Accueil Article 1746-chapitre-10

1746-chapitre-10

Chapitre 10 – Vie académique (3)

Pram Schneizer étirait légèrement son corps dans le gymnase. Il donnait l’impression d’être très jeune, son visage dégageait une allure svelte. Ses sourcils plutôt féminins et ses longs cils ne faisaient qu’accentuer sa beauté.

“Qu’est-ce que c’est que cette adorable petite chose ?!” s’exclama Romantica.

Desir est d’accord avec elle : “Pram a vraiment un côté mignon.”

Romantica secoua violemment la tête de gauche à droite. “Un côté mignon ? C’est faux ! Ce n’est pas un côté, c’est la mignonnerie incarnée ! Comment ça se fait que je ne savais pas qu’il y avait un enfant comme ça ici ?” Romantica a débité des absurdités. “Il est si mignon ! Super mignon ! J’en veux un. Où puis-je m’en procurer un ? J’utiliserai toute ma fortune s’il le faut !”

Les yeux de Desir se sont rétrécis. “Une grande épée… ?” Desir parlait avec anxiété.

Romantica a applaudi et s’est penché en avant. “Le meilleur épéiste de la classe Bêta. Je suis impatient de voir ça.”

L’adversaire de Pram était un chevalier de la classe Alpha.

Percival Ahsegunits.

Ayant appris le maniement de l’épée auprès d’un chevalier officiel, il était un adversaire pour le moins solide. Il avait sorti son épée, qui était attachée à sa taille par un fourreau. L’épée semblait être une épée large en bois, un mélange entre une épée longue et une épée courte. Percival a fixé Pram d’un regard menaçant et sauvage. Pram a posé sa main droite sur sa poitrine et a baissé la tête comme pour saluer son adversaire d’une révérence respectueuse.

“Classe Bêta. Je suis Pram Schneizer.”

“Je n’ai pas besoin de me présenter à un déchet de la Classe Bêta.”

Alors que tous deux étaient fixés l’un sur l’autre, l’arbitre a abaissé son drapeau annonçant le début du combat.

“Hiyat !”

Le premier à bouger fut Pram. Il a chargé son adversaire, gardant son intimidante grande épée près de lui. Dès qu’il s’est approché de son adversaire, il a rapidement décoché un puissant coup horizontal sur Percival. Percival a été obligé de bloquer cette attaque avec son épée.

Lorsque les deux épées en bois se sont entrechoquées, le bruit provoqué par une telle collision a souligné la force des deux guerriers.

Percival a réussi à bloquer l’attaque de Pram mais le choc provoqué par leur affrontement a laissé le visage de Percival brièvement raidi. Pram l’a remarqué et a profité pleinement de cette brève ouverture. Il a continué à presser son adversaire, déchaînant un barrage de lourdes frappes. Même si Percival répondait à chacune des attaques de Pram, il essayait désespérément de créer une distance entre eux pour contre-attaquer, mais en vain. Pram était déterminé à ne pas lui laisser d’espace pour respirer. Il avait réussi à pousser Percival jusqu’au bord du plateau.

Desir a observé le combat avec une expression sombre. Ce n’était pas le Pram auquel il s’attendait. La force de Pram ne réside pas dans son utilisation d’une grande épée. Tous ses mouvements étaient simples et émoussés. En fait, Pram aurait dû utiliser une rapière, une arme qui correspondait parfaitement à son style d’épéiste rapide et précis, et non quelque chose d’aussi terne qu’une grande épée. A ce moment, Desir s’est demandé,

Pourquoi n’utilise-t-il pas une rapière ? Les inquiétudes de Desir sont vite devenues réalité.

Le combat était simple. Pram a balancé son épée sans trop y réfléchir, tandis que Percival a simplement bloqué toutes ses attaques. Même si tout semblait simple, balancer une si grande épée épuisait l’endurance de Pram.

Percival a opportunément fait un bond en avant et a commencé à attaquer furieusement Pram. En un instant, le cours du combat avait basculé en faveur de Percival. Pram tomba en arrière et s’effondra presque, désemparé par le changement soudain de position de Percival. Les attaques de Percival étaient extrêmement puissantes et précises, ne laissant à Pram aucun espace pour réajuster sa défense. Comme prévu, le manque d’expertise de Pram en matière de grande épée allait avoir raison de lui.  Après avoir bloqué plusieurs attaques, l’endurance de Pram était complètement épuisée. Alors qu’il levait sa grande épée pour bloquer une attaque imminente, il a tordu son poignet droit.

