Accueil Article 4578-chapitre-176

4578-chapitre-176

Chapitre 176 – Célébrité (5)

Je ne pense pas qu’il soit un très bon mage, car je ne me souviens pas de son nom, même s’il est au 5ème cercle.

Au moins, Desir s’efforçait de se souvenir du nom de tous ceux avec qui il travaillait dans le Labyrinthe des Ombres. Surtout ceux qui en étaient capables.

Cependant, il ne se souvenait pas du tout du nom de Sardek Genoisa. C’était une preuve supplémentaire du fait qu’il n’avait pas tenu longtemps et qu’il était mort prématurément dans le Labyrinthe des Ombres.

Sardek sourit, mais maintenant que Desir avait l’occasion de le scruter, il se rendit compte qu’il était légèrement sarcastique.

“Je sais que mon cadet, qui fréquente encore l’Académie d’Hebrion, est excellent. Mais cet excellent soldat peut-il également faire preuve d’une compétence similaire dans le rôle de commandant ?”

“Suggérez-vous que je suis inapte à être commandant ?”

Sardek parla avec des gestes exagérés.

“Qu’entendez-vous par “inapte” ? Qui pourrait dire que vous n’êtes pas fait pour cela ? Je dis simplement qu’il y a quelqu’un d’autre de plus expérimenté qui pourrait être un peu plus apte à remplir une mission aussi importante.”

Desir comprit ce que Sardek essayait de dire.

“Vous vous proposez vous-même ?”

“Exactement.”

L’expression du visage de Sadek ne changea pas le moins du monde. Il avait apparemment la peau très dure, capable de dissimuler une telle impudence sans qu’elle ne transparaisse le moins du monde. À ce stade de l’interaction, il n’avait rien dit qui puisse être qualifié d’arrogant, mais ses actes et ses gestes en disaient long. C’était comme s’il attendait et appâtait l’autre partie pour qu’elle exprime son intention de son propre chef.

“J’ai dirigé les Forces d’Intervention de l’homonculus avant même que ces unités de guérilla ne soient conçues. Je pense que je suis plus apte en me basant sur mon expérience à diriger un grand nombre de personnel ainsi que sur le fait que mon expérience jouera probablement un rôle clé dans la bataille contre la cible, l’homonculus. Qu’en pensez-vous ?”

Desir lui coupa la parole.

“Je vais refuser votre offre de prendre le commandement. Profitez de votre grande expérience et jouez un rôle actif dans les combats.”

Non seulement cette question avait déjà été tranchée par le comité de guerre, mais Desir avait décidé qu’il valait mieux diriger lui-même l’opération si celui qui en prenait le contrôle n’était pas quelqu’un à qui il pouvait le confier.

Mais Sardek ne se laissa pas faire. Son ton changea pour devenir quelque chose de visqueux et de gras.

“J’ai été diplômé de l’Académie d’Hebrion et j’ai atteint le 5ème cercle. Mais mon rang n’est toujours que celui de Major, pour une raison ou une autre.”

Il orienta soudain la conversation dans une direction complètement différente.

“Ne pensez-vous pas que l’élite de l’Académie d’Hebrion devrait bénéficier d’un traitement spécial ? Je dois être promu pour ne pas déshonorer la réputation de l’Académie d’Hebrion.”

Desir n’avait pas l’impression qu’il était utile de divertir cet imbécile, car il s’éloignait de plus en plus de son point de départ.

“Cela ne semble pas être un sujet qui mérite d’être discuté maintenant. Notre plan d’action a été décidé, et le temps est compté. Veuillez commencer à vous préparer à partir, maintenant.”

“Je sais que cette opération est importante. Si je réussis à la mener, je serai certainement promu.”

“… …”

Il était persistant. Trop persistant.

“Aidons-nous mutuellement, puisque nous venons tous deux de l’Académie d’Hebrion.”

Desir rit.

“… Cela signifie que, puisque vous êtes un membre plus ancien de l’Académie d’Hebrion, je devrais vous confier le commandement ?”

Sardek était un mage du 5ème cercle censé être digne.

Desir, quant à lui, était un mage du 3ème cercle, et jeune de surcroît. Il serait étrange qu’il soit considéré comme expérimenté en raison de son âge.

