Accueil Article 1706-chapitre-16-5

1706-chapitre-16-5

Interlude – Les conseils de la Déesse et une rencontre fatale

Dans une pièce en albâtre, une déesse enveloppée de blanc s’est assise avec une expression vide.

Elle ressemblait à une poupée, paraissant inhumaine et sans émotion. Sa personnalité ne ressemblait pas du tout à l’attitude énergique et enjouée qu’elle avait adoptée lors de sa rencontre avec le plus grand assassin de cet autre monde. Ce n’était rien de plus qu’une simulation de personnalité jugée la plus à même de mettre l’assassin à l’aise.

La déesse n’était rien de plus qu’un outil conçu pour surveiller et protéger les mondes.

On pouvait la voir comme une réaliste froide et cruelle, mais ces mots ne touchaient pas exactement le cœur de ce qu’était vraiment la déesse. En vérité, elle n’était qu’un simple mécanisme. Possédant aucune émotion, elle faisait semblant d’en avoir que lorsque les circonstances l’exigeaient.

“Une intervention dans le destin. Une aide à Lugh Tuatha Dé couronnée de succès”, a murmuré la déesse d’une voix impartiale.

L’assassin actuellement nommé Lugh Tuatha Dé avait une mission très difficile.

Ses chances actuelles de succès n’étaient que de 8 % au mieux. C’est pourquoi elle lui a donné un soutien supplémentaire.

Même avec le niveau d’autorité de la déesse, il y avait cependant une limite à son intervention. Si elle en avait eu la capacité, elle aurait directement retiré le héros elle-même.

Elle n’avait pas la possibilité d’augmenter le nombre de ses pièces, ni de les modifier de quelque manière que ce soit. Au lieu de cela, elle concentrait tous ses efforts pour guider ses pièces existantes sur le bon chemin.

Si on voulait le dire en termes romantiques, on pourrait dire qu’elle organisait des rencontres fatales.

Il appartenait à Lugh de remarquer ces rencontres ou d’en tirer parti.

“Épuisement du soutien assigné à Lugh Tuatha Dé confirmé. Demande de ressources supplémentaires… Rejet de la demande par le supérieur en cours de confirmation. L’octroi de ressources supplémentaires dépend des résultats de Lugh Tuatha Dé. Abandon de cette affaire pour le moment. Début de la phase deux.”

La déesse avait des espoirs pour Lugh Tuatha Dé, mais elle ne pouvait pas lui faire confiance.

Il n’était rien de plus que la pièce qui avait actuellement le plus de chances de sauver le monde.

Sachant cela, la déesse passait déjà à la pièce suivante. Tant que le monde était sauvé, peu importait quelle pièce faisait le travail.

La déesse, robotique et sans émotion comme toujours, a continué à observer le monde.

Illig faisait la grasse matinée ce matin.

… Apparemment, son vrai nom était Lugh.

Certaines circonstances l’ont amené à se faire passer pour un certain Illig.

J’aimais le regarder dormir.

Lorsqu’il était éveillé, il était beau, gentil, toujours sur ses gardes, et une personne parfaite à tous les niveaux, mais lorsqu’il dormait, il ressemblait simplement à un jeune garçon doux et innocent.

J’ai demandé si je pouvais dormir dans son lit parce que je me sentais seul, mais c’était juste une excuse.

Je voulais juste être avec lui pour voir de près son joli visage endormi.

“Cher frère, te réveillerais-tu si je t’embrassais ?”

Je voulais vraiment essayer, mais je n’avais pas le courage.

Illig était comme un père, un frère et un professeur pour moi. Il m’avait donné tant d’affection, et je ne pourrais jamais le remercier suffisamment pour cela.

J’aurais aimé qu’il nous considère, Tarte et moi, comme des membres du sexe opposé, mais…

La raison pour laquelle il ne l’a pas fait, c’est parce qu’il avait déjà jeté son dévolu sur quelqu’un d’autre.

C’était frustrant.

Si je l’avais rencontré plus tôt, j’aurais peut-être été la prunelle de ses yeux à la place.

Mais je n’allais pas abandonner. J’avais encore du temps. Le coeur humain est inconstant.

En ce moment, la fille nommée Dia était l’objet de son désir, mais ce n’était que pour le moment. Qui peut dire ce qui se passera dans le futur ?

“Peut-être que je devrais aussi dormir un peu.”

Regarder le joli visage endormi d’Illig me donnait envie de dormir.

