Accueil Article 4533-chapitre-1397

4533-chapitre-1397

Chapitre 1397 – Vœux Pieux

 

Traducteur/Checker : Gray

Team : World Novel

 

Le Briseur de Chaînes fut bientôt englouti par la brume. Les vents s’étaient renforcés, faisant voltiger les plis du manteau nébuleux de Sunny. Sentant des gouttes d’eau tomber sur son visage, il soupira et regarda Cassie.

“Vas-y.”

Elle s’attarda un instant, puis s’empressa d’aller remplacer Nephis à la rame de direction. Sunny resta seul à la proue, regardant la brume avec une expression sombre sur le visage.

Effie, Jet…

Toutes deux étaient encore en vie. Elles le devaient.

Mais comment pouvaient-elles l’être ?

Le Troisième Cauchemar n’était pas facile à gérer. Et ces deux-là… elles, plus que quiconque, n’auraient pas pu s’accrocher à la vie alors qu’elles étaient bloquées depuis plus d’un an sur une île isolée.

Pour survivre, Jet devait tuer des êtres vivants afin de reconstituer son essence qui s’amenuisait sans cesse. Effie était l’esclave d’une faim inhumaine. Si elle n’avait pas accès à une grande quantité de nourriture, elle s’étiolerait et mourrait rapidement.

Combien d’ennemis y avait-il à tuer sur une île cachée, et quelle quantité de nourriture ?

Non… n’y pense pas.

Le corbeau existait toujours, ce qui signifiait qu’au moins l’une d’entre elles était encore…

“Ce corbeau a toujours été un peu étrange. Il est beaucoup trop animé pour un simple Écho. Il a peut-être un lien avec Vestige du Fléau… alors qui peut affirmer qu’il ne peut pas exister sans Maître ?”

Sunny jeta un regard noir au Péché de Réconfort, qui sourit en réponse.

“Admets-le, elles sont probablement déjà mortes. Ah, quelle tristesse… elles mouraient lentement de faim pendant que tu t’amusais avec Nephis sur l’île sombre. Tu te l’es coulée douce, au début, pas vrai ?”

Sunny détourna le regard et serra les dents. Le spectre de l’épée se contenta de rire.

“En y réfléchissant, ton ami Kai est probablement mort lui aussi. Même si les Créatures du Cauchemar ne l’ont pas tué, Mordret l’a sûrement fait. Il est probablement en train de se promener, portant le cadavre de Kai comme un costume de luxe. Eh bien… c’est mieux ainsi. Tu as toujours été jaloux de ce type, de toute façon. Le petit malheureux peu sûr de lui que tu es.”

La surface du Grand Fleuve s’agitait de plus en plus. Les vagues étaient déjà beaucoup plus hautes qu’avant, faisant osciller la proue du Briseur de Chaînes. Sentant le pont s’élever et s’abaisser sous lui, Sunny ferma les yeux un instant.

“Ce n’est pas vrai. Kai possède un des charmes d’Anvil — c’est moi qui le lui ai donné. Mordret ne peut pas posséder quelqu’un qui porte ce charme.”

Le Péché de Réconfort le fixa quelques instants, un sourire moqueur sur les lèvres.

“Le charme, c’est vrai… il a très bien protégé Welthe, hein ?”

Grognant, Sunny se retourna et s’apprêta à réprimander l’apparition, mais à cet instant, une voix calme résonna derrière eux :

“Tu parles encore à ton épée ?”

Il tressaillit et se retourna. La silhouette élancée de Neph émergea lentement de la brume, deux étincelles d’un blanc immaculé brûlant dans ses yeux gris et froids. Il hésita un instant, puis acquiesça silencieusement.

S’arrêtant une fois qu’elle l’eut atteint, Nephis regarda dans la brume et dit, d’une voix égale :

“Je crois aussi qu’elles sont vivantes.”

Un sourire amer se dessina sur les lèvres de Sunny.

“Bien sûr… mais ça ressemble à un vœu pieux, tu ne trouves pas ?”

