Accueil Article 5498-chapitre-86

5498-chapitre-86

Chapitre 86 – Cours Elmer, Cours

 

Traducteur : _Snow_

Team : World Novel

 

Elmer s’était recroquevillé dans les ombres qui obscurcissaient le coin gauche de sa chambre, et il le faisait d’une manière qui donnait l’impression qu’il se cachait craintivement d’une sorte de monstre d’un autre monde, évoquant un Égaré qui cherchait à le dévorer.

Son corps tremblait doucement et ses yeux étroits étaient solidement fixés, bien qu’un peu flous, sur le revolver désormais repoussé qui se trouvait à quelques centimètres de la pointe de ses bottes.

Il pouvait sentir le bord de ses lunettes sur l’arête de son nez, il savait donc qu’il n’en était pas dépourvu. Pourtant, sa vision était quelque peu altérée. Il devrait voir clairement, mais ce n’était pas le cas, et il croyait que c’était le résultat de son agitation.

Mais même avec sa vue affaiblie, il était encore capable de distinguer les objets qu’il avait disposés sur le sol en bois à côté de son revolver. Des objets qui comprenaient un petit sac en papier brun – semblant contenir quelque chose – la lettre du messager, ainsi que sa sacoche.

L’image de ce qu’il avait fait, qui avait fait que sa chemise était tachée de traces de sang à quelques endroits, ne pouvait pas sortir de sa tête. Il était incapable de l’effacer de son esprit, peu importe ses efforts, et la peur incessante qu’il n’y parviendrait jamais faisait naître un froid mordant sur sa peau, un froid encore plus grand que celui qui prévalait les nuits d’hiver.

Elmer libéra les paumes de ses biceps et les étendit devant ses yeux. Même si sa vue avait été trop affaiblie par l’anxiété qui le tenaillait, cela ne l’empêchait pas de voir l’illusion qui le hantait depuis un temps qui commençait à lui sembler être des heures. L’illusion du sang qui s’écoulait inlassablement de ses mains, un sang qui n’était évidemment pas le sien.

Après avoir commis l’acte odieux d’envoyer Craig, Eddie et Mlle Edna à la mort à cause de ses objectifs personnels, il avait pris conscience de la situation dans laquelle il se trouvait, ce qui l’avait poussé à prendre des mesures qui l’avaient encore plus dégoûté.

Les paroles de Mlle Edna, selon lesquelles l’Église le poursuivrait pour avoir pris des mesures aussi barbares, avaient été le catalyseur qui l’avait poussé à paniquer pour nettoyer tout ce qui pouvait donner de l’allure à ses exploits, ce qui l’avait amené à retirer les balles de ses victimes.

Cela avait été désagréable, d’enfoncer ses doigts dans le crâne des personnes qu’il avait assassinées et d’en extraire la source de leur mort. Pour Craig, cela avait aussi impliqué son abdomen, et c’était principalement ce processus qui avait fait que les mains d’Elmer étaient devenues un amas de sang.

Tout ce qu’il avait fait, c’était d’empêcher la divination de son emplacement, car l’une des bases pour que cela fonctionne était d’avoir un objet avec lequel la personne recherchée était entrée en contact, et ses balles répondaient à cette exigence.

Mais ce n’était pas la seule raison de ses actions, du moins en ce qui concerne Mlle Edna. Puisqu’il avait besoin de son sang pour préparer l’élixir qui lui permettrait d’accéder à l’Échelon 10, la balle enduite de son sang était nécessaire.

Pour ce qui est de l’Échelon d’Eddie, Elmer avait des doutes quant à son ascension.

L’Échelon 10 était plus proche de son Échelon Nouveau-Nés, il n’avait donc pas trop de soucis à se faire quant à sa capacité à y accéder. Mais pour l’Échelon 9, il craignait que sans se donner le temps de s’adapter à l’Échelon 10, sa spiritualité ne soit pas capable de supporter l’ascension, et que tout ce qu’il avait fait ne serve à rien, car il succomberait à la folie et se transformerait en Égaré.