Il faisait froid dehors, tout comme le jour où j’ai rencontré Illig.

 

Rencontre entre Lugh et Maha

On m’a tout volé.

“Pour faire confiance à quelqu’un, vous devez d’abord douter de lui.”

Chaque fois que je traversais une période difficile, je me rappelais la phrase préférée de mon père.

Il était un excellent commerçant. Quittant sa petite ville natale pour trouver du travail, il a fini par fonder une entreprise qui a connu un grand succès en une seule génération.

La conviction de mon père était que “pour faire confiance à quelqu’un, il faut d’abord douter de lui”.

Il était impossible de faire inconditionnellement confiance à une autre personne. D’abord, il était préférable de se méfier d’eux. Ne décider de leur faire confiance qu’une fois qu’ils en ont fait assez pour la mériter.

Faire aveuglément confiance aux autres n’était pas une vertu, c’était de la simple négligence.

Je pense que ces mots sont la raison pour laquelle je suis en vie aujourd’hui.

… Par un complot orchestré par le bras droit de Père, mes parents ont été tués tous les deux.

Ils étaient en route pour une importante réunion d’affaires lorsque leur voiture a été assaillie par un grand groupe de voleurs.

Les voleurs savaient à l’avance quand le carrosse allait arriver, et ils l’attendaient en armure. L’escorte que Père avait engagée s’était également avérée être entièrement composée de voleurs déguisés.

Il n’y avait aucune chance que ce soit une coïncidence. C’était un complot du bras droit de mon père pour prendre le contrôle de la société.

Après les funérailles, cet homme s’est approché de moi et a commencé à pleurer sur la mort de mon père. Il m’a serré dans ses bras, disant qu’il me protégerait moi et la compagnie.

Je venais de perdre mes parents, et il était un ami de mon père et une de mes connaissances, alors j’ai posé ma tête sur sa poitrine et j’ai pleuré.

Je doutais néanmoins de ses intentions. Si j’avais vraiment cru ses paroles, j’aurais probablement été tué aussi.

Au milieu de mon désespoir, j’ai quand même réussi à me rappeler la leçon la plus importante de mon père.

Je n’avais pas de famille. La seule personne sur laquelle je pouvais compter était cet homme, l’ami de mon père et ancien adjudant.

J’ai résisté à la tentation de me confier à lui et j’ai fait quelques recherches. Grâce à cela, j’ai découvert que c’était lui qui avait tué mes parents et que, pour s’emparer de la société, il allait ensuite me tuer.

Alors j’ai fui.

Je me suis échappé de justesse. Il avait assigné un garde pour me surveiller, un garde qui n’a pas hésité à essayer de me tuer dès qu’il a vu que je fuyais. Si je n’avais pas eu de mana, je doute que j’aurais été capable de m’échapper.

Père m’avait toujours dit de cacher mon mana.

Être un mage présentait de nombreux avantages, mais en échange, on se retrouvait avec de lourdes responsabilités. Si je devais un jour hériter de l’entreprise, il valait mieux que je cache mon mana. La dissimulation a été la chose qui m’a sauvé la vie.

J’ai échappé au garde, j’ai pris tout l’argent que je pouvais avoir, je me suis déguisée en simple citadine et je me suis dirigée vers la grande ville de Milteu, où j’espérais ne pas être trouvée.

J’ai eu un peu de chance car j’ai acheté des marchandises à un marchand ambulant à un prix supérieur à celui du marché, et j’ai pu monter dans sa voiture en échange.

“Je reviendrai un jour”, ai-je dit en me cachant parmi les marchandises du marchand alors que la voiture quittait la ville.

Je voulais protéger l’entreprise de Père, mais c’est grâce à l’éducation que mes parents m’avaient donnée que j’ai su que je devais partir.

Ma sécurité n’aurait jamais pu être garantie dans cette ville. Peu importe ce que je faisais, j’aurais sûrement été tué.

Si je voulais protéger l’entreprise de mon père, je n’avais pas d’autre choix que de m’enfuir pour prolonger ma vie, et de revenir une fois que je serais devenu plus fort.

C’est pourquoi je suis parti.

Rassemblant ma détermination, je me suis juré de me consacrer à devenir plus forte à Milteu, puis de retourner un jour dans ma ville natale pour reprendre la compagnie de Père.

La vie à Milteu était dure.

Même si j’avais des connaissances en tant que marchand, personne ne voulait engager un enfant sans famille.

