Accueil Article 5495-chapitre-83

5495-chapitre-83

Chapitre 83 – Monstre

Traducteur : _Snow_

Team : World Novel

Tout se déroulait selon le plan d’Elmer, qu’il avait mis au point après avoir visualisé d’innombrables façons de mettre fin à la vie de ses compagnons pendant qu’il était dans l’entrepôt.

Le feu qui avait attiré l’attention de Mlle Edna sur la Torche du Démoniste, et qui lui avait permis de tirer une balle sur Eddie, était le résultat de l’imprégnation de la spiritualité rouge représentant la chaleur sur le papier d’argent qu’il avait caché à l’intérieur de la torche.

Cette partie de son plan avait été l’une des choses qui lui avaient fait craindre le taux de réussite de son plan jusqu’à présent.

Il s’était dit qu’une fois que la pluie aurait touché le papier d’argent, il aurait été difficile qu’il s’enflamme. C’est pourquoi il avait fait quelques tests dans l’entrepôt, utilisant le peu d’humidité qu’il avait pu extraire de ses vêtements pour humidifier quelques papiers d’argent afin de confirmer qu’ils pouvaient être enflammés par l’essence de spiritualité même s’ils étaient mouillés.

Il ne se souciait guère de l’argent qu’il gaspillait en ce moment puisqu’il avait déjà fait un trou dans tout ce qu’il avait afin d’étouffer son premier coup contre Craig Wiley.

En vérité, c’était la plus petite des choses. Avec tout ce qui lui passait par la tête, il pouvait difficilement montrer de l’amour pour quelques papiers d’argent à ce stade. Il ne pouvait même pas s’aimer lui-même en ce moment.

Mais au moins, tout se passait comme il l’avait souhaité, n’est-ce pas ?

Comme il l’avait testé, suffisamment d’essence de spiritualité s’était enroulée autour du morceau d’argent dans l’applique sans le faire s’effondrer, et s’était avérée suffisante pour y mettre le feu dès qu’il avait claqué des doigts et envoyé une étincelle à travers la corde de spiritualité qu’il avait créée.

C’est grâce à cette émergence momentanée fonctionnant comme Elmer l’avait préparé qu’il avait pu forcer Mlle Edna à détourner son attention de lui et d’Eddie. Et c’est ainsi que l’homme aux magnifiques cheveux noirs longs jusqu’aux épaules, caressés ici et là par des mèches blanches, s’est retrouvé dépourvu de vie alors qu’il tombait sur le côté, sur le sol de granit mouillé du quai.

Le bruit du coup de feu qui s’était abattu sur le paysage résonna comme une chanson qui semblait appeler une ombre morose sur le paysage, mais avant que cela n’ait pu se transformer en un silence sinistre, Elmer pivota rapidement, mais avec raideur, sur ses pieds et tourna la bouche de son revolver vers Mlle Edna.

C’est à ce moment-là, dès qu’il a vu ce qui composait ses yeux, qu’il a pleinement réalisé l’ampleur de la mesure irréversible qu’il avait prise pour assurer la réussite de ses objectifs.

Mlle Edna s’était déjà complètement effondrée sur le sol après le coup de feu, et de là, à genoux, observait Elmer avec des yeux plus grands ouverts qu’à l’ordinaire.

Sa respiration s’était accélérée, son corps s’était visiblement tendu, et sa poigne s’était manifestement resserrée sur La Torche du Démoniste dont la flamme s’était éteinte. Et même si elle avait la bouche ouverte, en plus de ses yeux rouges exorbités qui lui donnaient un air hébété, les mots n’arrivaient pas à sortir de sa bouche.

Elmer pouvait voir à quel point elle essayait de repousser les réponses que son cerveau aurait pu lui donner sur ce qu’elle venait de voir, et c’est pour cette raison qu’il a vu sa main armée trembler tellement qu’il a dû la soutenir avec son autre main.

Une sensation de lourdeur envahit alors son corps, accompagnée de quelques autres, sous la forme d’une morne sensation dans sa poitrine, ainsi que la sensation inconfortable que son estomac se nouait d’une manière excentrique.