Les humains n’étaient pas immortels. Il avait perdu suffisamment de camarades pour savoir à quel point ce monde dans lequel ils vivaient était impitoyable, alors n’était-ce pas un peu naïf ? S’accrocher obstinément à l’espoir après l’Antarctique…

Nephis secoua la tête.

“Au contraire. Je pense qu’il y a une raison valable et logique de croire que tous les membres de la cohorte ne sont pas encore morts.”

Elle posa la main sur la garde de son épée et dit calmement :

“Les Six Plaies existent. Elles sont très probablement les versions futures de chacun d’entre vous… par conséquent, aucun d’entre vous n’est probablement mort à l’heure actuelle. Sinon, leur existence ne s’explique pas.”

Sunny hésita un instant, puis acquiesça.

“C’est… étrangement rassurant, d’une manière un peu morbide. Tu ne peux pas encore mourir parce que tu es destiné à devenir un monstre Souillé, hein ? Quel paradoxe !”

La logique de Neph supposait que le futur était prédéterminé. Si c’était le cas, il était impossible qu’Effie et Jet aient disparues. Cependant, cela signifiait également qu’il n’y avait aucun moyen pour eux six d’éviter de la tuer et de devenir les Six Plaies… ce qui rendait toute cette entreprise insignifiante.

Si l’avenir n’était pas prédéterminé, alors la cohorte pouvait potentiellement écrire une fin différente pour elle-même et le Cauchemar. Mais cela signifiait aussi qu’il n’y avait aucune raison de croire que les autres membres étaient encore en vie.

Sunny savait que le destin ne pouvait guère être changé… mais il savait aussi qu’il ne gouvernait pas tous les petits événements. Les détails de ce qui s’est passé, et comment cela s’est passé, peuvent être modifiés — c’est juste que le résultat final reste presque toujours le même. Tôt ou tard, toutes les déviations s’avéraient insignifiantes, ne parvenant pas à modifier le grand dessein de l’avenir.

Il était également plus facile de changer le destin à l’intérieur d’un Cauchemar, en raison de sa nature fragmentée et isolée. De plus, le Grand Fleuve était un endroit étrange.

Qui pouvait dire que leur destin n’était pas de devenir les Six Plaies, pour que leurs jeunes versions les tuent et conquièrent le Cauchemar indemne ?

Ah. J’ai mal à la tête.

Il se frotta le visage. Toutes ces choses — la nature paradoxale du Grand Fleuve, l’avenir peu fiable, la grande tapisserie du destin — étaient trop étranges et irrationnelles pour qu’un esprit humain puisse les comprendre. Le mieux qu’ils pouvaient faire était d’essayer de faire de leur mieux en ce moment et de s’efforcer d’atteindre le résultat désiré, en ignorant autant que possible la réalité déroutante du Tombeau d’Ariel.

…Les vents s’intensifiaient. Les branches de l’arbre sacré se balançaient, bruissant d’inquiétude. Le balancement du pont s’accentua.

Une brume épaisse enveloppait tout ce qui était visible.

“Hé, Sunny…”

Il regarda Nephis, surpris par son ton étrangement candide, et haussa les sourcils.

…La connaissant, une déclaration ridicule allait suivre. Il n’allait pas se laisser berner et l’écouter s’excuser deux fois pour son projecteur.

Mais Nephis était parfaitement sincère :

“Il n’y a rien de mal à prendre ses désirs pour des réalités. Nous les retrouverons toutes les deux vivantes. J’en suis sûre.”

À ce moment-là, le vent s’abattit sur eux comme un bélier, les faisant tous deux vaciller.

Levant une main, Sunny attrapa Nephis et l’aida à se stabiliser. Simultanément, il utilisa le trait Plume de Vérité de la Coquille pour augmenter son poids et s’ancrer plus fermement sur le pont.

Ils restèrent tous deux silencieux pendant quelques instants, se regardant dans les yeux. Puis, Sunny sourit.

“D’accord, Neph… Je vais te croire, cette fois.”

error: Contenue protégé - World-Novel