Une nuit, un cambrioleur s’est introduit dans l’auberge bon marché où je logeais et a volé toutes mes possessions, à l’exception de mon portefeuille, que j’avais pris soin de ne jamais lâcher.

Cet événement fâcheux a fini par m’enflammer et m’a incité à lancer une nouvelle activité en faisant appel aux enfants des rues qui vivaient dans les bidonvilles.

J’ai rassemblé des orphelins, en choisissant les plus intelligents qui savaient lire et écrire, et j’ai utilisé l’argent dont je disposais pour leur acheter de beaux vêtements. Puis je les ai fait jouer le rôle de guides touristiques.

J’envoyais les enfants les plus en forme dans les montagnes pour ramasser la neige et la glace des grottes en été, et le bois de chauffage en hiver.

Milteu était une grande ville et accueillait beaucoup de touristes. Il y avait donc une demande pour la connaissance exhaustive de la ville que les enfants des rues pouvaient fournir.

J’ai été surpris de constater à quel point les enfants connaissaient les bons restaurants de la ville, grâce à toutes les poubelles qu’ils fouillaient régulièrement à la recherche de leur prochain repas.

La neige et la glace que nous vendions en été ont fini par être des produits populaires, et le bois de chauffage était très demandé en hiver. J’ai vendu nos produits en dessous du prix du marché pour cibler la population la plus pauvre de Milteu, ce qui a permis de réaliser des ventes impressionnantes.

J’ai réussi à monter une affaire assez florissante en employant des enfants que je trouvais dans la rue.

Si vous aviez la capacité de lire la demande et de mettre vos employés à la bonne place pour réussir, alors vous pouviez diriger une entreprise. Les enseignements de mon père ont fini par me sauver.

Quand tout le monde aura atteint l’âge adulte, je créerai une petite entreprise… C’était le rêve naïf auquel je m’accrochais.

Malheureusement, les choses se sont vite gâtées pour mon entreprise, grâce à des efforts philanthropiques visant à apporter de l’aide aux orphelins.

Après avoir reçu une inspiration soudaine, la femme du comte Milteu s’est intéressée à l’aide sociale et a commencé à investir d’importantes sommes provenant de l’excédent des recettes fiscales dans l’aide aux pauvres.

Des orphelinats ont commencé à apparaître un peu partout dans la ville, chacun après les importantes subventions offertes. C’est ainsi que la chasse aux orphelins a commencé. Mes enfants des rues ont été les premiers à être ciblés, et nous avons tous été envoyés dans des orphelinats. Cela a marqué la fin de mon activité.

Juste comme ça, mon rêve naïf était terminé.

La vie à l’orphelinat était misérable, et c’était un euphémisme.

C’était tellement horrible que le temps que je passais avec les autres enfants de la rue me semblait être un paradis en comparaison.

L’orphelinat ayant été ouvert dans le seul but d’en tirer des bénéfices, le directeur, sans surprise, n’a pensé qu’à réduire les coûts d’entretien. Il lui suffisait de garder les enfants en vie pour continuer à s’en mettre plein les poches.

On nous a donné la nourriture la moins chère qu’on puisse imaginer, qui avait un goût horrible.

Les enfants étaient régulièrement battus pour les faire taire lorsqu’ils étaient bruyants, et les abus ne faisaient qu’empirer à partir de là. Il était courant de voir des enfants ligotés et bâillonnés avec des chiffons dans la bouche.

Il n’y avait qu’un seul autre adulte travaillant dans mon orphelinat, probablement pour maintenir les coûts de main-d’œuvre à un niveau bas.

Son seul travail était de monter la garde. Il n’était pas chargé d’éduquer ou de s’occuper des enfants de quelque manière que ce soit. Les enfants devaient faire toutes les tâches ménagères et s’occuper eux-mêmes des plus petits. Nous étions même obligés de faire divers petits travaux, et ceux qui traînaient les pieds au travail étaient frappés. L’argent que nous gagnions allait directement dans les poches de l’orphelinat.

Une fois que les beaux enfants étaient jugés assez matures, ils étaient obligés de commencer à prendre des clients.

Une fille d’un an de plus que moi, nommée Noine, est revenue un jour à l’orphelinat et, probablement parce qu’elle avait été traumatisée par un client, elle a pris un couteau et s’est tailladé le visage à plusieurs reprises afin qu’aucun client ne l’approche plus jamais.