Il pouvait donc comprendre la persistance de Sardek sur cette question, puisqu’il avait tout simplement considéré Desir comme peu fiable. Il n’y avait rien de pire que d’être entraîné sur un champ de bataille où la vie et la mort étaient en jeu, en suivant les ordres d’un chef peu fiable. Desir en avait fait l’expérience bien trop souvent.

C’est pourquoi il lui avait laissé une certaine marge de manœuvre dans son argumentation.

Cependant, après l’avoir laissé parler, il est clair que ce n’est pas le cas.

Sardek exigea le transfert du commandement, non pas en raison de ses propres capacités, mais parce qu’il était un élève plus ancien de l’Académie d’Hebrion.

Dans une situation où la vie de milliers de personnes était en jeu.

“Je ne pense pas que vous ayez ce qu’il faut pour commander cette unité.”

“Quoi ?”

“Si les Forces d’Intervention de l’homonculus avaient fait leur travail, cette unité n’aurait pas été créée.”

Desir tourna le dos au milieu de sa phrase et commença à s’éloigner.

“Attendez, attendez ! Pensez-vous que vous obtiendrez ma coopération si vous agissez de la sorte ?”

“Je n’ai pas besoin de votre coopération. Vous êtes exclu de cette opération.”

“Quoi ?”

Les yeux de Sardek s’écarquillèrent.

Il ne pensait pas que Desir serait aussi déraisonnable. Il n’avait osé agir de la sorte que parce qu’il était certain que Desir ne l’exclurait pas de l’équipe.

“Vous êtes fou. Je suis un mage du 5ème cercle. Vous excluez un tel magicien de l’opération ?”

Évidemment, le pouvoir d’un mage du 5ème cercle serait d’une grande aide dans une telle opération.

Cependant, Desir ne savait que trop bien qu’un allié incompétent serait bien plus effrayant que n’importe quel ennemi.

“Je suis impatient de vous voir obtenir de bons résultats ailleurs. J’espère vraiment que vous obtiendrez la promotion que vous méritez.”

“Ha !”

Sardek tourna les talons et s’éloigna précipitamment, le visage cimenté dans une expression hideuse.

Desir l’observa avec une expression dure qui révélait ce qu’il pensait d’un humain aussi pathétique.

Même s’il a les compétences d’un 5ème cercle, il ne peut pas être promu plus haut avec un tel comportement.

C’était exactement ce que Sardek avait dit à Desir : un bon soldat n’est pas assuré d’être un bon commandant. En fin de compte, Sardek s’était décrit lui-même.

***

Pendant ce temps, sur le front de bataille de l’est.

Une bataille féroce était en cours entre les Étrangers et l’Armée Impériales sur une colline voisine. Les Forces Impériales prenaient l’avantage sur leurs adversaires.

L’unité d’artillerie lançait divers sorts qui traversaient le ciel et atterrissaient sur la position défensive de l’adversaire.

Des explosions se produisirent et un brouillard fumant se répandit sur le champ de bataille.

Au premier rang du siège de la Citadelle de Jormungand, un mage solitaire au cercle inférieur se tenait à l’écart du groupe d’artillerie qui échangeait des coups avec les Étrangers. Il inversait rapidement les tirs en approche, protégeant à la fois les mages de l’artillerie et le groupe de cavalerie stationné sur le côté. Le soldat n’était autre que Desir, et son unité d’élite était actuellement montée à cheval, prête à charger l’ennemi à tout moment.

Desir regardait la situation de la bataille.

La guerre était actuellement en faveur de l’Armée Impériale. Leur avance n’était pas écrasante, mais ils continuaient à faire reculer les Étrangers et à renforcer ce léger avantage.

Alors que l’artillerie prenait une meilleure position, l’Armée Impériale pouvait continuer à réduire les forces des Étrangers sans subir de pertes significatives.

Si cette situation perdure, nous pourrons mettre fin à la guerre avec un minimum de pertes.

Ceux qui croyaient cela étaient naïfs.

Lorsque l’homonculus attaqueraient à nouveau, les Forces Alliées souffriraient grandement.

Le commandant de l’unité d’artillerie s’adressa à Desir.

“Je vais vous frayer un chemin dans un instant !”

Desir regarda les membres de son unité.

Tout le monde était nerveux, mais les membres du Groupe des Étourneaux étaient particulièrement tendus.