Chaque bouffée d’air qu’il inspirait devenait lourde, et il semblait que plus il inspirait, plus son corps devenait pesant.

Peut-être devrait-il s’arrêter de respirer ? La douleur qui s’était emparée de lui s’en trouverait-elle considérablement atténuée ? Peut-être…

Il l’avait vraiment fait, n’est-ce pas ?

Eddie avait été tué de ses propres mains, n’est-ce pas ? Et aussi pathétique qu’il soit, il ne pouvait même pas se retourner pour jeter un coup d’œil à la personne qu’il avait assassinée.

D’une certaine manière, c’était beaucoup plus difficile qu’avec Craig.

Était-ce parce qu’il avait partagé quelques moments avec Eddie ? Était-ce pour cela qu’il avait si mal ?

Ou était-ce parce que son corps lui donnait un prélude à ce qu’il ressentirait s’il envoyait une balle dans la tête de Mlle Edna ?

“Monsieur Elmer”, Mlle Edna retrouva enfin sa voix, mais elle était bien plus faible que son souffle et remplie de fluctuations causées par des sortes de frissons que son être intérieur semblait avoir. ” Que se passe-t-il ? ”

Les épaules d’Elmer se baissèrent instinctivement, comme s’il essayait d’épargner sa vie, alors que son esprit revenait à la femme à genoux devant lui. Il secoua la tête, la bouche baissée et serrée d’une manière qui ne pouvait être causée que par une grande misère.

“Je…” Il essaya de parler, mais il ne parvint pas à sortir les mots. “Je…” Il retomba dans ses travers, et c’est alors que Mlle Edna secoua elle aussi la tête et se décala en avant sur ses genoux.

“Non. Non. Vous n’avez aucune raison de vous précipiter. Laissez-vous aller lentement. Je vous écouterai. Je l’ai toujours fait”, dit-elle d’un ton qu’Elmer aurait considéré comme le calme maternel associé à son comportement en d’autres temps, mais en ce moment, il n’avait pas cette bienveillance.

Il pensa à Eddie qui gisait derrière lui, mort à cause de ce qu’il avait fait, et en vint à la conclusion que toute tentative de Mlle Edna pour lui faire entendre raison à ce moment-là était très probablement fausse.

Elmer raffermit instantanément ses épaules une fois de plus, serrant fermement son revolver des deux mains en le pointant sur elle.

Oui. Il avait raison. Il pouvait le voir. Il voyait que ce qu’elle essayait de faire n’était qu’un stratagème pour se rapprocher de lui et le reprimer. Elle était une Ascendante de l’Échelon 10, il devait faire attention ou c’est lui qui finirait par perdre la vie ce soir. Il ne pouvait pas lui faire confiance. Il ne pouvait pas baisser sa garde.

“Gardez vos mains sur l’artefact !” ordonna-t-il, et Mlle Edna frémit, son visage prenant une expression de confusion pendant une seconde seulement avant de basculer dans une acceptation découragée de ce que la situation impliquait. “Et ne bougez plus”, ajouta Elmer. “Si vous le faites, je n’hésiterai pas à appuyer sur la gâchette.”

En plus d’utiliser l’applique, dont le feu était maintenant épuisé, pour la distraire, ainsi que pour la garder où elle était et dissiper tout plan qu’elle pourrait avoir pour entrer dans sa tête, il lui avait également donné l’artefact pour une autre raison qui impliquait ses charmes.

Épuisée ou non, il ne pouvait pas risquer qu’elle ait l’occasion de s’en emparer. Elle mourrait peut-être si elle s’en servait, mais ce dont il était sûr, c’est qu’il partirait avec elle.

Mlle Edna roula lentement la tête. “Pourquoi faites-vous cela ?” Sa question avait changé du tout au tout par rapport à la précédente, mais elle était plus adaptée à la situation actuelle. “Je ne comprends pas. Pourquoi… Qu’est-ce…” Elle s’était mise à trembler légèrement, et ses mots avaient donc du mal à quitter ses lèvres.