Elle avait été une si belle fille, mais après ça, elle était méconnaissable.

Certains enfants ont essayé de s’échapper, mais cela n’a pas été toléré.

Si le nombre d’enfants dans l’orphelinat diminue, les subventions diminuent aussi. Une telle chose entraînerait la colère du directeur.

Une tentative d’évasion ratée signifiait qu’un enfant serait mutilé à la fois pour s’assurer qu’il ne pourrait plus jamais courir et pour servir d’exemple aux autres.

Rien ne m’avait jamais fait détester autant mon impuissance.

La violence et la peur régnaient sur cet endroit. Mon intelligence, et tout ce que Père m’avait appris en tant que marchand, était sans valeur là-bas.

Un jour, en faisant la lessive dans le jardin, j’ai entendu le directeur et le gardien parler.

“Pensez-vous que Maha sera bientôt capable de prendre des clients ? Dernièrement, j’ai eu envie de la coincer et de la prendre moi-même.”

“C’est une excellente idée, patron. C’est une vraie beauté, et une vierge, en plus. Elle va sûrement faire un bon prix. Je m’adresse aux pervers de la noblesse qui les aiment jeunes.”

“Hmm, ne la donne pas pour pas cher. Les vierges peuvent se vendre assez cher. Son prix baissera si elle est trop maigre, alors assurez-vous de lui donner une alimentation équilibrée.”

“Ne t’inquiète pas, c’est ce que j’ai fait. Elle commence déjà à prendre un peu de viande.”

“Une fois qu’elle sera vendue, je pourrais m’en prendre à elle. On dirait qu’elle est en train de devenir une belle jeune fille.”

Comme j’avais envie de crier, j’ai couvert ma bouche avec ma main et me suis assise sur le sol.

Ils allaient me faire prendre des clients. Le simple fait d’y penser me rendait malade, et je ne pouvais m’empêcher d’imaginer Noine, le visage tailladé au point d’être méconnaissable.

Je ne peux pas finir comme ça. Je ne finirai pas comme ça, ai-je pensé, mais je savais que je ne voulais pas non plus prendre des clients.

Si je ne m’échappais pas, je serais forcé de subir quelque chose de terrible. Il n’y a pas de mots pour décrire à quel point j’étais effrayé.

Personne à l’orphelinat ne savait que j’avais du mana. Peu importe la taille et la peur des adultes, si je pouvais les prendre par surprise, j’étais sûr de pouvoir m’échapper.

J’ai élaboré un plan, consacrant tout mon temps à la préparation. Je devais m’échapper avant qu’ils ne me fassent faire l’innommable.

Prenant soin de ne pas montrer que je savais quelque chose, j’ai fait de mon mieux pour agir comme je le faisais habituellement. Il n’y avait aucun moyen de savoir ce qu’ils me feraient si mon plan était découvert.

La nuit de mon évasion était arrivée.

Une frénésie s’est soudainement abattue sur l’orphelinat.

Apparemment, le fils du chef de la société Balor, qui se trouvait également être l’un des cadres de la société, venait à l’orphelinat et cherchait à adopter.

D’autres enfants parlaient avec enthousiasme du fait que s’il trouvait quelqu’un qui lui plaisait, il l’adopterait et le ferait travailler à la Compagnie Balor. Non seulement l’enfant qui serait adopté pourrait échapper à ce cauchemar, mais il aurait également un emploi dans la plus grande entreprise de la ville.

C’était la chance de ma vie, la corde qui pendait au fond d’un puits. Tout le monde était en ébullition, discutant des moyens d’attirer le visiteur.

Si j’étais choisi, je pouvais m’en sortir sans prendre de risques. Travailler dans une grande
entreprise était également très attrayant. En économisant de l’argent, je pourrais me rapprocher de l’objectif de récupérer l’entreprise de mon père, et j’aurais une expérience inestimable.

Etait-ce vraiment bien pour moi d’être choisi ?

J’avais du mana, un pouvoir qui me donnait une chance de m’échapper. J’avais déjà travaillé sur un plan pour m’enfuir. Les autres enfants n’avaient pas cette option. Sans mana, ils n’avaient aucun espoir de sortir d’ici.

J’ai poussé un long soupir, regardé le plafond et décidé que je ferais de mon mieux pour ne pas attirer l’attention de l’homme de la compagnie Balor. Il était préférable de laisser cette opportunité à l’un des autres enfants.

