Accueil Article 5500-chapitre-88

5500-chapitre-88

Chapitre 88 – Bouquet De Lys

 

Traducteur : _Snow_

Team : World Novel

 

Dimanche 3 Décembre 1543

Les fêtes de fin d’année étaient arrivées, et avec elles les flocons purs – et considérables à cette époque – qui teintaient le monde de blanc.

Toutes les rues d’Ur – toutes les routes, tous les arbres – étaient enneigés, ce qui rendait la vie quotidienne beaucoup plus difficile qu’elle ne l’était d’habitude.

Les chevaux avançaient plus lentement à cause des amas de neige qui remplissaient toujours les routes dès le matin, et ceux qui prenaient habituellement les calèches pour se rendre à leurs différentes destinations arrivaient plus tard que prévu.

Les voitures à vapeur étaient la seule alternative pour rattraper le temps perdu pendant que les paysans, qui acceptaient n’importe quel travail pour quelques maigres pence, déblayaient la neige indésirable. Mais la hausse de leur coût, due à l’augmentation de la demande, rendait leur emploi impossible pour tous ceux qui n’appartenaient pas à la partie supérieure de la classe moyenne ou à la classe supérieure.

Le transport n’était pas le seul problème de l’hiver, il y avait aussi l’augmentation du taux de mortalité dans la ville ; et c’était une région principalement dominée par les paysans.

La plupart d’entre eux n’avaient pas les moyens d’acheter des bûches de bois et finissaient toujours par mourir de froid. Et même s’ils pouvaient s’offrir des bûches de bois pour un foyer de fortune dans leur crèche, cela signifiait qu’ils devaient sacrifier quatre-vingt-dix pour cent de leurs repas, ce qui conduisait certains d’entre eux à mourir de faim.

Ainsi, lorsque la saison des fêtes arrivait, les paysans n’avaient plus qu’à choisir leur chemin vers la mort, qu’il s’agisse de mourir de faim ou de froid.

Pendant cette période, le taux de criminalité est également monté en flèche, bien que le couvre-feu décrété par l’empereur n’ait pas diminué d’intensité.

Il semblait que les criminels considéraient cette période comme une sorte de célébration, puisque décembre était le mois de la fondation de l’empire de Fitzroy – précisément le vingt – et que le premier janvier était le jour où la guerre contre Lemur avait été gagnée.

Pour eux, une saison festive exige des festivités, et la seule façon de le faire est de commettre des actes odieux, ce qui fait que les postes de police en sont envahis jusqu’à la nuit.

On pensait également que davantage de personnes perdaient leur emploi durant cette période de l’année, car le nombre de mendiants, ainsi que de sans-abri, qui logeaient dans les ruelles et sous les ponts, augmentait de manière significative.

Rétrospectivement, les fêtes de fin d’année ont été ce qu’elles étaient censées être : une période de célébration. Mais en réalité, seul un petit nombre de personnes ont participé à cette célébration.

Pour certains, c’était une période de douleur et de souffrance, tandis que pour un jeune homme – à ce moment-là – c’était l’occasion de marquer un nouveau départ – un nouveau commencement issu de sa fin.

Malgré l’ampleur du travail de déblayage effectué au petit matin – longtemps après que le brouillard froid habituel à cette saison se soit dissipé – l’allée du cimetière de Spearhead portait encore la marque de la neige.

En vérité, les flocons n’avaient pas cessé de tomber du ciel, ce qui était tout à fait naturel. Mais ce qui ne l’était pas, c’était la présence d’une personne dans cette zone isolée de Sailport, qui n’avait été réservée qu’à l’existence de cimetières et à la présence d’arbres et de buissons, un dimanche matin.

Elmer Hills était adossé à la moitié droite de la clôture en briques qui entourait le cimetière de Spearhead, utilisant le battant droit de la grille ornée ouverte comme une sorte d’ombre, de sorte que sa présence était presque totalement silencieuse, ce qui le rendait presque invisible.