“Kuaaap !”

Dans un combat entre épéistes, une brève ouverture est de la plus haute importance. C’était d’autant plus vrai si l’on était bombardé d’attaques. Percival poussa un rugissement féroce en bondissant, frappant le côté de l’épée blanche maladroitement tenue. Le poignet de Pram n’a pas pu résister à l’impact et il a été forcé de lâcher l’arme lourde. “Kuok !”

La grande épée en bois s’est envolée dans les airs. Elle tourna plusieurs fois sur elle-même et retomba pathétiquement sur le sol.

Le vainqueur était décidé.

Pram avait perdu.

Alors que Pram fixait son arme, il poussa un soupir et inclina la tête. “J’ai perdu.”

Contrairement aux attentes de Desir, la bataille s’est terminée de manière plutôt banale. Romantica a pris une expression incrédule, “Je suis sûr que tu as mentionné que ce gamin appelé Pram était un puissant épéiste, n’est-ce pas ? Quel genre d’épéiste se fatigue en balançant son épée ? Même un débutant ne fait pas une telle erreur.”

“Oui…” Répondit Desir à son insu.

Romantica a posé une main sur son menton. L’excitation dans ses yeux verts avait quasiment disparu.

“Il est mignon et tout, mais ça n’a rien à voir avec ses capacités au combat. S’il reste comme ça, il sera inutile de le recruter dans notre groupe. Pourquoi ne pas trouver un autre élève ?” Les paroles de Romantica reflétaient la réalité de la situation.

Un groupe se porte mieux sans avoir de membres faibles. Ils ne serviraient que de poids mort, tirant le groupe vers le bas au lieu de l’élever.

Si Desir ne connaissait pas déjà l’avenir de Pram, il aurait sûrement suivi le conseil de Romantica. Fixant Pram, Desir se leva soudainement de son siège et cria vers Percival. “Assez !”

Une bagarre avait éclaté entre eux deux. Pram était à terre tandis que Percival était debout devant lui, le poing levé. Percival avait déclenché cette bagarre en donnant le premier coup de poing. Il a tourné la tête vers l’endroit d’où venait le bruit et a remarqué que Desir s’approchait de lui.

Percival a gloussé. “Ha.” Son gloussement était rempli de dérision.

Il a pointé son épée en bois vers Pram et a dit “Si tu ne veux pas finir comme lui, tu ferais mieux de déguerpir.”

Desir soupira. Le monde a son lot de personnes qui résolvent tout par la violence.

“Pourquoi fais-tu cela ?”

Percival n’a pas répondu. À ce moment-là, Pram s’est levé du sol. Sa tenue en lambeaux était tachée de terre. Il a frotté sa joue rougie et a dit : “Bon sang, la classe Alpha, c’est quelque chose. Ça t’a mis en colère de te faire bousculer par un Classe Bêta, ne serait-ce qu’un instant ?”

Le garçon avait visé juste.

Il avait même un peu trop raison.

Les yeux de Percival se sont illuminés de colère et il a brandi son épée en bois.

L’épée en bois a rapidement volé vers la tête de Pram avec la pleine intention de l’annihiler. Pram, incapable de faire quoi que ce soit, a fermé les yeux par réflexe.

Il a entendu le bruit de la frappe, mais quand il a réalisé qu’il n’avait pas qu’il ne ressentait pas la moindre douleur, il a lentement ouvert les yeux. Au début, il n’a remarqué que des fragments de bois éparpillés dans l’air et des gouttes de sang tombant sur le sol. Pourtant, il ne lui fallut que moins d’une seconde pour remarquer une épée en bois brisée et les bras de Desir, qui avaient bloqué l’attaque dirigée vers la tête de Pram.

Desir a parlé avec une voix étonnamment calme. “Tu allais ‘vraiment’ le frapper.”

La main droite de Desir était serrée en un poing. Percival ne pouvait en croire ses yeux. Il a bloqué ça ?

C’était une frappe incroyablement rapide. Elle avait été faite dans le feu de l’action et sous le coup de la colère. Mais après avoir balancé l’arme de toute sa force, l’idée qu’elle aurait pu être bloquée n’avait même pas traversé l’esprit de Percival. Une seule goutte de sueur froide a coulé le long de la colonne vertébrale de Percival. “A-alors quoi ?”