Pendant un moment, je me suis demandé si je n’étais pas devenue trop douce. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la sympathie pour tous les autres enfants coincés avec moi dans cet endroit misérable.

Plus tard, le soi-disant dirigeant de la société Balor est arrivé à l’orphelinat.

Tout le monde a été surpris de découvrir que le cadre s’est avéré être un jeune garçon du même âge que moi.

J’ai été frappé par sa beauté. Il n’était pas seulement beau, il avait aussi une certaine élégance et il rayonnait de confiance.

“C’est mon prince”, ai-je marmonné sans réfléchir. J’avais compris qu’il était spécial et qu’il était taillé dans un tissu différent du mien.

Les autres enfants ont rapidement surmonté le choc de son âge et se sont empressés de l’envahir, chacun suppliant d’être choisi.

“Mon nom est Illig Balor. Je suis à la recherche de quelqu’un qui pourrait être mon futur assistant. S’il vous plaît, parlez-moi de vous.”

La perspective de travailler aussi étroitement avec un acteur majeur de la plus grande entreprise de la ville n’a fait qu’accroître l’enthousiasme des enfants.

J’ai regardé la scène se dérouler à quelques pas derrière les autres enfants, tandis que le directeur avide se pâmait devant le garçon. Il offrait probablement beaucoup d’argent pour l’adoption. Le directeur n’agissait de la sorte qu’avec les gens qui allaient lui remplir les poches.

Le garçon a examiné attentivement les enfants un par un, posant des questions à chacun d’entre eux. Il était bien élevé et avait un merveilleux sourire. Toutes les filles le regardaient comme si c’était un prince qui venait les enlever.

J’étais tenté d’aller vers lui, mais je suis resté en arrière et j’ai regardé.

Puis, après un certain temps, le prince s’est frayé un chemin à travers la foule d’enfants et s’est dirigé droit vers moi. Il m’a regardé de haut en bas avec ses yeux inhabituels et m’a souri. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine.

“Je t’ai trouvé. J’ai besoin de ta force. Veux-tu venir avec moi ?”

Il a tendu la main… et je l’ai saisie.

Même si je m’étais dit que je ne volerais pas cette chance aux autres enfants, je n’avais pas pu résister. J’ai pris sa main presque inconsciemment.

“Oui, j’en serais ravi.”

Je ne pense pas que j’avais l’intention de dire oui, mais le prince était tellement plus grand que nature, tellement beau, qu’il avait volé mon cœur avant que je ne sache ce qui s’était passé.

Je suis désolé, je me suis excusé silencieusement auprès des autres enfants.

Mais je devais faire plus que ça. J’ai décidé de retourner un jour dans cet orphelinat et de sauver tous ces pauvres enfants. Avec le soutien d’un cadre de la Compagnie Balor, cela aurait dû être possible.

“Directeur Torran, je veux adopter cette fille.”

“Un excellent choix. Malheureusement, cette fille est un peu un cas particulier, je vais donc devoir doubler le prix dont nous avons discuté tout à l’heure… En fait, non, il va me falloir encore plus que ça.”

“Combien demandez-vous ?”

Le directeur s’est alors mis à donner un prix outrageusement élevé. Il essayait probablement d’entamer des négociations avec un prix élevé, en s’attendant à une réponse négative.

Ce genre d’argent pourrait vous acheter plusieurs esclaves.

“Très bien. Voilà pour vous.”

Le prince fait froidement signe à son assistant de sortir quelques pièces d’or et les fourre dans un sac en cuir. Les yeux écarquillés par le choc, le directeur accepta l’argent avec empressement et se prosterna abondamment.

“C’est un accord. Cependant, je crains que nous ne puissions pas la remettre tout de suite. Nous devons laisser à Maha le temps de se préparer, alors revenez dans trois jours.”

“Compris. On se voit dans trois jours.”

Je n’ai pas eu le temps de me préparer. Le directeur voulait me vendre à un noble pour une nuit afin de gagner un peu plus d’argent pendant qu’il le pouvait encore. Il voulait probablement avoir son tour avec moi lui-même.

J’ai failli appeler le prince pour qu’il me sauve, mais j’ai fini par ravaler mes mots. Le directeur me regardait avec des yeux injectés de sang, me prévenant de ne rien dire d’anormal. La peur m’a saisie, et je suis restée silencieuse.

Le prince m’a regardé et a souri. J’avais l’impression qu’il me disait que tout irait bien.

