Accueil Article 5552-chapitre-1708

5552-chapitre-1708

Chapitre 1708 – Le Chasseur

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Rain avait enlevé son manteau d’hiver, son armure légère et même sa veste militaire, ne gardant que le henley et le gilet en laine. Aucune armure n’allait la protéger du Démon Éveillé, elle voulait donc que ses mouvements soient aussi agiles et libres que possible. Cela semblait un peu poétique, comme si elle proclamait qu’il n’y aurait pas de retraite, seulement la victoire… ou la mort.

C’était aussi un peu drôle. On voyait souvent les guerriers Éveillés se préparer mentalement au combat en enfilant leur armure, mais elle faisait de même en l’enlevant. Telle était la vie pitoyable d’un chasseur ordinaire.

Les préparatifs étaient terminés depuis longtemps, les pièges étaient posés. Il ne restait plus à Rain qu’à s’aventurer dans les profondeurs de la forêt et à affronter le démon.

Prenant une profonde inspiration, elle se livra à une série d’étirements. Elle avait toujours été agile, mais après des années d’entraînement auprès de l’ombre sinistre, son corps souple ressemblait à celui d’un serpent… non, d’une gymnaste. Une gymnaste très gracieuse et souple ! C’était une bien meilleure image mentale.

Pourtant, elle devait être prudente lorsqu’elle se lançait à corps perdu. Sa chair terrestre était à la traîne par rapport à ses compétences et à son entraînement, et il était donc facile de l’endommager.

“Tu es quoi, une ballerine ?”

Rain fixa son professeur en silence.

“Vous ne m’avez pas dit une fois que vous étiez le meilleur danseur du monde… des deux mondes, même ? Alors qui est la ballerine ?”

Il toussa.

“Eh bien, euh… si ton professeur l’a dit, c’est que c’est vrai ! Il y a eu une fois où j’ai dansé avec une princesse lors d’un bal, et tout de suite après, elle m’a traîné dans une pièce privée. Non, attends… ou c’est moi qui l’ai entraînée dans une pièce privée ? En tout cas, nous nous sommes retrouvés tous les deux dans une pièce privée !”

Son professeur sourit avec nostalgie.

“Et laisse-moi te dire que ce qui s’est passé dans cette pièce… ah, ça a changé notre vie…”

Rain le dévisagea un instant, et feignit d’être malade.

“Vieux pervers…”

Il était vexé.

“Qui traites-tu de vieux ?! Non, attends, qui traites-tu de pervers ?!”

Elle ne daigna pas répondre, secouant la tête en silence. En même temps, cependant… Rain remarqua que sa nervosité précédente avait presque entièrement disparu. Elle se sentait calme et prête, comme si les sottises familières de son professeur pouvaient magiquement rendre n’importe quelle situation, aussi désastreuse soit-elle, aussi banale et ordinaire que possible.

Rain prit une profonde inspiration et vérifia une dernière fois ses armes.

Elle avait déjà bandé son arc. Son carquois était plein de flèches — elle les avait fabriquées elle-même, façonnant les pointes de flèches à partir d’os d’abominations Éveillées. Son javelot était prêt à être utilisé, tandis que sa dague était fraîchement aiguisée.

Enfin, il y avait son épée. Elle sortit le tachi de son fourreau et étudia sa lame.

À ce moment-là, son professeur prit soudainement la parole :

“Attends une seconde. Pour cette chasse… je vais te prêter quelque chose de mieux.”

Il s’approcha, puis se pencha pour atteindre l’ombre de son sabre.

L’instant d’après, quelque chose d’étrange se produisit. La main de son maître sembla s’enfoncer dans le sol et en retirer l’ombre. Soudain, son tachi n’avait plus d’ombre… cependant, il y avait un tachi identique dans sa main, uniquement fait d’acier noir sans éclat.

Rain le regarda, sentant soudainement un frisson glacial lui parcourir l’échine.

Le tachi noir… semblait assez tranchant pour couper le monde en deux, comme une lame faite de pures intentions meurtrières. C’était comme si elle regardait la mort elle-même.

Et cette épée étrange lui fut jetée négligemment un instant plus tard.

“Ah !”

