Qu’est-ce qui t’a retenu ?

Kiba laissa échapper un petit rire. “On m’a demandé de rester en arrière.”

Rias ?

“C’est vrai. Je t’ai fait confiance pour vaincre Raynare tout seul.” Je me suis tourné vers la nouvelle voix et j’ai trouvé Rias qui s’approchait de moi avec un sourire doux et un mouvement de ses cheveux cramoisis.

“Prez ? D’où viens-tu ?”

“Du sous-sol. Une fois mon travail terminé, j’ai utilisé le cercle magique pour venir ici. Je ne m’étais jamais téléporté dans une église auparavant. J’avoue que j’étais un peu inquiète”, dit-elle en soupirant.

C’est donc comme ça qu’elle est arrivée en même temps que Kiba et Koneko. Cela devait signifier qu’ils avaient vaincu les prêtres. Ces gars-là n’auraient pas eu beaucoup de chance contre Rias.

À ce moment-là, Koneko est passée devant moi d’un pas vif. Où va-t-elle ? me demandai-je.

Rias s’est rapprochée et s’est plantée juste en face de moi. “Je suis contente de voir que tu as gagné.”

“P-Prez… Ha, je crois que j’ai gagné, n’est-ce pas ?”

“Merveilleux. Je n’en attendais pas moins d’un membre de ma Familia.” Elle laissa échapper un petit rire avant de froncer le nez.

“Oh là là, c’est le bordel ici. Présidente, est-ce que vous allez bien ?” Akeno avait l’air troublé.

“…Quelque chose ne va pas ?” demandai-je nerveusement.

“Les églises sont le domaine de Dieu, ou plutôt des religions qui lui sont dédiées, même si elles sont utilisées par des anges déchus. Normalement, si des démons comme nous détruisaient une église de la sorte, nous risquerions d’être la cible d’un assassinat.”

S-sérieusement ?!

“On devrait s’en sortir cette fois-ci.”

“…Pourquoi ça ?”

“Ce bâtiment était abandonné depuis un certain temps. Une bande d’anges déchus et leurs disciples ont pu l’utiliser, et il est possible que nous nous soyons battus avec eux, mais nous n’avons pas officiellement pénétré sur leur territoire. Cela aurait pu déclencher une guerre. Mais ce n’était qu’une petite bagarre entre un démon et un ange déchu. Ce genre de choses arrive souvent. On devrait s’en sortir.”

C’est vrai… On peut dire ça comme ça, pensai-je, soulagé. “Président, je l’ai amenée.” Koneko est réapparue par le trou qui avait été creusé dans le mur, traînant un lourd fardeau derrière elle.

Elle ramenait Raynare inconsciente à l’intérieur par l’une de ses ailes noires difformes. Attends, “ramenait”… ? C’est une façon intéressante de le dire.

“Merci, Koneko. Et si on la réveillait ? Akeno ?”

“Très bien.” Akeno leva la main et une boule pâle de quelque chose qui ressemblait à de l’eau flotta devant elle.

Un autre de ses pouvoirs démoniaques ? Je suppose.

Akeno laissa tomber la masse aérienne directement sur l’ange déchu, l’inondant d’eau.

Il y eut une forte éclaboussure, suivie d’une toux gargouillant. Raynare ouvrit lentement les yeux et découvrit Rias qui la regardait de haut.

” Enchantée de te rencontrer, ange déchu Raynare. ”

“…La fille Gremory… ?”

“Salutations. Je suis Rias Gremory, la prochaine dirigeante de la maison Gremory”, dit la présidente avec un sourire serein. “C’est un plaisir de faire ta connaissance. Quel dommage que nous n’ayons pas beaucoup de temps pour discuter.”

Raynare lui jeta un regard noir avant de se fendre d’un rictus. “…Vous pensez m’avoir battu, mais vous vous trompez. Nous avons peut-être caché notre plan aux supérieurs, mais d’autres anges déchus travaillent avec moi. Une fois qu’ils auront compris que je suis en danger, ils…”

“Je crains qu’ils ne viennent pas.” Rias lui coupa la parole. “J’ai déjà éliminé les anges déchus Kalavana, Dohnaseek et Mittelt.

“Tu mens !” Raynare se rebiffa, se redressant.