“Directeur Torran, je viendrai l’adopter dans trois jours, mais notre contrat est terminé, et je suis désormais son tuteur. Veillez à ne pas l’oublier.”

“Bien sûr, mon bon monsieur. Je la traiterai avec le plus grand soin.”

C’était un mensonge, bien sûr. Une fois de plus, le directeur m’a averti de ne rien dire. Même sans ses menaces, je ne pense pas que j’aurais pu dire quoi que ce soit. Je ne voulais pas que le prince pense que j’étais souillée.

Mon intuition sur la raison de ma détention pendant trois jours s’est rapidement avérée exacte.

La nuit même où j’ai été adopté, un client a fait la queue pour moi. Le directeur s’était probablement précipité pour trouver un client car le prince venait me chercher dans quelques jours.

Malheureusement, mon client était un noble, ce qui réduisait mes chances de m’échapper.

Après avoir été lavée et habillée avec les plus beaux vêtements que j’ai portés depuis que je me suis enfuie de chez moi, on m’a fait monter dans une voiture tirée par des chevaux.

Le gardien et le directeur se sont assis à côté de moi. Si je ne faisais rien, j’allais être violée.

Mon client était la même personne qui avait traité la pauvre Noine si horriblement qu’elle s’était mutilée le visage après coup.

Tous les enfants qui ont été forcés de prendre des clients ont toujours dit que les nobles étaient les plus durs.

J’ai peur, j’ai peur, j’ai peur.

Tout ce que j’avais à faire était d’endurer cela pendant trois jours, et ensuite je pourrais être avec le prince. L’image de son visage m’est venue à l’esprit. Je ne pouvais pas supporter l’idée d’être violée avant d’aller le voir.

Ce n’était vraiment pas mon genre d’avoir de telles pensées ; elles me donnaient l’impression d’être une jeune fille sortie d’un conte de fées. J’avais été concentrée sur la survie pendant si longtemps que j’avais oublié ce genre d’émotions. Alors que je commençais à me demander ce qui avait changé en moi, j’ai rapidement compris la réponse.

C’était le coup de foudre.

Honnêtement, j’étais surpris par moi-même d’être encore capable d’un tel sentiment. Cela expliquait certainement les pensées étranges que j’avais.

Je me suis dit que si je parvenais à sauter par la fenêtre du chariot, que je courais jusqu’au premier magasin de la Compagnie Balor que je trouvais et que j’appelais son nom, les personnes présentes m’aideraient sûrement.

J’avais deux choix. Le premier était de faire ce qu’on me disait et d’aller voir le prince dans trois jours. Le second était de risquer le danger et d’aller voir mon prince encore vierge.

Pour moi, la décision a été facile à prendre.

“C’est dommage”, dit le directeur avec un soupir. “Si ce garçon était arrivé un mois plus tard, j’aurais pu m’occuper de cette fille.”

“… !”

Le directeur s’est approché et a frotté ma jambe avec ses doigts gras. J’ai fait semblant d’avoir peur pour ne pas les alerter. Pendant ce temps, je mesurais le meilleur moment pour m’échapper.

La voiture s’est retournée sur la route et a oscillé, faisant perdre l’équilibre au directeur et au garde et les faisant basculer sur le côté.

C’était la meilleure chance que je pouvais avoir. J’ai ouvert la fenêtre et j’ai bondi dehors.

En atterrissant, j’ai roulé sur le sol pour amortir l’impact. Ma robe était ruinée dans le processus, mais je m’en fichais. J’ai même déchiré la jupe pour qu’il soit plus facile de courir.

Pendant le temps que j’ai passé à travailler avec d’autres gamins des rues, j’ai acquis une bonne dose d’entraînement physique et j’ai très bien appris les ruelles de Milteu.

Il n’y avait aucune raison de cacher mon mana maintenant, alors j’ai couru avec toute ma puissance. Malheureusement, il n’a pas fallu longtemps avant que je sois attrapé.

“Comment… ?”J’ai haleté.

J’ai couru dans une ruelle mais je n’ai pu faire que deux tours avant que le garde de l’orphelinat ne me rattrape. Aucune personne normale ne devrait être capable de faire ça.

“Tu n’étais pas la seule à cacher ton mana, petite fille. Awww, je vais devoir te punir pour avoir abîmé ta robe comme ça. Hyuk-hyuk-hyuk, même le directeur ne nous verra pas ici. Tant que je ne laisse pas de trace, je peux faire ce que je veux. Je suis toujours coincé avec les restes du directeur, alors ce sera bien d’en casser un moi-même pour changer.”