Le poids de cette opération semblait peser sur eux en particulier.

“Finissons-en rapidement et retournons à l’école.”

Sous ses encouragements, Pram et Romantica semblèrent se détendre un peu.

“Bien sûr !”

“Évidemment.”

Desir tenta de fixer à nouveau le regard vers l’avant, mais il sentit soudain une personne apparaître à côté de lui. Il se retourna et vit Ajest qui se tenait soudain là.

“Eh bien…”

Elle, qui parlait rarement, hésita… laissant sa bouche ouverte.

C’était étrange, car d’habitude elle parlait avec assurance sans la moindre hésitation dès qu’elle avait quelque chose à dire.

“Qu’est-ce qu’il y a ?”

Ajest fixa Desir, jusqu’à ce qu’il lui rende le contact visuel. L’interaction par le biais du contact visuel ne dura qu’un instant, mais s’étira jusqu’à l’éternité entre les deux.

“…Ne te blesse pas cette fois-ci.”

“Hein ?”

Ajest sembla un peu troublé.

“Chaque fois que quelque chose se produit, tu reviens blessé, parfois presque mort.”

Elle s’inquiétait visiblement pour Desir.

“Toi aussi, Ajest. Sois prudente.”

Desir sourit légèrement.

À ce moment-là, la voix du commandant de l’artillerie se fit entendre.

“Plus que trente secondes ! Unité de guérilla, préparez-vous !”

C’était le moment.

Le commandant de l’unité d’artillerie donna son ordre.

“Un tir de bombardement ! Ouvrez la voie à l’unité de guérilla !”

De nombreux mages commencèrent à calculer leurs sorts. Avec des douzaines de sorts se formant, chacun au-delà du 3ème cercle, le flux de mana jaillissant dans l’air était énorme.

Comme un torrent d’eau se libérant d’un barrage, les sorts jaillirent simultanément, s’écrasant contre la formation de combat des Étrangers.

*BANG*

“Kaaaaaah !”

Des cris retentirent. C’était leur signal.

Desir saisit ses rênes et cria.

“En avant !”

Au même moment, la guérilla de l’est se mit en mouvement. Une quarantaine de personnes chargèrent vers l’ennemi dévasté et désorienté.

Ils se dirigèrent vers une brèche dans les défenses de la citadelle, un endroit où il n’y avait pas de tranchées. Les Étrangers remarquèrent que le groupe fendait leur ligne de défense, mais il était bien trop tard.

“Ne les laissez pas passer !”

Ils pouvaient entendre les cris angoissés des Étrangers derrière eux, alors qu’ils continuaient leur charge.

Certains des Étrangers étaient mieux placés pour tenter une interception. Ils se hâtèrent de former une formation de fortune, tandis que leurs mages préparaient quelques sorts à la hâte.

Le problème, c’est que Desir avait anticipé la situation. Il inversa leurs sorts avant qu’ils ne puissent représenter une quelconque menace.

Tant que Desir était présent, les sorts de ce niveau étaient inutiles.

“Tenez bon !”

Les membres de l’unité de guérilla étaient l’élite des forces de l’Empire.

*Crash*

L’unité de guérilla traversa sans effort les Étrangers qui s’étaient mis en position pour les arrêter.

Les Étrangers ne reculèrent devant rien, déplaçant immédiatement des unités d’infanterie pour défendre leur artillerie menacée par l’unité de Desir.

Tous leurs mouvements trahissaient l’urgence de la situation.

Leur infanterie repositionnée à la hâte parvint à atteindre de justesse la cavalerie de Desir. La sagesse conventionnelle voulait que la cavalerie soit relativement faible face aux attaques d’infanterie sur n’importe quel flanc.

Cependant, une telle sagesse était inutile face à la magie d’Ajest qu’elle avait formatée un peu plus tôt.

[Cristal Hivernal]

Ce sort créait de la glace de haute intensité dans la forme souhaitée par le lanceur.

Une cloison glacée s’élevait sur les côtés de l’unité qui avançait. Elle était de taille imposante.

La solidité de la cloison était considérable. Il était impossible de la percer en peu de temps.

Les Étrangers n’avaient plus aucune option pour arrêter l’unité de guérilla. Ils n’avaient d’autre choix que de regarder l’unité de Desir filer.

error: Contenue protégé - World-Novel