Il était vêtu d’un col roulé blanc et d’un pull en coton, complété par un long et lourd pardessus et des gants de cuir de la même couleur que son pantalon noir, tandis que sur sa tête reposait un bonnet de laine, qui ne parvenait pas à retenir chaque mèche de ses cheveux bruns.

Dans sa paume droite, il tenait un bouquet de fleurs, dont les pétales, d’un blanc immaculé comme la neige tombant du ciel, s’épanouissaient en trompettes élégantes sur une tige élancée. Elles étaient pures et se fondaient dans l’atmosphère chaleureuse mais sombre qui régnait dans un cimetière.

C’était un bouquet de lys.

Soudain frappé par le sentiment qu’une heure s’était écoulée, Elmer plongea sa main gauche dans la poche à rabat de son pardessus, en sortit une montre à gousset en argent et l’ouvrit d’un coup sec.

“Dix heures”, marmonna-t-il, la voix dépourvue de tout enthousiasme, tandis que l’aiguille des minutes de sa montre tombait sur le nombre ‘douze’.

Il dirigea ensuite ses yeux bruns et étroits vers l’entrée de la grille à côté de laquelle il se cachait, adoptant une attitude qui donnait l’impression qu’il attendait l’apparition de quelque chose ou de quelqu’un.

Et ce fut le cas au bout d’une minute ou deux, lorsqu’une jeune femme tenant un petit sac à main fleuri sortit du cimetière.

Elle était vêtue d’une longue robe noire dépourvue de tout ornement, de gants d’opéra de la même couleur et d’un chapeau de cocktail dont le visage était caché par un voile en résille.

Ses épaules étaient visiblement affaissées, et chaque pas qu’elle faisait était plombé et traînant, presque comme un escargot, ce qui donnait l’impression que son voyage vers le boulevard prendrait plus de temps qu’il ne le devrait.

Elmer expira à cette vue, une expiration si lourde qu’elle prit une seconde de visibilité dans l’air froid avant de disparaître.

Il ferma sa montre à gousset après que la dame se fut évaporée au loin et la remit dans sa poche, puis il resserra sa prise sur le bouquet qu’il tenait avant de s’avancer dans le cimetière vide.

Tout comme les sous-bois et les statues d’anges pleureurs qui faisaient partie du décor, presque toutes les pierres tombales qui jaillissaient du sol étaient recouvertes de taches blanches.

Mais même avec la neige accentuant leur ressemblance, Elmer n’a pas été ralenti, ne serait-ce qu’un peu, pour s’approcher de l’unique tombe qu’il cherchait. Après tout, cela faisait deux semaines qu’il surveillait le cimetière de Spearhead afin de localiser avec précision cette tombe parmi les innombrables pierres tombales.

“Cela faisait longtemps”, dit Elmer en s’arrêtant devant une pierre tombale sur laquelle il y avait le moins de flocons blancs congestionnés que dans le reste du cimetière. Elle donnait l’impression que la neige qu’elle était censée porter depuis la nuit précédente avait déjà été balayée.

Elmer soupira en se penchant pour ajouter son bouquet de lys à celui de chrysanthèmes frais placé devant la pierre tombale :

‘Edna Smyth, 1508 – 1543, une belle dame et la meilleure mère que le monde ait jamais pu donner’.

Il resta penché en silence pendant quelques secondes, jusqu’à ce qu’il se décide enfin à lâcher les mots qui s’étaient accumulés dans son esprit.

“Un bon professeur”, murmura-t-il avant de se redresser dès qu’il eut enlevé la neige sur la pierre tombale.

“Je sais qu’il serait impossible que tu sois heureux de ma présence ici, alors je ne prendrai pas trop de temps.” Elmer plongea ses mains dans ses poches. ” Tu as dit que l’Église m’étiquetterait comme un corrompu et me traquerait. Je ne sais pas comment cela s’est passé, mais en tout cas, j’ai été prudent dans ma vie quotidienne à cause de ces mots. Hmph… C’est même au point que je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre un faux nom.”

Il regarda autour du cimetière pour tenter de confirmer s’il était vraiment vide, et ne se retourna vers la pierre tombale de Mlle Edna qu’une fois satisfait.