Pourtant, la façon dont il menait sa vie n’était-elle pas axée sur les risques ? Pourquoi devrait-il retarder son ascension parce qu’il craignait de perdre la tête alors qu’il avait un chemin devant lui ? Que ferait-il si son hésitation lui coûtait ?

La situation dans laquelle il se trouvait à ce moment-là ne lui avait pas permis de calmer ses pensées ardentes, aussi les avait-il rapidement écartées dans son anxiété, pour se concentrer sur l’importance de ce qui se présentait à lui.

Il avait ensuite pris la balle imbibée du sang de Mlle Edna et l’avait enveloppée dans un morceau d’argent avant de la déposer dans sa sacoche. Puis pour celle de Craig et celle d’Eddie, il les avait partagées entre ses poches, l’idée lui venant de se débarrasser de celle de Craig quelque part où elle serait inaccessible dans un avenir proche, tandis que celle d’Eddie finirait par subir le même sort s’il décidait plus tard de ne pas s’élever à l’Échelon 9.

Après avoir séparé les balles et nettoyé les cadavres de tout ce qui le concernait, il s’était mis en quête d’un trou où l’eau de la pluie s’était infiltrée pour se laver les mains du sang de ses meurtres.

Par la suite, il avait pris l’initiative d’utiliser son ouïe accrue pour freiner l’agitation que lui causaient sa respiration accélérée et son estomac agité, sachant que pour que la phase finale de son plan fonctionne, il devait avoir l’esprit calme.

Mais à cause de cette décision, le monde était devenu flou et lent pour lui à ce moment-là, le forçant constamment à regarder par-dessus ses épaules alors qu’il retirait La Torche du Démoniste de la poigne serrée du cadavre de Mlle Edna et qu’il s’approchait de la porte du dock.

Son esprit et son cœur étaient calmes, mais ses sens ne l’étaient pas, pour une raison ou une autre.

Le sentiment d’être observé par d’innombrables yeux avait enveloppé son corps, et c’est pourquoi il avait accéléré ses pas, pressé de quitter la scène de ses crimes.

Lorsqu’Elmer s’était présenté à la vue du garde du quai, suite au déverrouillage de la porte latérale après ses coups incessants, il avait serré les lèvres et froncé les sourcils pour paraître à la fois tendu et prudent, puis il avait dit d’un ton agité : “Fermez immédiatement la porte et attendez dans votre cabane. Veillez à verrouiller la porte également. Nous avons trouvé la personne que nous cherchons et mes compagnons sont en train de l’attaquer. Je suis en route pour demander du renfort à la police, alors assurez-vous de rester caché jusqu’à ce qu’ils arrivent.”

Sa façon de parler avait fait frémir d’effroi le jeune garde, qui avait bien sûr écouté ses paroles sans poser de questions, tout en lui laissant le champ libre jusqu’à la voiture qu’Eddie avait louée.

Auprès du cocher, Elmer avait tout d’abord confirmé qu’Eddie lui avait bien remis un papier d’accord, un papier qui portait un sceau de l’Emblème du Temps imprégné de l’essence de la vitalité, et aussi qu’il ne restait plus que huit minutes avant que l’horloge ne sonne dix heures.

Sachant qu’il n’était pas nécessaire de tromper le cocher avec ses mots, puisqu’aux yeux de l’homme il était un compagnon de celui qui l’avait employé, Elmer avait demandé qu’on le conduise au pub de l’Orbe du Destin dans le District Étranger, et le cocher avait obéi sur-le-champ.

Arrivé à la destination demandée, Elmer avait cajolé le cocher pour qu’il lui prête trente mints sous le déguisement de “c’est pour la mission”, et en promettant également qu’il serait remboursé avec des intérêts.

L’homme n’avait pas discuté, semblant penser que la situation était grave, et avait remis la somme demandée.