Rias sortit trois grandes plumes noires de sa poche. “Elles leur appartenaient. Ils étaient tes frères, alors tu peux les différencier, je présume ?”

À cette vue, l’expression de Raynare s’assombrit. Il semblait que Rias disait la vérité.

“J’ai deviné que plusieurs anges déchus complotaient dans cette ville lorsque Dohnaseek a attaqué Issei pour la première fois. J’ai supposé à l’époque qu’ils travaillaient sur quelque chose de collectif et j’ai donc choisi de l’ignorer. Même moi, je ne suis pas assez folle pour m’attaquer à vous tous, toute seule. Mais j’ai entendu dire que vos associés se cachaient dans l’ombre, essayant de faire profil bas, alors j’ai emmené Akeno avec moi, pensant leur parler. Et tu veux savoir un truc ? Ils ont dévoilé tout votre plan sans que j’aie besoin de leur demander. En vous aidant, ils espéraient améliorer leur propre statut dans votre société. Les minables de ce genre ont la fâcheuse habitude de se vanter de l’intelligence qu’ils croient avoir.” Rias tordit ses lèvres avec mépris. Raynare ne put que serrer les dents de frustration.

“Deux jeunes femmes qui les approchent seules ? Ils ont dû nous sous-estimer. Ils nous ont tout raconté, pensant qu’ils nous tueraient de toute façon.” Rias ricana. ” Quelle bêtise. Ce sont eux qui ont trouvé la mort. Tu avais des complices assez pitoyables qui travaillaient sur ton petit plan.”

C’était donc ça. C’est ce que Rias avait voulu dire par “affaires urgentes”. Exterminer les autres anges déchus… Elle avait voulu m’aider dès le début… même si j’avais été si désagréable avec elle… Je me suis maudit. Pourquoi devais-je toujours laisser mes émotions prendre le dessus ?

“Elle peut abattre n’importe quel ennemi d’un seul coup. La fille bien-aimée du duc est vraiment douée dans l’art de la destruction. Malgré son jeune âge, la présidente est reconnue comme un génie dans la société démoniaque “, me chuchota Kiba en vantant les mérites de Rias.

“Certains l’appellent même la princesse aux cheveux cramoisis de l’Annihilation”, ajoute Akeno avec un léger rire.

P-Princesse de l’Annihilation… ? Quel surnom terrifiant…et je fais partie de sa Familia… Je ne savais plus quoi penser…

Rias jeta un coup d’œil à mon bras gauche, au gantelet qui l’équipait encore.

“Le Dragon Rouge. Cette marque n’était pas là avant… Je vois…” Je me faisais peut-être des idées, mais Rias avait l’air presque surprise.

“Cela explique comment Issei a pu vaincre un ange déchu “, murmura-t-elle à voix basse. “Tu vois ça, Raynare ? Tu n’as pas été vaincu par un Double Critique après tout. Le Sacred Gear d’Issei Hyoudou est bien plus spécial que cela.”

L’ange déchu haussa un sourcil, sceptique.

“Le Boosted gear, le gantelet de L’Empereur Dragon Rouge, le plus rare des rares”, continua Rias. “L’emblème du dragon rouge en est la preuve. Je suis sûr que même toi, tu dois savoir ce que cela signifie.”

En entendant cette explication, la bouche de Raynare s’ouvrit sous le choc. ” L-le Boosted Gear… L’un des Longinus sacrés, destructeurs de dieux… On dit qu’il est capable de conférer une puissance supérieure à celle de Satan ou de Dieu… Tu es en train de me dire que ce garçon manie une arme aussi dévastatrice ? !”

Rias se retourne vers moi. “Si les légendes sont vraies, alors ce Boosted Gear double la puissance de celui qui le manie toutes les dix secondes. Même si tu commences au niveau 1, tu peux surpasser les démons et les anges déchus les plus hauts gradés avec suffisamment de temps. Qui sait, si tu arrives à le maîtriser, tu pourras peut-être même vaincre Dieu lui-même.”

Sérieusement, Rias ? Je peux même vaincre Dieu ?! C’est ça, le pouvoir caché de ce Sacred Gear ? En effet, un emblème représentant un dragon rouge était gravé à l’arrière du gantelet. C’était sans doute pour ça qu’il sonnait Boost ! en permanence. À chaque fois, il devait doubler ma puissance. Cela expliquait certainement pourquoi je devenais de plus en plus fort. Cela pouvait-il aussi expliquer pourquoi Raynare était soudain devenu si terrifié par moi vers la fin de notre combat ?