Rain se précipita pour l’attraper et saisit la poignée noire. C’était étrange… malgré la sensation écrasante de froid et de puissance obscure que dégageait l’épée noire, celle-ci était exactement comme la sienne dans la main. Le poids, l’équilibre, même la sensation tactile de l’ito en cuir.

Elle regarda son professeur en silence.

Il était facile de l’oublier tant il était facile à vivre et immature… mais son professeur était immensément puissant. En fait, elle ne savait même pas à quel point il était puissant. Ce n’était que dans des moments comme celui-ci que Rain s’en souvenait.

Sortir de nulle part une épée digne d’un Saint ? Aussi choquant que cela puisse paraître, c’était exactement le genre de chose que son professeur ferait.

Elle rengaina soigneusement le tachi noir, s’assurant qu’il ne couperait pas le fourreau.

“Ce sabre semble trop puissant pour être manié par un humain ordinaire. Vous n’avez pas oublié que je ne peux pas contrôler mon essence, n’est-ce pas ?”

Son professeur haussa les épaules.

“Ce n’est pas grave. Il est imprégné de la mienne.”

Rain acquiesça, puis rassembla les objets qu’elle allait laisser derrière elle et les plaça dans un recoin entre les racines du vieil arbre, pour les récupérer plus tard. Son épée d’origine fut placée sur la pile bien rangée.

Elle se leva, regarda la profondeur de la forêt et commença à marcher.

Ce faisant, son professeur prit la parole :

“Cette épée devrait être capable de couper la chair d’un Démon Éveillé même entre tes mains, mais ne t’y fie pas trop, souviens-toi… l’épée n’est qu’un outil, tu es l’arme, c’est toi qui dois tuer l’ennemi, pas ton épée.”

Rain acquiesça calmement.

“Je m’en souviens.”

Elle chassa toutes les distractions de son esprit, se concentrant uniquement sur la chasse.

Le démon qu’elle allait tuer… s’appelait le Chasseur, assez ironiquement. C’était ainsi que les gens de Ravenheart l’appelaient, mais en réalité, le nom propre de la créature était Chevalier du Calice.

La raison pour laquelle Rain et son professeur l’avaient choisi était précisément parce qu’il y avait beaucoup d’informations à apprendre sur les Chevaliers du Calice. Ces abominations n’étaient pas des Créatures du Cauchemar indépendantes, en réalité — il s’agissait plutôt de larbins de rang moyen d’un Titan Déchu.

Le territoire du Titan se trouvait à une centaine de kilomètres de cette forêt. Par coïncidence, elle se trouvait entre Ravenheart et l’une des autres grandes villes du Domaine du Chant, ce qui empêchait la construction d’une route pratique. Il y a environ un an, Song Seishan avait combattu le Titan et l’avait tué, éliminant la plupart de ses sbires et dispersant les autres.

Rain se souvenait bien de cet événement, car la mairie avait lancé une série de missions à la suite de la bataille, toutes liées à la chasse aux abominations restantes. Elle n’était pas assez forte pour les affronter, mais de nombreux Éveillés l’étaient. Ainsi, les serviteurs survivants du Titan tué avaient été rapidement éradiqués.

Tous sauf un Chevalier du Calice qui s’était frayé un chemin dans cette forêt. Bien que l’abomination ait perdu son destrier monstrueux, devenant ainsi beaucoup plus faible, il avait tout de même réussi à décimer plusieurs cohortes qui s’étaient aventurées dans la forêt pour le tuer.

Peut-être que ce démon avait quelque chose de spécial, ou peut-être que les guerriers Éveillés n’étaient pas préparés. Quoi qu’il en soit, ils durent battre en retraite et le Chevalier du Calice, étrangement redoutable, reçut un surnom peu rassurant : le Chasseur.

Rain ne se considérait pas plus forte que les combattants Éveillés qui avaient tenté de tuer la créature par le passé. Cependant, elle était bien plus prudente et préparée qu’eux.

Elle allait donc traquer le Chasseur.

Une fois qu’elle l’aura fait, son essence s’Éveillera et elle pourra commencer à former un noyau d’âme.

Et une fois son âme formée… alors, enfin, elle serait plus forte.

error: Contenue protégé - World-Novel