Elmer ne s’était pas permis de perdre de temps avec cela, car il avait commencé à sentir s’amenuiser les efforts qu’il faisait avec son ouïe accrue pour garder ses émotions sous contrôle, sachant que sa rationalité serait perdue avec le retour du sentiment de tourmente que son corps avait ressenti à l’embarcadère.

Ayant remarqué, en poussant la porte, que la supposition qu’il avait faite dans le wagon concernant les pubs fermant probablement plus tard que les autres commerces était vraie, Elmer s’était précipité vers le barman à la queue de cheval qui était encore en train d’essuyer les gobelets et de les replacer sur leurs étagères en préparation de la fermeture.

“Marché noir”, avait-il marmonné à la hâte, tout en se demandant si ce lieu secret et souterrain était encore fréquenté malgré le couvre-feu qui s’annonçait. Il comptait sur la réponse du barman pour l’éclairer sur ce point.

Le jeune barman avait laissé l’hésitation tacher son visage avec les mots d’Elmer.

“Il reste moins d’une heure avant le couvre-feu”, répondit-il.

“J’ai juste besoin de dix minutes”, ajouta Elmer sans hésiter. “C’est encore ouvert ?”

Le barman acquiesce, puis se retourne, face à l’horloge, pour confirmer qu’il était bien 10 h 15.

“Dix minutes”, dit-il. “C’est tout ce que vous avez. L’établissement ferme dans trente minutes, et quiconque s’y trouvera d’ici là ne pourra plus en sortir.”

Elmer s’est alors immédiatement dirigé vers le bas, passant devant l’homme costaud en trench-coat et chapeau haut de forme qui gardait la première porte, ainsi que les deux hommes qui gardaient celle menant à l’escalier descendant, ces derniers mots n’ayant rien changé à l’agitation de son cœur stable.

Le marché noir avait été bien trop peu fréquenté, du moins comparé à ce qu’il y avait vu auparavant, et chacune des personnes qui s’y trouvaient encore se dépêchait de faire ses affaires, cherchant à vouloir sortir avant que le couvre-feu ne les rattrape. Elmer n’avait pas dérogé à la règle, et il était heureux que le magasin d’ingrédients soit resté vide et que le vendeur soit resté de l’autre côté du comptoir ombragé.

Il avait immédiatement acheté deux peaux muées de geckos léopards, son estimation de l’achat précédent d’une peau à un prix d’environ dix mints chacune s’étant avérée correcte puisqu’il les avait achetées pour vingt-cinq mints à un prix défiant toute concurrence.

Après avoir conclu ses transactions au District Étranger, il avait demandé au chauffeur de se rendre ensuite à l’avenue Farend.

Là, Elmer avait terminé son travail en remettant La Torche du Démoniste à son propriétaire, tout en s’excusant de son incapacité à l’empêcher d’être utilisée, après quoi il avait reçu son solde de soixante pour cent.

Il savait qu’il devait l’acquérir pour la prochaine étape, compte tenu de son statut.

De sa paie, il avait remboursé les trente mints qu’il avait empruntés, avec vingt de plus comme intérêts, puis il avait donné cent mints au cocher comme frais pour sa prestation, de toute évidence bien au-delà de ce qui était dû.

Mais il l’avait fait pour une raison, une raison qui était que le cocher se rende au poste de police et amène des officiers sur le quai, sur la scène de ses meurtres. Il ne pouvait pas laisser les corps de Mlle Edna et d’Eddie gisant sur le sol froid des docks ; il n’en était pas à ce point.

Le cocher n’avait pas cherché à savoir pourquoi Elmer ne l’accompagnait pas, probablement parce qu’il avait senti qu’il y avait une raison de le faire, ou peut-être parce qu’il avait été payé. Il s’était contenté de fouetter ses chevaux de trait au trot accéléré sans se plaindre, après qu’Elmer lui eut dit de simplement rapporter à la police ce dont il avait été témoin.

Elmer n’avait pas formulé de mensonge pour se retirer de la scène, car il savait que cela ne ferait qu’aggraver sa situation.