Quel formidable Sacred Gear… J’ai reporté mon regard sur l’arme qui entourait mon bras gauche avec une nervosité renouvelée. Le Boosted Gear. Mon Sacred Gear. Je n’arrive toujours pas à y croire… Cela signifie-t-il que l’on m’a promis une sorte d’ascension légendaire dans les rangs de la race démoniaque ? !

“Aussi puissant soit-il, un Sacred Gear qui nécessite autant de temps pour être chargé comporte des risques considérables. Peu d’adversaires resteraient les bras croisés en attendant qu’il atteigne son plein potentiel. Heureusement pour toi, Raynare s’est un peu emballée.”

Ugh. Rias venait de taper là ou ça fait mal. Elle avait raison, bien sûr. Il était insensé de penser qu’un adversaire allait attendre et me laisser atteindre mon plein potentiel. En d’autres termes, mon Sacred Gear était immensément puissant, mais il comportait aussi une faiblesse notable.

Rias s’avança vers moi. Une odeur douce et enivrante émanait de ses cheveux cramoisis.

Elle me caressa doucement la tête en parlant. ” Très intéressant. Je suis ravie de t’avoir comme serviteur, Issei. Je ne pourrai peut-être pas contenir mon affection pour toi.” Sur ce, elle laissa échapper un léger gloussement. Bien qu’elle m’ait regardé avec gentillesse, je tremblais d’une terreur d’une toute autre nature.

“P-Prez…”

“Qu’y a-t-il ?” demanda-t-elle, le sourire inébranlable.

Pris d’un sentiment de honte, j’ai baissé la tête devant elle. “Je suis désolé, j’ai dit des choses horribles tout à l’heure… Je pensais que tu n’allais pas aider Asia, mais j’avais tort… Je n’avais aucune idée que tu faisais autant d’efforts…” Je lui devais mes plus sincères excuses. J’avais cru qu’elle était vraiment un démon au cœur froid, alors je lui avais lancé insultes sur insultes. Maintenant que tout était terminé, je ne pouvais que m’excuser.

Étonnamment, Rias n’a pas semblé gênée. Elle a continué à me caresser la tête. Avant même que je m’en rende compte, des larmes ont commencé à couler sur mes joues. Je n’avais pas réussi à atteindre mon but.

“P-Prez… Je n’ai pas pu… sauver Asia…”

“Il n’y a pas lieu de pleurer. Personne ne peut te blâmer pour ce qui s’est passé.”

“Mais… Mais je…”

Elle a essuyé mes larmes du bout du doigt. “Ne t’en veux pas. Tu es encore en train de t’habituer à être un démon. Tu as encore beaucoup à apprendre, c’est tout ce qu’il y a à savoir. Améliore-toi. Deviens plus fort. Je vais te faire travailler dur à partir de maintenant, alors sois prêt, Issei le Pion.”

“D’accord…

Je dois faire de mon mieux. Je vais devenir plus fort, quoi qu’il arrive ! J’ai gravé ces mots dans mon cœur.

“Maintenant, il est temps que je finisse mon travail.” Sur ce, le regard de Rias devint glacial et impitoyable. Elle s’approcha de Raynare. L’ange déchu était manifestement terrifié.

“Va-t’en.” Le ton de Rias était plus froid que froid, débordant d’intentions meurtrières. ” Bien sûr, je vais également te reprendre ce Sacred Gear. ”

” T-tu te moques de moi ! Ce pouvoir de guérison est pour Azazel et Shemhazai…”

“C’est une chose merveilleuse que de vivre sa vie pour l’amour, mais je crains que tu ne sois un individu un peu vicié qui manque de sens de l’élégance. Je ne peux pas le pardonner.” Rias fixa Raynare dans son regard.

Il ne faisait aucun doute que Rias avait l’intention d’anéantir Raynare.

“Ça vous dérange si je passe ?” À cet instant, une silhouette apparut dans le trou béant du mur. C’était le prêtre-Freed Sellzen.

Ce fou ! Qu’est-ce qu’il fait ici après avoir tourné les talons comme ça !

