Accueil Article 4380-chapitre-1310

4380-chapitre-1310

Chapitre 1310 – Abandonné

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Un Titan Corrompu…

Le visage de Sunny s’assombrit. Les souvenirs de Falcon Scott défilèrent dans son esprit, apportant avec eux un goût amer. C’était une autre ville qui avait été détruite par un Titan Corrompu, même si l’ampleur et la rapidité de la destruction étaient différentes.

Il resta silencieux quelques instants, puis demanda à voix basse :

“Les Titans ne sont-ils pas généralement… imposants ?”

Ananke hésita, puis haussa les épaules. Ses yeux azur étaient abattus.

“La plupart le sont. Mais certains ne le sont pas. De plus, les Souillés… étaient autrefois des humains. Leur chemin vers le pouvoir profane est unique.”

Il acquiesça, ressentant un profond malaise. Un Titan Corrompu… si l’une de ces Six Plaies était en effet aussi puissante que la Bête Hivernale, alors à quel point le Seigneur de l’Effroi serait-il terrifiant ?

Pourtant, Sunny ressentait un désir sombre et cinglant de tuer le Prince Fou.

C’était étrange, vraiment… il avait rencontré toutes sortes de Créatures du Cauchemar horribles, mais savoir que le meurtrier dément qui avait détruit Weave avait été un humain à une époque le remplissait d’une colère noire.

Jusqu’où une personne peut-elle tomber…

Odieux. Le Prince Fou, quel qu’il ait été avant de succomber à la Corruption, était tout simplement odieux. Une créature aussi vile n’avait pas le droit d’exister.

Sunny serra les dents en pensant au nombre d’abominations qu’il avait tuées par le passé et qui étaient, elles aussi, d’anciens humains. Après des milliers d’années de Corruption, la distinction était presque effacée, mais… ici, dans le Cauchemar, c’était différent.

Nephis, quant à elle, se posait une autre question. Regardant le paysage désolé de Weave en fronçant les sourcils, elle hésita quelques instants, puis demanda doucement :

“Ananke… vous avez dit que les Étrangers étaient les guerriers les plus puissants de votre cité. Le Prince Fou les a facilement tués. Cela ne veut-il pas dire qu’il aurait pu tuer tous les Nés du Fleuve aussi ? Pourquoi vous a-t-il épargné ?”

Sunny grimaça. Il se posait les mêmes questions, mais ne voulait pas en parler à voix haute, de peur de blesser la jeune prêtresse plus qu’elle ne l’avait déjà été.

Ananke resta silencieuse un moment, la tête baissée. Finalement, elle reprit son souffle et dit doucement :

“Peut-être voulait-il que nous souffrions plus longtemps. Peut-être avait-il besoin que nous vivions encore, pour une quelconque raison. Peut-être qu’il s’en fichait tout simplement. Les Nés du Fleuve… il en a tué quelques-uns. Cependant, il rangea son épée et s’agenouilla devant la jeune fille qu’il avait épargnée. C’était une enfant qui venait d’arriver de la Maison de la Jeunesse. Il lui a posé une question, puis il est parti.”

Sunny et Nephis se regardèrent sombrement. Elle demanda :

“Qu’a demandé le Souillé ?”

La jeune prêtresse s’attarda, puis secoua lentement la tête.

“Il lui a demandé… souhaites-tu vivre ? Elle répondit par l’affirmative. En entendant cela, le Prince Fou éclata de rire, essuya son épée ensanglantée sur sa tunique et disparut. Il n’est jamais revenu, et comme tous nos aînés étaient morts, nous n’avons plus jamais entendu parler de lui.”

Espèce de taré.

Sunny fronça les sourcils, se souvenant du morceau d’épave sur lequel il avait dérivé pendant les deux premiers jours dans le Cauchemar. Mais pourquoi le Prince Fou avait-il demandé à la jeune fille ce qu’elle souhaitait ? Était-il, peut-être, le fou qui avait gravé les runes frénétiques dans le bois ancien ?

Si tel était le cas, les Six Plaies étaient peut-être déjà devenues cinq. Si l’on considère que le morceau d’épave ressemblait à un fragment de bateau détruit, le Titan Souillé avait peut-être péri dans un combat contre l’une des terribles Créatures du Cauchemar qui se trouvaient en amont.

Cela dit, il y avait quelque chose de très troublant à associer le radeau improvisé de Sunny à l’un des Souillés de Verge. Il y avait aussi des lettres de l’alphabet du monde réel parmi les runes… comment diable le Prince Fou aurait-il pu les connaître ?

Damnation…

Tout cela était trop étrange et mystérieux.

Secouant la tête, Sunny jeta un dernier coup d’œil à l’esplanade noyée. La bataille féroce qui s’y était déroulée avait dû fracturer les fondations de l’île artificielle, ce qui expliquait qu’elle ait été inondée… il soupira et se tourna vers Ananke.

“Nous devons encore rassembler des provisions, n’est-ce pas ?”

Elle acquiesça.

Sunny éloigna la jeune femme de l’esplanade et lui dit d’une voix douce :

“Alors, faites-nous visiter Weave. Nous pourrons nous les procurer en chemin.”

Ananke esquissa un petit sourire, tandis que Nephis lui jetait un regard reconnaissant par-dessus son épaule.

