Accueil Article 5545-chapitre-1703

5545-chapitre-1703

Chapitre 1703 – Courtiser la Mort

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Les mots de Sunny restèrent en suspens, contrastant fortement avec son sourire poli. Les deux jeunes Maîtres semblaient figés, comme incapables de digérer ce qu’ils venaient d’entendre.

Mercy du Clan Dagonet laissa échapper un souffle étouffé.

Au même moment, les yeux de l’Ascendant Tristan s’écarquillèrent.

Son visage, figé dans un état d’incrédulité stupéfiante, se contorsionna lentement en une grimace de juste colère.

Tremblant d’indignation, il beugla :

“Tu oses ?!”

Sunny n’en revenait pas. Il retint son souffle, son cœur battant la chamade.

Est-ce… est-ce qu’il va le dire ? Il va le dire ! C’est sûr !

Son sourire restait parfaitement agréable.

“J’ose. Pourquoi, n’est-ce pas évident d’après ma remarque ? Ou bien ton Défaut t’a-t-il rendu sourd ? Bonté divine… muet et sourd. Quel destin malheureux. Tu as toute ma sympathie.”

Le jeune Maître le dévisagea, bouche bée. Après quelques instants de silence, Tristan pointa un doigt tremblant vers Sunny et siffla :

“Tu courtises la mort, mongrel !”

Il l’a dit !

Il l’avait vraiment dit. C’était… Sunny n’avait pas de mots. C’était grandiose.

Il eut du mal à réprimer un éclat de rire.

C’est incroyable. Mais aussi, qu’est-ce qu’il y a avec ces morveux d’Héritiers et le fait de traiter les gens de mongrels ?

Sunny garda son calme au prix d’un effort titanesque et haussa les épaules.

“C’est drôle que tu dises ça, mais je suis effectivement un peu un mongrel.”

Son sourire s’élargit, ce qui sembla entraîner le jeune Maître dans une spirale.

Son visage prenant une teinte rouge inquiétante, l’Ascendant tendit la main et grogna :

“Tu es allé trop loin, vaurien… tu as besoin d’une leçon. Moi, Tristan d’Aegis Rose, je te provoque en duel !”

Sunny cligna des yeux.

Hein ?

Non, il parlait juste métaphoriquement en suggérant que l’imbécile était tombé sur la tête. Mais maintenant, cette déclaration semblait avoir une part de vérité ?

Entre-temps, leur dispute avait attiré beaucoup d’attention. Les gens dans la cour les regardaient tous avec des expressions étranges. Maître Mercy avait abandonné ses tentatives d’éloigner le second Héritier et regardait maintenant autour de lui d’un air impuissant.

Un duel, hein…

Sunny effaça le sourire de son visage et dit d’un ton solennel :

“Je refuse.”

Tristan sourit.

“Formidable ! Alors invoque ton… hein ? Quoi ? Tu refuses ?”

Sunny acquiesça.

“Oui, je refuse. Quoi, tu es vraiment sourd ?”

Le jeune Maître sembla déstabilisé. Il le regarda quelques instants avec confusion, puis demanda d’une voix tremblante :

“Comment peux-tu refuser ? C’est lâche ! Tu n’as donc aucun honneur ?”

Amusé, Sunny secoua simplement la tête.

“C’est vrai, je suis un lâche, et je n’ai aucun honneur. En fait, je n’aimerais pas mourir en ayant de l’honneur. C’est une chose si répugnante.”

Après avoir été accosté par un jeune Maître arrogant et s’être vu demander s’il courtisait la mort, tout ce que Sunny avait à faire pour expérimenter le triumvirat complet des clichés était de gifler l’Ascendant Tristan. Mais il n’en avait pas l’intention…

Qui sait, peut-être ce pauvre fou souffrait-il vraiment d’un Défaut en rapport avec son caractère. Son comportement était trop exubérant pour s’expliquer par une simple témérité. De plus, Sunny ne ferait pas bonne figure en battant des enfants — sans parler du fait que son personnage inoffensif, méticuleusement cultivé, n’était pas censé pouvoir gagner un duel contre un Ascendant, qui plus est un Héritier.

Peu importe à quel point il voulait donner une leçon mémorable à ce gamin bruyant.

L’Ascendant Tristan souffla et fit la moue, le fixant d’un regard furieux. Puis, un sourire moqueur tordit soudain ses lèvres.

“N’aie pas trop peur, lâche, je ne te tuerai pas ! Nous allons juste nous battre en duel jusqu’au premier sang. Je… je refuse ton refus ! Invoque ton arme et affronte-moi !”

Sunny le regarda avec incrédulité pendant un moment.

Ah, au diable tout ça…

Il soupira.

“Jusqu’au premier sang ? Très bien… j’accepte.”

Son sourire devint un peu penaud.

“Mais, euh… je n’ai pas de Mémoire de type arme. Je ne peux donc pas en invoquer.”

En entendant ces mots, le jeune Maître Tristan pâlit :

“Tu… tu n’as même pas une seule Mémoire de type arme ? Et tu te prétends être un Ascendant ?”

Sunny se gratta l’arrière de la tête, le visage plein d’embarras.

“Je me considère comme un Ascendant… mais tous les Ascendants ne sont pas comme vous, des descendants de Clans célèbres. Personnellement, je gère un petit café et une boutique… la dernière fois que j’ai participé à une bataille, j’ai dû m’enfuir et j’en ai réchappé de justesse…”

Il s’agissait d’un combat contre un Tyran Maudit, mais ils n’avaient pas besoin de le savoir.

Maître Mercy semblait soulagé. Il poussa un long soupir et dit timidement :

“Allez, laissons tomber cette affaire. Tristan, il n’est clairement pas un…”

Mais son ami secoua furieusement la tête, invoquant une Mémoire.

“Non, je ne peux pas laisser tomber cette affaire ! J’exige satisfaction !”

Aussitôt, une lourde épée se manifesta à partir d’étincelles de lumière. Il se moqua avec mépris et fourra l’épée dans les mains de Sunny.

“Tiens. Cette épée s’appelle Briseur de Cœur, et c’est un héritage familial de mon clan ! Je te la prête pour aujourd’hui. Tu as le privilège de pouvoir la tenir, fripon !”

Ce disant, il secoua la tête et marmonna sous l’effet de son souffle :

“Ah, vraiment… je ne comprends pas pourquoi Dame Nephis s’associe à un tel gâchis… il a dû la tromper avec son apparence, le vaurien…”

Sunny tenait maladroitement l’épée et en reposait la pointe sur le sol. Non, vraiment, quelle était cette situation ? Pourquoi la personne qui l’avait provoqué en duel lui fournissait-elle une arme puissante pour se battre en duel ? Maître Tristan était-il vraiment sans cervelle ?

Au même moment, le jeune homme en question invoqua une autre Mémoire, une épée bien plus légère. À vue de nez, il donnait un avantage à son adversaire — une meilleure arme avec une plus grande portée.

Il se débarrassa également des couches extérieures de son armure, ne laissant derrière lui qu’une veste de gambeson.

“Et voilà ! Je n’utiliserai aucun enchantement, tu ne seras donc pas désavantagé ! Es-tu prêt ?”

Sunny resta coi un moment, puis haussa timidement les épaules.

“Je suppose que oui ?”

Le jeune Maître Tristan sourit.

“Alors, j’arrive ! Prépare-toi à être humilié, mauviette !”

Il brandit son épée et s’élança.

Sous les regards dubitatifs de toutes les personnes rassemblées dans la cour, le duel commença.

error: Contenue protégé - World-Novel