“Whoa ! On dirait que mon patron est dans le pétrin ! Que dois-je faire ?”

” Aide-moi ! ” Raynare lui cria. ” Nomme ta récompense, je te l’offre ! ”

Freed se fendit d’un rictus lubrique. “Hmm. Hmm. Un ordre de mon cher ange ? Je peux coucher avec toi, alors ? J’ai toujours voulu baiser un ange. Quel plus grand honneur pourrait-il y avoir ? Quel meilleur moyen d’élever mon statut ?”

“Urgh… Arrête de faire le con et aide-moi !” Le visage de Raynare se contorsionna sous l’effet de la colère. Elle semblait frénétiquement vouloir s’enfuir.

Raynare commençait à s’impatienter. Si j’avais pu lire dans ses pensées, j’aurais parié qu’elle pensait sans doute que ce minable humain ne me trahirait jamais !

“Oh, non, non, non, non, non, non, non. Je suis sérieux… Cette simple demande ne devrait pas être de trop, n’est-ce pas, mon cher ange ? C’est le cas ? Oh, je vois. Dans ce cas, je vais vous dire adieu. Après tout, ce serait un sacré pari. Peu importe comment on voit les choses, les chances ne sont pas en ma faveur.” Freed tournait d’un côté à l’autre, s’amusant visiblement.

” Tu es un prêtre, n’est-ce pas ? Alors sauve-moi ! Tu vis pour me servir, toi

-”

“Je refuse de travailler pour une patronne qui se laisserait battre par un petit démon. Aussi agréable à regarder que tu sois, tu n’as pas beaucoup de cervelle dans ta haute tête. Au mieux, tu es un bon fourrage pour mes fantasmes charnels, alors tu ferais mieux de te casser d’ici. Mais en tant qu’ange déchu abandonné par Dieu, tu n’iras ni au paradis ni en enfer. L’oubli t’attend ! Le néant à l’état pur ! Ah, il ne restera rien de toi. Il n’y a rien d’autre que les Trois joyaux du refuge ! Eh, attendez… C’est du bouddhisme ! Et moi, je suis censé être chrétien ! Je suis bête !” Sur ce, Freed sembla se désintéresser totalement de Raynare.

Le visage de l’ange déchu se remplit de désespoir. J’avais presque pitié d’elle. Raynare n’était plus que l’ombre de la figure avide de pouvoir et destructrice qu’elle s’était taillée peu de temps auparavant.

Freed me fixa avec un large sourire. Hein ? Pourquoi moi ? pensai-je, dépité. “Issei, Issei, Issei. Quelle merveilleuse capacité tu as là ! Tu m’as tapé dans l’oeil ! Tu feras une bonne victime, c’est sûr ! Félicitations, tu fais partie de mon top 5 des démons à exterminer ! La prochaine fois que nous nous rencontrerons, que dirais-tu d’un combat à mort romantique et passionné ?”

Un frisson glacial me parcourut l’échine. Ce prêtre psychopathe avait beau sourire, son attitude empestait la faim de mort. Il venait de me lancer un défi, non, de m’annoncer mon propre meurtre.

“Alors, tout le monde, au revoir ! N’oubliez pas de vous brosser les dents !” D’un geste désinvolte de la main, il disparut aussi vite qu’il était arrivé. Quelque chose me disait que je le reverrais. Ce n’était pas vraiment une prémonition, mais quelque chose de plus troublant.

“On dirait que ton propre serviteur t’a abandonné, ange déchu Raynare. Pauvre petite chose.” Malgré ses paroles, il n’y avait pas la moindre trace de sympathie dans la voix de Rias, et l’ange déchu commença à frémir visiblement d’inquiétude.

Peut-être était-ce parce que je ne l’avais connue que sous le nom de Yuuma, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir un peu de pitié pour elle. Même si toute sa mascarade de petite amie n’était qu’un stratagème pour m’attirer dans son piège. Raynare me fixa, ses yeux brillants d’amour et d’affection.

“Issei ! Aide-moi ! ” C’était la voix de Yuuma. “Le démon va me tuer ! Je t’aime ! Je t’aime, Issei ! S’il te plaît, aide-moi à la vaincre ! ” Raynare jouait à nouveau le rôle de mon ancienne petite amie, me suppliant en larmes de lui sauver la vie.