Desir a pris une grande inspiration et a commencé à fixer Percival. Percival avait l’impression que le regard pénétrant de Desir était un abîme sombre qui pouvait l’avaler tout entier. “Le combat est terminé. Tu as gagné. Que veux-tu de plus ?”

Les yeux de Desir étaient complètement vides de toute émotion. Aucune colère, aucune peur, aucune irritation n’était montrée. Il fixait simplement Percival. Sans que Percival s’en soit rendu compte, il émanait de Desir une atmosphère incompréhensible et étrange qui le laissait abasourdi et sans souffle. Percival avait déjà ressenti quelque chose comme ça auparavant. Il se souvenait d’une époque où il était très jeune. Le général vétéran bien informé qui lui avait tout appris fixait Percival avec les mêmes yeux à chaque fois qu’il faisait une erreur.

“Sois heureux qu’un professeur ne soit pas là en ce moment. Si un professeur avait vu ta conduite à l’instant…” Desir s’est exclamé.

“Ne me fais pas la morale.” Percival a répliqué.

Percival a rapidement fait demi-tour et est parti pour aller ailleurs. Comme s’il ne voulait pas rester à cet endroit une seconde de plus, Percival a quitté la vue de Desir en courant à moitié.

***

Le bras de Desir avait pris un sérieux coup. L’endroit où il avait bloqué l’épée en bois était gonflé, et la zone autour de la blessure était devenue noire et rouge avec des contusions. Le fait que l’os n’ait pas été cassé était un point positif. Les éclats de bois ont été retirés et sa blessure a été soigneusement désinfectée et bandée.

“Votre blessure vous fait très mal, non ?” a demandé Pram, inquiet.

Après s’être installé à l’infirmerie, Pram avait commencé à prodiguer les premiers soins à Desir. Il a soigneusement enroulé des bandages autour de la blessure, en s’assurant qu’ils ne se défassent pas. Pour une raison étrange, les extrémités des bandages étaient attachées en un ruban. Desir a dû retenir son rire à ce sujet. C’était vraiment un travail méticuleux.

“Je suis vraiment désolé.” Pram était au bord des larmes.

Il regardait fixement le bras de Desir enveloppé de bandages. Même maintenant, le sang suintait à travers les bandages.

“Je suis vraiment désolé. La vie va être beaucoup plus dure avec un bras droit blessé comme le vôtre.”

“Ce n’est pas grave. C’est moi qui ai décidé d’intervenir.”

“Non, non. C’est de ma faute. Si je ne prends pas mes responsabilités…”

“Je vous l’ai dit, c’est bon.”

“Eh bien, si vous le dite…”

Même en disant cela, Pram restait agité.

“Sérieusement, ne vous inquiétez pas pour ça.” a dit Desir, essayant d’apaiser les inquiétudes de Pram.

“Mais…”

Pram a pris place à côté de Desir et lui a lancé un regard abattu.

“Vous vous êtes fait un ennemi dans la classe Alpha juste pour aider quelqu’un que vous ne connaissez pas.”

“J’en étais bien conscient dès que j’ai décidé d’intervenir.”

Quand Desir a dit ça, Pram a levé la tête. Ses yeux étaient remplis de surprise et d’admiration. “En tout cas, merci. Je ne l’oublierai jamais.”

“Ce n’était rien.”

“Ah !”

Pram a soudainement réalisé quelque chose.

“Maintenant que j’y pense, on s’est juste appelé “vous”.”

Un rire léger a été échangé entre les deux hommes.

Pram se montra du doigt et dit, “Je suis Pram Schneizer.”

“Desir Arman. Ravi de vous rencontrer, M. Schneizer.”

“Il n’y a pas besoin de s’adresser à moi avec une telle formalité.”

“Hmm, si c’est le cas… Schneizer ?”

Pram a secoué sa tête. “Non, non. Appelez-moi Pram. Vous pouvez parler avec moi de façon décontractée.”

Desir a parlé d’un air vaincu, “D’accord, Pram. Ça te convient ?”

Le visage de Pram s’est illuminé dès qu’il a entendu Desir concéder. Il était vraiment heureux.

error: Contenue protégé - World-Novel