Dans les circonstances actuelles, il serait considéré comme un Ascendant ayant fui les lieux, un lâche. Ainsi, il ne serait pas étiqueté par la police comme un meurtrier, ce qui réduirait ses chances d’être attrapé plus tard.

Et d’après la façon dont les choses s’étaient déroulées avec ses propres emplois, il pensait que seuls les Ascendants de l’Échelon Inférieur le rechercheraient une fois qu’ils auraient découvert ce qui s’était réellement passé sur le quai, pensant que le fait qu’il soit étiqueté comme un corrompu ne l’amènerait en aucun cas à être impliqué avec les responsables de la police de la ville.

Ainsi, il ne serait poursuivi que par un seul camp et non par deux. Ce n’était pas grave, cela ne le dérangeait pas.

Telles étaient les pensées d’Elmer alors qu’il montait dans un chariot de nuit, un chariot qui rentrait chez lui pour la journée, et qu’il payait quarante pence pour leur peine.

En entrant dans sa chambre, il avait instantanément emballé ses affaires et celles de Mabel, en pensant à leur fuite, ce qui avait été la principale raison pour laquelle il n’avait pas permis que sa paye de soixante pour cent soit laissée derrière lui.

Mais juste au moment où il avait fini de ranger ses affaires, les effets de son pouvoir s’étaient dissipés, provoquant instantanément le retour de ses émotions en cage, apportant avec elles un sentiment qui avait laissé les jambes d’Elmer agitées. Un sentiment qui l’avait imprégné de la peur d’être observé, d’une poitrine oppressée, et qui avait aussi fait frémir son estomac lorsque l’illusion de ses mains tachées de sang était apparue devant ses yeux.

C’est la turbulence de ces sensations se chevauchant dans son corps qui l’avait envoyé dans un coin de sa chambre, qui l’avait poussé à écarter de lui tous les matériaux ayant trait à ses actes odieux, et à les observer au fur et à mesure que le temps passait.

Maintenant, il ne savait pas combien de temps il avait passé à se cacher de rien, et s’il était déjà recherché par un Ascendant de l’Échelon Inférieur – ce qui, selon lui, était trop tôt pour se produire.

Elmer expira lorsque l’illusion de ses mains tachées de sang disparut. Puis il porta son regard sur Mabel qui gisait, aussi inerte qu’elle l’avait été pendant des années. La seule flamme de la bougie posée sur la table à côté du lit était la seule chose qui permettait à Elmer de voir clairement le visage de sa sœur, ainsi que ses yeux éteints qui fixaient le plafond.

Il se mordit la lèvre inférieure si fort qu’il se la coupa, faisant couler du sang sur sa langue.

“Qu’est-ce que je fais ?” se demanda Elmer d’une voix bien inférieure à un murmure, alors qu’il distinguait la saveur métallique habituelle du sang. Le goût semblait avoir libéré son corps du sentiment d’anxiété qu’il ressentait et, en retour, avait ramené son esprit à la normale.

Il n’avait plus besoin de se poser de questions, il savait déjà ce qu’il devait faire. Il s’y était déjà préparé avant même d’avoir tiré sur Craig Wiley.

Ne perdant pas une seconde de plus, Elmer inspira profondément et augmenta encore une fois son ouïe, l’utilisant pour stabiliser son rythme cardiaque et l’assaut des émotions qui avaient envahi son corps. Après quoi, il ramassa le sac en papier contenant ses peaux de gecko, les ingrédients de la Voie du Temps, ainsi que sa sacoche, et se leva.

“Nous allons bientôt partir.” Elmer jeta un rapide coup d’œil à Mabel. “Juste… Juste un instant.”

Et sur ce, il sortit précipitamment de l’immeuble dont il était locataire et, sous la lumière de la pleine lune, se faufila jusqu’à l’appartement huit – la maison de son propriétaire.

error: Contenue protégé - World-Novel