C’était terrible. Essayer de s’échapper dans une ruelle s’est retourné contre moi.

Le garde a balancé son bras vers moi aussi fort qu’il le pouvait, et j’ai fermé les yeux pour me préparer à l’impact. A ma surprise, le coup n’est jamais venu.

J’ai lentement ouvert les yeux et j’ai vu que quelqu’un avait attrapé le bras du garde.

“Toi, petit bâtard…”

“Je crois que j’ai été très clair. Notre contrat est terminé, et je suis maintenant son tuteur. Ne l’oubliez pas. Maha est ma petite soeur. Qu’est-ce que vous alliez lui faire exactement ?”

Mon prince était là, debout sous mes yeux. Le garde s’est recroquevillé devant le seul regard du garçon et a reculé.

“Comment avez-vous… ?”J’ai réussi à dire.

“Quand je suis parti, je voyais tes yeux qui me suppliaient de te sauver, alors j’ai fait quelques recherches sur Torran. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre ses intentions, alors j’ai gardé un œil sur toi.”

J’ai été soudainement envahi par l’émotion, et mon cœur s’est mis à battre la chamade.

“Mais c’était dangereux”, ai-je dit.

“Ça a pu être le cas, mais tu fais partie de ma famille maintenant. Les membres d’une famille se protègent les uns les autres.” Le prince a lâché le bras du garde et s’est mis en position pour me protéger. “Sortons d’ici.” Il a drapé un manteau sur moi et a souri.

Soudain consciente de mon état vestimentaire, je détournai timidement le regard.

Le garde se tenait là, paralysé. Il semblait ne pas savoir s’il pouvait frapper un cadre de la Compagnie Balor. Puis le directeur est apparu dans la ruelle, et j’ai étouffé un soupir.

“Eh bien, c’est problématique. Votre adoption de Maha était censée avoir lieu dans trois jours”, a-t-il dit.

“Je n’aime pas qu’on me fasse répéter. Cette fille fait partie de ma famille. Je n’accepterai pas qu’elle soit mise en danger”, a répondu le prince.

“… Alors vous ne me laissez pas le choix. J’ai déjà ton argent, alors je n’ai plus besoin de te lécher le cul. Je vais te remettre à ta place, petite merde !”

“Vous êtes sûr de ça, patron ? Illig Balor est le fils du chef de la compagnie Balor. Cela fera de nous leurs ennemis.”

“Tu crois que ça me dérange ? Je vais juste le faire disparaître. Je le vendrai dans un pays étranger comme prostitué masculin !”

Le garde a ricané à la proposition crapuleuse. De toute évidence, il était heureux d’avoir une justification pour frapper le prince.

“S’il te plaît, cours. Ce type est un mage !”Je l’ai supplié.

“Oui, je sais.” Le prince semblait étonnamment calme malgré mon avertissement. Il a facilement esquivé le coup de poing du garde et a légèrement ramené ses bras sur les épaules du garde.

Dans un bruit sourd, les articulations des épaules du garde se séparèrent et le prince le percuta alors qu’il était déséquilibré. Il a ensuite marché sur le genou du garde, le faisant plier dans une direction qu’aucun genou ne devrait avoir.

“AHHHHHHH !!!”le garde cria, se tordant de douleur.

Le prince s’est tourné vers le directeur et a souri. Il a réduit la distance entre eux en un instant et a pressé un couteau contre sa gorge. Une ligne de sang a coulé le long de la gorge du directeur à l’endroit où le couteau l’a piqué.

Le directeur n’a même pas pu répondre.

“E-eek…”

“Je n’ai jamais eu besoin de passer un accord avec vous, vous savez. Je pourrais tout aussi bien la prendre de force… Pour être honnête, c’est dans la force que j’excelle.” Le prince souriait pendant tout ce temps, mais je pouvais sentir une sorte d’aura froide et sombre émaner de lui. Ça m’a donné froid dans le dos.

Le directeur, confronté de plein fouet à une sensation aussi redoutable, a mouillé son pantalon et a été incapable de bouger ou de réagir.

“Très bien, Maha, rentrons à la maison. J’ai déjà préparé une chambre pour toi.” Le prince me tendit à nouveau la main, comme il l’avait fait à l’orphelinat.