J’ai été idiot de me sentir désolé pour toi, Yuuma. “Au revoir, mon amour… Prez, je ne peux pas faire ça…” En entendant mes derniers mots, l’expression de l’ange déchu s’est figée dans une horreur abjecte.

“…Tu as joué avec les émotions de mon servant pour la dernière fois. Disparais de ma vue.”

Boom ! Rias fit jaillir une puissance démoniaque de la paume de sa main, anéantissant complètement l’ange déchu. Il ne restait plus que mes vagues émotions persistantes et une plume noire égarée qui glissait dans l’air.

Une lumière vert pâle emplit l’église. C’était le Sacred Gear d’Asia. La défaite de Raynare semblait l’avoir libéré. Il m’enveloppa d’une lueur chaude et réconfortante tandis que Rias le prenait dans sa main.

“Maintenant, rendons-le à sa propriétaire légitime.”

” M-mais elle est déjà… ” Elle était déjà morte. Je l’avais trahie. J’avais juré de la protéger ! J’avais juré de la sauver ! J’avais peut-être vaincu Raynare, mais à quoi tout cela avait-il servi si je n’avais même pas pu sauver Asia ?

Non, me suis-je dit. Ce genre d’attitude est une trahison envers mes amis. Ils s’étaient battus à mes côtés, pour moi et pour Asia. Ils n’avaient aucun intérêt personnel dans cette affaire.

“…Prez, tout le monde, je vous suis vraiment reconnaissant pour tout ce que vous avez fait. Mais Asia…”

“Issei, sais-tu ce que c’est ?” demande Rias en sortant une petite chose de sa poche.

L’objet était petit et de la couleur d’un cramoisi sanguin, presque de la même teinte que ses cheveux. Une pièce d’échecs.

“Hein ?”

“C’est une pièce de fou, Issei.”

“…Quoi ?” J’étais tellement surpris par sa réponse que je ne savais pas quoi dire d’autre.

“J’ai omis de le mentionner plus tôt, mais les nobles démons reçoivent au total quinze pièces maléfiques : huit pions, deux cavaliers, deux fous, deux tours et une reine. Ce sont les mêmes que l’on trouve dans une vraie partie d’échecs. J’ai déjà utilisé un de mes fous, mais il m’en reste un.

Rias s’approcha d’Asia. La nonne avait l’air si paisible dans la mort qu’on aurait pu croire qu’elle ne faisait que dormir. Rias plaça la pièce de fou cramoisie sur la poitrine d’Asia.

“Le rôle du Fou est de protéger et de soutenir les autres démons de la Familia. La capacité de guérison de cette fille sera certainement utile. C’est peut-être sans précédent, mais notre bonne sœur est sur le point de renaître dans le monde souterrain.” Une énergie sombre et cramoisie commença à émaner autour du corps de Rias. “Moi, Rias Gremory, je t’appelle, Asia Argento ! Réponds à mon appel ! Renvoie ton âme des ombres de la mort et ressuscite en tant que mon serviteur démoniaque. Réjouis-toi, car la vie t’a été redonnée en tant que mon évêque !”

La pièce d’échecs émet une brillante lueur rouge foncé avant de s’enfoncer dans la poitrine d’Asia. Au même moment, le Sacred Gear d’Asia laissa échapper une lumière vert pâle et s’enfonça à nouveau à l’intérieur d’elle. Rias observa la scène pendant un long moment avant de laisser retomber sa formidable énergie et de pousser un profond soupir.

J’ai regardé Asia ouvrir les yeux, en transe. J’avais du mal à contenir mes émotions.

“Hein ?” C’était la voix d’Asia. J’avais cru ne plus jamais l’entendre.

Rias m’a adressé un sourire bienveillant. “Je ne vais pas en faire une habitude, mais je l’ai ressuscitée. Son pouvoir de guérison peut être utile. À partir de maintenant, Issei, c’est à toi de la protéger. Après tout, tu es son aîné maintenant.”

Asia se redressa. Elle jeta un coup d’œil autour de la pièce pendant une seconde avant que son regard ne se pose sur moi. “…Issei ?” Elle a penché la tête en signe d’incompréhension.

Je l’ai serrée chaleureusement dans mes bras. “Rentrons à la maison, Asia.”

error: Contenue protégé - World-Novel