“Je me fais appeler Floyd maintenant, Floyd Edgar.” Elmer se pinça les lèvres. “Et par chance, Eddie et toi êtes les seuls Ascendants à m’avoir jamais vu.”

Il s’arrêta un instant puis jeta un coup d’œil vers la porte.

“Je l’ai vue partir. Elle était encore belle, mais fatiguée.” Il soupira ensuite. “Kate est une femme forte, Mlle Edna, presque autant que toi. Malgré ta mort, elle a poursuivi ce qu’elle était censée faire.”

Son regard se porta à nouveau sur la pierre tombale devant laquelle il se tenait.

“J’ai assisté à sa cérémonie de remise des diplômes et je l’ai vue recevoir le prix de la meilleure interprétation au piano lors de l’examen d’entrée. Elle a dû t’en parler, évidemment. Et même si elle ne l’avait pas fait, je ne pense pas être en position de faire cela pour elle. Pardonne-moi mon impudence”.

Elmer inspira profondément et secoua la tête.

“Je crois que j’ai passé assez de temps ici. Je n’ai pas réussi à trouver où Eddie est enterré, mais je vais continuer à essayer et j’espère que j’y arriverai un jour pour pouvoir lui rendre visite à mon tour.”

Il posa ses yeux sur les fleurs qu’il avait apportées pour Mlle Edna.

“Oh, une dernière chose. J’ai choisi ces lys pour une raison précise. Ils représentent l’innocence retrouvée d’une âme à la mort, ce que je souhaite pour toi. Même si nous ne nous connaissions pas depuis longtemps, tu étais une personne merveilleuse pour moi. Je sais que ce que j’ai fait était égoïste, mais je ne le regrette pas. Si on me disait de tout recommencer pour la même raison égoïste, je le ferais. Et c’est pourquoi je continuerai à me détester pour l’homme que je suis devenu… pour toujours.”

Il se moqua ensuite en se rappelant quelque chose.

“Tu veux connaître l’ironie de la chose ? La capacité que j’ai obtenue en m’élevant dans l’Échelon Inférieur. Bon sang, c’était risible quand j’ai été imprégné de cette connaissance. D’une certaine manière, on m’a accordé le pouvoir que je recherchais le plus, mais en même temps, je suis incapable de l’utiliser pour faire ce que je veux le plus. Jamais, en un million d’années, je ne me serais attendu à un tel résultat. Mais, en vérité, on m’a parlé un nombre incalculable de fois… de ces caractéristiques, alors j’aurais dû au moins en reconnaître la possibilité, n’est-ce pas ?”

Aucune réponse ne vint, et il savait qu’aucune attente en silence n’y changerait rien.

Elmer ferma les yeux avec un soupir, puis enleva son chapeau, le plaça fermement sur sa poitrine et s’inclina, exposant les mèches blanches presque indiscernables qui avaient envahi le centre de ses cheveux bruns.

“Reposez en paix, Mlle Edna Smyth. Vous étiez quelqu’un de bien.”

Il se redressa et remit son chapeau sur sa tête, et à cet instant, il laissa entrevoir à ses yeux le ciel bleu qui jetait des flocons de neige.

Instinctivement, Elmer sortit sa main gauche de sa poche et la tendit vers l’avant, attrapant une goutte de neige qui tombait.

” Tu sais, Mlle Edna, pour un monde où existent des choses aussi blanches et pures que la neige, il y a beaucoup de vide et d’obscurité.”

Dans un souffle d’air froid, il serra la neige entre ses paumes avant de se retourner vers la porte du cimetière. Mais alors qu’il faisait le premier pas pour quitter les lieux, un flot de larmes coula dans ses yeux sans qu’il ne le veuille, ce qui l’obligea à la fois à arrêter ses mouvements et, pour la première fois depuis des semaines, à sourire.

“Il semblerait que les larmes se soient enfin libérées.”

—FIN DU VOLUME 1: FAUX PRODIGE—

error: Contenue protégé - World-Novel