Son regard s’était déjà baissé vers le sol tandis que sa voix tremblait sous l’effet de la corrélation entre la confusion et la peur qui s’insinuait visiblement dans son corps.

Elmer pouvait voir qu’elle avait finalement pris conscience du danger imminent qu’il représentait pour sa vie, et que sa situation actuelle ne lui permettait pas de lutter contre ce danger. Ainsi, sa quête désespérée de réponses n’était que le résultat de sa recherche misérable d’une bouée de sauvetage face au péril imminent que sa présence évoquait.

Tout à coup, Elmer eut l’impression que son cœur se déchirait.

C’était comme si chaque côté avait été attaché par une corde épaisse à un cheval différent et qu’ils couraient vers les directions opposées, tirant comme si c’était une sorte de sport de déchirer son cœur en deux, ou plutôt, une punition rappelant la méthode d’exécution par écartèlement typique de l’époque médiévale.

Il ne voulait vraiment pas lui faire ça – il n’avait pas voulu non plus mettre fin à la vie d’Eddie ni à celle de Craig.

Mais que pouvait-il faire d’autre ?

Les choses ne s’étaient jamais bien passées pour lui, pas depuis le premier moment dont il se souvenait.

Peut-être était-il maudit ? Car jusqu’à présent, il n’arrivait pas à comprendre pourquoi un garçon de cinq ans se réveillait en pleine nuit sur le seuil d’un orphelinat avec sa sœur nouveau-née dans les bras, alors qu’il n’avait aucun souvenir de ce qui s’était passé jusqu’à présent. Il n’a aucun souvenir de ses parents, ni de l’endroit où il vivait auparavant, ni de lui-même.

Il n’avait appris son nom et celui de sa sœur que grâce au papier qu’il avait serré dans sa paume à ce moment-là.

Qu’est-ce que commencer une vie de cette manière pouvait signifier d’autre que d’être maudit ? Et puis, huit ans plus tard, sa seule famille lui avait été arrachée, ce qui l’avait amené à ce stade – une phase dans laquelle il n’aurait jamais imaginé que sa vie se déroulerait.

C’était la triste réalité de ce qu’il était, de ce qu’était Elmer Hills.

C’était un garçon, sans talent et sans connaissance du monde, qui s’aventurait dans les méandres du surnaturel pour ramener la seule famille qu’il lui restait. Et en tant que tel, il n’avait plus de corde sensible à laquelle s’accrocher pour tirer sur une autre personne. Il n’y avait plus d’espace dans son esprit pour s’intéresser à quelqu’un d’autre. La seule personne sur laquelle il devait se concentrer était sa sœur. Seulement Mabel.

La posture de Mlle Edna devint rigide là où elle était agenouillée, sa poigne se resserrant sur le mystérieux artefact qu’elle tenait dans ses mains. Elle secoua la tête faiblement, puis les paupières inférieures de ses yeux semblaient gonflées tandis que ses orbites étaient devenues d’un rouge profond bien qu’elle n’ait pas encore versé de larmes.

“Dis quelque chose”, marmonna-t-elle, la voix tremblante, teintée à la fois de peur et de déception.

Elmer avait entendu ses paroles, mais les battements de son cœur, plus forts les uns que les autres, étaient plus bruyants, et c’est cela, ainsi que les regards hébétés de Mlle Edna, qui l’avait forcé à se lasser enfin de son silence.

Il ne voulait plus entendre les battements de son cœur.

Elmer se mordit la lèvre inférieure avant de dire : “Je ne veux pas. Mais c’est le seul moyen pour moi de m’élever sans tarder.”

Mlle Edna sursauta brusquement, ses sourcils s’envolant vers le haut tandis que son visage se relâchait.

“Qu’est-ce que tu viens de dire ? Comment as-tu…” La tension qui avait envahi son corps avait visiblement baissé d’intensité, et Elmer comprit immédiatement pourquoi, à la fois par ses paroles et par sa réaction.