Si Ananke veut que nous nous souvenions de sa cité, c’est le moins que nous puissions faire. Je ferai en sorte d’écrire un article de recherche détaillé après mon retour au CSQN, afin que toute la population dans le monde réel puisse en prendre connaissance.

Sunny sourit.

“Vous savez, Ananke, je suis un professeur très respecté dans le futur.”

Elle le regarda avec une pointe de confusion dans ses yeux azur.

“Un… professeur ?”

Il acquiesce.

“Un enseignant. J’enseigne aux jeunes Éveillés comment survivre et subvenir à leurs besoins dans la nature. Dans l’académie la plus célèbre du monde, rien de moins ! Cependant, nos connaissances sur les subtilités de la survie en milieu marin ne sont pas très étendues. Je suis sûr que j’apprendrai beaucoup de choses sur Weave. Je pourrai ensuite en faire profiter mes élèves. Ils me remercieront les larmes aux yeux !”

La jeune prêtresse semblait plus confuse que touchée. Sunny fronça les sourcils.

“Qu’est-ce qu’il y a ?”

Elle secoua légèrement la tête.

“Non, ce n’est rien. Mais, mon Seigneur… n’êtes-vous pas un marchand de nourriture dans le futur ? Comment pouvez-vous également être enseignant ?”

Le coin de la bouche de Sunny tressaillit. Il resta silencieux quelques instants, puis répondit stoïquement :

“Les gens instruits doivent aussi manger, non ? C’est précisément pour cela que je suis formidable. Universitaire respecté, guerrier renommé, commandant militaire accompli, entrepreneur prospère… Je suis l’image même du parfait gentleman.”

Ananke le regarda, puis hocha la tête, des étincelles brillantes dans ses yeux azur.

“Mon Seigneur est incroyable !”

Tandis que Sunny souriait, Nephis ajouta sous sa respiration :

“…Et très modeste.”

Son sourire s’estompa, mais seulement pour un instant.

Sunny acquiesça d’un signe de tête énergique.

“En effet, incroyable est un mot qui peut être utilisé pour me décrire…”

***

Ils traversèrent Weave pour rassembler tout ce qui était nécessaire au long voyage qui les attendait. Même après de longues années d’abandon, la ville avait conservé un aspect relativement bon. Cependant, sous sa belle apparence, elle avait déjà commencé à s’effriter.

Sunny savait que Weave n’existerait plus très longtemps. Peut-être que dans une décennie ou deux, la ville flottante allait se briser et être engloutie par les courants du Grand Fleuve, disparaissant à jamais sous les vagues.

Mais avant cela…

Ils ramassèrent des fruits dans les bosquets sauvages et d’autres provisions dans les différentes caches qu’Ananke avait installées dans la ville. Il y avait de la nourriture, des épices, du vin, des feuilles de thé et tout ce qu’il fallait pour voyager sur le Grand Fleuve.

Il y avait aussi des objets. Les armes et les armures que les habitants de Weave avaient fabriquées et utilisées étaient de qualité inférieure aux puissantes Mémoires que Sunny et Nephis maniaient, mais ils avaient pu rassembler beaucoup de choses qui faciliteraient la traversée du Tombeau d’Ariel — de simples couvertures et couverts à des filets de pêche assez solides pour capturer des Créatures du Cauchemar, en passant par des kits de réparation de voiles.

Tout cela fut placé dans le Coffre de la Convoitise.

Au fur et à mesure qu’ils se déplaçaient d’un district à l’autre, Ananke leur racontait des histoires sur Weave et ses habitants. Comment ils vivaient, quels rituels ils observaient, quelles passions les animaient et à quels vices ils succombaient parfois.

Il y avait des détails intéressants sur la vie quotidienne du Peuple du Fleuve et des anecdotes amusantes. Sunny apprit beaucoup en écoutant ces histoires, et plus il en apprenait, plus il s’émerveillait.

Leur monde était si différent de tout ce qu’il connaissait, et ils s’étaient adaptés à ces circonstances étranges avec l’ingéniosité tenace inhérente à tout être humain.

Leurs connaissances sur la façon de survivre sur le Grand Fleuve s’étaient construites au fil de nombreuses générations d’apprentissage persistant et acharné et d’amélioration incessante.

L’homme était l’espèce la plus adaptable qui soit.

Lorsqu’Ananke commença à leur parler de Weave, une ombre de tristesse se dessina dans ses yeux. Cependant, à mesure qu’elle se remémorait les gens de son passé, ses yeux s’illuminèrent et se réchauffèrent.

Un doux sourire se dessina sur ses lèvres.

…Mais plus la jeune prêtresse parlait, plus Sunny se décourageait.

Il cacha son expression et fixa les rues vides de la ville désolée, ses propres yeux voilés par de sombres ténèbres.

C’est injuste…

Ananke n’avait été que gentille avec eux, alors c’était injuste. Sunny et Nephis allaient quitter Weave pour voyager dans un passé lointain et défier le Cauchemar, mais elle… elle ne pourrait jamais partir.

Parce qu’elle était une Née du Fleuve.

Après les avoir guidés aussi loin qu’elle le pouvait, la jeune prêtresse allait retourner dans la ville en ruine. Et vivre le reste de sa vie ici, seule et abandonnée.

Sunny avait le cœur lourd, et sa haine envers le Prince Fou brûlait encore plus. Détournant le regard, il serra les dents.

Que ce vil bâtard soit maudit…

error: Contenue protégé - World-Novel