Une chose dont j’étais certain maintenant, c’est que ce garçon n’était pas normal. Si je prenais sa main, je cesserais d’être normal, moi aussi.

“Emmenez-moi, mon prince.”

Mais je n’ai pas regardé en arrière.

Peu importe à quel point il était inhabituel, je croyais fermement que je serais toujours heureuse tant que je serais avec lui.

Mais d’abord, je devais douter de lui. Je devais enquêter sur qui et ce qu’était ce garçon. Alors seulement, je déciderais s’il est vraiment digne de confiance.

Il était peut-être mon prince et le sauveur que j’avais tant désiré, mais j’avais encore besoin d’être sûre. C’est ce que mon père m’avait appris, et cet idéal est ce qui m’avait gardé en vie malgré tous mes problèmes.

 

La nuit avant le départ de Lugh

Illig, dont la véritable identité était Lugh Tuatha Dé, devait retourner dans sa vraie maison demain.

En vue de son départ, nous procédions aux dernières vérifications pour me transférer le contrôle de sa marque de cosmétiques, Natural You.

“Et nous avons terminé”, ai-je dit.

“Super. Je le laisse entre tes mains,” répondit Illig.

“Je ne vous laisserai pas tomber. Je suis sûr d’avoir les compétences nécessaires pour protéger votre marque, mais je ne m’arrêterai pas là. Je vais développer la marque de manière encore plus importante”, ai-je déclaré.

“Avec toi aux commandes, cela ne me surprendrait pas”, a dit Illig avec un léger sourire.

“Je pense aussi à m’étendre au-delà de cette ville. Il y a un magasin très prometteur dans une ville voisine. C’est la propriété d’une entreprise qui connaissait un grand succès mais qui est tombée en déclin depuis un changement de direction.”

Ce “magasin prometteur” était l’un des établissements de l’ancienne entreprise de Père.

Depuis que le bras droit de Père avait pris la relève, l’entreprise avait subi échec sur échec et était rapidement tombée en difficulté financière. C’était l’un des plus petits magasins, et il avait été mis en vente après avoir été jugé comme n’étant pas particulièrement important.

Cependant, c’était le premier magasin que mon père avait construit. En tant que tel, il contenait beaucoup de souvenirs pour moi. J’allais reprendre l’entreprise de mon père. Prendre ce premier magasin était le premier pas vers ce but.

“Fais comme tu veux. J’ai confiance en tes compétences. Je ne te dirai pas de laisser tes sentiments personnels en dehors de tout ça, mais si tu décides de suivre ton cœur, assure-toi de réussir”, ordonna Illig.

“Bien sûr. Je suis votre assistante, après tout.”

Illig savait probablement tout de mon passé et de la façon dont j’essayais de reprendre l’entreprise de mon père. Nous n’en avions pas parlé ouvertement, mais j’étais certain qu’il avait fait des recherches approfondies sur mes origines.

Même avec une telle connaissance, il me faisait encore confiance.

Pour cette raison, j’étais déterminé à voir mon objectif personnel se réaliser tout en faisant des bénéfices.

Si tu décides de suivre ton coeur, assure-toi de réussir.” Entendre Illig dire ça m’a fait l’aimer encore plus.

Choisir de suivre ce garçon anormal sur cette route étrange était définitivement le bon choix.

“Maître Illig, Maître Maha, j’ai apporté du thé.”

“Merci.”

Le gamin qui nous a apporté le thé avait déjà vécu avec moi dans le même orphelinat et avait même été l’un de mes partenaires commerciaux à l’époque où je vivais dans la rue. Récemment, j’ai sauvé différents enfants de l’orphelinat en les engageant dans la Compagnie Balor.

“A propos de cette chose que tu m’as demandée. Si je peux l’avoir, tu sortiras avec moi ?”

“Seulement si tu ne tentes rien après.”

“C’est regrettable.”

Illig et moi avons ri.

Les rêves de ma vie étaient enfin à ma portée, et c’était grâce à mon cher frère. C’est pourquoi j’avais décidé que, peu importe ce que l’avenir me réservait, je consacrerais le reste de ma vie à aider Illig, même si cela signifiait mourir pour lui.

J’espérais qu’un jour peut-être, une fois mon objectif atteint, Illig me verrait non pas comme son assistante mais comme une amante.

À cette fin, je me suis résolu à travailler dur pour répondre à ses attentes.

error: Contenue protégé - World-Novel