Pour l’instant, il ne se souciait guère de savoir comment Mlle Edna connaissait la méthode sans être étiquetée comme une corrompue par l’Église, comme elle et Eddie l’avaient prétendu.

Peut-être que l’Église a enseigné cette méthode et ses dangers dans son institut, ou peut-être qu’elle l’a découverte d’une autre manière et que l’Église l’a gardée secrète pour une raison ou pour une autre. Peu importe, cela n’avait pas d’importance pour lui.

Tout ce qui comptait, c’était que sa réaction avait mis un point ferme sur l’efficacité du mode d’ascension barbare qu’il avait un jour remis en question. Et en réalisant cela, Elmer sentit bizarrement qu’une sorte de poids avait été enlevé de ses épaules.

Puisque la méthode allait réellement être efficace, alors ses actions diaboliques allaient au moins être payantes à la fin. Au moins…

“Peu importe comment j’en ai eu connaissance, Mlle Edna,” dit Elmer. “Tout ce qui compte, c’est qu’il s’agit d’une méthode que je ne peux pas me permettre de laisser tomber.”

” Tu ne comprends pas la gravité de ce que tu es en train de faire, Elmer ! Tu dois arrêter cette folie maintenant. Avant qu’il ne soit trop tard.”

“Trop tard ?!” La tête d’Elmer se recula en signe de répulsion à ces mots, son revolver toujours braqué sur elle tandis que ses sourcils s’abaissaient. ” Tu viens de dire ‘trop tard’ ? ” La tension de Mlle Edna sembla revenir à la brusque montée de la voix d’Elmer. “Que sais-tu du temps qui a dû s’écouler pour que mon supplice soit considéré comme tardif ?” Son cerveau évoqua une image artificielle d’Eddie gisant mort, le sang coulant sur le côté de sa tête, et en retour, il serra furieusement la mâchoire. “Eddie est mort derrière moi, il est déjà trop tard !”

“Non. Non, ce n’est pas le cas”, Mlle Edna a démenti l’affirmation d’Elmer à voix basse, secouant la tête en donnant un léger coup de coude vers l’avant. “Il faut juste que tu arrêtes ça et je pourrai t’aider”.

“Menteuse !” Elmer lui hurla dessus, ce qui fit reculer la jeune femme aux cheveux roux dans la position dans laquelle elle s’était déplacée. C’était la première fois qu’il s’opposait complètement à croire les paroles d’une autre personne. ” Tu ne peux en aucun cas m’aider… ”

Il était évident sur le visage de Mlle Edna qu’elle savait maintenant qu’il était impossible d’atteindre le garçon qui se tenait à quelques pas d’elle. Il était parti depuis longtemps, tombé au fond d’un vide morne où aucun mot ne pouvait s’aventurer.

C’est alors que ses yeux rougis laissèrent enfin échapper des flots de larmes, tandis que les traits élégants de son visage s’affaissaient.

“S’il te plaît… Je t’en supplie. Épargne-moi. J’ai une fille.”

Et j’ai une sœur… voulait dire Elmer, alors que son visage se crispait douloureusement. Mais il laissa les mots en lui-même, parce qu’il ne servait à rien de laisser la femme découvrir l’existence de Mabel. Cela ne changerait rien.

” Ne fais pas ça “, poursuivit Mlle Edna d’une voix tremblante. “L’Église te cherchera. Tu seras étiquetée comme un corrompu. Tu seras traqué toute ta vie. Tu seras considéré comme un monstre !”

Le cœur d’Elmer sauta un battement, l’incitant à serrer ses lèvres l’une contre l’autre en penchant la tête à moitié sur le côté.

“Pourquoi ne comprends-tu pas encore ? C’est trop tard.” Sa main gauche se retira de la base de son revolver et se glissa instinctivement sur son torse, caressant doucement la partie où se trouvait l’Emblème des Âmes, tandis que l’index de sa main droite se refermait sur la gâchette de son revolver. “Je suis déjà un monstre.”

error: Contenue protégé - World-Novel